Après la grève du 9 avril, construisons le mouvement d’ensemble nécessaire pour faire gagner nos revendications

vendredi 10 avril 2015
popularité : 2%

Appel du congrès UD CGT 76 à tous les syndicats et syndiqués de Seine Maritime

La mobilisation du 9 avril 2015, à l’appel de la CGT – FO – FSU et Solidaires, dans le département de la Seine Maritime a été un incontestable succès avec presque 15 000 salariés du privé comme du public, retraités et privés d’emploi, dans les rues de Dieppe , du Havre et de Rouen ainsi que ceux présents dans le cortège parisien. Sur l’ensemble du territoire national, ce sont plus de 300 000 manifestants qui ont été recensés, démontrant ainsi que la combativité est au rendez-vous.

Les manifestants ont démontré leur volonté de refuser toute politique d’austérité. Ils refusent toute régression sociale et exigent du gouvernement une véritable politique au service de l’emploi, des salaires et des conditions de travail. Ils exigent une véritable politique industrielle et un engagement du renforcement des services public et de la fonction publique.

Notre congrès a réaffirmé la nécessité d’un syndicalisme de masse et de lutte de classe œuvrant à la convergence des luttes sur nos revendications que sont notamment : Interdiction des licenciements, l’augmentation générale des salaires, des pensions et des indemnités chômage de 300 €, l’abrogation des lois régressives sur les retraites et la mise en œuvre d’un véritable projet de financement de la protection sociale dans son ensemble. En outre, nous exigeons la suppression du Pacte de responsabilité et des lois de décentralisation et de la réforme territoriale.

Alors que le combat contre le projet de loi Macron continue, le gouvernement au service du patronat et de la finance, répondant aux exigences de l’Union Européenne, en remet une couche avec le projet de loi dit de dialogue social qui sonne comme une véritable déclaration de guerre contre le monde du travail. Il s’agit de réduire massivement le nombre de représentants du personnel en fusionnant DP / CE et CHSCT dans les entreprises de moins de 300 salariés ainsi que de pousser à d’autres remises en cause dans les entreprises plus importantes par le biais d’accords collectifs. Les congressistes refusent toute remise en cause du code du travail et les projets visant à affaiblir le CDI comme contrat de travail de référence.

Nous continuons à exiger une autre répartition des richesses, plus un sou supplémentaire ne doit aller dans les poches des actionnaires et du patronat.

Faire reculer la politique antisociale gouvernement et patronat nécessite la construction d’un puissant rapport de force à la hauteur des attaques, ancré sur nos propositions et revendications. Sans exclure d’autres formes d’actions, un mouvement de grève, et de manifestations prolongé, dans l’unité, avec le blocage de l’économie du pays nous permettrait d’y arriver. Le succès du 9 avril, est un premier pas qui ne peut pas rester sans lendemain.

Au niveau départemental comme au niveau national, les Organisations syndicales à l’initiative du 9 avril vont se rencontrer pour discuter des suites du mouvement. Nous préparons dès à présent un 1er mai offensif et revendicatif. Une nouvelle Journée de grève générale de 24h autour de la mi-mai pourrait constituer une nouvelle étape d’une stratégie pour gagner sur nos revendications. Organisons des Assemblées Générales de syndiqués partout pour préparer les suites des luttes.

Lillebonne le 10 avril 2015


Agenda

<<

2019

 

<<

Août

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.

Mac Do Neufchâtel en Bray veut licencier une militante syndicale CGT !

vendredi 6 juillet 2018

Suite à un entretien disciplinaire une syndiquée CGT depuis un mois au McDonald’s de Neufchatel en Bray a été mise à pieds à titre conservatoire avant que ne soit décidé un licenciement. Les vrais motifs de cette mise à pied : la distribution de tracts dans les restaurants de cette franchise (Dieppe, Yvetot et Neufchâtel en bray) mentionnant les acquis obtenus au restaurant d’Elbeuf (13e mois, prime trimestrielles, congés enfants malades, arbre de Noël ...), et la crainte que les salariés reprennent eux aussi ces revendications !
Rassemblement Dimanche 8 juillet 18h45 devant le Mac Donald de Neufchâtel en Bray.

Grève à l’hôpital psychiatrique Janet au Havre !

mercredi 20 juin 2018

A l’image des salariés de l’hôpital psychiatrique du Rouvray, les personnels grévistes de l’hôpital psychiatrique Janet du Havre ne lâchent pas le morceau. Ils exigent la venue de Mme Gardel, directrice de l’Agence régionale de santé, l’ouverture d’une nouvelle unité pour que les patients ne soient plus dans des lits supplémentaires avec la création de 50 postes pluridisciplinaires pour la faire fonctionner, la stagiarisation de tous les contractuels-les, l’arrêt de la polyvalence, l’embauche de médecins psychiatres titulaires. Rendez vous jeudi 21 à 8h45 à l’hôpital Flaubert pour une haie de déshonneur pour les administrateurs de l’hôpital, et le samedi 23 à 17h45 sur le parvis du printemps.
Soutenez les revendications en écrivant à Mme Gardel

RESF : une bonne nouvelle qui se concrétise enfin !

mardi 12 juin 2018

Mme Erdene, dont les enfants sont scolarisés au lycée de Déville-lès-Rouen et dans des écoles de Maromme, a reçu enfin son titre de séjour ; celui de son mari attend à la Préfecture, sauf imprévu.
Les bonnes nouvelles sur ce front sont si rares qu’il fallait en parler d’autant plus que pour d’autres familles, l’étau se resserre.
Mme Balogun - originaire du Nigéria et qui a une enfant scolarisée au collège de Maromme - s’est vu confirmer son OQTF par le Tribunal Administratif et France Terre d’Asile cherche à récupérer leur logement CADA en essayant de les en expulser.
La CGT Educ’action revendique la régularisation des lycéens majeurs et des parents d’élèves sans papiers.