Audience au Ministère sur la réforme lycée, 16 novembre 2009

mardi 17 novembre 2009
popularité : 7%

Délégation syndicale : CGT (Brigitte Créteur, Patrick Désiré, Catherine Perret, Samuel Serre), SUD (1), FO (2)

Administration : M Allal (conseiller social du ministre), M Roser (IG de maths en charge de la réforme du lycée).

Introduction Allal : pour l’instant, nous vous présentons un diaporama reprenant les propositions issues du groupe de travail transmises par le cabinet, pour arbitrage, au ministre.

Déclaration liminaire intersyndicale : La délégation des trois syndicats demande à participer comme les autres organisations syndicales aux prochains groupes de travail et non pas être seulement reçue à titre informatif dans une réunion parallèle.

Réponse de M Allal : Nous avons fait le choix de la représentativité par rapport aux personnels enseignant au lycée. De toute façon on est au terme de la discussion. Vous aurez le même niveau d’information que les autres organisations syndicales. Il va y avoir présentation de grilles horaires, conséquence de la nouvelle réforme.

Mesures proposées par le cabinet du ministre pour arbitrage du Ministre

1. Accompagnement personnalisé :

Il est prévu 2h (de la seconde à la terminale) incluses dans l’horaire élèves. Elles « s’appuient » sur les disciplines qui devront donc rendre des heures pour abonder les 2 heures prévues sans augmenter l’horaire global des lycéens ; Les grilles disciplinaires vont être modifiées nationalement pour donner les deux heures.

Contenu de l’accompagnement : il s’agira de perfectionnement, de méthodologie mais pas de face à face pédagogique. Les enseignants y consacreraient du temps pour le projet d’orientation des élèves (quid de la mission des Conseillers d’orientation psychologues). Cet accompagnement serait globalisé, réalisé par les enseignants à partir d’un projet par classe soumis au conseil pédagogique le chef d’EPLE se contentant d’en faire une synthèse présentée au CA. Il n’est pas précisé si tous les élèves seront concernés. Le projet prévoit une formation des enseignants dès 2010 pour l’accompagnement personnalisé.

Pour la CGT éduc’action, il s’agit bien d’une accélération de l’autonomie locale.

2. Orientation en seconde de détermination :

Deux enseignements d’exploration (à choisir parmi une liste de 10 disciplines non encore arrêtée) de 54 heures annuelles soit 1h30 hebdo ou 3h semestre- remplaceraient les enseignements de détermination actuels (3h /enseignement)

La LV2 serait intégrée dans le tronc commun. Les options facultatives existantes pourraient être maintenues mais sous la forme d’un enseignement annualisé (LV3, EPS, langues anciennes…)

Pour la CGT éduc’action c’est le retour des précédents projets (notamment Darcos) avec le recours à la semestrialisation et au risque d’annualisation des services enseignants…

Ajouté aux stages pendant les vacances, à la découverte du milieu professionnel grâce à une offre de stage durant l’année scolaire, c’est bien le brouillage des repères sur le temps de travail des personnels qui est programmé.

Le projet prévoit principalement en première une réorientation possible des élèves et c’est la justification officielle de la mise en place d’un tronc commun d’enseignements correspondant à 60% de l’horaire total (français, HG, EPS, ECJS, LV), les 40 % restant seraient constitués d’enseignements de spécialisation auquel on ajoute 2h d’accompagnement personnalisé, une heure de TPE et une option éventuelle.

3. Dédoublements

Il s’agit de globalisation des heures de dédoublement des disciplines à seuil (par exemple sciences physiques, sciences et vie de la terre, enseignements technologiques, ECJS) : le volant d’heures sera garanti mais pas défini depuis le ministère. Il sera réparti par l’équipe pédagogique, soumis au Conseil pédagogique puis présenté au CA, les contraintes de sécurité ou d’efficience pédagogique prévoyant des seuils de dédoublement à 24 sont clairement remis en cause : l’exemple est pris de la possibilité d’accueillir plus de lycéens sur les paillasses des salles de sciences, les dotations récentes par les collectivités régionales de 30 postes informatiques dans les nouvelles salles équipées sont aussi éclairantes…, quant à l’ECJS, quand il s’agira de choisir à moyen constant, entre un dédoublement portant contrainte de sécurité (TP,atelier) ou pratiques pédagogiques innovantes…

L’administration ajoute : « Le projet pédagogique arrêté pour utilisation de ces heures peut prévoir une utilisation dans un cadre autre qu’hebdomadaire. ».

A notre question : « Quelles conséquences sur l’Obligation Réglementaire de Service des enseignants ? », le ministère répond, pas de changement car les décrets de 1950 le permettent déjà.

Pour la CGT éduc’action, encore le fil conducteur de cette réforme : l’autonomie et ses dérives sur les services de plus en plus globalisés aboutissant à une annualisation larvée.

