Le préfet de l’Eure prononce un arrêté d’expulsion contre deux jeunes lycéens chinois

mercredi 2 mars 2005
popularité : 3%

Ming et Wei-Ying, deux jeunes Chinois scolarisés dans l’Eure, et depuis peu majeurs, viennent chacun de recevoir, mercredi 23 février dernier, un arrêté d’expulsion signé par le préfet.

Il est utile de prendre connaissance de leurs récits de vie et les quelques lignes ci-dessous résument les récits très détaillés que l’on peut retrouver sur l’internet *.

Suite à la séparation de ses parents, Wei-Ying originaire de la région de Shanghaï est recueillie par sa tante. Gravement malade celle-ci pense assurer l’avenir de sa nièce en la confiant à un ami qui promet un travail en France. Arrivée en France, Wei-Ying est victime d’agressions, de menaces et comprend que ‘’l’ami’’ la destine à la prostitution. Parvenant à prendre la fuite, elle arrive à la gare Saint Lazare, suit la foule des voyageurs et monte dans un train. Elle est récupérée par les services de l’Enfance à Evreux.

Ming vient de Whenzou dans la région de Shanghaï. Ses parents vivent sa naissance comme un malheur. Il est victime de brutalité et lorsqu’à 16 ans on lui propose de rejoindre son cousin aux Etats-Unis, il ne résiste pas pour échapper aux souffrances. Mais l’Amérique s’arrête à Roissy et il est conduit à Paris dans un atelier de confection aux conditions esclavagistes. Il tente plusieurs fois de fausser compagnie à ses geôliers et parvient à s’échapper. Il prend un train et est recueilli par les services de l’Enfance à Evreux.

Dernière réunion du collectif de soutien :

Le collectif de soutien à Wei-Ying et Ming, et aux mineurs et jeunes majeurs scolarisés sans papier s’est réuni hier soir lundi 31/02 vers 20H00.

Historique de la semaine passée :

  • Mercredi 23 février, Ming et Wei-Ying reçoivent chacun un arrêté d’expulsion signé du Préfet. L’arrêté est exécutoire après 7 jours.
  • Vendredi 25 février, environ 80 personnes se rassemblent à 13H00 devant la préfecture d’Evreux. Sont présents : le collectif, des professeurs, des élèves, des représentants des syndicats (FO-SGENCFDT-FSU-Sud-CGT Educ’action (et Union Locale CGT d’Evreux)), des partis politiques (PS,LCR) ainsi que la presse. Une pétition en faveur de Wei-Ying et Ming circule. Après de nombreuses demandes, et pour la première fois, une délégation du collectif est reçu à la préfecture. Le directeur de cabinet du préfet s’engage oralement à ne pas exécuter les deux arrêtés. Cependant aucun titre de séjour, même provisoire n’est délivré. Vers 15H00, une conférence de presse est organisée. Les journalistes présenteront aux actualités régionales le rassemblement ainsi que quelques interviews et le samedi des articles paraissent dans la presse régionale.
  • Samedi 26 février, un rassemblement regroupe 200 à 300 personnes (selon moi) place du Miroir d’Eau à Evreux. Sont présents : le collectif, des professeurs, beaucoup d’élèves, la presse, des représentants des syndicats (grosso-modo les mêmes) et des partis politiques : PS, LCR, PT, LO et peut être PC ( à confirmer). La pétition circule et recoit de nombreuses nouvelles signatures. Une manifestation est alors organisée jusqu’à la mairie. Une délégation demande à être reçu par le Maire pour qu’il intervienne auprès du Préfet. Le maire étant absent, c’est une adjointe qui se charge de recevoir la délégation. L’adjointe s’engage à saisir Debré au plus tôt pour une action en faveur de Wei-Ying et Ming.
  • Lundi matin et après-midi, des tracts sont distribués aux entrées des lycées. La pétition recueille toujours de nouvelles signatures. Les lycéens préparent également la manifestation anti-Fillon de mardi.

Les actions à venir :

  • Un rassemblement pour défendre Wei-Ying et Ming est prévu en face de la Préfecture ce lundi à 16H00. Les lycéens doivent rejoindre le rassemblement après leur manifestation en centre ville contre les lois Fillon. Il sera demandé : d’être reçu par le Préfet en tant que collectif - le retrait des arrêtés d’expulsion - des titres de séjours et une protection (contre la mafia chinoise) - la prise en compte de certificats médicaux imminents. Une ancienne pétition datant d’octobre sera déposée en préfecture. Elle est signée par 777 lycéens du lycée Senghor (ex-Canada).
  • Parallèlement, ce lundi, pour s’opposer aux arrêtés, un recours sera déposé au tribunal administratif et à la commision des recours de l’OFPRA (Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides).
  • Un rassemblement aura également lieu à 13 heures vendredi 4 mars devant la préfecture.

De plus, le collectif mise principalement sur le retrait de l’arrêté car malgré quelques rares cas de jurisprudence, les chances d’obtenir gain de cause en appel sont très faibles.

Il faut donc médiatiser l’affaire pour obtenir le retrait du Préfet. D’après un membre du collectif, les communiqués de presse lancés au niveau national sont très près d’obtenir l’effet souhaité : la médiatisation au plan national (France 3 et France 2). Cependant, ce membre du collectif redoute la volonté de faire du ’sensationnel’ de France 2. Il s’agira alors d’être vigilant.

