Les MOOC : « Ce sont des publicités, pas des cours »

Question posées à Jérôme Valluy à France Soir le 31 janvier 2014
mercredi 19 février 2014
par  François-Xavier Durand
popularité : 4%

Jérôme Valluy est :

  • Professeur à l’université PANTHÉON-SORBONNE (PARIS 1),
  • chercheur à l’université de Technologie de Compiègne (UTC)
  • élu FERC SUP CGT au Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche

LE MINISTÈRE ESTIME QUE « LE DÉVELOPPEMENT DES MOOCS DANS LES DIX PROCHAINES ANNÉES REDÉFINIRA LA CARTE UNIVERSITAIRE INTERNATIONALE ».
LES MOOCS PEUVENT-ILS REMPLACER LES COURS PHYSIQUES À TERME ?

C’est peu probable : la présence physique de l’apprenant sur le site de formation, la mise à disposition d’infrastructures de vie universitaire, les interactions entre étudiant-e-s et personnels, les apprentissages informels par socialisation dans le milieu estudiantin, demeurent à la base de la transmission des connaissances. Les prédictions futuristes du ministère ne reposent sur rien, si ce n’est l’envie de substituer aux cours en présence des enregistrements moins coûteux.

IL Y UN TAUX D’ABANDON ANNONCÉ DE 90%. SELON VOUS, À QUOI EST-CE DÛ ?

Cela est dû à tout ce que les étudiant-e-s « numériques » n’ont pas : des explications orales, pédagogiques, plus libres, plus simples ; une adaptation intuitive du pédagogue au niveau de son auditoire ; une aide de l’orateur à la concentration de son public ; la structuration de l’agenda de travail quotidien et hebdomadaire ; la possibilité de discuter entre étudiant-e-s du travail à faire, de la façon de s’organiser, des documents, des préparations ; les salles de travail silencieuses, les bibliothèques et équipements informatiques qui compensent la faiblesse des moyens personnels ; l’interaction avec les enseignants, chercheurs, administratifs, bibliothécaires…

QUE PENSEZ-VOUS DU MODÈLE ÉCONOMIQUE DES MOOCS ?

Il n’y a pas, pour le moment de modèle économique connu. Soit le numérique se fait à bas prix, les MOOC ne sont alors guère plus que des vidéos un peu enrichies, et l’offre de formation confine à l’escroquerie. Soit les MOOC sont techniquement et pédagogiquement sophistiqués et leurs coûts de production deviennent exorbitants. Or leur rentabilité, par certification finale payante, est faible en raison des taux d’abandon… sauf pour quelques entreprises pionnières qui ont bénéficié d’une position novatrice et d’une audience planétaire. Et encore… pour combien de temps ? La valorisation de leurs certifications sur le marché du travail n’est pas acquise à se ce jour.

UN GRAND NOMBRE D’UNIVERSITÉS ET D’ÉCOLES SE SONT LANCÉS OU VONT SE LANCER DANS L’AVENTURE. D’APRÈS VOUS, QU’EST-CE QUI POUSSE LES ÉTABLISSEMENTS À UTILISER CE NOUVEAU MODE D’ENSEIGNEMENT ?

Ce sont principalement des motifs publicitaires. En raison des réformes récentes, les universités doivent attirer des inscriptions dont le nombre détermine en partie la dotation budgétaire de l’Etat. Les MOOC sont peu coûteux comparés aux annonces dans la presse ou aux journées portes-ouvertes. Les établissements prestigieux utilisent davantage cet outil marketing, mais n’intègrent pas les MOOC dans la validation de leurs diplômes : ce ne sont donc que des publicités et non des cours.

QU’EST-CE QUE VOUS CRAIGNEZ LE PLUS DANS LE DÉVELOPPEMENT DES MOOCS ?

La tromperie commerciale de ceux qui, ne connaissant pas la différence entre marketing académique et pédagogie numérique, suivront des mirages de prestige et se croiront à Harvard, Oxford, Sorbonne… en restant chez eux, derrière un ordinateur, plutôt que de bénéficier de la pédagogie bien supérieure qu’ils trouveraient dans un établissement proche. La tromperie politique aussi consistant à faire croire que l’on peut facilement se former à distance alors que des décennies d’expérience ont prouvé le contraire, que toutes les statistiques le confirment aujourd’hui, et que la « révolution des MOOC » sert à accompagner politiquement la débudgétisation du service public gratuit d’enseignement supérieur.


