INTERSYNDICALE LP - COMPTE-RENDU D’AUDIENCE AU RECTORAT (18-02-2011)

dimanche 20 février 2011
popularité : 4%

Présents : CGT, SNUEP-FSU, FO, CFDT, UNSA, SUD.

  • Carte des formations : le match public-privé

Nous avons demandé que pour le prochain CTPA (24 mars), nous ayons un bilan des ouvertures et fermetures de sections actualisé (tenant compte de ce qui a été modifié suite aux mobilisations de ces dernières semaines). Nous avons demandé également la carte des ouvertures et fermetures dans le secteur privé afin d’avoir un point de comparaison. Ces deux demandes ont été acceptées.

Nous sommes revenus à la charge sur la fermeture du bac pro TCI à Fernand Léger, qui laisserait le monopole de cette formation au privé sur l’agglomération rouennaise. Ca ne pose pas de problème au rectorat, qui se réfugie en dernier recours sur le nombre d’élèves qui était moins élevé à Léger que dans le privé, ce qui justifierait la fermeture dans le public. Le rectorat invoque la loi Debré qui l’empêcherait de faire un autre choix que celui-là.

  • CAP : sous-traités aux CFA

Sur les CAP, le rectorat considère toujours qu’il y en a trop dans l’académie de Rouen par rapport aux autres académies. Par ailleurs, le projet - avoué et assumé par nos interlocuteurs - est de recentrer l’activité des LP sur le bac pro, la formation CAP étant laissée à l’apprentissage.

Les seuls « CAP » demeurant dans le champ de la formation sous statut scolaire seraient donc ceux qui ne sont pas proposés par le privé et ceux que nous ferons passer aux élèves de bac pro 3 ans au cours de leur cursus. A ce sujet, le doyen des inspecteurs nous a appelé à ne pas « dévaloriser », à ne pas « dénigrer » ce diplôme (il ne faut plus employer le terme de « certification intermédiaire »), pour ne pas nous tirer une balle dans le pied en faisant fuir les élèves. Le message à transmettre serait donc : « avec le bac pro 3 ans, vous préparez aussi un CAP et il a autant de valeur qu’avant ».

Les représentants du rectorat nous ont d’ailleurs annoncé le nouveau plan d’aide au développement de l’apprentissage, organisé par le ministère du travail (Nadine Morano), dans lequel la région Haute-Normandie devrait passer de 14.380 apprentis aujourd’hui à 17.666 en 2015. Le rectorat intervient auprès du ministère du Travail pour limiter ce développement, arguant du fait que notre région est déjà en avance dans le domaine...

  • DIMA : pas de mise en place dans l’académie.

Nos interlocuteurs nous ont déclaré que ce nouveau dispositif de pré-apprentissage (au niveau collège) ne serait pas mis en place dans l’académie.

  • Nouvel horizon : le « mixage » des publics

Nos interlocuteur nous ont prévenu : il faut s’attendre à avoir bientôt dans nos classes un public mixte, composé pour partie d’élèves sous statut scolaire et d’apprentis ou de personnes en formation continue. Bien sûr, « rassurez-vous », les collègues seront au préalable « formés » pour gérer cette nouvelle façon de travailler.

  • Bilan de la réforme du bac pro et perspectives en LP

En 2013, le rectorat prévoit 1000 élèves de moins dans les LP de l’académie. Cette baisse serait le produit de la résorbtion du fameux « bourrelet » de transition entre le bac pro 4 ans et le bac pro 3 ans. Les effectifs recommenceraient à croître en 2015 seulement.

A la rentrée 2012, un premier bilan de la réforme sera opéré. Seront examinés les taux de réussite, les taux de décrochage, l’attractivité, etc, pour comparer avec l’ancienne formule BEP 2 ans+Bac Pro 2 ans. On peut d’ores et déjà prendre les paris sur le bilan que tirera le ministère...

  • Calcul des DHG et regroupements de sections en bac pro.

Fa ce à nos questions et critiques, nos interlocuteurs ont « concédé » qu’il pourrait y avoir des « ajustements », en juin avec les effectifs annoncés, et selon les « remontées » des établissements.

Ils nous ont dit de passer par les inspecteurs pour signaler les problèmes posés par les regroupements en enseignement général (ou professionnel).

Ils nous ont dit de faire remonter les problèmes posés par les contraintes de place et de sécurité (dans les salles de cours, les ateliers, etc).

  • Nombre de places ouvertes et nombre de candidats, orientation et procédures d’affectation en LP.

Ce qui est certain, c’est que le 26 juin, les services de l’orientation remontent au rectorat l’ensemble des voeux des élèves. Il faudra être vigilant sur le sujet et exiger l’accueil de tous ceux qui le souhaitent. Selon le responsable du service d’orientation, 20% (estimation) des élèves n’obtiennent pas leur voeu 1 !

Les services d’orientation nous ont annoncé des procédures plus efficaces pour affecter rapidement en LP les élèves dont le contrat d’apprentissage capote dès septembre (ils seraient « plusieurs centaines » !) et pour suivre le devenir des élèves qui vont vers l’enseignement pro mais n’arrivent pas dans les LP.

La politique d’orientation vers la seconde générale est farouchement niée... mais le rectorat avoue que depuis des années (à part celle-ci) le taux de passage au lycée général après la troisième augmente régulièrement. Le hasard peut-être...

  • LP mobilisés

Le rectorat nous a annoncé qu’Envermeu garderait son CAP menacé.

Par contre, aucune avancée pour Le Tréport, Jacquard (à part la mise en place d’un groupe de travail pour étudier l’avenir des collègues dans cet établissement qui va être « fusionné » avec E. Labbé) ou Hébert (qui perd son CAP MHL).

Et maintenant ?

