Réforme de l’éducation prioritaire : des propositions alléchantes mais des mesures insuffisantes et dangereuses pour les personnels !

jeudi 23 janvier 2014
popularité : 6%

Le ministre de l’Éducation nationale, Vincent Peillon, a présenté son « plan pour l’éducation prioritaire », jeudi 16 janvier 2014.

Concernant les personnels enseignants - Le ministre a repris les annonces des chantiers métiers : indemnités spécifiques, pondérations et création d’un nouveau grade d’accès fonctionnel (GRAF). Cela concernerait 100 réseaux en 2014 et 350 en 2015.

La CGT Éduc’action reste opposée à la multiplication des indemnités spécifiques et surtout à la création d’un nouveau grade qui crée de nouvelles inégalités et une hiérarchie entre les personnels. Elle est favorable à des décharges de service pour les missions particulières.

Ainsi, le ministère reconnaît la difficulté et la spécificité d’enseigner en ZEP par l’octroi de décharges horaires (via une pondération) afin de pouvoir donner du temps pour le travail en équipe et le suivi des élèves (1.5 h/hebdo en collège et 9 jours par an en primaire). Mais, derrière cette proposition alléchante peut se profiler une remise en cause des garanties statutaires des personnels enseignants du second degré. La décharge horaire risque de ne pas permettre une réelle baisse du temps et de la charge de travail. La baisse du temps devant élèves, associé à la mise en place d’un temps de concertation et de formation, défini localement, va sans doute se traduire par la multiplication des réunions obligatoires qui pourraient être chronophages. De plus, la grande majorité des collègues qui exercent dans l’éducation prioritaire ne sont pas concernés par la pondération.
La CGT Educ’Action Rouen n’est pas opposée à la mise en place de projets, de réunions, de concertation, mais sur la base des initiatives de collègues volontaires.

La CGT Educ’action défend avant tout les conditions de travail des personnels et donc leur statut. Dans notre académie, lors du Comité technique, elle a voté avec le SNES et FO un vœu clair sur cette question :

Concernant le projet de refondation des statuts des professeurs, nous rappelons nos exigences :

  • nous voulons garder des obligations définies en maxima hebdomadaires d’heures d’enseignement disciplinaires et nous refusons l’annualisation de notre temps de travail ;
  • nous ne voulons pas que nos services soient définis localement et refusons le principe de lettres de missions ; 
  • la pondération 1,1 prévue pour les collègues exerçant en éducation prioritaire ne doit pas s’appliquer à un nombre réduit d’établissements ;
  • nous nous opposons à la suppression des décharges statutaires et tout nouveau calcul des pondérations qui se traduirait par des pertes salariales ;
  • nous nous opposons à une redéfinition de nos statuts qui conduirait à une augmentation de la charge de travail."

Enfin, le Ministre maintient le dispositif Eclair que la CGT Educ’action n’a cessé de dénoncer. Cela traduit bien sa volonté de maintenir encore aujourd’hui dans l’éducation prioritaire des fonctionnements dérogatoires aux garanties statutaires.

Concernant les élèves - Le ministre annonce un nouveau renforcement de la scolarisation des enfants de moins de 3 ans, pour arriver, d’ici 2017, à 30 % dans les 350 réseaux. Rappelons que les « efforts » constatés lors de la rentrée 2013 ont été très peu visibles. Ceux annoncés pour la rentrée 2014 ne sont pas de nature à faire évoluer sensiblement ces taux de scolarisation pour l’ensemble des écoles relevant aujourd’hui de l’éducation prioritaire, dans certaines académies ces taux étant bien en-deçà des 5 %...

Par ailleurs, le ministre annonce plus d’enseignants pour le dispositif « Plus de maîtres que de classes ». En théorie, ce dispositif est positif mais il doit se vérifier en pratique quand, aujourd’hui, le ministère peine à prendre en charge la hausse démographique...
Enfin, le ministre annonce que les réseaux bénéficieront d’un renforcement en infirmières et assistantes sociales. Cette annonce va dans le sens des revendications de la CGT Éduc’action, ce qui n’est pas le cas pour l’annonce de la création de 500 nouveaux postes d’Assistants de Prévention et de Sécurité. La CGT Educ’action continue de réclamer des moyens pérennes en termes d’accompagnement éducatif.

La CGT Éduc’action constate que le ministère opère une redéfinition de la carte de l’éducation prioritaire qui pourrait aboutir à un nouveau rétrécissement de celle-ci, ce qui ne serait pas acceptable. Elle demande que les moyens annoncés soient réellement mis sur la table. En ce sens, la CGT Educ’action reste très dubitative au regard des budgets et des recrutements prévus.

Les annonces du ministre peuvent paraître ambitieuses. Mais les personnels doivent rester mobilisés pour défendre leurs conditions de travail, ce qui passe par le refus des mesures qui remettent en cause nos garanties statutaires.

Le plan annoncé semble être un curieux mélange de poudre aux yeux et de biais enfoncés dans le statut. D’autant plus, que la préparation de la rentrée 2014 contredit la soit-disant bonne volonté de Peillon : dans les académies, les seuils prévus dans et hors éducation prioritaire avoisinent ou sont à 30 élèves par classe en collège et 35 en lycée.


