Circulaire concernant le maintien en fonction des Assistants d’éducation-Auxiliaires de vie scolaire (AED-AVS) parvenus au terme de leur engagement de 6 ans

vendredi 30 août 2013
popularité : 3%

La circulaire concernant le Maintien en fonction des assistants d’éducation-auxiliaires de vie scolaire (AED-AVS) parvenus au terme de leur engagement de 6 ans est parue. Vous pouvez la consulter ci-dessous ou télécharger la circulaire scannée.

Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche

Paris, 27 août 13

A l’attention de

Mesdames et messieurs les recteurs d’académie, chanceliers des universités, monsieur le vice-recteur de Mayotte

Objet  : Maintien en fonction des assistants d’éducation-auxiliaires de vie scolaire (AED-AVS) parvenus au terme de leur engagement

  • Annexe : modèle de contrat

En application de l’article L. 916-1 du code de l’éducation, les assistants d’éducation (AED) sont engagés par contrat à durée déterminée (COD) pour une durée maximale Iota le de six années que es que soient les fonctions qui leur sont confiées, y compris l’accompagnement des élèves handicapés.

S’agissant des AED-AVS, le rapport remis par Madame Komitès a mis en évidence la nécessité de professionnaliser leurs fonctions et a préconisé une évolution de leurs conditions d’emploi. A cette fin, l’accès au contrat à durée Indéterminée (CDI) va leur être ouvert par la modification de "article L. 916-1.

Cependant, cette réforme nécessite une mesure législative. Dans l’attente de celle-ci, je vous demande de maintenir dans leurs fonctions les AED-AVS qui le souhaiteraient et dont le contrat ne pourrait pas être renouvelé, en leur proposant de conclure, à titre transitoire, un CDD dans les conditions suivantes.

1. Les personnels concernés

Sont concernés les AED arrivant au terme de leurs six années d’engagement à partir du 1er janvier 2013, qu’ils aient exercé des fonctions d’aide Individuelle (AVS-l), d’aide mutualisée (AVS-m) ou d’aide collective (AVS-co).

Ne sont en revanche pas concernés par celte mesure spécifique à l’accompagnement des élèves handicapés les AED exerçant les autres fonctions énumérées à l’article 1er du décret n° 2003-484 du 6 Juin 2003 modifié fixant les conditions de recrutement et d’emploi des AED, à savoir l’encadrement et la surveillance des élèves, l’appui aux enseignants pour le soutien et l’accompagnement pédagogiques, l’aide à l’utilisation des nouvelles technologies, la participation à toute activité éducative, sportive, sociale, artistique ou culturelle complémentaire aux enseignements, la participation à l’aide aux devoirs et aux leçons et la participation aux actions de prévention et de sécurité.

2. Les caractéristiques du contrat à durée déterminée

a) l’employeur

le nouveau contrat est conclu par le directeur académique des services de l’éducation nationale agissant par délégation du recteur d’académie.

b) Le fondement Juridique du contrat

- les CDD sont établis sur la base de l’article 6 sexies de la loi n° 84-16 du 11 Janvier 1984 modifiée portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique de l’État.

- Les personnels ainsi recrutés relèvent des dispositions du décret n° 86-83 du 17 Janvier 1966 modifié relatif aux dispositions générales applicables aux agents non titulaires de l’État. Cependant, les contrats ainsi conclus, même s’Ils reposent sur une base Juridique différente, ont les mêmes caractéristiques que les contrats d’AED.

c) les fonctions exercées

Ces personnels sont recrutés pour exercer des fonctions d’AVS.

d) la période du contrat

- Le contrat a une durée de dix mois.

- Lorsque le contrat d’AED est arrivé à terme entre le 1er Janvier et le 30 août 2013, le CDD prend effet au 1er septembre 2013.
Lorsque le contrat d’AED arrive à terme à partir du 31 août, le CDD prend effet le lendemain de la fin de rengagement d’AED.

e) le temps de travail

le temps de travail est fixé à 1 607 heures annuelles pour un CDD à temps complet. La quotité mentionnée au contrat sera au moins égale à celle du contrat d’AED Immédiatement antérieur.

f) La formation

Afin de valoriser l’expérience acquise par l’ensemble de ces personnels en matière d’accompagnement des élèves handicapés et de professionnaliser la fonction d’AVS, un dispositif de validation des acquis de l’expérience (VAE) financé par le ministère de l’éducation nationale sera mis en place.

g) La rémunération

La rémunération brute mensuelle des agents ainsi recrutés est fixée en référence à l’indice brut 267, nouveau majoré 309, et calculée, le cas échéant, au prorata de leur quotité de service.

