INFOS GREVE Cgt Educ’76 - 22 OCTOBRE

vendredi 22 octobre 2010
popularité : 4%

ROUEN

  • La manifestation prévue ce soir à Rouen a été interdite par le préfet. La CGT Educ’action de la Seine-Maritime condamne fermement cette interdiction. Une fois de plus, le gouvernement Sarkozy-Fillon choisit de répondre à la mobilisation des salariés et de la jeunesse par la répression et la provocation. Après les atteintes au droit de grève avec la « réquisition » des camarades grévistes de certaines raffineries, c’est aujourd’hui la liberté de manifester qui est attaquée. Et demain ?
  • consulter le bulletin n°4 de mobilisation de l’agglo rouennaise
  • La manifestation du vendredi soir place de la cathédrale qui avait fait l’objet de tant de discussions et d’où l’UD CGT s’était retirée, a été interdite (ainsi que tout rassemblement en centre ville !) par arrêté préfectoral. Seul (comme structure syndicale) Solidaires a maintenu l’appel au rassemblement. Des camarades de la CGT (dont une petite dizaine de la CGT Educ) et d’autres se sont retrouvés avec eux au rassemblement, pour le principe de défendre notre droit à manifester.. En tout nous étions une bonne centaine au début. Les camarades de Solidaires ont négocié avec la police qui a « toléré » une manif d’une heure de la cathédrale à la place du vieux marché. Elle (la police) s’est faite discrète. Le tam-tam a fonctionné et on s’est retrouvé à environ 300.Très peu de jeunes (hors étudiants) et de lycéens. Solidaires a appelé à la dispersion et il n’y a pas eu d’incidents.
  • Education Nationale comme partout très peu de grévistes le vendredi (arrêt Omont). Il y en avait eu nettement plus le jeudi même si encore très minoritaires. Participation aux barrages et diffusions de tracts. Fernand Léger avait transformé son barrage bloquant en barrage filtrant le jeudi, ce qui avait détendu ,l’atmosphère et maintenu qd même un bon nombre de collègues en grève (désolé Anthony je n’ai pas retrouvé ton mail sur la boîte ursen !)

Le jeudi sur l’agglo, deux ag de secteur éduc ont fonctionné : Vallée du Cailly et St Etienne-Oissel- Sotteville. Les deux (de 25 à 35 participants) ont pris des contacts avec les travailleurs des entreprises du secteur et essaient de faire des actions et des ag interpro la semaine prochaine. Ca vaut le coup de s’y greffer !

LE HAVRE

  • consulter le bulletin de mobilisation Havre de grève n°9 & n°10
  • Quelques infos de l’AG éduc du Havre de jeudi. Une trentaine de participants c’est moins, mais pour beaucoup, on reprend demain, cause arrêt Omont.

Mais la mobilisation est de plus en plus forte, beaucoup participent aux actions présentées chaque jour à l’Ag inter pro , ça a commencé aujourd’hui par les blocages à 5h30 , 5h45 ou 8h , puis accompagnement de la manif lycéens (service d’ordre en place pour éviter tout débordement ...) , à 12h barbecue devant l’usine Aircelle pour se retrouver à 15h30 à l’AG éduc et continuer avec l’interpro ( ça fait du bien d’entendre ce « tous ensemble » ce « on lâchera rien » de la part de jeunes , de moins jeunes ...) Et avec tout ça on est même pas fatigué, on a même voté à l’unanimité la tenue, pendant les vacances (du jamais vu), d’une AG éduc lundi à 16h : pour que les collègues, qui le désirent, puissent assister ensuite à l’interpro, qu’ils constatent cette formidable mobilisation , cette détermination .. Dès demain, on propose aux collègues d’envoyer une déclaration d’intention de grève à partir du 6 novembre ( ça tombe bien , on vient d’apprendre que ce sera une journée nationale ..) . On a envisagé aussi la tenue d’une AG éduc le mardi 3 nov. pour parler de la poursuite de la grève reconductible