Dernière publication (accès libre) : J. Valluy (oct. 2013), "TIC ET
ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : COMMENT (RE)NOUER LE DIALOGUE ?", _Distances
et médiations des savoirs_, n°4 : http://dms.revues.org/373 [2]


Agenda

<<

2018

 

<<

Juin

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

Justice - La taxe de 35 euros enfin supprimée

dimanche 4 août 2013

L’instauration d’un timbre fiscal de 35 €, décidée par le Gouvernement en 2011 et applicable depuis octobre 2011, pour toutes instances introduites devant les juridictions civiles, sociales, administratives et prud’homales, remet en cause l’accès au juge pour des milliers de salariés.

Comme nous l’avions prévu, cette taxe a entraîné une baisse conséquente des contentieux judiciaires, nombreux justiciables ayant renoncé à leur droit.

12 organisations, à l’initiative de la CGT se sont prononcées contre cette taxe. Après des mois de lutte nous avons enfin été entendus.

Christiane Taubira, Garde des sceaux, Ministre de la Justice, a annoncé, le 23 juillet 2013, la suppression, dans le projet de loi de finances pour 2014, de cette taxe.

Nous nous félicitons de cette décision obtenue grâce aux multiples manifestations dont une pétition nationale.

Montreuil, le 29 juillet 2013

Motion de la CGT Renault Cléon à propos de la défense des retraites

mardi 25 juin 2013

Texte de la motion votée à l’unanimité par la Commission exécutive du Syndicat CGT Renault Cléon à propos de la mobilisation contre la prochaine réforme des retraites.
Dès la fin septembre – début octobre, le gouvernement soumettra au parlement un projet de loi modifiant les conditions de départ à la retraite et abaissant le niveau des pensions des retraités, aggravant les effets de la réforme imposée par le gouvernement Sarkozy en 2010.
Ce qui laisse très peu de temps pour construire un rapport de force suffisant pour imposer l’abandon de ce projet de réforme.
Réuni en Commission exécutive, ce vendredi 21 juin, le syndicat CGT Renault Cléon appelle le bureau confédéral de la CGT :

  • à proposer dès le début juillet une première date de mobilisation nationale pour les premiers jours de septembre
  • à inscrire très clairement cette première date de mobilisation dans la perspective d’un blocage de l’économie, à la différence de la stratégie qui a conduit à l’échec de la mobilisation pour les retraites de 2010.

Voté à l’unanimité des 28 membres présents de la Commission exécutive

Projet de loi sur l’égalité femmes/hommes Pour la CGT le compte n’y est pas

mercredi 12 juin 2013

La Ministre des droits des femmes a présenté ce lundi en conseil supérieur pour l’égalité professionnelle le projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes. La CGT considère que ce projet de loi doit être un levier historique pour enfin atteindre l’égalité réelle entre les femmes et les hommes et sera particulièrement exigeante quant à son contenu.
Lire la suite du communiqué de la Confédératio}

Garantie Individuelle de Pouvoir d’Achat (GIPA) 2013

mercredi 8 mai 2013

Consultez, ci-contre, la fiche de calcul de la GIPA versée en 2013 réalisée par la CGT Fonction Publique. Cette fiche permet à tou
un chacun de savoir s’il a droit à la GIPA et, si oui, quel en sera le montant. La fiche permet aussi decalculer la perte réelle hors GVT (« glissement vieillesse-technicité ») subie par tout agent de la Fonction Publique.

Les inégalités se creusent entre retraités

mercredi 24 avril 2013

Le niveau de vie des seniors est proche de celui des actifs. Les pensions des jeunes retraités progressent plus vite. Les revenus du patrimoine accentuent les écarts.
Lire la suite sur le site des Echos

Notre fiche de paie finance la Protection Sociale

jeudi 12 juillet 2012

Sur mon salaire brut on me prélève différents pourcentages, à mon employeur aussi : C’est le financement de « Notre protection sociale ». Toutes ces cotisations assises sur mon salaire vont dans le « pot commun » et quand j’ai un problème, je bénéficie de droits. C’est le salaire Socialisé. Les cotisations permettent d’assurer la protection sociale de TOUS car nous sommes tous des assurés sociaux ! C’est la solidarité
Lire le tract de la CGT Organismes sociaux

L’enseignement agricole veut « crever l’abcès » de la précarité

mardi 3 juillet 2012

A la veille d’une rencontre avec le nouveau ministre de l’agriculture, six syndicats de l’enseignement agricole font démarche commune pour obtenir un plan de titularisation des contractuels correspondant aux besoins et sortir des agents de la grande pauvreté liée à des statuts parfois illégaux.
Lire la suite sur le Café pédagogique

NouveVidéo : M. et Mme Pognon ne payent pas beaucoup de taxe d’habitation.lle brève

jeudi 29 décembre 2011

Retrouver M. et Mme Pognon avec le paiement de leur taxe d’habitation. Comme toujours, ils trouvent cela bien trop cher, et pourtant...
Voir la vidéo sur le site de la CGT Finances