Vie scolaire : un véritable enjeu au sein d’un service public de l’Éducation nationale fort

4 pages Vie scolaire
mardi 21 juin 2011
popularité : 5%

À la rentrée prochaine, les services de Vie scolaire ne seront évidemment pas épargnés par les suppressions de postes.

  • En ce qui concerne les Assistants d’Éducation, ce sont plus de 800 équivalents temps plein (ETP) qui sont supprimés au niveau national. Ce sont donc plusieurs centaines de postes d’Assistants d’Éducation qui disparaissent (62 dans l’académie de Limoges, 50 dans celle d’Orléans-Tours, une centaine dans celle de Rouen...). Il convient partout d’interpeller les recteurs sur ce point, pour savoir dans quels établissements les postes seront supprimés et comment la surveillance et l’encadrement des élèves vont être assurés.
  • Chez les CPE aussi les suppressions de postes pleuvent : 155 à la rentrée prochaine. Dans le même temps, le nombre de postes au concours se réduit, celui-ci devenant quasi impossible à obtenir (2% de reçus notamment au concours interne !).

Que ce soit sur les suppressions de postes ou les conditions de travail, les réactions des personnels existent.

C’est, par exemple, le cas avec les Assistants d’Éducation de la région
de Montpellier qui se sont mis en grève le 17 février pour dénoncer la
précarité de leurs conditions de travail (cf p. 4). Leurs revendications
immédiates rejoignent celles définies dans nos Repères revendicatifs
(cf p. 3). Ce qui s’est passé à Montpellier peut s’étendre à l’ensemble
des académies.

Depuis la rentrée de septembre dernier, le métier de CPE est, de nouveau, attaqué par la mise en place du protocole d’inspection (cf p. 4). Un risque de dérapage existe dès lors que l’on demande aux collègues de piloter le service Vie Scolaire et d’assurer le management des personnels éducatifs. La tentation est grande depuis de nombreuses années de voir le/la CPE intégrer une hypothétique « équipe de direction », ce que la CGT Éduc’action dénonce !

  • On l’a compris, les services de Vie Scolaire connaissent le même sort que le reste de l’Éducation nationale, dans un secteur ô combien central de nos établissements. Ministère et gouvernement préfèrent la sécurité et la répression à l’Education, drôle de façon de s’occuper de la jeunesse…

Dans ce 4 pages, vous trouverez les revendications de la CGT Éduc’action pour l’ensemble des personnels de Vie Scolaire (p. 3 et 4), revendications qui ont été adoptées lors du Conseil National de la CGT Éduc’action (Dourdan, octobre 2010). Ils doivent servir à mieux faire connaître nos revendications sur le plan de la Vie Scolaire mais aussi de base aux luttes pour mieux faire entendre notre action au coeur des métiers de la Vie Scolaire.


Documents joints

4 pages Vie scolaire
4 pages Vie scolaire

Agenda

<<

2014

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293012345
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

4 pages spécial Retraités de la FERC

samedi 31 août 2013

Au sommaire : Conférence de l’UFR... les retraités à l’offensive ! - Quelle UFR, quelle structure ? - Place des retraités dans la CGT - Continuité syndicale et renforcement - Impressions croisées
Télécharger le 4 pages

Au sujet des dépenses scolaires…

jeudi 22 août 2013

Chaque année, à l’approche de la rentrée, on retrouve dans les médias des articles plus ou moins bien renseignés sur les « dépenses de la rentrée des classes ». Je les parcours toujours avec un peu d’agacement quand ils mettent en avant les nouveaux cartables, les vêtements, les classeurs, les crayons et les compas, les garderies et les cantines.
Parler de ces frais là, c’est évoquer l’arbre pour cacher la forêt. Les cartables et les compas durent facilement plusieurs années et les vêtements ne me semblent pas être une dépense scolaire : mes filles iraient-elles nues si l’école n’existait pas ? Idem pour la cantine : il faut manger même en dehors de l’obligation scolaire. Admettons pour la garderie des petits. Ce qui m’interpelle, ce sont les frais dont on parle moins et qui pourtant jalonnent bien le parcours scolaire des jeunes.
Lire la suite sur le site de l’Ecole démocratique

Ecole élémentaire : en France, le nombre d’élèves par enseignant supérieur à la moyenne OCDE (Depp)

vendredi 16 août 2013

Selon la revue « L’Éducation natio­nale en chiffres » de la Depp, le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises se situe en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE.
Le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises est en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE, selon la revue « L’Éducation natio­nale en chiffres » éditée par la Depp et parue en juillet 2013.
Dans les pays de l’OCDE, le nombre moyen d’élèves par ensei­gnant était à ce niveau de 15,4, en 2011 contre 18,4 en moyenne en France.