3. Les modalités de gestion

Ces contrats s’imputeront tous sur le plafond d’emplois ministériel, aussi bien pour les personnels qui étalent antérieurement rémunérés sur le titre 2 que pour ceux qui étaient employés par les EPLE en mobilisant les marges d’emplois vacants du programme 230. Leur rémunération sera prise en charge sur les crédits de titre 2 du programme 230 « vie de l’élève ».

S’agissant de la gestion administrative de ces personnels, cette mesure n’a pas pour effet de remettre en cause les modalités actuelles de gestion dans les systèmes d’Information pour les AED antérieurement gérés dans EPP (exerçant des fonctions d’AVS-i) ; en revanche, pour ceux employés par les EPLE et gérés dans ASSED, Ils devront être pris en charge dans EPP sous le grade des AED (code 7900), afin d’assurer la génération du dossier de paye. Sur ce point, une note technique sera adressée à vos services prochainement.

Il convient toutefois de préciser que c’est le modèle de contrat joint à cette note qui devra être utilisé pour le recrutement de ces AED et non les modèles de contrat générés par EPP el ASSED.

4. Suivi des recrutements

Je vous Informe qu’une enquête sera menée en octobre 2013 pour recenser les recrutements que vous aurez effectués au titre de ce dispositif spécifique afin d’en assurer le suivi. En effet, ces contrats ne pourront pas être identifiés spécifiquement dans les systèmes d’Information ministériels.

Par avance, je vous remercie de bien vouloir m’informer des éventuelles difficultés d’application de la présente circulaire.

Le secrétaire général

Frédéric GUIN

AED – AVS 2013 – Modèle de contrat à durée déterminée

Ministère de l’éducation nationale

Académie

Vu la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires ; ensemble la loi n°84-16 du 11 janvier 1984 modifiée portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique de l’État, notamment son article 6 sexies ;

Vu le décret n°86-83 du 17 janvier 1986 modifié relatif aux dispositions générales applicables aux agents non titulaires de l’État pris pour l’application de l’article 7 de la loi n°84-16 du 11 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique de l’État ;

Vu la décision de la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées en date du ….

Vu la candidature présentée par M./Mme……………..

PROGRAMME 230

Entre les soussignés :

Le directeur académique des services de l’éducation nationale, directeur des services départementaux de l’éducation nationale de………… ;

D’une part,

M./Mme……………………, né (e) le………………… ;

Domicilié (e) ………………

D’autre part,

Il a été convenu ce qui suit :

Article 1. M./Mme…………… est engagé (e) en qualité d’agent non titulaire pour exercer les fonctions d’accompagnement d’élèves handicapés. M./Mme s’engage à respecter les modalités d’intervention précisées dans le plan personnalisé de compensation du handicap des élèves handicapés mentionné à l’article L. 146-8 du code de l’action sociale et des familles.

Article 2. Le présent contrat prend effet à compter du …/…./….. Il a une durée de dix mois.

Article 3. M./Mme……….. exerce ses missions dans l’établissement suivant : école, collège, lycée….

Article 4. Le temps de travail de M./Mme……….. est fixé à……… heures réparties sur……..semaines……… soit une quotité de service de ………. %.

Article 5. M./Mme…………… est rémunéré (e) par référence à l’indice brut 267, nouveau majoré 309. L’indemnité de résidence et, le cas échéant, le supplément familial de traitement lui sont également versés.

Article 6. M./Mme ……………. Bénéficie de congés annuels dans les conditions fixées à l’article 10 du décret du 17 janvier 1986 susvisé. Ces congés sont pris en période de vacances scolaires.

Article 7. M./Mme………est soumis(e) aux dispositions du décret du 17 janvier 1986 susvisé relatif aux dispositions générales applicables aux agents non titulaires de l’état.

Article 8. Dans le cadre de ses fonctions, M./Mme………. Est tenu (e) au respect des obligations qui sont celles des personnels qui participent à l’exécution du service public de l’éducation nationale.

Fait à, le

Le DASEN L’intéressé (e)

Signature du DASEN Signature de l’intéressé (e)

(précédée de la mention manuscrite « lu et approuvé »


Documents joints

PDF - 2.2 Mo
PDF - 2.2 Mo

Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

La pédagogie Nutella ou le collège 2016... vu à la TV !

lundi 20 avril 2015

La réforme du collège 2016 agite le Landerneau enseignant depuis quelques semaines. Elle inquiète aussi à juste titre les parents qui se demandent bien ce que ledit collège réformé fera avec leur progéniture.

Pour rassurer tout le monde, la télévision publique nous montre à quoi ressemblera le collège 2016, dans deux reportages successifs. En effet, le collège réformé s’inspire de dispositifs innovants qui existent déjà dans quelques établissements expérimentaux.

Alors savourons cet avant-goût du collège nouveau...

