déclaration CGT pour le CTA du 22 janvier 2015

vendredi 23 janvier 2015
par  Luc De Chivré
popularité : 2%

Les créations de postes 2015 ne montrent toujours pas que la priorité a été donnée à l’éducation. Dans le primaire, la création de 51 postes n’est pas suffisante au regard des 425 enfants supplémentaires accueillis dans l’académie, et le ratio Profs/élèves augmentent à nouveau. Dans les collèges et SEGPA 39 postes seront supprimés au lieu de profiter de la baisse prévue des effectifs pour améliorer le taux d’encadrement. De même, pour les lycées Généraux et Technologiques, la création des 82,5 postes accompagne seulement la poussée démographique. Il n’y a donc aucun « coup de pouce » pour améliorer les conditions d’enseignement. Bien sûr, on ne peut prendre que positivement les créations de postes d’infirmiers, d’emplois sociaux, de Conseillers Principaux d’Education même si on est en deçà des besoins, mais ça ne peut faire oublier la catastrophe pour les administratifs, avec 3 postes supprimés malgré une augmentation des effectifs élèves et enseignants.
Sur l’enseignement professionnel, nulle amélioration à l’horizon, mais une dégradation continue liée à une nouvelle année sans création de postes alors que les effectifs prévus sont encore en hausse. Ce qui se traduit dans les établissements par toujours autant, voire plus d’élèves en échec scolaire, des conditions de travail souvent très mauvaises, des personnels en grande souffrance…
Le MEN annonce en outre : une réduction de la durée des PFMP mais revient quelque temps après sur sa décision ; la fin des CCF pour trois matières au bac pro mais instaure un CCF au lieu de l’épreuve ponctuelle de français, histoire- géographie- éducation civique pour le diplôme intermédiaire. Les personnels se sentent, à juste titre, baladés par tant de revirements et d’incohérences !
Par ailleurs, le rectorat de Rouen décide de fermer dès la rentrée 2015 plusieurs formations qualifiantes en SEGPA pour les transférer en LP. En l’absence d’ouverture de structures spécifiques dans les lycées professionnels, ces élèves vulnérables vont se retrouver dans des sections aux effectifs bien trop élevés au vu de leurs besoins et sous la responsabilité de personnels que l’institution n’a ni préparés ni formés.
Sur l’apprentissage, le gouvernement est aux petits soins avec le grand patronat. Et dans cette optique, il développe les Campus des métiers et des Qualifications et promeut la mixité des publics qui dégrade les conditions de travail des personnels et le service public de l’enseignement professionnel.
La situation à la rentrée 2015 sera donc aussi mauvaise qu’à la rentrée 2014. La faute en revient à la politique d’austérité qu’a choisie le gouvernement et à la volonté affichée d’exonérer le patronat des charges qu’il doit : les 40 Milliards que va coûter le seul pacte de responsabilité ne pourront être investis dans l’Education ! C’est insupportable d’entendre le gouvernement déclarer que l’Education est une priorité, un rempart contre l’intolérance, le racisme...et de constater ensuite la réalité du terrain.
La politique d’austérité s’attaque aux enfants et aux jeunes issus des quartiers populaires, et aux plus fragiles. Nous dénonçons l’acharnement à supprimer 6 réseaux d’éducation prioritaire dans l’académie alors que le personnel et les parents de ces collèges et écoles sont mobilisés depuis un mois pour dire que la situation sociale de ces zones s’est dégradée, et demander le maintien en REP. Qui peut d’ailleurs imaginer que la situation de ces zones s’est améliorée quand, pour ne prendre que l’exemple emblématique de la rive gauche de Rouen Petroplus a été fermé et que des menaces pèsent sur le Chapelle d’Arblay ou qu’à Dieppe les écoles du Val Druel et du Pollet qui cumulent tous les critères pour être en REP+ sortent de l’éducation prioritaire ! Si cette décision est maintenue, il est facile d’imaginer les conditions de travail des personnels de ces établissements et écoles, et ce que ressentiront les parents et les enfants lorsque l’effectif des classes passera de 23-24 à 29-30. Alors que la question de la mixité sociale resurgit, comment accepter que tous le travail mené depuis des années se traduisent par la suppression de moyens REP ?
La nouvelle carte de l’éducation prioritaire devait nécessairement en tenir compte et nous aurions dû avoir plus d’écoles et d’établissements reconnues prioritaires. Mais cela ne peut se faire aux détriment des autres écoles ou établissements, car si l’éducation prioritaire est une urgence, l’éducation reste une priorité. Nous réclamons pour ’ensemble des établissements de l’académie des moyens à la hauteur des besoins, ce qui passe par des créations de postes pour baisser le nombre d’élèves par classe". En éducation prioritaire, nous défendons des dotations horaires permettant de baisser de façon drastique les effectifs par classe et des moyens humains à la hauteur des besoins pour les personnels administratifs, techniques, de santé et de vie scolaire, et ce pour tous les établissements et écoles qui en faisaient partie, pour ceux dont l’entrée est prévue, mais aussi pour les autres écoles et établissements dont les critères indiquent des difficultés sociales.
De plus, dans le second degré, la réalité de la réforme de l’éducation prioritaire est bien loin des motivations avancées. En vérité, le dispositif REP, contrairement aux anciennes ZEP, sous prétexte de nous donner quelques miettes de primes, entérine l’abrogation du décret 50 et la mise en œuvre du socle commun en lieu et place des programmes nationaux. Ce sera donc moins de moyens pour moins d’enseignement, sous une hiérarchie encore plus autoritaire ayant les pleins pouvoirs. Pour cette raison, le label de classement REP ne nous convient pas.
Les élèves qui relèvent de SEGPA sont également les victimes de cette volonté de rigueur budgétaire, alors même que leur fragilité est reconnue. Nous nous interrogeons sur les raisons réelles de la baisse de recrutement de 31 élèves et demandons à la fois que toutes les structures soient maintenues et que le recrutement soit facilité.
Nous tenons à réaffirmer notre opposition au nouveau statut des enseignants du second degré. L’ajout de missions que le décret rend obligatoires est une surcharge de travail. La référence au 1607 heures de la fonction publique est la porte ouverte à l’annualisation de notre service. C’est à l’opposé d’une véritable réduction du temps travail qui passe par une réduction de notre temps de service, une définition du service uniquement en heure de cours devant élèves, et le maintien d’une définition hebdomadaire de ce service. Les discussions sur le projet indemnitaire pour l’exercice des missions complémentaires nous inquiète beaucoup. La définition par le chef d’établissement de missions d’intérêt pédagogique soumises à l’approbation quasi certaine du CA, et l’attribution par celui-ci d’indemnités pouvant aller jusqu’à 3750 E annuel ressemblent pour nous à l’instauration du « salaire au mérite » que nous dénonçons. La CGT éduc’action demande au contraire une augmentation de 400 E pour tous les personnels afin de rattraper la perte de 15% de pouvoir d’achat.
Enfin, le patronat mène une offensive contre les CHSCT afin de les supprimer et si ces instances devaient disparaître, cela se traduirait par encore plus d’atteintes au droit du travail. Alors qu’est discuté le projet de loi Macron dont nous demandons le retrait car en plus du CHSCT il s’attaque à bien d’autres aspects du droit du travail, nous tenons à rappeler que dans l’Education Nationale, les CHSCT sont de création très récente et que leurs prérogatives sont largement insuffisantes au vu du nombre de salariés concernés (un seul CHSCT par département et un seul par académie).
Téléchargez la déclaration


Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Moins de fonctionnaires et un statut attaqué :

vendredi 26 mai

120 000 fonctionnaires en moins mais un service public renforcé. Comme depuis 10 ans, le but est donc de faire mieux avec moins, ce qui impliquera, dans les faits, une baisse des services rendus aux usagers et une détérioration des conditions de travail des personnels. Pour cela, la recette managériale habituelle : autonomie des chef-fes de services, individualisation des carrières et des salaires. Bref, la concurrence entre les personnels et la division

CEPIC, AVEC LA CGT, ILS et ELLES ONT GAGNÉ !

mardi 18 avril

Au bout de 2 semaines de grève totale et de blocage du site, les salariés de CEPIC ont arraché vendredi 14 avril un très bon accord :

  • une augmentation de salaire avec un talon de 30 €
  • une prime exceptionnelle équivalent à un mois de salaire
  • une prime de chiffre d’affaires mensuelle

De fait, ces mesures salariales amènent les salariés de CEPIC au niveau des minima conventionnels, que l’employeur refuse depuis des années. La grève menée par les militants CGT de CEPIC, épaulés par la présence permanente de l’UL Sotteville St Etienne a rassemblé du premier au dernier jour 90 % des salariés.
L’UD 76 et la fédération Chimie ont organisé la solidarité sur le piquet : des dizaines de syndicats cgt sont venus régulièrement soutenir. La victoire des CEPIC, après la victoire des Legrand est une victoire pour toute la CGT. C’est la victoire de l’unité et de la solidarité.

