Jules Ferry, « l’école républicaine », une référence problématique

dimanche 13 mai 2012
popularité : 4%

Par Pierre Boutan, IUFM de Montpellier, L’Humanité, 21 mai 2012

Le nouveau président de la République a choisi de rendre hommage au ministre emblématique de la IIIe République, qui est considéré comme le fondateur de l’école républicaine, à travers ses lois de 1879 à 1882, en particulier sur la gratuité, l’obligation et la laïcité de l’école primaire du peuple. On aura remarqué bien sûr le rappel qu’il était aussi le chantre de la colonisation. « Faute morale » dénoncée par le président socialiste  : ce fut pourtant au nom du patriotisme que l’entreprise fut menée, et dans le cadre des « droits et devoirs » des « races » européennes, discours revenu aujourd’hui à la surface par la droite et l’extrême droite. L’école de Jules Ferry était celle de la République, certes, et en ce sens dénoncée par tous les réactionnaires. Mais aussi d’une République bourgeoise, qui venait d’écraser dans le sang la révolte de la Commune de Paris, en mai 1871. Jules Ferry, maire pendant le siège par les Prussiens, avait été surnommé Ferry Famine avant la honteuse capitulation du gouvernement Thiers au début de l’année… Quelle était donc cette « école du peuple » que la légende dorée a édifiée comme créée par ce ministre, qui n’était en effet pas du tout socialiste, comme le rappelle opportunément Christian Laval. Certes, elle sortait des matières obligatoires l’enseignement des religions (catholique, protestante, juive). Certes, elle visait à donner à tous les enfants du peuple un enseignement primaire, mais déjà plus de 90 % des enfants étaient scolarisés. Certes, elle obligeait à la gratuité, mais c’était le cas déjà pour les trois quarts au moins des élèves. Certes, elle prônait à juste titre l’enseignement généralisé de la langue nationale, mais elle contribua à réduire, souvent à combattre, le riche patrimoine des autres langues du peuple. Certes, elle visait à élever le niveau des connaissances des élèves, et donc des maîtres, mais en installant soigneusement une étanchéité complète entre le parcours des enfants du peuple (primaire) et enfants «  bien nés  » (secondaire). Pour ces derniers (moins de 3 % de la population), la scolarité dans les collèges et les lycées était payante, les programmes étaient différents, les maîtres du niveau élémentaire devaient être pourvus d’un diplôme spécial  : c’est dire que la fameuse ascension sociale par l’école était alors rarissime, contrairement à ce qui pourra se passer à partir de la montée de la revendication de « l’école unique », qui mettra un siècle à se réaliser, et qui continue toujours à susciter de sérieuses réactions. En revenir donc à Jules Ferry en matière de référence n’est pas sans ambiguïté. On ne peut que regretter que d’autres choix en la matière n’aient pas été faits, comme ceux de Paul Langevin et Henri Wallon, les deux communistes qui dirigèrent successivement un projet de réforme de l’enseignement à la Libération, malheureusement enterré ensuite par tous les gouvernements de « troisième force » d’alliance entre socialistes et droite. Plan dont il est facile de reconnaître le filigrane dans les propositions du Front de gauche, par exemple la scolarité obligatoire portée jusqu’à dix-huit ans… Priorité à l’éducation, dit le nouveau président… Un objectif qu’il faudra faire avancer sérieusement, bien au-delà de Jules Ferry, dont il faut rappeler l’apostrophe d’Engels  : « le chef de la maison Roublard et Cie »


Agenda

<<

2020

 

<<

Février

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
2425262728291
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Brèves

SYNDIQUEZ VOUS !

lundi 3 février 2025

Dans l’éducation, comme dans tous les secteurs professionnels, la combativité CGT est nécessaire pour s’opposer aux réformes qui cassent le service public de l’éducation et s’attaquent à nos conditions de travail. C’est pourquoi la CGT éduc’action a un rôle important à jouer auprès de tous les personnels, dans les écoles, les collèges, les lycées professionnels et généraux. La CGT éduc’action défend tous les personnels, dans les CAPA, CAPD ou au CHSCTD où elle a des élus, et au sein des établissements où Ils luttent au quotidien avec les collègues.

STAGES DE FORMATION SYNDICALE

jeudi 3 décembre

La CGT Educ’action 76/27 organise différents stages de formation syndicale tout au long de l’année.

