Temps de travail/ Temps de concertation...

Vers un forfait illimité pour les réunions...
lundi 17 février 2014
par  François-Xavier Durand
popularité : 2%

En 1991, la reconnaissance des temps de concertation et des temps de conférences pédagogiques dans notre temps de service s’effectuait en libérant un samedi sur trois pour les élèves. Mais de nombreuses réunions s’effectuaient encore sur un temps devant élèves où l’enseignant était remplacé. C’était le cas des réunions d’équipes éducatives, les réunions avec les membres de RASED ou encore les réunions des CCPE (supprimées suite à la Loi de 2005 instituant les MDPH).

Au fur et à mesure, ces réunions sont devenues chronophages par l’augmentation d’une part des demandes institutionnelles, mais aussi par le basculement progressif des réunions sur temps de présence devant élèves vers le temps personnel, basculement justifié souvent par les « obligations de service » et surtout par les suppressions de postes de remplacement.

Cette dégradation s’est accentuée depuis 2008, lorsque DARCOS a redéfini notre temps de service à 24 heures devant élèves en classe, 60 heures d’Aide Personnalisée et 18 heures d’animations pédagogiques, 6 heures de Conseils d’Ecole et 24 heures de réunions de Conseils de cycles et/ou de concertation.

En 2013, Peillon donne encore plus de temps pour la concertation, en réduisant les 60 heures d’Aide Personnalisée à 36 heures d’Activités Pédagogiques Complémentaires et 24 heures forfaitaires pour réunions avec les parents, équipes de suivi de scolarité, conseils des maîtres, etc . Mais le constat dans les écoles est sans appel, en 4 mois, toutes les heures de réunions ont parfois été utilisées.

Plus on a de temps... Moins on a de temps

« Lorsque vous avez épuisé vos 24 heures consacrées notamment aux rencontres avec les parents au mois d’avril, vous continuez quand même à les voir si le besoin
s’en ressent. Les 24 heures sont un forfait, pas une limite. »

Voilà en substance les propos d’un IEN lorsqu’il rappelle nos obligations de service dans le cadre des 108 heures. Du « forfait 24 heures » lié à la transformation des 60 heures d’Aide Personnalisée en 36 heures d’APC et qui ne devait pas être contrôlé, nous glissons vers un « forfait illimité ». La formalisation de toutes nos obligations de service, devient un puits sans fond de réunions en tous genres et souvent devenues chronophages lié à une demande institutionnelle toujours plus importante. Réunions auxquelles s’ajouteront toutes celles qui auront lieu dans le cadre du Projet Educatif de Territoire (PedT) pour la transition entre l’école et le péri-éducatif établi lors de la mise en application de la réforme des Rythmes scolaires. L’administration et les collectivités locales, avec parfois le soutien de certaines organisations syndicales, tenteront de nous les imposer. La mise en oeuvre des nouveaux dispositifs « scolarisation des moins de trois ans » et « Plus de Maîtres que de Classes » a aussi engendré son lot de réunions supplémentaires.

Ainsi, si les besoins de se réunir sont nécessaires, ils peuvent être variables d’une école à une autre, selon qu’elle est classée REP ou non, selon le nombre d’élèves en difficulté ou nécessitant des réunions d’équipe éducative. Mais en aucun cas, cela ne doit se traduire par une dégradation de nos conditions de vie et un envahissement sans fin et incontrôlé de notre temps personnel.

Pour la CGT Educ’action 76, le temps de service des professeurs des écoles doit être revu et être défini par des maxima d’heures d’enseignement. Il doit tendre vers les 18 heures comme pour les certifiés. Les réunions d’équipe de suivi de scolarité, avec les membres du RASED (reconstitué), d’inclusion des élèves de CLIS, de concertation et de conseil de cycle doivent être mieux encadrées et prioritairement prises sur nos heures d’enseignement en mettant en place les moyens de remplacement nécessaires. Les heures d’APC doivent être supprimées. Les Conseils d’école qui sont aussi une obligation de service doivent permettre de respecter le parent-salarié élu en lui octroyant le droit d’y assister même sur son temps de travail par reconnaissance de ce droit.


Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

Justice - La taxe de 35 euros enfin supprimée

dimanche 4 août 2013

L’instauration d’un timbre fiscal de 35 €, décidée par le Gouvernement en 2011 et applicable depuis octobre 2011, pour toutes instances introduites devant les juridictions civiles, sociales, administratives et prud’homales, remet en cause l’accès au juge pour des milliers de salariés.