4. Rééquilibrage des séries

Le ministère insiste sur le maintien des séries et des 2 voies actuelles. Par contre, il est ajouté :« Dans la voie générale le tronc commun en classe de 1ère permettra la constitution de classes réunissant les élèves de différentes séries en vue de l’acquisition d’une culture commune ou de la mis en place de groupes de compétences en langues. ».

Chacun perçoit l’importance des économies réalisées dans le contexte de la suppression d’un fonctionnaire sur deux.

Est à l’étude « le rapprochement des enseignements communs en 1ère des voies générales et technologiques », il s’agirait de rapprochement en terme d’objectifs et non de mélange des publics ( ?).

Le niveau de maths en S serait relevé dès la 1ère, par contre il disparaîtrait en L et ES.

L’enseignement (horaire : 4h et programme) d’histoire géo serait commun en L, ES et S.

En terminale L, serait introduit un enseignement des grands enjeux du monde contemporain (droit, international, société, commerce…) fourre tout, devant préparer à sciences politiques, pouvant être enseigné par différents enseignants ( ?)…

Le nouveau programme d’histoire géo en terminale L et ES serait plus tourné vers la préparation à l’enseignement supérieur (méthodologie)
En terminale S : il y aurait disparition de l’ Histoire Géo.

Toutes les séries devraient être des filières d’excellence avec des débouchés clairement identifiés : Ex pour L : Sciences Politique et droit…

L’avenir de la filière ES et de la particularité des sciences économiques et sociales semblent bien compromis, la CGT éduc’action partage les craintes de l’APSES et soutient ses actions de mobilisation.

Pour la CGT éduc’action, ces évolutions très importantes laissent présager une réforme d’ampleur de l’évaluation au baccalauréat. Le ministère évite évidemment d’aborder cette question !

Quelle réforme de la STI ?

L’avenir de la voie technologique apparaît de plus en plus incertain.
La DGESCO met en place un groupe technique de réflexion. Il aura du temps puisque c’est pour 2011…

5. Les langues

Les Horaires de LV I et LV II seront globalisées afin de faciliter l’enseignement par groupes de compétences qui seront mis en place de manière systématique durant toute la scolarité au lycée ; tout est possible en terme de regroupement, de niveaux de globalisation,d’annualisation. Les langues sont depuis plusieurs années des laboratoires d’expérimentation de déréglementation de l’organisation des conditions de travail (voir nos publications antérieures).

6. Soutien scolaire

Des stages de remise à niveau durant l’année scolaire ou les vacances afin d’éviter de redoubler seront généralisés ainsi que des stages de correction de trajectoire en 1ère pour changer de série ou de voie.
Ces stages de deux semaines ne pourront être imposés aux élèves et seront assurés par les enseignants « volontaires ».

Le tutorat sera assuré par un enseignant, un prof documentaliste ou CPE volontaires. Chaque tuteur suivra le même petit groupe d’élèves de la seconde à la terminale. Il aura une rémunération indemnitaire…

7. La vie lycéenne

Il est envisagé de réécrire les textes sur les droits des lycéens, de mettre en place des formations pour les délégués. La place et le rôle des différents conseils seront redéfinis.

Le cadeau fait aux lycéens selon le ministère serait la valorisation de l’engagement volontaire associatif, au lycée comme à l’extérieur. Il s’agirait de reconnaître d’autres compétences que les compétences scolaires (engagement et bénévolat) qui seraient valorisés dans le bulletin scolaire ou au bac avec introduction d’une mention. (Ce serait abandonné pour ces derniers points).

Pour la CGT éduc’action, parler de compétences scolaires en lieu et place de la certification du diplôme national est déjà une atteinte à la reconnaissance des qualifications et classifications, quant à l’évaluation de l’engagement associatif, nombre de problèmes sont posés en terme de définition de ce qui doit être considéré comme un bon engagement (syndicalisme lycéen ?), en terme de neutralité ou de laïcité au sein d’une établissement scolaire…

8. Architecture de la classe de seconde

Aujourd ‘hui :
Un tronc commun à 25h30 (LV II incluse) + enseignements de détermination 3h + option facultative 3h + aide individualisée 1h

Demain :
Tronc commun 23h30 + enseignement d’exploration 2 * 54 h +accompagnement personnalisé 2 h + option facultative 3h

9. Architecture de la classe de première

15h d’enseignement commun (Français, LV, HG, EPS, ECJS)
+ 2h accompagnement personnalisé
+ Enseignement de spécialisation (L 8h30, ES 9h30, S 10h)

Au total si tout passe c’est l’architecture et les finalités du lycée qui sont mises en place. Cette réforme, si elle passe, fera du lycée une véritable usine à gaz.

Economies, autonomie, annualisation => tout est dedans !

Bref au secours la réforme Darcos revient par la fenêtre !


Documents joints

compte rendu audience
compte rendu audience

Agenda

<<

2020

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

Mouvement 2019 des personnels ATSS :

samedi 22 décembre 2018

Mouvement inter-académique des AAE et des SAENES :
La saisie des voeux doit se faire du 11 décembre 2018 au 8 janvier 2019. La CAPN des SAENES aura lieu le 19 mars 2019, et celle des AAE le 21 mars 2019.

