Dysfonctionnements rectoraux, atteintes à la santé et à la dignité des agents

jeudi 27 juin 2013
popularité : 11%

Conférence de presse du SNEIP

Le Ministère de L’Education Nationale (MEN) enjoint, à juste titre, à l’enseignement confessionnel, de respecter la liberté de conscience des enseignants et des élèves et de veiller à la neutralité des agents publics mis à sa disposition.

Le SNEIP‐CGT (CGT Enseignement Privé) rappelle que, localement, ce sont les rectorats qui ont mission de faire respecter la loi et mettre en oeuvre à la stricte application de ces principes comme de l’ensemble des textes réglementaires.

Le SNEIP‐CGT est néanmoins régulièrement contraint de rappeler au MEN, ses obligations tant en matière de protection des agents publics (enseignants du privé sous contrat) que sur la question de la liberté de conscience.

Parallèlement, et de plus en plus fréquemment des établissements sous contrat piétinent les droits élémentaires et la dignité des enseignants. Ils mettent en place des conditions de travail qui dégradent leur santé et bafouent l’égalité de traitement de leurs carrières.

Ces atteintes graves ne peuvent perdurer qu’en raison de l’indifférence voire de la connivence de certains rectorats :

  • non respect des procédures administratives dans les commissions rectorales (réforme et discipline) ;
  • dysfonctionnements graves entraînant le non paiement de plusieurs mois de salaires pour des personnels en grande difficulté par ailleurs ;
  • refus répétés de rencontre avec le SNEIP CGT ;
  • opacité entretenue des méandres administratifs rectoraux ;
  • refus injustifié de prise en compte de demandes de protection d’un agent public conduisant à la mise en danger de sa vie •maltraitance organisationnelle (multiplication de rendez‐vous médicaux inappropriés, informations contradictoires, suspicion systématique, pressions, déni de réalité etc)

Ce ne sont là que quelques exemples de ce que nous avons relevé au rectorat de Nice depuis 5 ans, des situations analogues sont à déplorer ailleurs, comme par exemple à Reims ou encore à Grenoble.

Le rectorat de Nice n’est pas le seul fautif. Mais dans le suivi de Betty Attal, enseignante en primaire exerçant depuis 29 années et n’ayant pas rencontré de difficultés particulières dans son travail jusqu’à sa prise de fonction en 2006 à l’école primaire Kerem Menahem, le SNEIP‐CGT a constaté à une escalade intolérable.

Parce que Mme Attal a refusé de baisser la tête et de se taire, et que le rectorat régulièrement alerté n’a pas pris la mesure de la gravité de la situation, ce qui au départ ne relevait « que » de problèmes de communication entre une direction et une enseignante devînt peu à peu une campagne organisée de dénigrement et de pressions contre cette seule enseignante.

L’engrenage est enclenché : organisation d’une pétition de parents contre l’enseignante, accusations ubuesques de personnels de la direction ou ayant des liens de parenté avec celle‐ci sont portées, pressions exercées sur les personnes qui refusent de « hurler avec les loups », tentative de pression médiatique…

L’enseignante est laminée par ce rouleau compresseur mais surtout désespérée de l’attitude d’un rectorat complaisant, voire complice. Ainsi, il ne se contente pas de lui opposer un silence coupable, mais il la met finalement en accusation et la condamne, sans jamais lui donner l’occasion de s’expliquer. Les conséquences sur la santé physique et morale de l’enseignante sont dramatiques puisqu’elle en arrive à attenter à ses jours.

Le SNEIP‐CGT soutient cette enseignante, il demande à ce que les droits de Mme Attal soient respectés, que toute la lumière soit faite, et que toutes les responsabilités soient pointées dans cette affaire, tant au rectorat que dans l’établissement. Même si, dans le cas d’espèce, on assiste à une dramatisation paroxystique, compte tenu du traitement local de cette affaire, sur fond de black out médiatique et judiciaire, la situation de Mme Attal apparait comme un condensé des collusions entre l’administration publique et les établissements privés, en marge de la légalité.


Agenda

<<

2018

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

Justice - La taxe de 35 euros enfin supprimée

dimanche 4 août 2013

L’instauration d’un timbre fiscal de 35 €, décidée par le Gouvernement en 2011 et applicable depuis octobre 2011, pour toutes instances introduites devant les juridictions civiles, sociales, administratives et prud’homales, remet en cause l’accès au juge pour des milliers de salariés.

