Nouveau Bac Pro forêt : Refuser la mise en danger des élèves et des futurs professionnels

dimanche 16 janvier 2011
popularité : 6%

Après une année de travail, le référentiel de formation du nouveau Bac Pro forêt (ex GCCF) a été présenté le 1er décembre à l’ensemble des organisations professionnelles et syndicales du secteur de l’aménagement lors de la Commission Nationale Spécialisée (CNS Aménagement).

Un secteur à très haut risque

Depuis le début des travaux, nos organisations syndicales représentants les personnels de l’enseignement agricole (SFOERTA-FO, SGEN CFDT, SNETAP FSU, SYAC CGT) et les salariés de l’agriculture et de la forêt (FNAF CGT) n’ont eu de cesse d’alerter la Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche lors des deux précédentes réunions de la CNS sur les forts enjeux en matière de sécurité dans le secteur des travaux forestiers :

  • Dangerosité des activités : avec 156,8 accidents du travail par million heures travaillées (chiffres MSA 1999) l’ exploitation forestière est le secteur le plus dangereux de notre ministère. Il est 5 fois plus dangereux que l’ensemble du secteur des salariés de l’agriculture (33,8 accidents du travail par million heures travaillées). Il faudrait ajouter à ces chiffres les accident du travail des actifs non salariés (entrepreneurs) qui sont majoritaires dans ce secteur.
  • Fort "turn over" des salariés : selon les chiffres de la MSA, en 2006 il y avait 26% de "turn over" par an en sylviculture et 43% de "turn over" par an en exploitation forestière.
  • Majorité d’accidents du travail en début de carrière : 52% des victimes d’accident du travail ont une ancienneté inférieure à 2 ans.

56 heures de chantier école, c’est ridicule !

Lors de la semaine d’écriture du référentiel de formation à Dijon fin octobre 2010, les enseignants convoqués, en préalable aux travaux, ont rappelé leurs très fortes inquiétudes suite à l’annonce du cadre de travail et des volumes horaires proposés pour la formation pratique : 56 heures de chantiers école sur deux ans.

Selon nos calculs, une telle proposition conduit à la perte d’au moins 200 heures de travaux pratiques renforcés (TPR).

Une politique incohérente du MAAPRAT

Accepter une telle réduction horaire est en totale contradiction avec la mise en oeuvre du décret de janvier 2009 sur la capacité à l’installation en tant qu’entrepreneur forestier et avec les négociations actuelles dans le secteur forestier sur l’hygiène et la sécurité.

En tant qu’enseignants, formateurs et salariés forestiers, nous ne pouvons pas accepter la remise en cause totale des avancées obtenues en 2002 sur la formation initiale à l’hygiène et à la sécurité, sur le taux d’encadrement (2 pour 16) et sur des pratiques encadrées spécifiques aux travaux forestiers.

Nous ne pourrons pas en 56 heures former des jeunes de 15 à 18 ans au maniement en sécurité de la tronçonneuse et de la débroussailleuse, à la conduite de machines, à l’affûtage des outils, aux méthodes de
prévention des risques professionnels et aux gestes et postures. De plus, nous constatons un rajeunissement des élèves entrant en formation. Sans cette formation de base, quels seront les maîtres de stage et futurs employeurs qui accepteront d’accueillir des élèves sur des chantiers forestiers ? Est-il acceptable de faire reporter sur le maître
de stage la responsabilité de la formation initiale de base des ouvriers forestiers ? Peut-on se prévaloir d’une qualification en travaux forestiers après seulement 56 heures de chantiers pédagogiques ?

Au final c’est une réduction dramatique des moyens d’encadrement et de présence sur des chantiers pédagogiques qui remet en cause les acquisitions élémentaires de nos futurs élèves et les placeront en situation potentielle de danger en stage et dans leur futur métier.

Augmenter la formation pratique est incontournable

Au regard des enjeux de sécurité, nos onze organisations syndicales exigent :

  • Le retour à 100H de TPR sur les 2 ans de Bac Pro forêt rénové
  • 2 semaines de stage collectif supplémentaires prises sur les périodes de stage ;
  • la garantie du taux d’encadrement en TPR à 2 encadrants pour 16 élèves ;
  • l’inscription du SSTA et du CACES en horaire et en formation obligatoire ;

Une convergence des organisations du secteur de la forêt

Nous avons été rejoint dans notre demande par les seuls professionnels présents : la représentante de la Fédération Nationale des Syndicats de Propriétaires Forestiers, le représentant de la prévention de la MSA ; et le représentant de la CFE CGC

Sentant la demande unanime des organisations présentes, les représentants de la DGER se sont engagés à faire remonter nos demandes. Nous avons le sentiment que la DGER est prête à rajouter quelques heures.

De notre côté, ayant peu de confiance dans la volonté de la DGER à satisfaire totalement ces demandes, nous allons donc dans les jours à venir envoyer un courrier à destination du ministre sur la cohérence de la politique de son ministère en matière d’hygiène et sécurité dans le secteur forestier. Nous solliciterons une entrevue pour développer notre argumentation.

L’objectif est d’associer le plus grand nombre de représentants d’organisations professionnelles de la Forêt (CNPPF, ONF, FNB, EDT,....) et de syndicats du secteur forestier et de l’enseignement agricole.

Participer à la consultation et informer les professionnels

Les collègues exerçant dans les lycées et centres de formation forestiers doivent faire remonter leurs insatisfactions via la consultation sur le Bac Pro forêt (consultforet@educagri.fr )

Il faut également dans la mesure du possible informer nos partenaires professionnels locaux afin de les associer à nos démarches.

L’espoir renaît d’obtenir une meilleure situation que celle qui nous est présentée. Il en va de l’avenir des formations forestières par la voie scolaire initiale.

