Evaluations CE1/CM2

Refusons-les !
vendredi 11 mai 2012
par  François-Xavier Durand
popularité : 2%

Les évaluations nationales vont se dérouler du 21 au 25 mai 2012 pour tous les élèves de CE1 et de CM2.

La CGT Educ’Action a déjà condamné à maintes reprises ces évaluations qui ont pour principaux buts de stigmatiser les élèves. Elles sont aussi des éléments centraux dans le pilotage du système éducatif (Livret Personnel de Compétence...) et dans les nouvelles modalités d’évaluation des enseignants, (de contrôler les enseignants) avec le risque de mettre en concurrence les écoles entre elles au travers de l’utilisation de leurs résultats. Alors que le possible futur ministre de l’Éducation nationale s’est engagé à abroger le décret relatif à l’évaluation des enseignants, ces évaluations doivent être elles aussi supprimées.

D’ailleurs, le Haut Conseil de l’Éducation, dans un rapport intitulé « Les indicateurs relatifs aux acquis des élèves. Bilan des résultats de l’École – 2011 » recommande de renoncer à ces évaluations comme indicateurs de la maîtrise des « compétences de base » sans pour autant remettre en cause ni le socle commun, ni les programmes 2008 ni même la nécessité du pilotage du système éducatif que nous dénonçons.

La décision, cette année de placer les évaluations CM2 fin mai et non en janvier, ne règle en rien le problème de fond de celles-ci. Bien au contraire, ce report ne fait que renforcer l’objectif, avoué par certains membres du gouvernement, d’en faire un examen de passage en sixième.

De plus, nouveauté cette année, de nombreuses écoles (parfois une par circonscription comme en Seine-Maritime), ont été désignées « classe témoin » par la DEPP (Direction de l’Évaluation, de la Prospective et de la Performance) à la demande du Ministère. Des conseillers pédagogiques seront présents dans les classes afin de pouvoir vérifier le respect de consignes de passation et la fiabilité des résultats nationaux par rapport à ces échantillons. D’autres écoles, se sont vues imposer des évaluations supplémentaires en janvier et en mai, commandée par la DEPP, ce qui ne fait qu’alourdir le travail des enseignants. Le ministère douterait-il lui-même de la validité de ses outils ?

Enfin, la prime attribuée aux seuls enseignants qui passent ces évaluations, (dont le but à peine caché était d’imposer ce mode de contrôle), a instauré parfois un climat délétère dans certaines écoles et une division entre les enseignants.

Rappelons qu’évaluer fait partie intégrante de notre travail. Chaque enseignant met en œuvre ses propres évaluations au rythme qu’il le souhaite en fonction des apprentissages dans le respect des programmes. Évaluer, c’est non pas stigmatiser les élèves en difficulté pour les inciter à faire des stages de remise à niveau ou de l’aide personnalisée, mais leur proposer sur le temps scolaire des aides spécialisées, ou en petits groupes. Évaluer n’est pas valider un minimum des compétences, mais mesurer les progrès de chacun à un moment donné. Cela nécessite de réattribuer des postes dès la rentrée mais aussi de supprimer la notion de socle commun.

La CGT Educ’Action continue de dénoncer :

  • le pilotage du système par les résultats débouchant sur évaluation et « contractualisation » des écoles, et donc de chaque enseignant, culpabilisant les collègues avec de moins en moins de moyens ;
  • le projet de publication des résultats pour mettre en concurrence les écoles en lien avec l’assouplissement de la carte scolaire…
  • la logique de management de division des personnels qu’instaurent ces évaluations
  • la prime à la tâche et la culture du résultat ;
  • le socle commun qui instaure un minimum éducatif qui est contraire au maximum pour tous garant de l’émancipation de tous les élèves ;
  • le Livret personnel de compétences.

Le probable futur ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, a, à plusieurs reprises, indiqué qu’il souhaitait remettre à plat les évaluations nationales. Alors dont acte, dès cette année commençons par la suppression de celles programmées en mai. Mais cela ne doit pas se limiter à cette mesure si dans le même temps la cause n’est pas elle même supprimée à savoir le socle commun des compétences et son Livret Personnel.

Pour toutes ces raisons, la CGT Educ’Action demandera au nouveau ministre dès sa prise de fonction, le retrait de ces évaluations nationales, du socle commun et du Livret Personnel de Compétences et l’engagement d’un collectif budgétaire permettant de réattribuer les postes injustement supprimés. Elle appelle les collègues à se réunir et à décider des actions les plus pertinentes à envisager et à ne pas faire passer ces évaluations devenues caduques. Concernant la prime, si elle était maintenue, elle devrait être étendue à tous les enseignants car ils évaluent régulièrement les élèves pour les faire progresser. La CGT Educ’Action qui dénonce cette prime, revendique une augmentation des salaires pour tous les personnels.


Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

Mouvement 2019 des personnels ATSS :

samedi 22 décembre 2018

Mouvement inter-académique des AAE et des SAENES :
La saisie des voeux doit se faire du 11 décembre 2018 au 8 janvier 2019. La CAPN des SAENES aura lieu le 19 mars 2019, et celle des AAE le 21 mars 2019.

Mouvement à gestion déconcentrés ADJAENES
la pré-inscription se fera du 10 janvier 2019 au 7 février 2019. Le reste du calendrier sera en fonction des académies demandées.

Mouvement à gestion déconcentrés des ATRF
la pré-inscription se fera du 10 janvier 2019 au 7 février 2019. Le reste du calendrier sera en fonction des académies demandées.

La pédagogie Nutella ou le collège 2016... vu à la TV !

lundi 20 avril 2015

La réforme du collège 2016 agite le Landerneau enseignant depuis quelques semaines. Elle inquiète aussi à juste titre les parents qui se demandent bien ce que ledit collège réformé fera avec leur progéniture.

Pour rassurer tout le monde, la télévision publique nous montre à quoi ressemblera le collège 2016, dans deux reportages successifs. En effet, le collège réformé s’inspire de dispositifs innovants qui existent déjà dans quelques établissements expérimentaux.

Alors savourons cet avant-goût du collège nouveau...

Lire la suite sur le site La Vie Moderne

Chatel : « Certaines mesures vont dans le bon sens »

lundi 20 avril 2015

C’est le spécialiste des réformes destructrices Chatel qui ont mis à mal le lycée général et liquidé la voie STI qui nous le dit.
On constate facilement où Vallaud-Belkacem trouve son inspiration !

« Que les conservateurs tombent les masques ! »

lundi 20 avril 2015

Voici le titre de l’interview de Vallaud-Belkacem au très réactionnaire journal Le Point.
Notre seule réponse à NVB : « Que les néo-libéraux tombent également le masque ! »

4 pages spécial Retraités de la FERC

samedi 31 août 2013

Au sommaire : Conférence de l’UFR... les retraités à l’offensive ! - Quelle UFR, quelle structure ? - Place des retraités dans la CGT - Continuité syndicale et renforcement - Impressions croisées
Télécharger le 4 pages

Au sujet des dépenses scolaires…

jeudi 22 août 2013

Chaque année, à l’approche de la rentrée, on retrouve dans les médias des articles plus ou moins bien renseignés sur les « dépenses de la rentrée des classes ». Je les parcours toujours avec un peu d’agacement quand ils mettent en avant les nouveaux cartables, les vêtements, les classeurs, les crayons et les compas, les garderies et les cantines.
Parler de ces frais là, c’est évoquer l’arbre pour cacher la forêt. Les cartables et les compas durent facilement plusieurs années et les vêtements ne me semblent pas être une dépense scolaire : mes filles iraient-elles nues si l’école n’existait pas ? Idem pour la cantine : il faut manger même en dehors de l’obligation scolaire. Admettons pour la garderie des petits. Ce qui m’interpelle, ce sont les frais dont on parle moins et qui pourtant jalonnent bien le parcours scolaire des jeunes.
Lire la suite sur le site de l’Ecole démocratique

Ecole élémentaire : en France, le nombre d’élèves par enseignant supérieur à la moyenne OCDE (Depp)

vendredi 16 août 2013

Selon la revue « L’Éducation natio­nale en chiffres » de la Depp, le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises se situe en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE.
Le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises est en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE, selon la revue « L’Éducation natio­nale en chiffres » éditée par la Depp et parue en juillet 2013.
Dans les pays de l’OCDE, le nombre moyen d’élèves par ensei­gnant était à ce niveau de 15,4, en 2011 contre 18,4 en moyenne en France.

Loire-Atlantique / Rythmes : lettre ouverte des UD CGT, FO, FSU et Solidaires au DASEN et aux 26 maires de Loire-Atlantique appliquant la réforme en 2013

samedi 29 juin 2013

Depuis plusieurs mois, nos organisations syndicales ne cessent de dénoncer la précipitation et les dangers contenus dans la réforme des rythmes scolaires. Si les appréciations de nos syndicats respectifs peuvent diverger sur l’analyse de la loi Peillon et de son volet sur les rythmes scolaires, cela ne nous empêche en rien de partager nombre de points de vue sur les effets néfastes de cette réforme. Les propos volontaristes des municipalités ayant décidé de s’engager dès septembre 2013 dans la mise en œuvre du pan de réforme sur les rythmes ne résistent pas à un l’examen pragmatique. Pour notre part cette réforme relève plus d’un projet politique portant sur la territorialisation de l’École que sur les effets bénéfiques pour les enfants et les familles.
L’intention gouvernementale affiche une volonté de servir la réussite scolaire des élèves. Nous pensons qu’il y a loin du discours à une réalité qui malmène aussi les personnels concourant aux rythmes éducatifs des enfants. Les campagnes de communication politiciennes ne peuvent dissimuler les malaises grandissant autour de la rentrée 2013 précipitée.
Lire la suite