L’indépendance de la Depp (Direction de l’Evaluation, de la Prospective et de la Performannce) mise à mal : le débat faussé sur l’Éducation nationale

samedi 5 novembre 2011
popularité : 2%

Tract commun :

  • CGT, CFDT, et SNUTETE FSU de l’administration centrale du Ministère du travail, de l’emploi et de la santé (DARES et DREES)
  • CGT Educ’action centrale du Ministère de l’Éducation Nationale, et Ministère de l’enseignement supérieur et recherche
  • SYGMA FSU du Ministère de l’Agriculture et de la pêche (SCEES)
  • CGT Équipement-environnement de l’Administration Centrale du Ministère de l’Écologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement
  • CGT, CFDT, SUD de l’Insee
  • CGT de Pôle Emploi

Interstat, collectif de syndicats de l’Insee et des Services statistiques ministériels (SSM), doit s’insurger une nouvelle fois contre les pratiques de nos dirigeants politiques. L’indépendance de la Statistique publique, désormais inscrite dans la loi depuis la Loi de modernisation de l’économie d’août 2008, est une réalité que les agissements des gouvernements et de leurs entourages tentent de
remettre en cause.

Le débat sur l’Éducation ne peut se faire sans statistique

Comme en 2008, il nous faut rappeler au ministre de l’Éducation nationale, que la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (Depp) n’est pas un service statistique dont il serait le seul utilisateur, mais qu’elle fait partie du service statistique public. À ce titre, elle produit les données relatives à l’Éducation sur lesquelles s’élabore le débat public. Elle construit et calcule les principaux indices et indicateurs qui permettent d’évaluer la situation de l’Éducation nationale. Elle analyse les informations chiffrées dont elle dispose et réalise les études nécessaires à l’interprétation des résultats obtenus. Surtout, elle donne un large accès à l’ensemble des informations qu’elle élabore et diffuse sous sa propre responsabilité. En tant que producteur de statistiques publiques, la Depp présente chaque année son programme de travail au Conseil national de l’information statistique (Cnis), programme d’activité1 qu’elle rend public, dans lequel elle présente les études et rapports qu’elle prévoit d’honorer dans l’année.

Les études portent sur des sujets aussi variés que le nombre d’élèves dans les classes, la prévision de l’évolution de ce nombre d’élèves, le nombre de professeurs en postes, recrutés, les résultats au baccalauréat, au brevet. Cette année, comme déjà en 2008 (2), des publications, censées être annuelles, ne sont pas diffusées. Ainsi, sur douze Notes d’informations annuelles annoncées dans le programme de travail 2011, et qui devaient être publiées entre janvier et juillet 2011, seules quatre ont été publiées pendant cette période. Les sept autres notes correspondent à des publications prévues dans le programme de travail 2010, mais qui n’ont pu être publiées qu’en 2011. Aucune des treize Notes d’informations occasionnelles, portant sur des thèmes moins récurrents, n’est accessible. Des
publications validées et prêtes à être diffusées sont retenues en attendant une éventuelle communication du ministre sur le sujet, ou un moment plus propice pour qu’elle ne génère pas de polémique dans le débat social. Ces blocages démotivent les statisticiens qui en sont victimes : après tout, pourquoi rédiger une publication que personne n’aura la possibilité de lire ?

Enfin, le principe de la RGPP s’applique aussi à ces services qui voient leurs moyens se réduire tandis qu’ils doivent produire toujours plus d’indicateurs. Mais faire autant ou plus avec toujours moins de moyens n’est pas possible. Les publications sont généralement les premières victimes de l’arbitrage
entre les travaux. En effet, les agents n’ont plus le temps de préparer des publications, ou bien, pire, les conditions de production d’indicateurs de qualité peuvent ne plus être réunies.

Certes, le Repères et références statistiques 2011 (RERS 2011), publié le 1er septembre 2011, contient de nombreuses informations sur ces thèmes. Mais cet ouvrage est publié plus tardivement que les
Notes d’information prévues. En outre, une bonne compréhension des résultats par le grand public suppose une analyse plus poussée et une présentation plus complète. Il conviendrait que les résultats soient commentés par des professionnels sur un support plus adapté pour que les citoyens puissent comprendre plus facilement leur sens. Surtout, ils ne doivent pas seulement être commentés lors d’une conférence de presse du ministre.

