De Rijke Normandie & SNAT Fournaire – Halte à la discrimination syndicale ! Annulation des licenciements et réintégration sans délai d’Alain, Laurent et Valérie !

jeudi 16 janvier 2014
popularité : 6%

Nous dénonçons le licenciement abusif du camarade Alain Verdalle, conducteur depuis 22 ans chez « De Rijke Normandie », entreprise de transport à Rouen, et exigeons sa réintégration !

La direction de De Rijke Normandie lui reproche d’avoir refusé d’enfreindre les limitations d’heures de conduite, de refuser de tirer des colis de plus d’une tonne sans matériel adéquat, de revendiquer le paiement de ses heures de travail et ses repos compensateurs et de participer aux réunions de négociations d’accords d’entreprise.
Aujourd’hui, la direction Institue le travail dissimulé, augmente la pénibilité en reportant la charge de travail des licenciés et autres retraités sur les salariés et le non respect des réglementations pour satisfaire les clients.
On ne peut plus supporter le blocage des salaires depuis plus de 4 ans.
Mais la vérité c’est qu’Alain subit de plein fouet la discrimination syndicale car il ose remettre en cause les méthodes de management de la direction.
Le choix de la direction, c’est le blocage des salaires des employés et la multiplication des cadres dirigeants avec salaires, avantages et augmentations systématiques.
INTERDICTION DES LICENCIEMENTS !

Nous dénonçons également les licenciements abusifs des camarades Valérie et Laurent Deltour, embauchés chez « SNAT Fournaire », entreprise de transport à Rouen et exigeons aussi leur réintégration !
La direction de SNAT Fournaire a licencié Valérie en octobre, exploitante hydrocarbures, après lui avoir proposé, dans un premier temps et pour s’assurer de sa docilité, une augmentation de 4%. Elle a osé réclamer immédiatement après le paiement de ses heures supplémentaires et de ses astreintes qu’elle tenait depuis 3 ans, 24h/24, 7j/7 sauf les vacances... gratuitement !
Elle a payé cet affront du fait aussi d’être en couple avec un élu CGT particulièrement gênant pour la direction.
La sanction concernant son frère n’a pas attendu !
Alors que Laurent, conducteur quant à lui, avait été invité en tant que négociateur aux NAO par la CGT en juin, qu’il avait revendiqué des choses concernant le personnel des bureaux et qu’il a dénoncé plusieurs mises en dangers, il s’est fait licencier sur des motifs creux et mensongers !
Nous sommes dans les deux cas face à des discriminations directes ou associées et c’est le droit de revendiquer son dû qui est ici bafoué !
INTERDICTION DES LICENCIEMENTS !

VENEZ NOUS SOUTENIR POUR FAIRE PRESSION
SUR LES PATRONS LICENCIEURS DU TRANSPORT :
LE MARDI 21 JANVIER À 8H00 DEVANT DE RIJKE À CANTELEU
ET SURTOUT :
LE MARDI 28 JANVIER À 9H00 DEVANT LES PRUD’HOMMES DE ROUEN
POUR LES RÉFÉRÉS DES 3 CAMARADES


Documents joints

PDF - 548.2 ko
PDF - 548.2 ko

Agenda

<<

2020

 

<<

Juin

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293012345
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.

Mac Do Neufchâtel en Bray veut licencier une militante syndicale CGT !

vendredi 6 juillet 2018

Suite à un entretien disciplinaire une syndiquée CGT depuis un mois au McDonald’s de Neufchatel en Bray a été mise à pieds à titre conservatoire avant que ne soit décidé un licenciement. Les vrais motifs de cette mise à pied : la distribution de tracts dans les restaurants de cette franchise (Dieppe, Yvetot et Neufchâtel en bray) mentionnant les acquis obtenus au restaurant d’Elbeuf (13e mois, prime trimestrielles, congés enfants malades, arbre de Noël ...), et la crainte que les salariés reprennent eux aussi ces revendications !
Rassemblement Dimanche 8 juillet 18h45 devant le Mac Donald de Neufchâtel en Bray.