vendredi 12 octobre 2018
par  Luc De Chivré

Les collègues du collège Claude Bernard en action pour leur sécurité

Voilà plusieurs années que les enseignants du collège Claude Bernard signalent comme problématique l’escalier de secours d’un des bâtiments du collège appelé la tour. Mercredi après midi, nous avons été destinataires d’un mail de notre administration indiquant que l’APAVE, société privée en charge de diagnostic avait jugé la situation assez préoccupante pour préconiser de ne plus utiliser cet escalier en cas d’évacuation.
Cet équipement est rouillé, glissant et paraissant peu stable lorsque nous l’empruntons pendant les exercices incendie.
Selon le plan de travaux de réfection du collège, cet escalier devait être changé à l’été 2018. Le département avait lancé un appel d’offre. Il est resté sans réponse faute d’entreprise disposée à faire ces travaux. Résultat on a gardé l’escalier pourri !
Le rapport de l’APAVE a confirmé nos soupçons et nos inquiétudes. Mais les mesures préconisées dans le mail sont largement insuffisantes et parfois contradictoires.
Il nous faudrait prendre un escalier unique intérieur en cas d’alerte incendie. Comment faire avec 6 à 8 classes qui s’engouffreraient dans un passage d’1m60 de large (150 à 200 élèves sur certaines heures) ? Et que faire si un obstacle bouche l’escalier ?
Les collègues se sont réunis hier et ont décidé de refuser d’enseigner dans ce bâtiment à compter du vendredi 12 octobre 7h55 en faisant usage de leur droit de retrait car la sécurité des élèves et des personnels n’est pas assurée.
Très rapidement, le département et la DASEN ont été informés. Il se trouve que le CHSCTD se réunissait jeudi 11 octobre dans l’après midi et qu’il a pu se saisir de cette urgence, les élus CGT étant en contact avec nous toute l’après midi. Un inspecteur santé et sécurité est venu en fin d’après midi constater la situation et en a référé au CHSCTD toujours en réunion.
Pour ce vendredi, les cours des 7 salles concernées ont pu être relocalisés dans d’autres bâtiments car des collègues sont absents, en stage. Mais lundi, et pour toute la semaine, il faudra choisir les cours prioritaires.
Dès le midi, alors même que le retrait n’était pas encore exercé par les collègues, des travaux de consolidation étaient annoncés aux congés de Toussaint et un changement d’escalier cet été ...
Décidément, on doit se battre pour tout, même la sécurité basique ! Mais tout ceci montre qu’il ne faut rien lâcher pour obtenir des avancées ! Nous refuserons de reprendre les cours tant que le département n’aura pas assuré que les normes d’évacuation sont respectées. A suivre !
Leïla Messaoudi, militante CGT et élue au CA du collège Claude Bernard"


Articles les plus récents

vendredi 12 octobre 2018
par  Stéphane Legardinier

Bilan de quatre années de combats au CHSCT de Seine-Maritime

Déclaration lue en séance du 11 octobre 2018
Nous abordons aujourd’hui la dernière séance ordinaire de la mandature commencée à l’hiver 2015 et qui va s’achever prochainement avec les élections professionnelles de novembre-décembre. Aussi souhaitons-nous en profiter pour (...)

vendredi 12 octobre 2018

Au menu de la réforme du lycée : suppression de postes, surcharge de travail et mise en concurrence généralisée

La mise en place de la réforme du lycée avance à grands pas. Le président Macron souhaite avoir sa première fournée de bacheliers avant la fin de son mandat en mai 2022. C’est pourquoi la réforme doit entrer en vigueur dès la rentrée prochaine en première, puis en 2020 en terminale.
La (...)

vendredi 12 octobre 2018
par  Luc De Chivré

Stage de formation syndicale enseignement professionnel.