La rétention d’information est une atteinte à la démocratie

Cette rétention d’information a pour objectif de faciliter la communication du ministre. Ainsi, ce dernier a pu s’enorgueillir, lors de sa conférence de presse de rentrée (1er septembre 2011) d’améliorer
les compétences des élèves malgré la hausse du nombre d’élèves et la baisse du nombre d’enseignants.

Ces résultats sont pourtant sujets à caution : alors que jusqu’au milieu des années 2000, les enquêtes dont sont tirés ces résultats étaient conçues et réalisées conjointement par des statisticiens et des
enseignants. Elles sont à présent menées par la Direction pédagogique du ministère (DGESCO). Or la DGESCO n’est pas un service statistique, et ne bénéficie donc pas de l’indépendance vis-à-vis du ministère dont jouissent légalement les services statistiques ministériels. De plus, la réalisation et l’exploitation d’enquêtes de ce type ne fait pas partie a priori des missions de la DGESCO. La publication des résultats moins flatteurs d’opérations conduites en parallèle par la Depp n’est pas autorisée, ce qui est plus inquiétant encore. Il paraît donc hasardeux de proclamer avec autant de certitude que le ministre que le niveau des élèves s’est amélioré. Le Haut conseil de l’éducation (HCE) ne vient-il pas lui aussi de mettre en doute récemment certaines évaluations menées par la DGESCO ainsi que les indicateurs qui en découlent ?

Sans ses publications, la Depp est progressivement vidée de sa substance et de sa raison d’être. Des médias comme Médiapart ne s’y trompent pas et ont expliqué récemment qu’ils ne considéraient plus la Depp comme une source d’information statistique sur l’Éducation nationale.

Pour remédier à cette situation, la Depp doit pouvoir diffuser, à des dates annoncées, une information contrôlée et objective sur les grands sujets relatifs au thème de l’Éducation, sans se voir reprocher un manque de discrétion, gênant une communication qui voudrait renseigner unilatéralement.

L’indépendance de la Statistique publique est un combat de tous les jours

La Depp n’est qu’un exemple de blocages et d’utilisation des statistiques à des fins de communication par un ministre. D’autres rompent des embargos en diffusant et en commentant des chiffres avant la date autorisée, d’autres encore détournent certains résultats d’études pour tenter de faire dire aux chiffres ce qu’ils souhaitent, avec parfois des erreurs grossières qui tendent à discréditer les statistiques publiques. Cette situation est intolérable.

À six mois des élections présidentielles et législatives, elle est de surcroît dangereuse pour la qualité du débat public. Les citoyens doivent pouvoir s’informer en toute indépendance et ne pas être tributaires de la propagande, quelle que soit son origine.

Interstat veillera à faire respecter les principes d’indépendance, de pertinence, d’impartialité et de neutralité, piliers de la Statistique publique, et garants d’un véritable débat démocratique. Le groupe saisira les autorités et instances compétentes, mais surtout, il informera les citoyens et les prendra à témoin des graves dérives qui pourraient perdurer ou se produire.

A Paris, le 2 novembre 2011

1 Pour en savoir plus, sur ce programme d’activité :
http://www.education.gouv.fr/cid55797/menp1107906n.html

2 Pour en savoir plus sur la situation en 2008 : http://www.cgtinsee.org/dossiers/independance/2000-
2008/Independance%20en%20question%2018%20dec%202008.pdf


Documents joints

tract DEPP
tract DEPP

Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

La pédagogie Nutella ou le collège 2016... vu à la TV !

lundi 20 avril 2015

La réforme du collège 2016 agite le Landerneau enseignant depuis quelques semaines. Elle inquiète aussi à juste titre les parents qui se demandent bien ce que ledit collège réformé fera avec leur progéniture.

Pour rassurer tout le monde, la télévision publique nous montre à quoi ressemblera le collège 2016, dans deux reportages successifs. En effet, le collège réformé s’inspire de dispositifs innovants qui existent déjà dans quelques établissements expérimentaux.

Alors savourons cet avant-goût du collège nouveau...

Lire la suite sur le site La Vie Moderne

Chatel : « Certaines mesures vont dans le bon sens »

lundi 20 avril 2015

C’est le spécialiste des réformes destructrices Chatel qui ont mis à mal le lycée général et liquidé la voie STI qui nous le dit.
On constate facilement où Vallaud-Belkacem trouve son inspiration !