Comme nous l’avions prévu, cette taxe a entraîné une baisse conséquente des contentieux judiciaires, nombreux justiciables ayant renoncé à leur droit.

12 organisations, à l’initiative de la CGT se sont prononcées contre cette taxe. Après des mois de lutte nous avons enfin été entendus.

Christiane Taubira, Garde des sceaux, Ministre de la Justice, a annoncé, le 23 juillet 2013, la suppression, dans le projet de loi de finances pour 2014, de cette taxe.

Nous nous félicitons de cette décision obtenue grâce aux multiples manifestations dont une pétition nationale.

Montreuil, le 29 juillet 2013

Motion de la CGT Renault Cléon à propos de la défense des retraites

mardi 25 juin 2013

Texte de la motion votée à l’unanimité par la Commission exécutive du Syndicat CGT Renault Cléon à propos de la mobilisation contre la prochaine réforme des retraites.
Dès la fin septembre – début octobre, le gouvernement soumettra au parlement un projet de loi modifiant les conditions de départ à la retraite et abaissant le niveau des pensions des retraités, aggravant les effets de la réforme imposée par le gouvernement Sarkozy en 2010.
Ce qui laisse très peu de temps pour construire un rapport de force suffisant pour imposer l’abandon de ce projet de réforme.
Réuni en Commission exécutive, ce vendredi 21 juin, le syndicat CGT Renault Cléon appelle le bureau confédéral de la CGT :

  • à proposer dès le début juillet une première date de mobilisation nationale pour les premiers jours de septembre
  • à inscrire très clairement cette première date de mobilisation dans la perspective d’un blocage de l’économie, à la différence de la stratégie qui a conduit à l’échec de la mobilisation pour les retraites de 2010.

Voté à l’unanimité des 28 membres présents de la Commission exécutive

Projet de loi sur l’égalité femmes/hommes Pour la CGT le compte n’y est pas

mercredi 12 juin 2013

La Ministre des droits des femmes a présenté ce lundi en conseil supérieur pour l’égalité professionnelle le projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes. La CGT considère que ce projet de loi doit être un levier historique pour enfin atteindre l’égalité réelle entre les femmes et les hommes et sera particulièrement exigeante quant à son contenu.
Lire la suite du communiqué de la Confédératio}

Garantie Individuelle de Pouvoir d’Achat (GIPA) 2013

mercredi 8 mai 2013

Consultez, ci-contre, la fiche de calcul de la GIPA versée en 2013 réalisée par la CGT Fonction Publique. Cette fiche permet à tou
un chacun de savoir s’il a droit à la GIPA et, si oui, quel en sera le montant. La fiche permet aussi decalculer la perte réelle hors GVT (« glissement vieillesse-technicité ») subie par tout agent de la Fonction Publique.

Les inégalités se creusent entre retraités

mercredi 24 avril 2013

Le niveau de vie des seniors est proche de celui des actifs. Les pensions des jeunes retraités progressent plus vite. Les revenus du patrimoine accentuent les écarts.
Lire la suite sur le site des Echos

Notre fiche de paie finance la Protection Sociale

jeudi 12 juillet 2012

Sur mon salaire brut on me prélève différents pourcentages, à mon employeur aussi : C’est le financement de « Notre protection sociale ». Toutes ces cotisations assises sur mon salaire vont dans le « pot commun » et quand j’ai un problème, je bénéficie de droits. C’est le salaire Socialisé. Les cotisations permettent d’assurer la protection sociale de TOUS car nous sommes tous des assurés sociaux ! C’est la solidarité
Lire le tract de la CGT Organismes sociaux

L’enseignement agricole veut « crever l’abcès » de la précarité

mardi 3 juillet 2012

A la veille d’une rencontre avec le nouveau ministre de l’agriculture, six syndicats de l’enseignement agricole font démarche commune pour obtenir un plan de titularisation des contractuels correspondant aux besoins et sortir des agents de la grande pauvreté liée à des statuts parfois illégaux.
Lire la suite sur le Café pédagogique

NouveVidéo : M. et Mme Pognon ne payent pas beaucoup de taxe d’habitation.lle brève

jeudi 29 décembre 2011

Retrouver M. et Mme Pognon avec le paiement de leur taxe d’habitation. Comme toujours, ils trouvent cela bien trop cher, et pourtant...
Voir la vidéo sur le site de la CGT Finances