La formation des maîtres sacrifiée en Haute-Normandie

lundi 14 octobre 2013
popularité : 2%

  • Télécharger le tract commun des syndicats CGT de l’enseignement et de la recherche : FERC-Sup, CGT Educ’action et SNTRS

L’austérité qui se renforce à l’Université de Rouen depuis deux ans pour résorber le désengagement de l’état s’accompagne de la réduction de la masse salariale et des coûts de fonctionnement avec des conséquences directes pour les formations, le gel de postes, la suppression de filières ou encore l’accroissement des effectifs dans les salles de cours. Tous les personnels et étudiants de l’École Supérieure du Professorat et de l’Éducation (ESPE, ex-IUFM) formant aux métiers de l’enseignement sont touchés. Cela alors que notre Région souffre de l’inégalité scolaire : l’illettrisme concerne 8% des haut-normands selon la dernière enquête IVQ de l’Insee et 23% des collèges relèvent de l’éducation prioritaire (contre 15% au niveau national).

Depuis la rentrée de septembre, la direction de l’ESPE mène une politique de management agressive et restructure ses services, de façon arbitraire et autoritaire. Sans la concertation prévue par l’accord sur l’aménagement et la réduction du temps de travail d’établissement de 2002, le personnel de Bibliothèque, Ingénieurs, Administratifs, Techniciens, de Service et de Santé (BIATSS) de l’ESPE se voit imposé un nombre d’heures hebdomadaires injustifié réduisant les congés et augmentant les frais et les contraintes liées au transport ou à la vie personnelle de chacun. Les signalements et les arrêts maladie se multiplient suite aux pressions intolérables effectuées par certains responsables.

L’austérité budgétaire qui frappe l’Université se traduit aussi par une réduction des formations. Non seulement l’Université refuse d’ouvrir le master Lettres-Histoire destiné aux PLP, ne laissant que le choix aux étudiants concernés de s’inscrire à l’Université de Caen ou dans une université parisienne. Elle diminue également le nombre d’heures dispensées dans d’autres filières. Globalement, cette année est marquée par une baisse de près de 50% du temps de formation. Par exemple, en physique-chimie, les étudiants en Master 1 reçoivent 400 heures de formation annuelle alors que la moyenne nationale est de 500 et que la formation est de 600 heures à Marseille ! Cette baisse de l’offre de formation met malgré eux en situation difficile des enseignants et des enseignants-chercheurs qui se retrouvent avec un service d’enseignement incomplet. En outre, la suppression des postes de Mise À Disposition Temporaire (MADT) en juin dernier prive la formation initiale de tout retour des acteurs de terrain.

Encore une fois sans prendre en compte les réels besoins pour une formation des enseignants satisfaisante, l’Université de Rouen et la région ont décidé de transférer dans les locaux de l’ESPE, l’Institut du Développement Social (IDS) qui forme les travailleurs sociaux, dans un but purement économique, sans se soucier de l’hygiène, de la sécurité et de la surface nécessaire à un travail pédagogique cohérent.

Cette situation est en contradiction avec le dossier d’accréditation validé cette année. La suppression de certaines salles de spécialité jugées « non-rentables » (!!) met en cause la capacité à répondre aux exigences de formation des enseignants.

En l’état actuel, l’ex-IUFM ne peut accueillir plus de 1500 usagers alors qu’on en prévoit 2000 à terme. Déjà, les étudiants n’ont pas suffisamment de tables et de chaises pour assister aux cours qui leur sont dispensés. N’ayant pas peur du ridicule, l’Université pour palier à cette surpopulation qu’elle aura elle-même créée en offrant ses installations, louera une partie de la surface perdue à l’ESITPA, un établissement voisin, et installera sur les espaces verts des bâtiments modulables préfabriqués ! De son côté, la ville de Canteleu où se trouve encore situé l’IDS en profiterait pour réaliser une juteuse opération financière en construisant des lotissements sur l’espace ainsi libéré.

La formation des personnels de l’éducation, et des enseignants en particulier, constitue le fondement du projet d’école républicaine, laïque et émancipatrice que porte la CGT. Les réformes mises en place par le ministère de l’Éducation Nationale et le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche manquent d’une ambition et ne rompent pas avec les orientations antérieures. Elles comportent des incohérences et des imprécisions qui mettent en difficulté étudiants et personnels, et conservent des défauts majeurs du dispositif précédent comme une première année de Master centrée sur le concours, une première année de stage à quasi-temps plein dans les établissements scolaires...

La situation de l’ESPE de Haute-Normandie témoigne de la politique menée depuis plusieurs années par les gouvernements successifs. La CGT demande que l’État, l’Université de Rouen et la Région prennent en considération les revendications des personnels et des étudiants :
▸ le respect de l’accord sur l’aménagement et la réduction du temps de travail d’établissement ;
▸ la fin des pressions de la direction sur le personnel ;
▸ l’ouverture de toutes les filières nécessaires à la formation des futurs enseignants ;
▸ l’abandon du projet de mutualisation des locaux de l’ESPE sur le site de Mont-Saint-Aignan ;
▸ une solution pérenne et viable pour des locaux propres à l’IDS.