« Que les conservateurs tombent les masques ! »

lundi 20 avril 2015

Voici le titre de l’interview de Vallaud-Belkacem au très réactionnaire journal Le Point.
Notre seule réponse à NVB : « Que les néo-libéraux tombent également le masque ! »

4 pages spécial Retraités de la FERC

samedi 31 août 2013

Au sommaire : Conférence de l’UFR... les retraités à l’offensive ! - Quelle UFR, quelle structure ? - Place des retraités dans la CGT - Continuité syndicale et renforcement - Impressions croisées
Télécharger le 4 pages

Au sujet des dépenses scolaires…

jeudi 22 août 2013

Chaque année, à l’approche de la rentrée, on retrouve dans les médias des articles plus ou moins bien renseignés sur les « dépenses de la rentrée des classes ». Je les parcours toujours avec un peu d’agacement quand ils mettent en avant les nouveaux cartables, les vêtements, les classeurs, les crayons et les compas, les garderies et les cantines.
Parler de ces frais là, c’est évoquer l’arbre pour cacher la forêt. Les cartables et les compas durent facilement plusieurs années et les vêtements ne me semblent pas être une dépense scolaire : mes filles iraient-elles nues si l’école n’existait pas ? Idem pour la cantine : il faut manger même en dehors de l’obligation scolaire. Admettons pour la garderie des petits. Ce qui m’interpelle, ce sont les frais dont on parle moins et qui pourtant jalonnent bien le parcours scolaire des jeunes.
Lire la suite sur le site de l’Ecole démocratique

Ecole élémentaire : en France, le nombre d’élèves par enseignant supérieur à la moyenne OCDE (Depp)

vendredi 16 août 2013

Selon la revue « L’Éducation natio­nale en chiffres » de la Depp, le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises se situe en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE.
Le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises est en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE, selon la revue « L’Éducation natio­nale en chiffres » éditée par la Depp et parue en juillet 2013.
Dans les pays de l’OCDE, le nombre moyen d’élèves par ensei­gnant était à ce niveau de 15,4, en 2011 contre 18,4 en moyenne en France.

Loire-Atlantique / Rythmes : lettre ouverte des UD CGT, FO, FSU et Solidaires au DASEN et aux 26 maires de Loire-Atlantique appliquant la réforme en 2013

samedi 29 juin 2013

Depuis plusieurs mois, nos organisations syndicales ne cessent de dénoncer la précipitation et les dangers contenus dans la réforme des rythmes scolaires. Si les appréciations de nos syndicats respectifs peuvent diverger sur l’analyse de la loi Peillon et de son volet sur les rythmes scolaires, cela ne nous empêche en rien de partager nombre de points de vue sur les effets néfastes de cette réforme. Les propos volontaristes des municipalités ayant décidé de s’engager dès septembre 2013 dans la mise en œuvre du pan de réforme sur les rythmes ne résistent pas à un l’examen pragmatique. Pour notre part cette réforme relève plus d’un projet politique portant sur la territorialisation de l’École que sur les effets bénéfiques pour les enfants et les familles.
L’intention gouvernementale affiche une volonté de servir la réussite scolaire des élèves. Nous pensons qu’il y a loin du discours à une réalité qui malmène aussi les personnels concourant aux rythmes éducatifs des enfants. Les campagnes de communication politiciennes ne peuvent dissimuler les malaises grandissant autour de la rentrée 2013 précipitée.
Lire la suite

Coaching patronal au collège, sous l’œil attendri de France 2

mercredi 26 juin 2013

Mardi 18 juin, dans le 20h de France 2, après les 9 min inaugurales sur les inondations en France, et parmi les quelques miettes distribuées aux autres sujets (3 min sur le mouvement social au Brésil, 2 sur l’accueil des touristes à Paris), on retiendra un reportage d’anthologie, intitulé (sur le site de France 2) « Éducation : du coaching en ZEP » : 4 min 20 consacrées à l’intervention d’une cadre dirigeante dans un collège de « ZEP », pour appliquer, selon ses propres dires, les « méthodes d’entreprise » à l’école. 4 min 20 pour un « gros plan » qui « traite » un sujet sans (se) poser la moindre question, sans rien en dire sinon célébrer les vertus d’une initiative qui, avec d’autres, relève d’un entrisme entrepreneurial dans l’institution scolaire, du reste fort à la mode. Une initiative présentée sans contrepoint ni distance : un tel éloge relève-t-il encore de l’information ?
Lire la suite sur le site d’ACRIMED