Lutte gagnante : victoire pour les travailleurs sans papiers du Marché de Rungis

mercredi 12 avril

Après trois semaines de grève et d’occupation de la Tour Semmaris, les pressions sur les entreprises pour l’établissement des CERFA, les parties (Préfecture, Min de Rungis, CGT) se sont mis d’accord sur les points suivants :

  • établissement par les services préfectoraux de récépissés avec autorisation de travail pour l’ensemble des grévistes ;
  • dépôt des dossiers des 128 travailleurs sans papiers en préfecture du Val-de-Marne.

En conséquence, l’occupation de la Tour Semmaris a pris fin dimanche 9 avril 2017.

Cette victoire est incontestablement à mettre au crédit de la lutte, de la détermination des travailleurs sans papiers, des militants de la CGT et des nombreux et divers soutiens qui auront pu s’exprimer.

On bosse ici, on vit ici, on reste ici !

Montreuil, le 10 avril 2017

Les salariés de l’usine Legrand ont gagné !

mardi 28 mars

Cet après-midi, après 9 jours de grève et de blocage , la direction de l’usine Legrand de Malaunay a cédé devant la délégation CGT et FO, et face à la détermination des salariés qui ont gagné 41,61 euros d’augmentation par mois.
La solidarité a joué un rôle déterminant. Le patron, énervé par la détermination des grévistes qui tenaient bon a lâché : « oui je le sais, vous avez une cagnotte », en faisant référence au soutien financier des autres syndicats CGT et d’autres salariés présents le jeudi 23 Mars devant l’usine. La CGT éduc’action de l’académie de Rouen était porteuse ce jour là d’un message de soutien. BRAVO aux LEGRAND !

Déclarations CGT éduc’action de mars 2017

samedi 25 mars

Lutte gagnante chez SIDEL, près du Havre :

mardi 21 mars

Après des propositions au rabais suite aux négociations salariales annuelles, les salariés de Sidel (métallurgie) ont décidé de se mobiliser pour les salaires alors que les résultats de l’entreprise sont au beau fixe. Après 2 jours de débrayages, la direction a été obligée de revoir sa copie à la hausse. Ainsi, l’augmentation générale pour les non cadres est passée de 0,4% à 1%, Pour les cadres, c’est 1,6% d’augmentation individuelle. La prime de transport est améliorée de 3%, et la prime de vacances de 1000 euros est reconduite. 5000 euros de primes vont être versés aux salariés ainsi qu’un bonus. Le mercredi 8 mars l’assemblée générale a accepté le contenu des négociations et a repris le travail .

Mutations 2° degré : le rectorat ne veut pas communiquer les postes vacants !

samedi 18 mars

Les collègues qui participent au mouvement intra du second degré l’ont déjà remarqué : le rectorat ne communiquera pas les postes vacants, hors postes spécifiques. La raison invoquée d’un problème de calendrier ne tient pas la route. En effet, le CTA qui entérine les suppressions de postes a lieu le 24 Mars, et à la demande légitime des organisations syndicales, il est important que la période de saisie des voeux ne se fasse pas pendant les vacances. Mais cette excuse soulève pas mal de questions : pourquoi refuser de diffuser les postes vacants au moins pour quelques jours, après le 24 Mars ? Pourquoi ne pas avoir fixé les CTA et les groupes de travail préparatoires plus tôt ? Pourquoi ne pas laisser le serveur SIAM ouvert jusqu’au 7 avril ? Cette décision ressemble plus à un refus de communiquer les postes vacants, qu’à un simple problème de calendrier !

Non, tout ne va pas bien dans l’éducation !

jeudi 9 mars

Contrairement à ce que le gouvernement déclare la rentrée 2016 n’est pas bonne, et celle qui se prépare va être encore pire. Les effectifs de classe vont encore augmenter. En Seine-Maritime, en collège, 40 classes vont fermer pour 31 ouvertures. Et les ouvertures ne se font que quand les classes sont déjà pleines à craquer ! Les collèges sortant de l’éducation prioritaire figurent dans le top 5. La fermeture du collège Guy Môquet au Havre est en cours. Dans les lycées les effectifs de classe dépassent de plus en plus fréquemment la barrière déjà inadmissible de 35 élèves par classe. Dans le 1° degré, en Seine-Maritime, 97 classes vont fermer pour seulement 37 ouvertures. Et dans l’Eure, avec des fermetures plus nombreuses que les ouvertures il y aura 6 classes de moins.