Quand les sans-papiers se rebiffent

mardi 8 novembre 2011
popularité : 5%

Enquête – Durant le mois d’octobre, des sans-papiers ont été jugés en appel à Paris pour avoir incendié en 2008 le centre de rétention de Vincennes (verdict le 13 janvier). Cette révolte est devenue un symbole des luttes qui ont pris de nombreuses formes. En France et ailleurs.

En 2008, année où le Centre de rétention administrative (CRA) de Vincennes a brûlé, deux autres centres de rétention ont pris feu et ont dû fermer : à Nantes et à Bordeaux. Au printemps 2011, c’est le centre du Canet, près de Marseille, qui a dû fermer suite à une épidémie de légionellose et un incendie volontaire.

Le 7 octobre dernier, à Rennes, sept retenus ont monté des barricades dans leur centre et jeté pierres et objets divers sur les policiers. Le communiqué du Réseau Éducation sans frontières d’Ille-et-Vilaine (RESF 35) explique les circonstances de cette révolte : « Ce soir vers 20 h, un retenu tunisien de retour du JLD [juge des libertés et de la détention, NDLR] s’est confronté à un policier qui lui avait balancé ses affaires à la figure. Ce geste a déclenché une rébellion des autres retenus. »

AUTO-MUTILATION

À chaque fois, mauvais traitements et conditions de rétention sont en cause : c’est le décès d’un retenu tunisien, Salem Essouli, non soigné pour ses problèmes cardiaques, qui a mis le feu aux poudres en 2008 à Vincennes, le plus grand centre de France qui était déjà en proie depuis plusieurs mois à des tensions grandissantes.

Le moyen le plus couramment employé par les retenus pour faire entendre leur détresse reste malheureusement l’auto-mutilation : avaler des lames de rasoir, du shampooing ou d’autres produits dangereux permet de retarder une expulsion. Dans les mois et les jours précédant l’incendie de Vincennes, des militants ont recueilli par téléphone les témoignages des enfermés.

Le 21 juin 2008, jour de la mort de Salem Essouli, l’un deux a ainsi relaté l’état d’esprit majoritaire : « Les autorités ont beau parler, la réalité de l’intérieur du centre est qu’on n’est pas traités comme des humains. On est des sans-papiers. On est mis dans une situation d’infériorité. Ce n’est pas facile à vivre. Des gens craquent. Ils pensent à se suicider. »

Si le désespoir prend souvent la forme d’actes auto-mutilateurs, les conditions d’existence en rétention, les rivalités entre retenus ou groupes de retenus et le fort turn-over font qu’il n’est pas forcément facile de s’organiser collectivement.

Néanmoins, les luttes collectives ne sont pas absentes des CRA, notamment lorsque les détenus font face à des problèmes qui touchent toute la collectivité, ou quand la multiplication des atteintes à leurs droits et à leur dignité ou des violences policières, fait sauter la soupape dans un climat déjà très tendu.

Matraquages, usage du Taser, livres religieux (co­rans) piétinés, mises à l’isolement, surcharge des chambres, soins bâclés, nourriture périmée sont autant d’occasions de se rebeller. D’autant que la rétention est de manière générale vécue comme une grande injustice par des gens ayant le sentiment d’être enfermés sans avoir commis aucun crime.

GRÈVES DE LA FAIM ET MANIFESTATIONS

Les moments et les espaces de vie commune sont alors un lieu idéal pour exprimer ce mécontentement, notamment par des grèves de la faim : « Ce midi, dans le réfectoire, les retenus ont refusé de manger parce que la nourriture est dégueulasse, raconte un retenu à Vincennes début juin 2008. Les flics sont venus avec des casques et ont tapé plusieurs hommes. Deux personnes sont en ce moment en isolement et menottés. On a écrit un texte que l’on va donner au chef de la brigade et puis on va le photocopier pour le donner à la Cimade et aux flics.  »

Dans de telles conditions, le soutien extérieur est essentiel pour la pérennité de ces révoltes. À Vincennes, entre 2006 et 2008, il y avait quasiment un parloir sauvage par semaine — c’est-à-dire que les soutiens allaient parler à travers les grilles ou par téléphone aux retenus.

Un militant témoigne : « Avec les flics, c’était assez tendu. On était même parfois raccompagnés au RER pour cause de manif non autorisée. »

Ainsi, le 5 avril 2008, 15’000 personnes manifestent à Paris « contre une immigration jetable ». Deux cent atteignent le CRA où un Africain, Baba Traoré, a trouvé la mort la veille, mais la manifestation du samedi suivant est bloquée par les CRS. Cependant, le 4 mai suivant, un concert avec la rappeuse Keny Arkana est organisé devant le CRA et des retenus parviennent à joindre des militants, leurs paroles étant alors diffusées par la sono.

