Education Prioritaire : 12% des collèges et de nombreuses écoles risquent de quitter l’éducation prioritaire !

mardi 18 novembre 2014
par  François-Xavier Durand
popularité : 5%

Inscrite dans la loi dite de "Refondation de l’Ecole", la réduction des inégalités sociales et territoriales devait être l’une des priorités du gouvernement. Mais une nouvelle fois l’ambition affichée ne tiendra pas ses promesses et la déclinaison dans les académies est douloureuse.

La Recteur de l’Académie de Rouen a dévoilé, vendredi 14 novembre matin, lors d’un groupe de travail, la déclinaison académique de la nouvelle carte d’éducation prioritaire des collèges REP et REP+ pour la rentrée prochaine. Neufcollèges sortent de l’Éducation Prioritaire pour seulement trois nouveaux collèges qui y entrent ! C’est la perte sèche pour notre académie de cinq réseaux sur les 51 qu’elle comptait jusqu’à présent, soit une baisse de 12% !

La CGT Educ’action 76 est intervenue pour dénoncer fermement la sortie des huit collèges de l’Éducation Prioritaire. Dans la plupart de ces collèges, la situation ne s’est pas améliorée. D’ailleurs, en Haute-Normandie, comme ailleurs, le taux de chômage progresse et personne ne peut dire que la situation des familles et par conséquent des élèves soit plus aisée aujourd’hui qu’il y a 5 ans ! L’aggravation des difficultés économiques et sociales exige des moyens supplémentaires et la réforme de l’éducation prioritaire que l’on nous propose ne fait que gérer la pénurie organisée par la politique d’austérité du gouvernement.

De plus, les secteurs ruraux de notre département restent exclus de la nouvelle carte. En cause, les critères qui définissent les priorités, notamment celui du taux de boursiers ! Ainsi si la CGT Educ’action acte positivement l’entrée des 3 collèges, elle est intervenue pour demander la prise en compte de la grande difficulté économique et sociale dans certains secteurs ruraux fortement touchés par le chômage comme à Blangy sur Bresle, Aumale, Gruchet le Valasse...
La Recteur a rappelé la contrainte du ministère qui limite à 45 REP et REP+ pour notre académie et a précisé l’effort de la nation faite à l’Éducation Prioritaire de 352 millions d’euros. Elle évoque la possibilité d’un troisième groupe "Rural Isolé" !

La CGT Educ’action 76 a rappelé qu’elle n’avait pas à tenir compte de cette contrainte et a rappelé que s’il y avait effort, celui-ci ne représentait qu’à peine 0,2% des 200 milliards de cadeaux faits au patronat. A qui donc le gouvernement consent-il un réel effort ? Concernant le troisième groupe, la question se pose si c’est de l’éducation prioritaire ou non ?!

Les critères retenus :
La Recteur a expliqué que le ministère s’était basé sur 4 indicateurs :

- Catégorie Socio-professionnelle défavorisée (CSP)
- Nombre d’élèves résidant en "zone sensible"
- Taux de boursiers
- Nombre d’élèves avec 1 an ou plus de retard à l’entrée en sixième.

Mais à y regarder de plus près, le mode de calcul des indicateurs est beaucoup plus opaque que cela y parait. Ainsi pour deux établissements qui ont un Taux de CSP défavorisé identique, l’indicateur n’est pas forcément le même. De même l’indicateur des boursiers est délicat, car toutes les familles ne font pas forcément de dossier de bourses. C’est d’ailleurs généralement le cas en secteur rural, mais pas seulement. Celui du retard à l’entrée en sixième est sujet à caution, car cela dépend beaucoup des circonscriptions, des écoles, des choix pédagogiques... et surtout de l’obligation faite depuis quelques années aux collègues du primaire de ne pas faire redoubler les élèves, sauf éventuellement pour élève susceptible d’aller en SEGPA (et encore !)
Pour la CGT Educ’action, les critères ne sont pas transparents et ne permettent pas de tenir compte de la réalité du terrain.

La situation des écoles :
Concernant les écoles qui dépendent d’un collège qui sortirait de l’Éducation Prioritaire, les DASEN de Seine-Maritime et de l’Eure ont précisé que ces écoles n’avaient pas vocation à former un réseau à elles seules. En clair, si le collège sort de l’Éducation Prioritaire, les écoles aussi !!! Tout en précisant aussitôt que la prime ZEP est maintenue durant 3 ans et qu’une "attention particulière" serait faite lors des opérations carte scolaire ! Le DASEN de l’Eure osant annoncé "qu’il est possible d’inventer de nouveaux moyens sans pour autant être en Éducation Prioritaire", juste avant de se rétracter et préciser "de nouvelles méthodes" car en disant moyens il prenait le risque de laisser entendre moyens budgétaires ! Tout est dit ! Il n’y aura pratiquement rien !
Rappelons qu’en 6 ans, l’éducation prioritaire dans les écoles de Seine-Maritime a été fortement touchée par les mesures de carte scolaire. Certaines écoles ont subi deux, trois voire quatre fermetures de classes successives. Les RASED, principalement implantés en éducation prioritaire, ont été aussi fortement réduits. Ainsi, depuis 2009, bilan de rentrée après bilan de rentrée, l’écart entre le taux d’encadrement des écoles élémentaires ZEP et hors ZEP s’est fortement réduit passant d’un écart de 2,45 élèves en 2009 (22.74 élèves par classe hors ZEP et 20.29 en ZEP) à 0.75 en 2014 (22.70 hors ZEP et 21.95 en ZEP) !

Pour la CGT Educ’action, la sortie des écoles de ZEP est dramatique, car les écoles sont dans des quartiers très défavorisés. Certaines écoles qui relèvent de ZEP, il n’est toujours pas proposé d’y entrer. La CGT Educ’action avec l’ensemble des autres organisations syndicales a obtenu un groupe de travail sur les écoles en décembre.

Mais d’ici là, la CGT Educ’action appelle l’ensemble des collègues à informer les familles et à s’organiser pour préparer les nécessaires mobilisations pour le maintien, l’amélioration et l’extension des dispositifs y compris les lycées alors que les difficultés économiques et sociales touchent toujours plus de familles.

Tous ensemble nous serons plus forts pour imposer une révision de la carte de l’éducation prioritaire.


Agenda

<<

2020

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
2829301234
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Lubrizol : 1 an après on oublie pas ! Réunion publique le 25 septembre, manifestation le 26 septembre

mardi 8 septembre

Réunion publique d’information sous chapiteau Vendredi 25 septembre 2020 de 18 à 20h A la Friche Lucien, place Carnot, ROUEN
Jeudi MANIFESTATION Samedi 26 septembre 13h30 Rendez-vous devant : LUBRIZOL (quai de France)

Télécharger et diffuser :

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.