Défendre les concours nationaux, c’est défendre nos acquis statutaires

jeudi 4 juillet 2013
popularité : 5%

A propos de la tentative de suppression de la qualification dans l’enseignement supérieur au nom de la valorisation du doctorat

Le doctorat est un diplôme et le diplôme ne vaut pas salaire. Le diplôme est de l’ordre de la certification et nous situe du côté de l’utilité sociale du travail. Le salaire est de l’ordre de la qualification et nous situe du côté de l’évaluation de la valeur économique du travail.

Or la qualification relève de deux procédures contradictoires qui sont aujourd’hui l’enjeu d’un affrontement décisif.

Soit c’est le poste de travail qui est qualifié (comme dans les conventions collectives) et on est sur le marché de l’emploi avec des employeurs qui pratiquent le chantage à l’emploi : c’est l’emploi qui est payé et entre deux emplois on est au chômage.
Soit c’est la personne même qui est qualifiée, il n’y a pas de marché du travail, pas d’employeur et pas de chômage : c’est la grande conquête du statut de la fonction publique d’État avec Thorez en 1946 (dans la fonction publique territoriale, hélas les maires sont des employeurs). L’attribution de la qualification à la personne, c’est le grade : un fonctionnaire est payé pour son grade et non pas pour son poste. Dans la fonction publique d’État, le grade s’obtient par concours national. Ainsi, dans l’enseignement, l’agrégation (du secondaire ou du supérieur), le capes, le concours de professeur des écoles, ou alors une procédure en deux temps dont le premier est national (CNU) avant l’épreuve locale (comité de sélection).

Les réformateurs (le trio PS, CFDT, Verts qui en est la variante de gauche, et n’oublions pas le trio Medef, UMP-UDI, FN qui en est la variante de droite) veulent en finir avec la fonction publique d’État. Pour affirmer « l’emploi public » contre la fonction publique et faire des enseignants des cadres évoluant sur un marché du travail avec des employeurs et du chômage, il faut exalter le diplôme (qui ne qualifie pas, il certifie) et marginaliser le concours pour en finir avec le grade tout en transformant les chefs d’établissement en employeurs.C’est tout l’enjeu de la LRU/loi Fioraso : confier la masse salariale aux présidents, donner au CA croupion de la présidence le dernier mot en matière de recrutement, et autant que possible marginaliser le CNU et faire des CS des organes donnant des avis à la présidence. La première mouture de la LRU prévoyait de faire du CNU un simple organe consultatif, il a fallu la grande grève de 2009 pour rétablir son caractère délibératif, mais les réformateurs n’abandonnent jamais et tentent à nouveau leur coup de force contre le concours fondateur du grade, donc contre le CNU, au nom (bien sûr) de la « valorisation du doctorat ».

Il se passe la même chose avec la mastérisation qui prépare la marginalisation du capes et de l’agrégation dans le secondaire.

Les enseignants sont la composante principale de la fonction publique d’État. Faire sauter les concours d’enseignement fondateurs du grade des enseignants, leur substituer le couple diplôme/entretien d’embauche sur un emploi, est l’enjeu essentiel des réformateurs. S’ils gagnent, il y aura du souci à se faire pour la fonction publique et ce qu’elle représente comme subversion du marché du travail et affirmation du salaire à vie, une anticipation émancipatrice qui pourrait être, si nous la promouvions pour tous les salariés, l’anticipation du salaire à vie pour tous et, pour tous, de la disparition des employeurs. Nos adversaires, eux, n’arrêtent jamais de mener la lutte de classes.

Bernard Friot, Université Paris Ouest Nanterre, IDHE-CNRS, Institut européen du salariat (ies-salariat.org), 24 juin 2013


Agenda

<<

2018

 

<<

Février

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627281234
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

Justice - La taxe de 35 euros enfin supprimée

dimanche 4 août 2013

L’instauration d’un timbre fiscal de 35 €, décidée par le Gouvernement en 2011 et applicable depuis octobre 2011, pour toutes instances introduites devant les juridictions civiles, sociales, administratives et prud’homales, remet en cause l’accès au juge pour des milliers de salariés.

Comme nous l’avions prévu, cette taxe a entraîné une baisse conséquente des contentieux judiciaires, nombreux justiciables ayant renoncé à leur droit.

