Enseignement pro - Synthèse du rapport du Haut Conseil de l’Education

mardi 24 novembre 2009
popularité : 3%

Le rapport du Haut Conseil de l’Education sur l’enseignement professionnel vient d’être remis au président de la République. Un communiqué de l’Elysée a dit clairement que les propositions que contenait ce rapport avaient l’assentiment du président… Il est donc important que les camarades de la CGT Educ’action en prennent très rapidement connaissance !

Ce rapport de 37 pages, fait un constat de la situation de la voie professionnelle avec lequel, comme d’habitude, nous partageons certains aspects, mais pas tous loin de là.

Le HCE fait 7 propositions.

Ces propositions sont loin d’être marginales, pour certaines d’entre elles, et sont très éloignées de nos repères revendicatifs pour la plupart d’entre elles, c’est le moins que l’on puisse dire.

Si certaines d’entre elles étaient reprises par le ministre de l’Education, notamment celle sur les CAP, cela constituerait une inflexion considérable en matière de développement de l’apprentissage.

La proposition sur le premier trimestre d’orientation en seconde professionnelle pose des problèmes de faisabilité très importants (que font les élèves venant de SEGPA ? Que font les élèves lorsqu’il n’y a pas les 2 niveaux CAP, BAC dans l’établissement ?). Des expériences ont été menées dans certains établissements, il faut d’abord en prendre connaissance et connaître les premiers bilans.

Recommandations du HCE

1 - Tous les élèves iraient vers une classe de seconde (générale, technologique ou professionnelle) sous statut scolaire ou contrat d’apprentissage.

Le premier trimestre de la seconde professionnelle serait un temps d’observation préparatoire à l’orientation CAP ou BAC Pro. Des places seraient réservées dans les sections CAP pour les élèves de SEGPA sans que l’on sache exactement si les CAP seraient mis en place dès la rentrée pour ces élèves.

La deuxième année de CAP se ferait uniquement en apprentissage. Ainsi il n’y aurait plus aucune formation CAP sous statut scolaire ! Cette proposition est à l’opposé de ce que nous voulons !

Les lycées professionnels devraient d’une manière générale offrir plus de places en apprentissage (y compris pour les sections de Bac Pro : c’est le développement des UFA auquel nous sommes totalement hostiles).

2 - Le maintien à long terme du BEP, comme certification intermédiaire, n’est pas cohérent avec l’esprit de la réforme (supression du niveau V ?)

3 - Les dispositifs nécessaires à l’accueil des bacheliers professionnels dans les STS ou les IUT doivent se développer. (On est favorable bien entendu)

4 - Il est nécessaire de faire un bilan sur la labellisation « lycée des métiers », bilan à ce jour non réalisé. Le rapport préconise d’exploiter au maximum les potentialités de cette labellisation (évidemment avec sa partie « élèves apprentis accueillis en LP ») pour aller vers 50 % des lycées professionnels labellisés en 2010.

5 - Le HCE recommande que la « voie professionnelle soit pensée comme une école d’entrepreneurs » !!! (Il y a longtemps que ces 9 « sages » n’ont pas mis les pieds dans une classe de LP !)

6 - a) Le Conseil pédagogique des LP, SEP doit intégrer des formateurs du milieu professionnel (tuteurs d’élèves, maîtres d’apprentissage).

b) Le Président du CA doit éventuellement être choisi parmi des professionnels extérieurs au lycée (loi du 23 avril 2005).

c) Il faut augmenter le nombre de professeurs associés (voir lycée des métiers).

7 - Les formateurs de la voie professionnelle doivent posséder une expérience directe et récente de l’entreprise et des compétences d’enseignement.

Le constat de la voie professionnelle

En plus d’éléments statistiques connus, toujours bien d’avoir en mémoire, il est noté que 31 % des élèves entrant en seconde professionnelle n’ont jamais redoublé. C’est un phénomène nouveau lié au fait que, à l’école comme au collège, il n’y a que très peu de redoublement par rapport à la situation d’il y a dix ou 20 ans. Les élèves qui « s’orientent » vers l’enseignement pro sont donc plus jeunes. Cela pose de réels problèmes aussi bien pour la gestion des classes (manque de « maturité »), que sur leur « choix » d’orientation (CAP, Bac , quelle filière ?), que pour les PFMP.