Agenda

<<

2018

 

<<

Mai

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Grève de la faim au centre hospitalier du Rouvray !

mardi 22 mai

Suite au mouvement de grève initié le 22 Mars 2018, et devant l’absence de réponses favorables de la direction du CH du Rouvray et de l’ARS, des agents du Centre Hospitalie du Rouvray occupent les locaux de l’administration à partir du Mardi 22 Mai 2018.
ILS SONT EN GREVE DE LA FAIM ILLIMITEE.
L’intersyndicale demande : la suppression définitive des lits supplémentaires qui constituent une suroccupation chronique de l’hôpital, une solution immédiate au problème des patients mineurs hospitalisés en unités « adultes », un renforcement des effectifs, l’arrêt des fermetures des structures extra-hospitalières. Venez nombreux soutenir les personnels en grève de la faim.

VIDEO : CE QUE LES MEDIAS NE DISENT PAS SUR LA SNCF !

lundi 16 avril

A voir absolument l’excellente vidéo du Fil d’actu CE QUE LES MEDIAS NE DISENT PAS SUR LA SNCF !

Moins de fonctionnaires et un statut attaqué :

vendredi 26 mai 2017

120 000 fonctionnaires en moins mais un service public renforcé. Comme depuis 10 ans, le but est donc de faire mieux avec moins, ce qui impliquera, dans les faits, une baisse des services rendus aux usagers et une détérioration des conditions de travail des personnels. Pour cela, la recette managériale habituelle : autonomie des chef-fes de services, individualisation des carrières et des salaires. Bref, la concurrence entre les personnels et la division

CEPIC, AVEC LA CGT, ILS et ELLES ONT GAGNÉ !

mardi 18 avril 2017

Au bout de 2 semaines de grève totale et de blocage du site, les salariés de CEPIC ont arraché vendredi 14 avril un très bon accord :

  • une augmentation de salaire avec un talon de 30 €
  • une prime exceptionnelle équivalent à un mois de salaire
  • une prime de chiffre d’affaires mensuelle

De fait, ces mesures salariales amènent les salariés de CEPIC au niveau des minima conventionnels, que l’employeur refuse depuis des années. La grève menée par les militants CGT de CEPIC, épaulés par la présence permanente de l’UL Sotteville St Etienne a rassemblé du premier au dernier jour 90 % des salariés.
L’UD 76 et la fédération Chimie ont organisé la solidarité sur le piquet : des dizaines de syndicats cgt sont venus régulièrement soutenir. La victoire des CEPIC, après la victoire des Legrand est une victoire pour toute la CGT. C’est la victoire de l’unité et de la solidarité.

Lutte gagnante : victoire pour les travailleurs sans papiers du Marché de Rungis

mercredi 12 avril 2017

Après trois semaines de grève et d’occupation de la Tour Semmaris, les pressions sur les entreprises pour l’établissement des CERFA, les parties (Préfecture, Min de Rungis, CGT) se sont mis d’accord sur les points suivants :

  • établissement par les services préfectoraux de récépissés avec autorisation de travail pour l’ensemble des grévistes ;
  • dépôt des dossiers des 128 travailleurs sans papiers en préfecture du Val-de-Marne.

En conséquence, l’occupation de la Tour Semmaris a pris fin dimanche 9 avril 2017.

Cette victoire est incontestablement à mettre au crédit de la lutte, de la détermination des travailleurs sans papiers, des militants de la CGT et des nombreux et divers soutiens qui auront pu s’exprimer.

On bosse ici, on vit ici, on reste ici !

Montreuil, le 10 avril 2017

Les salariés de l’usine Legrand ont gagné !

mardi 28 mars 2017

Cet après-midi, après 9 jours de grève et de blocage , la direction de l’usine Legrand de Malaunay a cédé devant la délégation CGT et FO, et face à la détermination des salariés qui ont gagné 41,61 euros d’augmentation par mois.
La solidarité a joué un rôle déterminant. Le patron, énervé par la détermination des grévistes qui tenaient bon a lâché : « oui je le sais, vous avez une cagnotte », en faisant référence au soutien financier des autres syndicats CGT et d’autres salariés présents le jeudi 23 Mars devant l’usine. La CGT éduc’action de l’académie de Rouen était porteuse ce jour là d’un message de soutien. BRAVO aux LEGRAND !

Déclarations CGT éduc’action de mars 2017

samedi 25 mars 2017

Lutte gagnante chez SIDEL, près du Havre :

mardi 21 mars 2017

Après des propositions au rabais suite aux négociations salariales annuelles, les salariés de Sidel (métallurgie) ont décidé de se mobiliser pour les salaires alors que les résultats de l’entreprise sont au beau fixe. Après 2 jours de débrayages, la direction a été obligée de revoir sa copie à la hausse. Ainsi, l’augmentation générale pour les non cadres est passée de 0,4% à 1%, Pour les cadres, c’est 1,6% d’augmentation individuelle. La prime de transport est améliorée de 3%, et la prime de vacances de 1000 euros est reconduite. 5000 euros de primes vont être versés aux salariés ainsi qu’un bonus. Le mercredi 8 mars l’assemblée générale a accepté le contenu des négociations et a repris le travail .