FECAMP

L’AG interpro (CGT, Solidaires, FSU et collectif fécampois) réunie ce soir à Fécamp a décidé des actions suivantes :

  • demain matin, tractage sur le marché pour informer des actions de la semaine prochaine + collecte de solidarité en faveur des salariés des raffineries (L’UD CGT 76 organise une collecte en ce sens). La collecte réalisée au lycée s’élève à 235 euros.
  • lundi matin : réunion à dix heures pour rédiger le tract du 28
  • Mardi 26 : tractage sur trois rond-points de Fécamp à partir de 7h. Déjà 15 inscrits.
  • le midi : pique-nique à midi sur le rond-point de la Mature (préparatifs à partir de 11h)
  • Atelier slogans, pancartes, banderolles à 14h à la maison des syndicats.
  • jeudi 29 : journée de grèves et manifestation à 14h30 à Fécamp.

Enfin, un responsable CGT à Exxon Mobil ND de Gravenchon, nous expliquait ce soir que la répression gouvernementale de Grandpuits constitue surtout une opération de comm : « une raffinerie, ce n’est pas une machine à laver. Il ne suffit pas d’appuyer sur un bouton pour tout remettre en marche ». La grève continue et le retour à la normale n’est pas pour demain ! A Gravenchon, la grève est reconduite juqu’à au moins lundi !

VERNON

  • Une vingtaine de gréviste hier au lycée, ce qui est un relatif succès mais estimable tout de même. Le tractage s’est bien passé, l’accueil a été plutôt positif.
  • L’après midi a été préparée une pétition qui a circulé dans l’établissement pour affirmer, même en tant que non -gréviste, le soutien au mouvement. Les élèves qui manifestent le vendredi, faute de policier pour les encadrer hier, comprennent bien la problématique de la mise en grève une veille de vacances et nous ont demandé ce témoignage de soutien pour renforcer leur détermination.
  • En tout cas, ils ont aussi, lors d’une AG de l’union locale, demandé des renforts adultes pour aujourd’hui et apprécieraient une aide des professeurs qui ne travailleraient pas à 10h30 pour les encadrer jusqu’à la fin de leur manif. C’est important pour eux et pour éviter d’éventuels débordements, ce n’est pas de la manipulation.
  • Nous avons aussi préparé tous les points à soulever au CA qui devrait se tenir (enfin) le 9 novembre (stagiaires, CCF, Certification, dispo Clair, avenir des CSS ...). Le bilan de rentrée a été demandé pour être mis à l’ordre du jour. Nous avons rencontré le proviseur, au sujet de ces différents points. De vrais problèmes de fonctionnement semble se profiler, nous avons maintenu le fait que nous ne voyons pas comment et ne voulons pas nécessairement bricoler pour pallier au dysfonctionnement des institutions... Pas vraiment de réponse de la part du proviseur qui se masque souvent derrière l’éternel « on y peut rien mais on fait le maximum »...Nous demeurons perplexes et inquiets. Nous en reparlerons en heure d’info syndicale après les vacances. Nous lu avons en tout cas demandé de se battre de son côté pour le maintien de nos capacités d’accueil et nos formations... à suivre mais nous sommes dubitatifs.