Lire la suite sur le site La Vie Moderne

Chatel : « Certaines mesures vont dans le bon sens »

lundi 20 avril 2015

C’est le spécialiste des réformes destructrices Chatel qui ont mis à mal le lycée général et liquidé la voie STI qui nous le dit.
On constate facilement où Vallaud-Belkacem trouve son inspiration !

« Que les conservateurs tombent les masques ! »

lundi 20 avril 2015

Voici le titre de l’interview de Vallaud-Belkacem au très réactionnaire journal Le Point.
Notre seule réponse à NVB : « Que les néo-libéraux tombent également le masque ! »

4 pages spécial Retraités de la FERC

samedi 31 août 2013

Au sommaire : Conférence de l’UFR... les retraités à l’offensive ! - Quelle UFR, quelle structure ? - Place des retraités dans la CGT - Continuité syndicale et renforcement - Impressions croisées
Télécharger le 4 pages

Au sujet des dépenses scolaires…

jeudi 22 août 2013

Chaque année, à l’approche de la rentrée, on retrouve dans les médias des articles plus ou moins bien renseignés sur les « dépenses de la rentrée des classes ». Je les parcours toujours avec un peu d’agacement quand ils mettent en avant les nouveaux cartables, les vêtements, les classeurs, les crayons et les compas, les garderies et les cantines.
Parler de ces frais là, c’est évoquer l’arbre pour cacher la forêt. Les cartables et les compas durent facilement plusieurs années et les vêtements ne me semblent pas être une dépense scolaire : mes filles iraient-elles nues si l’école n’existait pas ? Idem pour la cantine : il faut manger même en dehors de l’obligation scolaire. Admettons pour la garderie des petits. Ce qui m’interpelle, ce sont les frais dont on parle moins et qui pourtant jalonnent bien le parcours scolaire des jeunes.
Lire la suite sur le site de l’Ecole démocratique

Ecole élémentaire : en France, le nombre d’élèves par enseignant supérieur à la moyenne OCDE (Depp)

vendredi 16 août 2013

Selon la revue « L’Éducation natio­nale en chiffres » de la Depp, le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises se situe en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE.
Le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises est en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE, selon la revue « L’Éducation natio­nale en chiffres » éditée par la Depp et parue en juillet 2013.
Dans les pays de l’OCDE, le nombre moyen d’élèves par ensei­gnant était à ce niveau de 15,4, en 2011 contre 18,4 en moyenne en France.

Loire-Atlantique / Rythmes : lettre ouverte des UD CGT, FO, FSU et Solidaires au DASEN et aux 26 maires de Loire-Atlantique appliquant la réforme en 2013

samedi 29 juin 2013

Depuis plusieurs mois, nos organisations syndicales ne cessent de dénoncer la précipitation et les dangers contenus dans la réforme des rythmes scolaires. Si les appréciations de nos syndicats respectifs peuvent diverger sur l’analyse de la loi Peillon et de son volet sur les rythmes scolaires, cela ne nous empêche en rien de partager nombre de points de vue sur les effets néfastes de cette réforme. Les propos volontaristes des municipalités ayant décidé de s’engager dès septembre 2013 dans la mise en œuvre du pan de réforme sur les rythmes ne résistent pas à un l’examen pragmatique. Pour notre part cette réforme relève plus d’un projet politique portant sur la territorialisation de l’École que sur les effets bénéfiques pour les enfants et les familles.
L’intention gouvernementale affiche une volonté de servir la réussite scolaire des élèves. Nous pensons qu’il y a loin du discours à une réalité qui malmène aussi les personnels concourant aux rythmes éducatifs des enfants. Les campagnes de communication politiciennes ne peuvent dissimuler les malaises grandissant autour de la rentrée 2013 précipitée.
Lire la suite

Coaching patronal au collège, sous l’œil attendri de France 2

mercredi 26 juin 2013

Mardi 18 juin, dans le 20h de France 2, après les 9 min inaugurales sur les inondations en France, et parmi les quelques miettes distribuées aux autres sujets (3 min sur le mouvement social au Brésil, 2 sur l’accueil des touristes à Paris), on retiendra un reportage d’anthologie, intitulé (sur le site de France 2) « Éducation : du coaching en ZEP » : 4 min 20 consacrées à l’intervention d’une cadre dirigeante dans un collège de « ZEP », pour appliquer, selon ses propres dires, les « méthodes d’entreprise » à l’école. 4 min 20 pour un « gros plan » qui « traite » un sujet sans (se) poser la moindre question, sans rien en dire sinon célébrer les vertus d’une initiative qui, avec d’autres, relève d’un entrisme entrepreneurial dans l’institution scolaire, du reste fort à la mode. Une initiative présentée sans contrepoint ni distance : un tel éloge relève-t-il encore de l’information ?
Lire la suite sur le site d’ACRIMED