Les 3 et 4 DECEMBRE 2018 STAGE DE FORMATION SYNDICALE spécial ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL UL CGT de Rouen / 187 rue Albert Dupuis / ROUEN
La CGT Educ’action de l’académie de Rouen organise un stage de deux jours à Rouen les 3 et 4décembre 2018, spécial ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL. (...)

vendredi 5 octobre 2018

Motion au conseil d’administration du lycée Val de Seine contre la réforme de la voie pro

Nous, les enseignants du LP Val de Seine, réunis ce jour en heure d’information syndicale, dénonçons le programme de rénovation de la voie professionnelle annoncée par le ministère. Cette réforme veut se faire au détriment des élèves et de nos conditions de travail. Sous couvert (...)

vendredi 5 octobre 2018
par  Luc De Chivré

Santé au travail : la CGT obtient une réelle avancée au CHSCT de Seine-Maritime

Depuis maintenant presque quatre ans que la CGT siège au CHSCT (Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail) de Seine-Maritime, notre organisation syndicale ne cesse de se battre pour imposer un fonctionnement de cette instance conforme à la réglementation, ce qui est très (...)

mardi 2 octobre 2018
par  Stéphane Legardinier

Les PLP répliquent au ministre : LE LYCEE PROFESSIONNEL N’EST PAS UNE POUBELLE !

TRACT LYCEE PRO - GREVE DU 9 OCTOBRE en pièce jointe
Grève du 27 septembre : un début de mobilisation très encourageant 2000 manifestant.e.s à Paris, 150 à Rouen, des rassemblements, des actions, des AG partout dans les académies : le bilan du 27 septembre est positif et montre à (...)

mardi 2 octobre 2018
par  Luc De Chivré

CA SUFFIT ! STOPPONS MACRON ET BLANQUER !

Non à la réforme de la voie professionnelle ! Non à la réforme des retraites ! Non aux suppressions de poste et à la précarité ! Non à la sélection à l’université !..... EN GREVE ET EN MANIF LE 9 OCTOBRE ROUEN : 13H00 rendez vous devant le RECTORAT contre la réforme de la voie (...)

lundi 1er octobre 2018
par  Stéphane Legardinier

Témoignage : travailler en CFA ? Non, merci !

La mode actuelle chez les responsables politiques consiste à faire la promotion de l’apprentissage et de la mixité les publics (élèves/apprentis/adultes en formation) dans une même classe. Or, avant de devenir PLP, j’ai travaillé plusieurs années dans un CFA géré par une Chambre de (...)

jeudi 27 septembre 2018
par  Luc De Chivré

Lettre RESF du 17 septembre 2018

Joindre le réseau : CGT Education : 02 35 58 88 36 / FSU : - SNUipp 02 35 63 85 08
SNES 02 35 98 26 03 / SGEN-CFDT : 02 32 08 33 40 / SUD-Education : 02 35 89 89 83 /06 68 63 20 05 Numéro d’urgence : 06 68 63 20 05 Permanences (accueil des familles) de 16 à 17h, les mercredis 12 et 26 (...)

jeudi 27 septembre 2018
par  Luc De Chivré

Lycée des Bruyères : la lutte mène à la victoire !

Le 17 septembre 2018, un grand nombre de professeurs du lycée des Bruyères ont décidé d’entamer un mouvement de grève suite aux nombreux dysfonctionnements rencontrés dès la rentrée. En effet, lors de pré rentrée, certains professeurs avaient des emplois du temps incomplet voire vides. (...)

Agenda

<<

2018

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


17 sites référencés au total

Brèves

SYNDIQUEZ VOUS !

lundi 3 février 2020

Dans l’éducation, comme dans tous les secteurs professionnels, la combativité CGT est nécessaire pour s’opposer aux réformes qui cassent le service public de l’éducation et s’attaquent à nos conditions de travail. C’est pourquoi la CGT éduc’action a un rôle important à jouer auprès de tous les personnels, dans les écoles, les collèges, les lycées professionnels et généraux. La CGT éduc’action défend tous les personnels, dans les CAPA, CAPD ou au CHSCTD où elle a des élus, et au sein des établissements où Ils luttent au quotidien avec les collègues.
bulletin d’adhésion à renvoyer à URSEN CGT/ 187 rue Albert Dupuis / 76000 ROUEN ou à
cgteduc.acrouen@gmail.com / barème de cotisation