Six nouvelles organisations se sont associées au communiqué : la CGT Forêt (personnels ONF), le SEA Unsa (Personnels enseignement agricole), le SNPEFP agri - CGT (Personnels enseignement agricole privé), le SNUPFEN - Solidaire (Personnels ONF), SUD Rural (Personnels MAAPRAT) et l’UNSA Agrifor (Personnels MAAPRAT et CRPF) sont solidaires de nos démarches auprès du ministre pour le renforcement de l’enseignement des aspects hygiènes et sécurité


Documents joints

Bac pro forêt
Bac pro forêt

Agenda

<<

2020

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
2829301234
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

Mouvement 2019 des personnels ATSS :

samedi 22 décembre 2018

Mouvement inter-académique des AAE et des SAENES :
La saisie des voeux doit se faire du 11 décembre 2018 au 8 janvier 2019. La CAPN des SAENES aura lieu le 19 mars 2019, et celle des AAE le 21 mars 2019.

Mouvement à gestion déconcentrés ADJAENES
la pré-inscription se fera du 10 janvier 2019 au 7 février 2019. Le reste du calendrier sera en fonction des académies demandées.

Mouvement à gestion déconcentrés des ATRF
la pré-inscription se fera du 10 janvier 2019 au 7 février 2019. Le reste du calendrier sera en fonction des académies demandées.

La pédagogie Nutella ou le collège 2016... vu à la TV !

lundi 20 avril 2015

La réforme du collège 2016 agite le Landerneau enseignant depuis quelques semaines. Elle inquiète aussi à juste titre les parents qui se demandent bien ce que ledit collège réformé fera avec leur progéniture.

Pour rassurer tout le monde, la télévision publique nous montre à quoi ressemblera le collège 2016, dans deux reportages successifs. En effet, le collège réformé s’inspire de dispositifs innovants qui existent déjà dans quelques établissements expérimentaux.

Alors savourons cet avant-goût du collège nouveau...

Lire la suite sur le site La Vie Moderne

Chatel : "Certaines mesures vont dans le bon sens"

lundi 20 avril 2015

C’est le spécialiste des réformes destructrices Chatel qui ont mis à mal le lycée général et liquidé la voie STI qui nous le dit.
On constate facilement où Vallaud-Belkacem trouve son inspiration !

"Que les conservateurs tombent les masques !"

lundi 20 avril 2015

Voici le titre de l’interview de Vallaud-Belkacem au très réactionnaire journal Le Point.
Notre seule réponse à NVB : "Que les néo-libéraux tombent également le masque !"

4 pages spécial Retraités de la FERC

samedi 31 août 2013

Au sommaire : Conférence de l’UFR... les retraités à l’offensive ! - Quelle UFR, quelle structure ? - Place des retraités dans la CGT - Continuité syndicale et renforcement - Impressions croisées
Télécharger le 4 pages

Au sujet des dépenses scolaires…

jeudi 22 août 2013

Chaque année, à l’approche de la rentrée, on retrouve dans les médias des articles plus ou moins bien renseignés sur les "dépenses de la rentrée des classes". Je les parcours toujours avec un peu d’agacement quand ils mettent en avant les nouveaux cartables, les vêtements, les classeurs, les crayons et les compas, les garderies et les cantines.
Parler de ces frais là, c’est évoquer l’arbre pour cacher la forêt. Les cartables et les compas durent facilement plusieurs années et les vêtements ne me semblent pas être une dépense scolaire : mes filles iraient-elles nues si l’école n’existait pas ? Idem pour la cantine : il faut manger même en dehors de l’obligation scolaire. Admettons pour la garderie des petits. Ce qui m’interpelle, ce sont les frais dont on parle moins et qui pourtant jalonnent bien le parcours scolaire des jeunes.
Lire la suite sur le site de l’Ecole démocratique

Ecole élémentaire : en France, le nombre d’élèves par enseignant supérieur à la moyenne OCDE (Depp)

vendredi 16 août 2013

Selon la revue "L’Éducation natio­nale en chiffres" de la Depp, le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises se situe en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE.
Le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises est en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE, selon la revue "L’Éducation natio­nale en chiffres" éditée par la Depp et parue en juillet 2013.
Dans les pays de l’OCDE, le nombre moyen d’élèves par ensei­gnant était à ce niveau de 15,4, en 2011 contre 18,4 en moyenne en France.

Loire-Atlantique / Rythmes : lettre ouverte des UD CGT, FO, FSU et Solidaires au DASEN et aux 26 maires de Loire-Atlantique appliquant la réforme en 2013

samedi 29 juin 2013

Depuis plusieurs mois, nos organisations syndicales ne cessent de dénoncer la précipitation et les dangers contenus dans la réforme des rythmes scolaires. Si les appréciations de nos syndicats respectifs peuvent diverger sur l’analyse de la loi Peillon et de son volet sur les rythmes scolaires, cela ne nous empêche en rien de partager nombre de points de vue sur les effets néfastes de cette réforme. Les propos volontaristes des municipalités ayant décidé de s’engager dès septembre 2013 dans la mise en œuvre du pan de réforme sur les rythmes ne résistent pas à un l’examen pragmatique. Pour notre part cette réforme relève plus d’un projet politique portant sur la territorialisation de l’École que sur les effets bénéfiques pour les enfants et les familles.
L’intention gouvernementale affiche une volonté de servir la réussite scolaire des élèves. Nous pensons qu’il y a loin du discours à une réalité qui malmène aussi les personnels concourant aux rythmes éducatifs des enfants. Les campagnes de communication politiciennes ne peuvent dissimuler les malaises grandissant autour de la rentrée 2013 précipitée.
Lire la suite