  • L’intersyndicale va produire un communiqué commun et prépare une conférence de presse pour la rentrée, afin de faire connaître la mise à sac de l’enseignement professionnel. Elle appellera à des AG ou heures d’info syndicale dans les établissements dans la première semaine. Elle réfléchit à une éventuelle journée d’action.
  • De notre côté CGT, il va falloir réfléchir à la façon de nous organiser dans les bahuts et de mobiliser de façon coordonnée pour débloquer des moyens supplémentaires et marquer des points dans l’opinion. Le prochain CTPA marquera une étape, mais comme le dit le rectorat, jusqu’en juin, il peut y avoir des ajustements. Alors à nous « d’ajuster » en force.

Agenda

<<

2019

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

Mouvement 2019 des personnels ATSS :

samedi 22 décembre 2018

Mouvement inter-académique des AAE et des SAENES :
La saisie des voeux doit se faire du 11 décembre 2018 au 8 janvier 2019. La CAPN des SAENES aura lieu le 19 mars 2019, et celle des AAE le 21 mars 2019.

Mouvement à gestion déconcentrés ADJAENES
la pré-inscription se fera du 10 janvier 2019 au 7 février 2019. Le reste du calendrier sera en fonction des académies demandées.

Mouvement à gestion déconcentrés des ATRF
la pré-inscription se fera du 10 janvier 2019 au 7 février 2019. Le reste du calendrier sera en fonction des académies demandées.

La pédagogie Nutella ou le collège 2016... vu à la TV !

lundi 20 avril 2015

La réforme du collège 2016 agite le Landerneau enseignant depuis quelques semaines. Elle inquiète aussi à juste titre les parents qui se demandent bien ce que ledit collège réformé fera avec leur progéniture.

Pour rassurer tout le monde, la télévision publique nous montre à quoi ressemblera le collège 2016, dans deux reportages successifs. En effet, le collège réformé s’inspire de dispositifs innovants qui existent déjà dans quelques établissements expérimentaux.

Alors savourons cet avant-goût du collège nouveau...

Lire la suite sur le site La Vie Moderne

Chatel : « Certaines mesures vont dans le bon sens »

lundi 20 avril 2015

C’est le spécialiste des réformes destructrices Chatel qui ont mis à mal le lycée général et liquidé la voie STI qui nous le dit.
On constate facilement où Vallaud-Belkacem trouve son inspiration !

« Que les conservateurs tombent les masques ! »

lundi 20 avril 2015

Voici le titre de l’interview de Vallaud-Belkacem au très réactionnaire journal Le Point.
Notre seule réponse à NVB : « Que les néo-libéraux tombent également le masque ! »

4 pages spécial Retraités de la FERC

samedi 31 août 2013

Au sommaire : Conférence de l’UFR... les retraités à l’offensive ! - Quelle UFR, quelle structure ? - Place des retraités dans la CGT - Continuité syndicale et renforcement - Impressions croisées
Télécharger le 4 pages

Au sujet des dépenses scolaires…

jeudi 22 août 2013

Chaque année, à l’approche de la rentrée, on retrouve dans les médias des articles plus ou moins bien renseignés sur les « dépenses de la rentrée des classes ». Je les parcours toujours avec un peu d’agacement quand ils mettent en avant les nouveaux cartables, les vêtements, les classeurs, les crayons et les compas, les garderies et les cantines.
Parler de ces frais là, c’est évoquer l’arbre pour cacher la forêt. Les cartables et les compas durent facilement plusieurs années et les vêtements ne me semblent pas être une dépense scolaire : mes filles iraient-elles nues si l’école n’existait pas ? Idem pour la cantine : il faut manger même en dehors de l’obligation scolaire. Admettons pour la garderie des petits. Ce qui m’interpelle, ce sont les frais dont on parle moins et qui pourtant jalonnent bien le parcours scolaire des jeunes.
Lire la suite sur le site de l’Ecole démocratique

Ecole élémentaire : en France, le nombre d’élèves par enseignant supérieur à la moyenne OCDE (Depp)

vendredi 16 août 2013

Selon la revue « L’Éducation natio­nale en chiffres » de la Depp, le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises se situe en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE.
Le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises est en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE, selon la revue « L’Éducation natio­nale en chiffres » éditée par la Depp et parue en juillet 2013.
Dans les pays de l’OCDE, le nombre moyen d’élèves par ensei­gnant était à ce niveau de 15,4, en 2011 contre 18,4 en moyenne en France.

Loire-Atlantique / Rythmes : lettre ouverte des UD CGT, FO, FSU et Solidaires au DASEN et aux 26 maires de Loire-Atlantique appliquant la réforme en 2013

samedi 29 juin 2013

Depuis plusieurs mois, nos organisations syndicales ne cessent de dénoncer la précipitation et les dangers contenus dans la réforme des rythmes scolaires. Si les appréciations de nos syndicats respectifs peuvent diverger sur l’analyse de la loi Peillon et de son volet sur les rythmes scolaires, cela ne nous empêche en rien de partager nombre de points de vue sur les effets néfastes de cette réforme. Les propos volontaristes des municipalités ayant décidé de s’engager dès septembre 2013 dans la mise en œuvre du pan de réforme sur les rythmes ne résistent pas à un l’examen pragmatique. Pour notre part cette réforme relève plus d’un projet politique portant sur la territorialisation de l’École que sur les effets bénéfiques pour les enfants et les familles.
L’intention gouvernementale affiche une volonté de servir la réussite scolaire des élèves. Nous pensons qu’il y a loin du discours à une réalité qui malmène aussi les personnels concourant aux rythmes éducatifs des enfants. Les campagnes de communication politiciennes ne peuvent dissimuler les malaises grandissant autour de la rentrée 2013 précipitée.
Lire la suite