Briser l’isolement des retenus n’est pas toujours facile pour les militants, qui doivent nouer des relations de confiance avec des retenus méfiants, qui parfois pensent avoir affaire à des policiers. Mais quand le contact se noue, c’est tout aussi difficile côté retenus :

« Je vous ai vus samedi sur le parking, témoigne l’un d’eux le 14 avril 2008. En montant l’escalier et en s’appuyant sur une barre, on peut apercevoir le parking qu’ils ont essayé de nous cacher avec la bâche verte. Les flics nous ont empêchés de nous rassembler. Ils viennent à quatre ou cinq, ils se mettent parmi nous. Ils essaient de capter l’attention des retenus en leur parlant d’autre chose. Les gens se font avoir facilement et ça marche. Après votre visite […], le commandant […] nous a fait la morale pendant plus d’une heure. »

L’incendie du CRA a mis un coup de frein à ces mobilisations. Le CRA a été fermé le temps de sa reconstruction. Des sans-papiers ont été mis en cause et passent actuellement en jugement, sur la seule base d’images prises par des caméras de vidéosurveillance. De même, certains de leurs soutiens, qui avaient fait des tags ou allumé des fumigènes, ont eu affaire à la justice.

Pour autant, s’ils se font plus discrets, les actes de résistance individuels comme les luttes et révoltes collectives continuent dans les centres partout en France, avec ou sans soutiens extérieurs. Les associations comme RESF ou SOS Soutien Ô Papiers restent très actives sur le terrain, alors qu’en 2009 plus de 35 500 person­nes sont passées par un des vingt-cinq centres alors en activité pour 29’000 expulsés.

RÉVOLTES EN ITALIE ET EN AUSTRALIE

À l’étran­ger aussi les révoltes se multiplient. Aux portes de l’Europe, Malte et Lampedusa sont des plaques tournantes pour migrants fraîchement débarqués, souvent en grande situation de détresse. Le centre de Lampedusa en Italie, un des plus grands d’Europe, accueillait depuis le printemps des centaines de Tunisiens en attente d’une reconduite à la frontière et arrivés suite au relâchement des contrôles de doua­nes relatifs à la révolution dans leur pays.

Le 14 septembre dernier, un incendie éclate et 800 retenus parviennent à sortir de l’enceinte et à manifester dans l’unique ville que compte cette petite île aux cris de « Liber­té ! Liberté ! », avant d’être, pour la plupart, repris puis expulsés très vite. Les nuages de fumée ont entraîné la fermeture de l’aéroport de l’île, et quatre retenus ont été mis en examen en tant que « meneurs » de la révol­te.

Si le maire a violemment pris à partie les jeunes Tunisiens, condamnant leur « arrogan­ce » et parlant d’une « guer­re » qu’il faudrait leur mener, si certains habitants ont activement participé à la chasse au clandestin, d’autres ont en revanche exprimé leur solidarité avec les immigrés massés sur le port en allant discuter avec eux.

À l’autre bout du monde, l’Australie a une politique très stricte en matière d’immigration. Des bateaux chargés de mi­grants pour la plupart Afghans ou Sri-Lankais arrivent chaque jour sur ses côtes. En mars dernier, 200 retenus ont détruit le circuit de surveillance interne d’un centre et allumé un feu. Ils protestaient contre la lenteur des procédures administratives qui entraînait l’expiration de leur visa et leur retour de fait chez eux.

Le 20 avril, une centaine de retenus a brûlé à son tour neuf bâtiments du centre de rétention de Sydney lors d’une nuit d’émeutes. L’année précédente, deux tentatives de suicide avaient eu lieu dans ce centre.

Ornella Guyet, Témoignage chrétien, 5 novembre 2011.


Agenda

<<

2020

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
2829301234
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


8 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Grève à la BNF, contre la loi des « marchands d’esclaves »

dimanche 12 avril 2015

Les agents d’entretien payent cash les mesures d’économie des entreprises publiques. Après Radio France et le ministère des Finances, ils se mobilisent à la Bibliothèque nationale de France.
Lire la suite dans Politis

Avec la future réforme des retraites, les égoutiers seront-ils condamnés à mourir au travail ?

mercredi 26 juin 2013

Ils partent en retraite à 52 ans, mais meurent beaucoup plus tôt que les autres catégories de travailleurs. Victimes d’une surmortalité liée à leur travail insalubre, au milieu des gaz mortels, des produits chimiques ou des rejets radioactifs d’hôpitaux, les égoutiers peinent à faire reconnaître leurs pathologies comme maladies professionnelles. A l’heure des privatisations, les égoutiers du secteur public se battent pour conserver leurs droits à une retraite anticipée et à des conditions de travail sécurisées. Reportage en Ile-de-France.
Lire la suite sur Bastamag

