Après-Charlie : un premier bilan alarmant

mercredi 1er avril 2015
popularité : 5%

un article de l’Appel pour une école démocratique (Belgique)

L’émotion qui a tout balayé sur son passage en ce mois de janvier est retombée. L’heure est désormais à un premier bilan. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il n’est pas folichon, ce bilan.

Les attentats de Paris (et les événements qui y sont apparentés en Belgique, la tuerie au musée juif de Bruxelles, l’opération antiterroriste de Verviers…) constituent incontestablement un tournant historique. Ce tournant, les autorités politiques, soutenues par des médias qu’on aurait aimé voir moins unanimes, ont choisi de le négocier d’une manière totalement irresponsable.

Ainsi, ils ont choisi de surfer sur un émoi populaire aux contours on ne peut plus flous (le slogan “Je suis Charlie” pouvant tout aussi bien exprimer le soutien à une presse irrévérencieuse qu’une profonde xénophobie). Ils ont aussi choisi le discours moralisateur de la démocratie formelle, répétant ad nauseam les valeurs qu’ils s’ingénient en temps normal à vider de leur substance : laïcité, république, tolérance, respect, liberté d’expression, vivre ensemble… Ils ont choisi, surtout, la voie du durcissement sécuritaire, de l’usage de la force, limitant d’autant les libertés publiques… sans pour autant pouvoir garantir réellement la sécurité des citoyens. Pire : ces stratégies alimenteront les brasiers de demain.

D’autres voies étaient pourtant possibles. Faire appel à la raison, cerner les multiples et complexes causes et cheminements qui mènent à de tels meurtres (qui sont autant de suicides). Les frustrations qui les alimentent. Mais ça, ils se garderont bien de le faire. Car ce serait reconnaître l’accablante responsabilité des gouvernements occidentaux et des marchés qu’ils servent aveuglément. Peut-on raisonnablement croire que le passé colonial, la longue et douloureuse histoire des relations franco-algériennes par exemple, les nombreuses interventions militaires occidentales dans la sphère arabo-musulmane, le soutien à la colonisation sioniste, ou encore l’abandon des mouvements laïcs dans cette partie du monde n’ont rien à voir avec le repli identitaire et l’exacerbation de la violence ? Peut-on raisonnablement croire que les inégalités socioéconomiques, la ségrégation, le racisme ou la xénophobie qui frappent depuis des décennies, au cœur même de nos « démocraties » occidentales, les enfants issus de l’immigration, n’y sont pour rien non plus ?

Il n’y a dès lors rien d’étonnant à voir les autorités se tourner vers l’Ecole. Non pas, vous pensez bien, pour faire de tous les jeunes des citoyens à part entière, capables de comprendre le monde et prêts à agir collectivement pour le changer. Mais pour leur inculquer les valeurs civiques, le respect d’un système pourtant fondé sur la prédation et la reproduction des inégalités.

Progressistes, nous ne tomberons pas dans un panneau aussi grossier. Nous continuerons de revendiquer une école des savoirs citoyens critiques (l’enquête « énergies et réchauffement climatique » que nous lançons va dans ce sens), une école de la socialisation, certes, mais aussi une société réellement libre, égalitaire et fraternelle. Les pouvoirs en place ne nous en feront pas cadeau. A rebours du « choc des civilisations » et des politiques d’austérité, nous continuerons d’en appeler à « Tout Autre Chose » !


Agenda

<<

2020

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2829301234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Lubrizol : 1 an après on oublie pas ! Réunion publique le 25 septembre, manifestation le 26 septembre

mardi 8 septembre

Réunion publique d’information sous chapiteau Vendredi 25 septembre 2020 de 18 à 20h A la Friche Lucien, place Carnot, ROUEN
Jeudi MANIFESTATION Samedi 26 septembre 13h30 Rendez-vous devant : LUBRIZOL (quai de France)

Télécharger et diffuser :

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.