Comme nous l’avions prévu, cette taxe a entraîné une baisse conséquente des contentieux judiciaires, nombreux justiciables ayant renoncé à leur droit.

12 organisations, à l’initiative de la CGT se sont prononcées contre cette taxe. Après des mois de lutte nous avons enfin été entendus.

Christiane Taubira, Garde des sceaux, Ministre de la Justice, a annoncé, le 23 juillet 2013, la suppression, dans le projet de loi de finances pour 2014, de cette taxe.

Nous nous félicitons de cette décision obtenue grâce aux multiples manifestations dont une pétition nationale.

Montreuil, le 29 juillet 2013

Motion de la CGT Renault Cléon à propos de la défense des retraites

mardi 25 juin 2013

Texte de la motion votée à l’unanimité par la Commission exécutive du Syndicat CGT Renault Cléon à propos de la mobilisation contre la prochaine réforme des retraites.
Dès la fin septembre – début octobre, le gouvernement soumettra au parlement un projet de loi modifiant les conditions de départ à la retraite et abaissant le niveau des pensions des retraités, aggravant les effets de la réforme imposée par le gouvernement Sarkozy en 2010.
Ce qui laisse très peu de temps pour construire un rapport de force suffisant pour imposer l’abandon de ce projet de réforme.
Réuni en Commission exécutive, ce vendredi 21 juin, le syndicat CGT Renault Cléon appelle le bureau confédéral de la CGT :

  • à proposer dès le début juillet une première date de mobilisation nationale pour les premiers jours de septembre
  • à inscrire très clairement cette première date de mobilisation dans la perspective d’un blocage de l’économie, à la différence de la stratégie qui a conduit à l’échec de la mobilisation pour les retraites de 2010.

Voté à l’unanimité des 28 membres présents de la Commission exécutive

Projet de loi sur l’égalité femmes/hommes Pour la CGT le compte n’y est pas

mercredi 12 juin 2013

La Ministre des droits des femmes a présenté ce lundi en conseil supérieur pour l’égalité professionnelle le projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes. La CGT considère que ce projet de loi doit être un levier historique pour enfin atteindre l’égalité réelle entre les femmes et les hommes et sera particulièrement exigeante quant à son contenu.
Lire la suite du communiqué de la Confédératio}

Garantie Individuelle de Pouvoir d’Achat (GIPA) 2013

mercredi 8 mai 2013

Consultez, ci-contre, la fiche de calcul de la GIPA versée en 2013 réalisée par la CGT Fonction Publique. Cette fiche permet à tou
un chacun de savoir s’il a droit à la GIPA et, si oui, quel en sera le montant. La fiche permet aussi decalculer la perte réelle hors GVT (« glissement vieillesse-technicité ») subie par tout agent de la Fonction Publique.

Les inégalités se creusent entre retraités

mercredi 24 avril 2013

Le niveau de vie des seniors est proche de celui des actifs. Les pensions des jeunes retraités progressent plus vite. Les revenus du patrimoine accentuent les écarts.
Lire la suite sur le site des Echos

Notre fiche de paie finance la Protection Sociale

jeudi 12 juillet 2012

Sur mon salaire brut on me prélève différents pourcentages, à mon employeur aussi : C’est le financement de « Notre protection sociale ». Toutes ces cotisations assises sur mon salaire vont dans le « pot commun » et quand j’ai un problème, je bénéficie de droits. C’est le salaire Socialisé. Les cotisations permettent d’assurer la protection sociale de TOUS car nous sommes tous des assurés sociaux ! C’est la solidarité
Lire le tract de la CGT Organismes sociaux

L’enseignement agricole veut « crever l’abcès » de la précarité

mardi 3 juillet 2012

A la veille d’une rencontre avec le nouveau ministre de l’agriculture, six syndicats de l’enseignement agricole font démarche commune pour obtenir un plan de titularisation des contractuels correspondant aux besoins et sortir des agents de la grande pauvreté liée à des statuts parfois illégaux.
Lire la suite sur le Café pédagogique

NouveVidéo : M. et Mme Pognon ne payent pas beaucoup de taxe d’habitation.lle brève

jeudi 29 décembre 2011

Retrouver M. et Mme Pognon avec le paiement de leur taxe d’habitation. Comme toujours, ils trouvent cela bien trop cher, et pourtant...
Voir la vidéo sur le site de la CGT Finances