Éducation nationale : quelques remèdes de cheval pour dégraisser le mammouth

mercredi 26 juin 2013

À l’occasion de la remise récente au gouvernement de deux rapports sur l’Éducation nationale et sa gestion – celui de la Cour des comptes et celui de la médiatrice de l’Éducation nationale –, certains médias en profitent pour accabler les enseignants en relayant et en amplifiant les préjugés les plus communs à leur égard, et pour livrer, plus ou moins subtilement, leurs solutions pour redresser une école publique dont ils dressent un tableau apocalyptique…
Lire la suite sur le site d’ACRIMED

« Elle était la seule à maîtriser le braille, on l’a remerciée »...

jeudi 30 mai 2013

Karine (1) est auxiliaire de vie scolaire. Elle a notamment accompagné un élève autiste, puis une malvoyante. Elle adore ce qu’elle fait et pourtant, on vient de la congédier. Motif : AVS, ce n’est pas un métier. Elle a atteint les six ans maximum de CDD dans la fonction publique. Alors, direction Pôle emploi.
Lire la suite

A lire dans "Le Café Pédagogique" du 14 février 2011

lundi 14 février 2011

Le Centre d’Analyse Stratégique, organisme directement rattaché au Premier Ministre, vient de publier son rapport et l’idée toute faite selon laquelle l’emploi public serait en France une charge plus importante qu’ailleurs est bousculée...

Sur le Web : Le Café Pédagogique

Québec - La question épineuse du redoublement

mercredi 15 juillet 2009

L’interdiction du redoublement passée dans les mœurs scolaires québécoises pèse lourd sur le niveau des élèves qui entrent au secondaire
« Plusieurs élèves passent au secondaire sans avoir les acquis et je ne parle pas de petites faiblesses. Je parle de graves lacunes. » Cette parole d’enseignants n’est pas rare car ils commencent à récolter les – mauvais - fruits d’une réforme dont le maître mot est : pas d’échec possible. Même si l’interdiction du redoublement n’est pas officielle, elle est passée dans les faits. 2% seulement des élèves redouble la sixième année de primaire (l’année qui précède l’entrée en secondaire ou collège dans le système français). Mais à force de faire passer des enfants en échec scolaire sans les aider, la situation est devenue difficile en première année de cycle secondaire. Une des conséquences de cette baisse de niveau est le départ des bons élèves dans le privé : 30% des élèves choisissent des établissements secondaires dans le secteur privé ou dans les écoles élitistes du public. Résultat : les établissements normaux se retrouvent avec une forte concentration d’élèves en difficulté. Pour enrayer la spirale des lacunes et de l’échec scolaire, les spécialistes appellent à se concentrer sur la lecture, quitte à réduire le volume horaire d’autres disciplines. L’apprentissage de la lecture est un bon moyen pour repérer les failles dans les mécanismes d’apprentissage.
La Presse, www.cyberpresse.ca, 22 juin 2009

J’ai 17 ans et je suis exclu car j’ai fait blocage contre Darcos

mardi 7 juillet 2009

Ce lundi matin, une élue parisienne, Danielle Simonet, conseillère de Paris (Parti de gauche), alertait par un e-mail très viral sur le sort de Tristan Sadeghi, lycéen tout juste sorti de classe de première, à qui son proviseur refuse l’inscription en terminale. Sauf s’il s’engage par écrit à ne plus participer à des manifs ou des blocages, tels que ceux qui ont émaillé l’année, au lycée Maurice-Ravel, dans le XXe arrondissement comme ailleurs.
Rue89 a proposé à ce jeune élu représentant au conseil de la vie lycéenne de raconter son histoire, alors que la mobilisation autour de son cas commence à prendre.

Royaume-Uni : parents et élèves au rapport

mardi 7 juillet 2009

À partir de la rentrée prochaine, un nouveau mode d’inspection des établissements scolaires sera lancé en Angleterre : les parents et les élèves seront mis à contribution pour classer les écoles et ainsi, décider du déplacement éventuel d’un inspecteur. L’année dernière, 600 établissements scolaires avaient été épinglés pour ne pas avoir atteint les résultats escomptés alors que l’organisme d’inspection les avait très bien notés. Désormais, les parents et leurs enfants rempliront des questionnaires qui permettront de définir le niveau des écoles. Les meilleures d’entre elles seront inspectées tous les 5 ans (au lieu de tous les 3 ans actuellement). Les autres auront droit à des visites surprises plus fréquentes des inspecteurs. Une décision qui ne fait pas l’affaire des enseignants : leurs représentants dénoncent un manque de confiance dans les écoles et redoutent de faire l’objet d’une observation accrue dès la rentrée.