Matériel syndical récent

samedi 1er février 2020

Mac Do Neufchâtel en Bray veut licencier une militante syndicale CGT !

vendredi 6 juillet

Suite à un entretien disciplinaire une syndiquée CGT depuis un mois au McDonald’s de Neufchatel en Bray a été mise à pieds à titre conservatoire avant que ne soit décidé un licenciement. Les vrais motifs de cette mise à pied : la distribution de tracts dans les restaurants de cette franchise (Dieppe, Yvetot et Neufchâtel en bray) mentionnant les acquis obtenus au restaurant d’Elbeuf (13e mois, prime trimestrielles, congés enfants malades, arbre de Noël ...), et la crainte que les salariés reprennent eux aussi ces revendications !
Rassemblement Dimanche 8 juillet 18h45 devant le Mac Donald de Neufchâtel en Bray.

Grève à l’hôpital psychiatrique Janet au Havre !

mercredi 20 juin

A l’image des salariés de l’hôpital psychiatrique du Rouvray, les personnels grévistes de l’hôpital psychiatrique Janet du Havre ne lâchent pas le morceau. Ils exigent la venue de Mme Gardel, directrice de l’Agence régionale de santé, l’ouverture d’une nouvelle unité pour que les patients ne soient plus dans des lits supplémentaires avec la création de 50 postes pluridisciplinaires pour la faire fonctionner, la stagiarisation de tous les contractuels-les, l’arrêt de la polyvalence, l’embauche de médecins psychiatres titulaires. Rendez vous jeudi 21 à 8h45 à l’hôpital Flaubert pour une haie de déshonneur pour les administrateurs de l’hôpital, et le samedi 23 à 17h45 sur le parvis du printemps.
Soutenez les revendications en écrivant à Mme Gardel

RESF : une bonne nouvelle qui se concrétise enfin !

mardi 12 juin

Mme Erdene, dont les enfants sont scolarisés au lycée de Déville-lès-Rouen et dans des écoles de Maromme, a reçu enfin son titre de séjour ; celui de son mari attend à la Préfecture, sauf imprévu.
Les bonnes nouvelles sur ce front sont si rares qu’il fallait en parler d’autant plus que pour d’autres familles, l’étau se resserre.
Mme Balogun - originaire du Nigéria et qui a une enfant scolarisée au collège de Maromme - s’est vu confirmer son OQTF par le Tribunal Administratif et France Terre d’Asile cherche à récupérer leur logement CADA en essayant de les en expulser.
La CGT Educ’action revendique la régularisation des lycéens majeurs et des parents d’élèves sans papiers.

Fusion des académies : où en est on ?

mardi 12 juin

En janvier, Mr le Recteur des académies de Rouen et de Caen nous assurait que la fusion des deux académies n’était pas décidée et qu’elle dépendrait de l’évaluation qui serait rendue fin mars, début avril. Il était malgré tout resté bien silencieux lorsque nous lui avions dit qu’il était impossible d’évaluer un processus de fusion en 5 mois (l’expérimentation a officiellement début en novembre), et notamment les conséquences sur les conditions de travail des personnels et les conditions d’enseignement, et que nous étions convaincus que cette évaluation serait bidon et que la fusion était déjà actée officieusement. Depuis, aucune nouvelle de cette évaluation, ni de la décision du Ministère qui devait tomber à la suite de l’évaluation. Mais cela n’est pas vraiment plus rassurant. Les organisations syndicales et les personnels avaient déjà été mis devant le fait accompli en septembre en apprenant seulement à la rentrée qu’une expérimentation était menée sur les académies de Rouen et de Caen. Et le Ministère ne compte pas lâcher de sitôt son projet de fusionner des académies qui sera une véritable manne pour supprimer des postes d’administratifs en fusionnant des services et des formations.