PLAN BORLOO DE « COHÉSION SOCIALE »

Un pas de plus vers la destruction de l’Education nationale
lundi 15 novembre 2004
popularité : 4%

Le projet de loi Borloo pour la « cohésion sociale », adopté en Conseil des ministres le 15 septembre dernier, prétend couvrir à la fois les domaines de l’emploi, du logement et de ce qu’il appelle sans vergogne « l’égalité des chances ». Certaines facettes de ce projet concerne directement l’Education nationale.

Collège : répression et élitisme

Ce projet prévoit la création de 30 internats avec « enseignement général, enseignement pré-professionnel et activités ludiques et culturelles ». Ces établissements seront destinés aux élèves rebelles à l’autorité, avec comme objectif de les éloigner des « mauvaises influences » de leur quartier ou de leur famille. L’instruction sera réduit à une portion congrue au profit d’un dressage par le travail en entreprise. Cela s’inscrit parfaitement dans la longue série de mesures sécuritaires et dans la politique de déqualification et de déscolarisation de la jeunesse, prônée par le rapport Thélot.

Pour les élèves connaissant des difficultés scolaires mais n’étant pas en conflit avec l’institution, Borloo prévoit de développer l’alternance et d’expulser ces élèves de l’école dès 14/15 ans, en les mettant en pré-apprentissage.
En parallèle de ces exclusions du système scolaire des élèves en difficulté, le projet de loi entend créer des « pôles d’excellence éducative » dans des collèges. On en revient donc à une sélection précoce et, comme avec la « réforme » de la classe de 3ème, le collège unique est définitivement enterré.

Après 16 ans, la déscolarisation

Borloo veut « augmenter de 40% le nombre d’apprentis » (pour arriver à 500 000 dans un premier temps) et ainsi « porter à 2% de l’effectif le nombre d’apprentis dans les entreprises ». Là encore, comme dans le rapport Thélot, l’accent est mis sur la sortie rapide du système scolaire de ceux qui devront former la future main d’œuvre déqualifiée et surexploitée.

La conséquence logique de ce développement de l’apprentissage sera que les LP vont se vider de leurs élèves au profit des CFA et de formations internes aux entreprises, qui n’offriront pas de diplômes reconnus dans les conventions collectives.
Cette déscolarisation de la jeunesse s’accompagne de cadeaux fiscaux au patronat. Le budget 2005 prévoit que l’embauche d’un apprenti ouvre également un crédit d’impôt de 1 600 euros par an, qui peut être porté à 2 000 dans le cas de l’embauche d’un apprenti qui « connaît des difficultés d’insertion particulière ».

Privatisation de l’éducation

Le projet de loi Borloo prévoie de constituer des « équipes de réussite éducative » dans les ZEP et les zones urbaines sensibles (ZUS).
Pour cela, il modifie les compétence de la caisse des écoles dans le 1er degré. Celle-ci est placée sous la responsabilité des municipalités et est chargée de gérer les fonds permettant les sorties éducatives, les classes transplantées, l’achat des livres scolaires, la gestion de la cantine, ... Jusqu’à présent, elle n’avait pas le droit d’embaucher ou d’intervenir dans le fonctionnement de l’école ou la pédagogie. Désormais, ces caisses vont pouvoir constituer des « équipes de réussite éducative ». Dans ces équipes, comme l’a indiqué récemment le ministre lors d’un déplacement dans la Vienne, des bénévoles pourraient se voir confier des missions éducatives.

Ces équipes pourraient aussi être gérées par des groupement d’intérêt public (GIP) de gestion publique ou privée (90% des GIP sont privés) qui aurait le pouvoir de recruter du personnel en CDD ou CDI.
Les enfants en difficulté ne seront donc plus confiés à du personnel statutaire et qualifié, mais à des bénévoles ou des salariés de droit privé, et plus souvent précaires. C’est là un pas de plus vers la privatisation de l’enseignement !

Ce plan implique également une modification / destruction des règles statutaires : à travers l’affichage de recruter 100 000 jeunes en alternance dans les trois Fonctions publiques, le gouvernement remet en cause les concours nationaux.

Ce projet de loi doit être combattu

Le Plan Borloo va donc continuer à produire cette « exclusion » qu’il prétend combattre. Ce plan va accentuer les inégalités en privant du droit à l’instruction les enfants des quartiers populaires.
Ce plan est non seulement le digne continuateur de la politique de « refondation sociale » du Medef, en voulant détruire l’ensemble des droits collectifs conquis par les travailleurs, mais c’est aussi la mise en œuvre de certaines des propositions du rapport Thélot.


Agenda

<<

2020

 

<<

Mars

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2425262728291
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.

Mac Do Neufchâtel en Bray veut licencier une militante syndicale CGT !

vendredi 6 juillet 2018

Suite à un entretien disciplinaire une syndiquée CGT depuis un mois au McDonald’s de Neufchatel en Bray a été mise à pieds à titre conservatoire avant que ne soit décidé un licenciement. Les vrais motifs de cette mise à pied : la distribution de tracts dans les restaurants de cette franchise (Dieppe, Yvetot et Neufchâtel en bray) mentionnant les acquis obtenus au restaurant d’Elbeuf (13e mois, prime trimestrielles, congés enfants malades, arbre de Noël ...), et la crainte que les salariés reprennent eux aussi ces revendications !
Rassemblement Dimanche 8 juillet 18h45 devant le Mac Donald de Neufchâtel en Bray.