Mouvement à gestion déconcentrés ADJAENES
la pré-inscription se fera du 10 janvier 2019 au 7 février 2019. Le reste du calendrier sera en fonction des académies demandées.

Mouvement à gestion déconcentrés des ATRF
la pré-inscription se fera du 10 janvier 2019 au 7 février 2019. Le reste du calendrier sera en fonction des académies demandées.

La pédagogie Nutella ou le collège 2016... vu à la TV !

lundi 20 avril 2015

La réforme du collège 2016 agite le Landerneau enseignant depuis quelques semaines. Elle inquiète aussi à juste titre les parents qui se demandent bien ce que ledit collège réformé fera avec leur progéniture.

Pour rassurer tout le monde, la télévision publique nous montre à quoi ressemblera le collège 2016, dans deux reportages successifs. En effet, le collège réformé s’inspire de dispositifs innovants qui existent déjà dans quelques établissements expérimentaux.

Alors savourons cet avant-goût du collège nouveau...

Lire la suite sur le site La Vie Moderne

Chatel : "Certaines mesures vont dans le bon sens"

lundi 20 avril 2015

C’est le spécialiste des réformes destructrices Chatel qui ont mis à mal le lycée général et liquidé la voie STI qui nous le dit.
On constate facilement où Vallaud-Belkacem trouve son inspiration !

"Que les conservateurs tombent les masques !"

lundi 20 avril 2015

Voici le titre de l’interview de Vallaud-Belkacem au très réactionnaire journal Le Point.
Notre seule réponse à NVB : "Que les néo-libéraux tombent également le masque !"

4 pages spécial Retraités de la FERC

samedi 31 août 2013

Au sommaire : Conférence de l’UFR... les retraités à l’offensive ! - Quelle UFR, quelle structure ? - Place des retraités dans la CGT - Continuité syndicale et renforcement - Impressions croisées
Télécharger le 4 pages

Au sujet des dépenses scolaires…

jeudi 22 août 2013

Chaque année, à l’approche de la rentrée, on retrouve dans les médias des articles plus ou moins bien renseignés sur les "dépenses de la rentrée des classes". Je les parcours toujours avec un peu d’agacement quand ils mettent en avant les nouveaux cartables, les vêtements, les classeurs, les crayons et les compas, les garderies et les cantines.
Parler de ces frais là, c’est évoquer l’arbre pour cacher la forêt. Les cartables et les compas durent facilement plusieurs années et les vêtements ne me semblent pas être une dépense scolaire : mes filles iraient-elles nues si l’école n’existait pas ? Idem pour la cantine : il faut manger même en dehors de l’obligation scolaire. Admettons pour la garderie des petits. Ce qui m’interpelle, ce sont les frais dont on parle moins et qui pourtant jalonnent bien le parcours scolaire des jeunes.
Lire la suite sur le site de l’Ecole démocratique

Ecole élémentaire : en France, le nombre d’élèves par enseignant supérieur à la moyenne OCDE (Depp)

vendredi 16 août 2013

Selon la revue "L’Éducation natio­nale en chiffres" de la Depp, le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises se situe en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE.
Le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises est en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE, selon la revue "L’Éducation natio­nale en chiffres" éditée par la Depp et parue en juillet 2013.
Dans les pays de l’OCDE, le nombre moyen d’élèves par ensei­gnant était à ce niveau de 15,4, en 2011 contre 18,4 en moyenne en France.

Loire-Atlantique / Rythmes : lettre ouverte des UD CGT, FO, FSU et Solidaires au DASEN et aux 26 maires de Loire-Atlantique appliquant la réforme en 2013

samedi 29 juin 2013

Depuis plusieurs mois, nos organisations syndicales ne cessent de dénoncer la précipitation et les dangers contenus dans la réforme des rythmes scolaires. Si les appréciations de nos syndicats respectifs peuvent diverger sur l’analyse de la loi Peillon et de son volet sur les rythmes scolaires, cela ne nous empêche en rien de partager nombre de points de vue sur les effets néfastes de cette réforme. Les propos volontaristes des municipalités ayant décidé de s’engager dès septembre 2013 dans la mise en œuvre du pan de réforme sur les rythmes ne résistent pas à un l’examen pragmatique. Pour notre part cette réforme relève plus d’un projet politique portant sur la territorialisation de l’École que sur les effets bénéfiques pour les enfants et les familles.
L’intention gouvernementale affiche une volonté de servir la réussite scolaire des élèves. Nous pensons qu’il y a loin du discours à une réalité qui malmène aussi les personnels concourant aux rythmes éducatifs des enfants. Les campagnes de communication politiciennes ne peuvent dissimuler les malaises grandissant autour de la rentrée 2013 précipitée.
Lire la suite