Loire-Atlantique / Rythmes : lettre ouverte des UD CGT, FO, FSU et Solidaires au DASEN et aux 26 maires de Loire-Atlantique appliquant la réforme en 2013

samedi 29 juin 2013

Depuis plusieurs mois, nos organisations syndicales ne cessent de dénoncer la précipitation et les dangers contenus dans la réforme des rythmes scolaires. Si les appréciations de nos syndicats respectifs peuvent diverger sur l’analyse de la loi Peillon et de son volet sur les rythmes scolaires, cela ne nous empêche en rien de partager nombre de points de vue sur les effets néfastes de cette réforme. Les propos volontaristes des municipalités ayant décidé de s’engager dès septembre 2013 dans la mise en œuvre du pan de réforme sur les rythmes ne résistent pas à un l’examen pragmatique. Pour notre part cette réforme relève plus d’un projet politique portant sur la territorialisation de l’École que sur les effets bénéfiques pour les enfants et les familles.
L’intention gouvernementale affiche une volonté de servir la réussite scolaire des élèves. Nous pensons qu’il y a loin du discours à une réalité qui malmène aussi les personnels concourant aux rythmes éducatifs des enfants. Les campagnes de communication politiciennes ne peuvent dissimuler les malaises grandissant autour de la rentrée 2013 précipitée.
Lire la suite

Coaching patronal au collège, sous l’œil attendri de France 2

mercredi 26 juin 2013

Mardi 18 juin, dans le 20h de France 2, après les 9 min inaugurales sur les inondations en France, et parmi les quelques miettes distribuées aux autres sujets (3 min sur le mouvement social au Brésil, 2 sur l’accueil des touristes à Paris), on retiendra un reportage d’anthologie, intitulé (sur le site de France 2) « Éducation : du coaching en ZEP » : 4 min 20 consacrées à l’intervention d’une cadre dirigeante dans un collège de « ZEP », pour appliquer, selon ses propres dires, les « méthodes d’entreprise » à l’école. 4 min 20 pour un « gros plan » qui « traite » un sujet sans (se) poser la moindre question, sans rien en dire sinon célébrer les vertus d’une initiative qui, avec d’autres, relève d’un entrisme entrepreneurial dans l’institution scolaire, du reste fort à la mode. Une initiative présentée sans contrepoint ni distance : un tel éloge relève-t-il encore de l’information ?
Lire la suite sur le site d’ACRIMED

Apprentissage : le modèle allemand en question.

mercredi 29 mai 2013

Alors que le gouvernement souhaite développer l’apprentissage en France, l’Allemagne nous est souvent présentée comme un « modèle » dans ce domaine.
Le mensuel Alternatives Economiques de mai 2013 présente un rapport du Centre d’Analyse Stratégique qui nuance fortement les « performances » de ce modèle.
Le rapport du CAS indique ainsi qu’en Allemagne, plus les jeunes entrent tôt en apprentissage, plus grands sont les risques de rupture de leur contrat avant l’obtention du diplôme. Il indique également que l’apprentissage est une voie sélective, qui laisse de côté les plus faibles (ceux qui ont du mal à trouver une entreprise d’accueil).
A noter : le tissu industriel n’est pas le même en France et en Allemagne. Nos voisins d’outre-rhin ont de nombreuses grosses entreprises qui peuvent dégager des moyens pour former les apprentis, alors qu’en France, la majorité d’entre eux est accueillie dans des entreprises de moins de 10 salariés.
Point commun entre les deux pays : la fréquence élevée des mauvaises conditions de travail subies par les apprentis.

Rennes : mobilisation contre la réforme des rythmes

mardi 28 mai 2013

La CGT de la Ville de Rennes appellent les agents territoriaux à la mobilisation contre la réforme des rythmes. La CGT Educ’action 35 s’associe à cet appel.
Lire sur le site de la CGT Ville de Rennes
Lire sur le site de la CGT Educ’action 35

Hollande, VRP de l’idéologie patronale à l’école

mardi 30 avril 2013

«  Stimuler l’esprit d’entreprise dans notre pays, c’est d’abord le rôle de l’école  », a déclaré François Hollande en clôturant, ce 29 avril, les Assises de l’entrepreneuriat lancées mi-janvier. « Il sera prévu de la sixième à la terminale un programme sur l’entrepreneuriat  », a ajouté le chef de l’Etat en précisant qu’il s’inscrirait dans le cadre du parcours d’information, d’orientation et de découverte du monde professionnel. «  Il prendra la forme de stages, plus nombreux qu’aujourd’hui, d’interventions d’acteurs économiques et d’initiation à la vie économique.  » Un discours qui fait écho à la loi de refondation de l’école, votée en première lecture par les députés. Et dont le rapport annexé évoquait déjà les «  témoignages de professionnels aux parcours éclairants, initiatives organisées avec les régions, avec des associations et des représentants d’entreprises, visites, stages et découverte des métiers et de l’entreprise  ». L’idée est que tous les jeunes (ils sont moins de 50 % aujourd’hui) aient, au cours de leur enseignement secondaire, un contact avec l’entreprise autre que le seul stage de troisième. Ce contact ne devrait plus être laissé à la seule initiative de chaque établissement, mais serait systématisé dans le cadre d’un parcours. Ce qui, selon nos informations, ne se traduira toutefois pas par des heures supplémentaires pour les élèves, contrairement à ce que proposait le groupe de travail des Assises (3 heures d’option «  découverte professionnelle  » pour tous).
L’intégralité de l’article sur le site des Echos