Documents joints

PDF - 100.5 ko
PDF - 100.5 ko

Agenda

<<

2018

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

Justice - La taxe de 35 euros enfin supprimée

dimanche 4 août 2013

L’instauration d’un timbre fiscal de 35 €, décidée par le Gouvernement en 2011 et applicable depuis octobre 2011, pour toutes instances introduites devant les juridictions civiles, sociales, administratives et prud’homales, remet en cause l’accès au juge pour des milliers de salariés.

Comme nous l’avions prévu, cette taxe a entraîné une baisse conséquente des contentieux judiciaires, nombreux justiciables ayant renoncé à leur droit.

12 organisations, à l’initiative de la CGT se sont prononcées contre cette taxe. Après des mois de lutte nous avons enfin été entendus.

Christiane Taubira, Garde des sceaux, Ministre de la Justice, a annoncé, le 23 juillet 2013, la suppression, dans le projet de loi de finances pour 2014, de cette taxe.

Nous nous félicitons de cette décision obtenue grâce aux multiples manifestations dont une pétition nationale.

Montreuil, le 29 juillet 2013

Motion de la CGT Renault Cléon à propos de la défense des retraites

mardi 25 juin 2013

Texte de la motion votée à l’unanimité par la Commission exécutive du Syndicat CGT Renault Cléon à propos de la mobilisation contre la prochaine réforme des retraites.
Dès la fin septembre – début octobre, le gouvernement soumettra au parlement un projet de loi modifiant les conditions de départ à la retraite et abaissant le niveau des pensions des retraités, aggravant les effets de la réforme imposée par le gouvernement Sarkozy en 2010.
Ce qui laisse très peu de temps pour construire un rapport de force suffisant pour imposer l’abandon de ce projet de réforme.
Réuni en Commission exécutive, ce vendredi 21 juin, le syndicat CGT Renault Cléon appelle le bureau confédéral de la CGT :

  • à proposer dès le début juillet une première date de mobilisation nationale pour les premiers jours de septembre
  • à inscrire très clairement cette première date de mobilisation dans la perspective d’un blocage de l’économie, à la différence de la stratégie qui a conduit à l’échec de la mobilisation pour les retraites de 2010.

Voté à l’unanimité des 28 membres présents de la Commission exécutive

Projet de loi sur l’égalité femmes/hommes Pour la CGT le compte n’y est pas

mercredi 12 juin 2013

La Ministre des droits des femmes a présenté ce lundi en conseil supérieur pour l’égalité professionnelle le projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes. La CGT considère que ce projet de loi doit être un levier historique pour enfin atteindre l’égalité réelle entre les femmes et les hommes et sera particulièrement exigeante quant à son contenu.
Lire la suite du communiqué de la Confédératio}

Garantie Individuelle de Pouvoir d’Achat (GIPA) 2013

mercredi 8 mai 2013

Consultez, ci-contre, la fiche de calcul de la GIPA versée en 2013 réalisée par la CGT Fonction Publique. Cette fiche permet à tou
un chacun de savoir s’il a droit à la GIPA et, si oui, quel en sera le montant. La fiche permet aussi decalculer la perte réelle hors GVT (« glissement vieillesse-technicité ») subie par tout agent de la Fonction Publique.

Les inégalités se creusent entre retraités

mercredi 24 avril 2013

Le niveau de vie des seniors est proche de celui des actifs. Les pensions des jeunes retraités progressent plus vite. Les revenus du patrimoine accentuent les écarts.
Lire la suite sur le site des Echos

Notre fiche de paie finance la Protection Sociale

jeudi 12 juillet 2012

Sur mon salaire brut on me prélève différents pourcentages, à mon employeur aussi : C’est le financement de « Notre protection sociale ». Toutes ces cotisations assises sur mon salaire vont dans le « pot commun » et quand j’ai un problème, je bénéficie de droits. C’est le salaire Socialisé. Les cotisations permettent d’assurer la protection sociale de TOUS car nous sommes tous des assurés sociaux ! C’est la solidarité
Lire le tract de la CGT Organismes sociaux

L’enseignement agricole veut « crever l’abcès » de la précarité

mardi 3 juillet 2012

A la veille d’une rencontre avec le nouveau ministre de l’agriculture, six syndicats de l’enseignement agricole font démarche commune pour obtenir un plan de titularisation des contractuels correspondant aux besoins et sortir des agents de la grande pauvreté liée à des statuts parfois illégaux.
Lire la suite sur le Café pédagogique

NouveVidéo : M. et Mme Pognon ne payent pas beaucoup de taxe d’habitation.lle brève

jeudi 29 décembre 2011

Retrouver M. et Mme Pognon avec le paiement de leur taxe d’habitation. Comme toujours, ils trouvent cela bien trop cher, et pourtant...
Voir la vidéo sur le site de la CGT Finances