12 organisations, à l’initiative de la CGT se sont prononcées contre cette taxe. Après des mois de lutte nous avons enfin été entendus.

Christiane Taubira, Garde des sceaux, Ministre de la Justice, a annoncé, le 23 juillet 2013, la suppression, dans le projet de loi de finances pour 2014, de cette taxe.

Nous nous félicitons de cette décision obtenue grâce aux multiples manifestations dont une pétition nationale.

Montreuil, le 29 juillet 2013

Motion de la CGT Renault Cléon à propos de la défense des retraites

mardi 25 juin 2013

Texte de la motion votée à l’unanimité par la Commission exécutive du Syndicat CGT Renault Cléon à propos de la mobilisation contre la prochaine réforme des retraites.
Dès la fin septembre – début octobre, le gouvernement soumettra au parlement un projet de loi modifiant les conditions de départ à la retraite et abaissant le niveau des pensions des retraités, aggravant les effets de la réforme imposée par le gouvernement Sarkozy en 2010.
Ce qui laisse très peu de temps pour construire un rapport de force suffisant pour imposer l’abandon de ce projet de réforme.
Réuni en Commission exécutive, ce vendredi 21 juin, le syndicat CGT Renault Cléon appelle le bureau confédéral de la CGT :

  • à proposer dès le début juillet une première date de mobilisation nationale pour les premiers jours de septembre
  • à inscrire très clairement cette première date de mobilisation dans la perspective d’un blocage de l’économie, à la différence de la stratégie qui a conduit à l’échec de la mobilisation pour les retraites de 2010.

Voté à l’unanimité des 28 membres présents de la Commission exécutive

Projet de loi sur l’égalité femmes/hommes Pour la CGT le compte n’y est pas

mercredi 12 juin 2013

La Ministre des droits des femmes a présenté ce lundi en conseil supérieur pour l’égalité professionnelle le projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes. La CGT considère que ce projet de loi doit être un levier historique pour enfin atteindre l’égalité réelle entre les femmes et les hommes et sera particulièrement exigeante quant à son contenu.
Lire la suite du communiqué de la Confédératio}

Garantie Individuelle de Pouvoir d’Achat (GIPA) 2013

mercredi 8 mai 2013

Consultez, ci-contre, la fiche de calcul de la GIPA versée en 2013 réalisée par la CGT Fonction Publique. Cette fiche permet à tou
un chacun de savoir s’il a droit à la GIPA et, si oui, quel en sera le montant. La fiche permet aussi decalculer la perte réelle hors GVT (« glissement vieillesse-technicité ») subie par tout agent de la Fonction Publique.

Les inégalités se creusent entre retraités

mercredi 24 avril 2013

Le niveau de vie des seniors est proche de celui des actifs. Les pensions des jeunes retraités progressent plus vite. Les revenus du patrimoine accentuent les écarts.
Lire la suite sur le site des Echos

Notre fiche de paie finance la Protection Sociale

jeudi 12 juillet 2012

Sur mon salaire brut on me prélève différents pourcentages, à mon employeur aussi : C’est le financement de « Notre protection sociale ». Toutes ces cotisations assises sur mon salaire vont dans le « pot commun » et quand j’ai un problème, je bénéficie de droits. C’est le salaire Socialisé. Les cotisations permettent d’assurer la protection sociale de TOUS car nous sommes tous des assurés sociaux ! C’est la solidarité
Lire le tract de la CGT Organismes sociaux

L’enseignement agricole veut « crever l’abcès » de la précarité

mardi 3 juillet 2012

A la veille d’une rencontre avec le nouveau ministre de l’agriculture, six syndicats de l’enseignement agricole font démarche commune pour obtenir un plan de titularisation des contractuels correspondant aux besoins et sortir des agents de la grande pauvreté liée à des statuts parfois illégaux.
Lire la suite sur le Café pédagogique

NouveVidéo : M. et Mme Pognon ne payent pas beaucoup de taxe d’habitation.lle brève

jeudi 29 décembre 2011

Retrouver M. et Mme Pognon avec le paiement de leur taxe d’habitation. Comme toujours, ils trouvent cela bien trop cher, et pourtant...
Voir la vidéo sur le site de la CGT Finances