Dans toute la France, LA MOBILISATION CONTINUE

  • Plusieurs milliers de lycéens et d’étudiants (4.000 selon la police et 17.000 selon l’UNEF) ont défilé jeudi après-midi à Paris contre la réforme des retraites, dans le cadre d’une journée nationale de mobilisation à l’appel de leurs trois principales organisations (UNL, FIDL et UNEF). Environ 35.000 personnes, selon les organisateurs, 8000 selon la police, ont de nouveau défilé dans les rues jeudi à Toulouse contre la réforme des retraites, sans attendre un éventuel nouvel appel national à manifester.
  • SNCF : Entre 13,3 % de grévistes (direction) et 24,6 % (CGT).
  • Transports urbains : des dépôts de bus ont été bloqués à Poitiers, Niort, Limoges, Tours.
  • Education : Entre 312 (ministère de l’éducation nationale) et 1 300 (syndicats lycéens) lycées étaient « perturbés ». Des manifestations ont eu lieu dans la matinée dans plusieurs villes, notamment à Marseille, Toulouse, Bordeaux, Brest, Rennes, Caen, Grenoble, Perpignan. Entre sept (ministère) et onze universités (UNEF) étaient perturbées ou bloquées jeudi matin et 4 à 5 fermées administrativement.
  • Fonction publique : La grève se poursuivait dans plusieurs services des collectivités territoriales (crèches, cantines, ramassage d’ordures) : à Toulouse, les éboueurs bloquaient les dépôts. Ils sont aussi en grève à Nantes, Montpellier, Agen. Les agents du centre hospitalier psychiatrique d’Agen ont voté la grève reconductible.
  • Gaz et électricité : Les deux principaux terminaux méthaniers, Fos-Tonkin (Bouches-du-Rhône) et Montoir-de-Bretagne (Loire-Atlantique), étaient encore arrêtés, le troisième fonctionnant à « débit minimum ». Environ 300 personnes ont bloqué l’usine hydroélectrique EDF d’Ottmarsheim (Haut-Rhin) et l’écluse sur le canal Rhin-Rhône à proximité.
  • Raffineries et dépôts pétroliers : Les douze raffineries de la métropole sont toujours bloquées. Il est impossible d’accéder à la raffinerie Total de Grandpuits (Seine-et-Marne), malgré la réquisition du personnel.
  • Barrages filtrants ou opérations escargot : Plusieurs barrages fixes ou filtrants ont été organisés près du Havre et de Rouen. A Strasbourg, une opération escargot a été menée sur l’autoroute A 35 entre l’aéroport d’Entzheim et Strasbourg. A Limoges, des manifestants ont bloqué les trois ponts enjambant la Vienne et, à Lille, des militants ont installé un barrage filtrant au port fluvial. A Toulon, d’autres ont bloqué partiellement les accès de l’arsenal. Le pont de Pirmil à Nantes (Loire-Atlantique) a été bloqué par des étudiants et des lycéens.
  • Industries et commerces : Près de Bordeaux, des manifestants ont bloqué la plate-forme logistique de Carbon-Blanc qui approvisionne les supermarchés Auchan du Sud-Ouest. Au Luc (Var), d’autres paralysaient une centrale d’achats qui alimente de grandes enseignes de la région PACA. Une plate-forme de transport et de logistique a également été bloquée près de Lille, ainsi que la principale zone industrielle d’Amiens. En Bretagne, la plus grande zone commerciale de Saint-Brieuc a été bloquée une bonne partie de la matinée par des barrages formés par quelque 500 manifestants, qui ont allumé des feux de pneus et de palettes et bloqué également, comme la veille, la RN 12 (Rennes-Brest).

Documents joints

Havre n°9
Havre n°9
Havre n°10
Havre n°10
Rouen n°4
Rouen n°4

Agenda

<<

2020

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.

Mac Do Neufchâtel en Bray veut licencier une militante syndicale CGT !

vendredi 6 juillet 2018

Suite à un entretien disciplinaire une syndiquée CGT depuis un mois au McDonald’s de Neufchatel en Bray a été mise à pieds à titre conservatoire avant que ne soit décidé un licenciement. Les vrais motifs de cette mise à pied : la distribution de tracts dans les restaurants de cette franchise (Dieppe, Yvetot et Neufchâtel en bray) mentionnant les acquis obtenus au restaurant d’Elbeuf (13e mois, prime trimestrielles, congés enfants malades, arbre de Noël ...), et la crainte que les salariés reprennent eux aussi ces revendications !
Rassemblement Dimanche 8 juillet 18h45 devant le Mac Donald de Neufchâtel en Bray.