SOYEZ NOMBREUX AUX RASSEMBLEMENTS

SIGNEZ LA PETITION POUR LE RETRAIT DES ARRETES D’EXPULSION

SOUTENEZ LE COLLECTIF

Evreux le 1er mars 2004 à 14H30,
Pour le SDEN et l’Union Locale CGT d’Evreux
Philippe RHAZI

* Je vous engage tous à consulter le site du collectif de soutien à Wei-Ying et Ming, et aux mineurs et jeunes majeurs scolarisés sans papier.
http://jcploquin.free.fr/collectifwym


Commentaires  (fermé)

Logo de 出会い
mardi 16 septembre 2008 à 21h15 - par  出会い
Site web : サイト売買
Logo de 出会い
dimanche 7 septembre 2008 à 16h37 - par  出会い
Site web : 出会い
Logo de 出会い
dimanche 7 septembre 2008 à 16h37 - par  出会い
Site web : 出会い
Logo de 出会い
mardi 17 juin 2008 à 09h53 - par  出会い

セックスがしたいと思い、出会い系サイトのセフレ募集のサイトをみていたら風俗よりもアダルトエロコミュニティサイトがおすすめと書いていて、半信半疑ながらも試してみたらなんと運がいい事でしょう、エロ目的の女の子と出会いSEXすることができました。アダルト出会い系サイトなんて全部やらせだと思っていたけど案外いいかもしれない。風俗にいって高いお金を払ってセックスするよりも、人妻不倫するよりも、一人淋しくビデオを借りてオナニーするよりも、案外こうゆう出会いサイトの方がエロくていいかもよ♪無料で登録できるしどこかに行く手間もはぶけるしいつでもどこでもエッチできるセフレおまんこができるよ。

Site web : 出会い

Agenda

<<

2019

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.

Mac Do Neufchâtel en Bray veut licencier une militante syndicale CGT !

vendredi 6 juillet 2018

Suite à un entretien disciplinaire une syndiquée CGT depuis un mois au McDonald’s de Neufchatel en Bray a été mise à pieds à titre conservatoire avant que ne soit décidé un licenciement. Les vrais motifs de cette mise à pied : la distribution de tracts dans les restaurants de cette franchise (Dieppe, Yvetot et Neufchâtel en bray) mentionnant les acquis obtenus au restaurant d’Elbeuf (13e mois, prime trimestrielles, congés enfants malades, arbre de Noël ...), et la crainte que les salariés reprennent eux aussi ces revendications !
Rassemblement Dimanche 8 juillet 18h45 devant le Mac Donald de Neufchâtel en Bray.

Grève à l’hôpital psychiatrique Janet au Havre !

mercredi 20 juin 2018

A l’image des salariés de l’hôpital psychiatrique du Rouvray, les personnels grévistes de l’hôpital psychiatrique Janet du Havre ne lâchent pas le morceau. Ils exigent la venue de Mme Gardel, directrice de l’Agence régionale de santé, l’ouverture d’une nouvelle unité pour que les patients ne soient plus dans des lits supplémentaires avec la création de 50 postes pluridisciplinaires pour la faire fonctionner, la stagiarisation de tous les contractuels-les, l’arrêt de la polyvalence, l’embauche de médecins psychiatres titulaires. Rendez vous jeudi 21 à 8h45 à l’hôpital Flaubert pour une haie de déshonneur pour les administrateurs de l’hôpital, et le samedi 23 à 17h45 sur le parvis du printemps.
Soutenez les revendications en écrivant à Mme Gardel

RESF : une bonne nouvelle qui se concrétise enfin !

mardi 12 juin 2018

Mme Erdene, dont les enfants sont scolarisés au lycée de Déville-lès-Rouen et dans des écoles de Maromme, a reçu enfin son titre de séjour ; celui de son mari attend à la Préfecture, sauf imprévu.
Les bonnes nouvelles sur ce front sont si rares qu’il fallait en parler d’autant plus que pour d’autres familles, l’étau se resserre.
Mme Balogun - originaire du Nigéria et qui a une enfant scolarisée au collège de Maromme - s’est vu confirmer son OQTF par le Tribunal Administratif et France Terre d’Asile cherche à récupérer leur logement CADA en essayant de les en expulser.
La CGT Educ’action revendique la régularisation des lycéens majeurs et des parents d’élèves sans papiers.

Fusion des académies : où en est on ?

mardi 12 juin 2018

En janvier, Mr le Recteur des académies de Rouen et de Caen nous assurait que la fusion des deux académies n’était pas décidée et qu’elle dépendrait de l’évaluation qui serait rendue fin mars, début avril. Il était malgré tout resté bien silencieux lorsque nous lui avions dit qu’il était impossible d’évaluer un processus de fusion en 5 mois (l’expérimentation a officiellement début en novembre), et notamment les conséquences sur les conditions de travail des personnels et les conditions d’enseignement, et que nous étions convaincus que cette évaluation serait bidon et que la fusion était déjà actée officieusement. Depuis, aucune nouvelle de cette évaluation, ni de la décision du Ministère qui devait tomber à la suite de l’évaluation. Mais cela n’est pas vraiment plus rassurant. Les organisations syndicales et les personnels avaient déjà été mis devant le fait accompli en septembre en apprenant seulement à la rentrée qu’une expérimentation était menée sur les académies de Rouen et de Caen. Et le Ministère ne compte pas lâcher de sitôt son projet de fusionner des académies qui sera une véritable manne pour supprimer des postes d’administratifs en fusionnant des services et des formations.