Les entreprises ne se bousculent pas pour accueillir des élèves si jeunes. Pour certaines, les règles de sécurité leur interdisent même cet accueil (dans la chimie, il faut avoir 18 ans).

Le rapport s’interroge sur le maintien d’un BEP dans certains secteurs, par exemple celui « administratif-comptabilité » qu’il qualifie d’absurde, et s’interroge même sur le baccalauréat de ce même secteur. Rappelons qu’une partie importante des élèves de la voie professionnelle se trouve dans cette filière !

Concernant l’affectation des élèves, le rapport dit « En outre, beaucoup de jeunes se retrouvent à la rentrée dans une spécialité de formation qui ne correspond pas à leurs voeux, car l’affectation s’effectue selon une logique de remplissage, souvent indépendante du projet de l’élève, comme si les spécialités étaient interchangeables ». Evidemment nous partageons ce constat et nous dénonçons cette situation.

De même, « si la finalité de l’enseignement professionnel est de mener tous les jeunes à un emploi, il lui revient donc d’assumer « la prise en charge des enfants dont les résultats, et parfois l’attitude, sont considérés comme incompatibles avec les exigences du lycée général et technologique ». Cette mission incombe davantage aux lycées professionnels qu’aux CFA dans la mesure où la plupart des employeurs n’acceptent pas comme apprentis les jeunes les plus difficiles. »

Le rapport constate également « De plus, des discriminations raciales et sexuelles existent à l’embauche, et excluent donc un certain nombre de candidats à l’apprentissage. La Charte de l’apprentissage (2005) appelle les employeurs à promouvoir la mixité et à respecter la diversité de la société : les jeunes gens d’origine immigrée sont sous-représentés dans l’apprentissage, même dans les secteurs déficitaires ; et la proportion de filles plafonne à 30 %, ce qui n’est pas le cas en lycée professionnel. Les formations sous statut scolaire permettent ainsi l’accès à la voie professionnelle à ceux qui ne trouvent pas d’entreprise pour un apprentissage. »

A partir de ces constats, comment peut-on envisager une formation CAP qui soit totalement délivrée en apprentissage ? Cette proposition du HCE est totalement contradictoire avec la situation décrite sur l’apprentissage dans ce même rapport !

Le HCE revient ensuite sur l’articulation entre les politiques ministérielles et régionales en matière d’enseignement professionnel. La réforme du Bac pro 3 ans est un bon exemple de ce qu’il ne faut pas faire puisque les décisions ont été prises unilatéralement par le ministère, alors que les régions étaient directement concernées par la mise en œuvre au niveau des équipements des sections et du PRDF.

En ce qui concerne la « formation » en entreprise, que cela soit sous statut d’apprenti ou dans le cadre de l’alternance sous statut scolaire, le rapport dénonce les insuffisances. Le HCE préconise également un investissement important, à l’intérieur de la Fonction publique, pour développement de l’apprentissage.
Pour le HCE, la cohérence de leurs propositions va de pair avec le développement du lycée des métiers qui correspond tout à fait au modèle proposé. Modèle que nous refusons, tant sur son contenu, que sur le principe même de labellisation qui renforce la concurrence entre les établissements.

Alain Vrignaud,
Secrétaire national, animateur pôle FTP

- Vous pouvez télécharger le rapport et l’analyse de la CGT


Documents joints

analyse Cgt
analyse Cgt
rapport HCE
rapport HCE

Agenda

<<

2020

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

Mouvement 2019 des personnels ATSS :

samedi 22 décembre 2018

Mouvement inter-académique des AAE et des SAENES :
La saisie des voeux doit se faire du 11 décembre 2018 au 8 janvier 2019. La CAPN des SAENES aura lieu le 19 mars 2019, et celle des AAE le 21 mars 2019.

Mouvement à gestion déconcentrés ADJAENES
la pré-inscription se fera du 10 janvier 2019 au 7 février 2019. Le reste du calendrier sera en fonction des académies demandées.

Mouvement à gestion déconcentrés des ATRF
la pré-inscription se fera du 10 janvier 2019 au 7 février 2019. Le reste du calendrier sera en fonction des académies demandées.