Direction d’école
Jeudi 26 mars 2020
de 9h00 à 16h30
ROUEN
Union Locale CGT
187 rue Albert Dupuis


Ce stage est à destination des PE de l’Académie de Seine-Maritime (Directeurs, directrices, faisant fonction et tous les PE).

Mouvement 1er degré 76
Lundi 4 mai 2020
de 9h00 à 16h30
ROUEN
Union Locale CGT
187 rue Albert Dupuis

Jeudi 7 mai 2020
de 9h00 à 16h30
ROUEN
Union Locale CGT
187 rue Albert Dupuis

Jeudi 7 mai 2020
de 9h00 à 16h30
LE HAVRE
Union Locale CGT
Cours de la république


Ces stages sont à destination de tous les PE du département de Seine-Maritime (titulaires, stagiaires exerçants dans les écoles, établissements du 2nd degré, établissements spécialisés...).

  • Télécharger le courrier de la demande et le formulaire administratif à envoyer à votre IEN un mois avant la date du début du stage soit avant le 3 avril 2020.
  • S’inscrire au stage (pour nous permettre de nous organiser).

REUNIONS D’INFORMATION SYNDICALE 1ER DEGRE

mercredi 2 décembre

La CGT Educ’action 76 organise différentes Réunions d’Information Syndicale. Chaque collègue du 1er degré (syndiqué·e·s ou non) a droit à 3 Réunions d’Information Syndicale de 3h par an. Elles peuvent être déduites des heures de concertations, d’animations pédagogiques (obligatoires ou non), de M@gistère. N’hésitez pas à y participer pour vous informer et agir.

AUMALE
Jeudi 19 mars 2020
à partir de 17h00
École élémentaire Lucie Aubrac
10 rue Jean Moulin

ROUEN
Jeudi 26 mars 2020
à partir de 17h00
Union Locale CGT
187 Rue Albert Dupuis

DIEPPE
Samedi 21 mars 2020
de 9h00 à 12h00
École élémentaire Sonia Delaunay
Allée des Ormes
Val Druel

DIEPPE
Mardi 24 mars 2020
à partir de 17h00
École élémentaire Sonia Delaunay
Allée des Ormes
Val Druel

DIEPPE
Mardi 5 mai 2020
à partir de 17h00
École élémentaire Sonia Delaunay
Allée des Ormes
Val Druel

ROUEN
Jeudi 7 mai 2020
à partir de 17h00
Union Locale CGT
187 Rue Albert Dupuis

Elections Professionnelles 2018

vendredi 10 janvier

Les élections professionnelles 2018 se dérouleront par vote électronique du 29 novembre 2018 au 6 décembre 2018. Cela permet de définir la représentativité des organisations syndicales et d’élire vos élu·e·s dans les différentes commissions.
Retrouver nos différentes professions de foi et listes dans les scrutins de l’Académie de Rouen (76/27) où nous avons déposé des listes :

FICHES PRATIQUES PPCR

mardi 17 octobre 2017

Gérald Darmanin, entre autres mauvaises surprises, vient d’annoncer le report de la revalorisation salariale qui entrait dans le cadre du PPCR. Le reclassement reste pourtant d’actualité. Téléchargez les fiches pratiques :

Le panneau syndical de décembre de la CGT Enseignement privé

lundi 14 décembre 2015

Ce panneau revient sur la signature du premier accord d’entreprise corrigeant les
régressions honteuses de la convention collective nationale des personnels OGEC.
Lire la suite

LA CGT : SECOND SYNDICAT DE L’ENCADREMENT !

jeudi 6 juin 2013

Afin de compléter notre article précédent sur la représentativité syndicale et suite à leur publication par le Ministère du Travail, retrouvez ici les chiffres relatifs aux 2 collèges de l’encadrement. Avec son UGICT, la CGT arrive seconde, un peu moins de six points derrière la CFDT.
CFDT : 26,84 %
UGICT-CGT : 20,98 %
CFE-CGC : 18,14 %
FO : 13,83 %
CFTC : 9,42 %
En arrivant en seconde position, à la surprise de nombreux observateurs, l’UGICT-CGT confirme sa croissance dans l’encadrement, comme en témoigne le seuil des 80 000 adhérents qu’elle vient de franchir en 2013.

Histoire du syndicalisme (1ère partie)

mardi 28 mai 2013

Vidéo à voir sur le site de la CGT Ville de Rennes