Communiqué de l’UGFF - Les premiers reculs du gouvernement sont le fruit des luttes

lundi 21 mars 2005
popularité : 3%

Au soir du 10 mars, la situation sociale en France a été bousculée par la forte mobilisation des salariés. Les déclarations de Jean-Pierre RAFFARIN, de certains de ses ministres, démontrent que le Gouvernement est contraint de compter avec la mobilisation.

Certes, les concessions annoncées, en particulier pour le secteur privé, demeurent bien en deçà des légitimes attentes des salariés et de leurs organisations syndicales. Pour autant, nombreux sont les signes tangibles qui soulignent que la donne est différente.

En ce qui concerne la fonction publique, Renaud DUTREIL a officiellement fait savoir que les négociations salariales, pour 2005 (voire 2006), étaient réouvertes.
Celles-ci débuteront le mardi 22 mars à 14 heures.

D’ores et déjà, des informations persistantes font état d’une possible nouvelle augmentation de la valeur du point de 0,8 ou de 1 %.
Bien entendu, une telle mesure, si elle était confirmée, ne répondrait pas à la globalité des revendications salariales portées par les syndicats, loin s’en faut. Notamment, le recul du pouvoir d’achat accumulé ces dernières années ne serait pas comblé.

En l’état, aucun accord salarial ne saurait être envisagé avec notre organisation.
Néanmoins, il convient de mesurer le chemin parcouru.

En effet, quelle évolution depuis qu’à l’automne dernier, Renaud DUTREIL envisageait pour 2005 une mesure « qui ne saurait être inférieure à celle de 2004 ».

En termes plus clairs, il s’agissait d’une hausse de la valeur du point de 0,5 %. La détermination du front unitaire, les premières mobilisations initiées par la CGT, qui ont permis de fortifier l’unité d’action, l’avaient déjà amené à quelques modestes concessions.

L’éventuelle augmentation du point à un niveau égal ou légèrement supérieur à l’inflation traduirait un double recul beaucoup plus net :
Depuis 1984 inclus, ce serait seulement la sixième année où la majoration de la valeur du point couvrirait ou dépasserait la hausse du coût de la vie, la dernière remontant à 1998 ;
Porter l’essentiel du dispositif salarial sur la valeur du point, c’est reconnaître que celui-ci constitue bien l’élément principal et incontournable du salaire des fonctionnaires.

Il s’agit de ne pas s’y tromper : ces acquis significatifs, qu’il reste à concrétiser, (que, encore une fois, il reste à concrétiser) sont à mettre au seul crédit de la mobilisation des salariés.

C’est une nouvelle preuve que la détermination, l’action unitaire sont les éléments indispensables pour obtenir des avancées.
Ceci étant, on est toujours loin du compte, et pas seulement sur les salaires. L’emploi public, les missions de service public, les convergences indispensables avec le secteur privé, sont, entre autres, autant d’éléments qui militent pour la poursuite de la vigilance et de l’intervention des personnels.

C’est dans cette optique que la CGT appelle à faire du 22 mars une journée de négociations sous contrôle des agents, avec assemblées générales, motions aux préfets, au ministre...

Ensemble, continuons pour transformer l’essai !

Montreuil, le 18 mars 2005

Au soir du 22 mars, la CGT communiquera tous les éléments sur le contenu et les propositions du Gouvernement.


Agenda

<<

2021

 

<<

Février

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Lubrizol : 1 an après on oublie pas ! Réunion publique le 25 septembre, manifestation le 26 septembre

mardi 8 septembre 2020

Réunion publique d’information sous chapiteau Vendredi 25 septembre 2020 de 18 à 20h A la Friche Lucien, place Carnot, ROUEN
Jeudi MANIFESTATION Samedi 26 septembre 13h30 Rendez-vous devant : LUBRIZOL (quai de France)

Télécharger et diffuser :

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier 2020

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.