La pédagogie Nutella ou le collège 2016... vu à la TV !

lundi 20 avril 2015

La réforme du collège 2016 agite le Landerneau enseignant depuis quelques semaines. Elle inquiète aussi à juste titre les parents qui se demandent bien ce que ledit collège réformé fera avec leur progéniture.

Pour rassurer tout le monde, la télévision publique nous montre à quoi ressemblera le collège 2016, dans deux reportages successifs. En effet, le collège réformé s’inspire de dispositifs innovants qui existent déjà dans quelques établissements expérimentaux.

Alors savourons cet avant-goût du collège nouveau...

Lire la suite sur le site La Vie Moderne

Chatel : "Certaines mesures vont dans le bon sens"

lundi 20 avril 2015

C’est le spécialiste des réformes destructrices Chatel qui ont mis à mal le lycée général et liquidé la voie STI qui nous le dit.
On constate facilement où Vallaud-Belkacem trouve son inspiration !

"Que les conservateurs tombent les masques !"

lundi 20 avril 2015

Voici le titre de l’interview de Vallaud-Belkacem au très réactionnaire journal Le Point.
Notre seule réponse à NVB : "Que les néo-libéraux tombent également le masque !"

4 pages spécial Retraités de la FERC

samedi 31 août 2013

Au sommaire : Conférence de l’UFR... les retraités à l’offensive ! - Quelle UFR, quelle structure ? - Place des retraités dans la CGT - Continuité syndicale et renforcement - Impressions croisées
Télécharger le 4 pages

Au sujet des dépenses scolaires…

jeudi 22 août 2013

Chaque année, à l’approche de la rentrée, on retrouve dans les médias des articles plus ou moins bien renseignés sur les "dépenses de la rentrée des classes". Je les parcours toujours avec un peu d’agacement quand ils mettent en avant les nouveaux cartables, les vêtements, les classeurs, les crayons et les compas, les garderies et les cantines.
Parler de ces frais là, c’est évoquer l’arbre pour cacher la forêt. Les cartables et les compas durent facilement plusieurs années et les vêtements ne me semblent pas être une dépense scolaire : mes filles iraient-elles nues si l’école n’existait pas ? Idem pour la cantine : il faut manger même en dehors de l’obligation scolaire. Admettons pour la garderie des petits. Ce qui m’interpelle, ce sont les frais dont on parle moins et qui pourtant jalonnent bien le parcours scolaire des jeunes.
Lire la suite sur le site de l’Ecole démocratique

Ecole élémentaire : en France, le nombre d’élèves par enseignant supérieur à la moyenne OCDE (Depp)

vendredi 16 août 2013

Selon la revue "L’Éducation natio­nale en chiffres" de la Depp, le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises se situe en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE.
Le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises est en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE, selon la revue "L’Éducation natio­nale en chiffres" éditée par la Depp et parue en juillet 2013.
Dans les pays de l’OCDE, le nombre moyen d’élèves par ensei­gnant était à ce niveau de 15,4, en 2011 contre 18,4 en moyenne en France.

Loire-Atlantique / Rythmes : lettre ouverte des UD CGT, FO, FSU et Solidaires au DASEN et aux 26 maires de Loire-Atlantique appliquant la réforme en 2013

samedi 29 juin 2013

Depuis plusieurs mois, nos organisations syndicales ne cessent de dénoncer la précipitation et les dangers contenus dans la réforme des rythmes scolaires. Si les appréciations de nos syndicats respectifs peuvent diverger sur l’analyse de la loi Peillon et de son volet sur les rythmes scolaires, cela ne nous empêche en rien de partager nombre de points de vue sur les effets néfastes de cette réforme. Les propos volontaristes des municipalités ayant décidé de s’engager dès septembre 2013 dans la mise en œuvre du pan de réforme sur les rythmes ne résistent pas à un l’examen pragmatique. Pour notre part cette réforme relève plus d’un projet politique portant sur la territorialisation de l’École que sur les effets bénéfiques pour les enfants et les familles.
L’intention gouvernementale affiche une volonté de servir la réussite scolaire des élèves. Nous pensons qu’il y a loin du discours à une réalité qui malmène aussi les personnels concourant aux rythmes éducatifs des enfants. Les campagnes de communication politiciennes ne peuvent dissimuler les malaises grandissant autour de la rentrée 2013 précipitée.
Lire la suite