CTA du 22 juin : déclaration de la CGT Educ’action

jeudi 25 juin 2015
popularité : 3%

La rentrée 2015 s’annonce encore comme celle d’une nouvelle offensive du gouvernement contre les fonctionnaires et les personnels de l’Education nationale en particulier, à travers la fusion des académies de Caen et de Rouen, la réforme du collège et des suppressions de postes qui se poursuivent.
Concernant le point sur la régionalisation et l’organisation des services académiques, le peu d’information des documents qui nous ont été envoyés, et l’absence de réponse aux questions sur ce point lors du dernier CAEN, nous laissent plus que perplexes.
Nous rappelons notre totale opposition à la réforme de la territorialisation et donc à la fusion des académies. Celle-ci s’opère principalement pour des raisons budgétaires qu’impose l’austérité. Malgré les annonces « rassurantes » de la Ministre, à l’échelle de l’éducation comme dans d’autres secteurs, le but est de « rentabiliser » les moyens en liquidant ou en dégradant les missions remplies mais aussi de faire des « économies » sur le dos des personnels de l’éducation. Cette rentabilité se fera une fois du plus en s’attaquant aux conditions de travail des salariés. C’est une évidence qu’à plus ou moins long terme il y aura de nombreuses conséquences négatives en terme de fusion de services et de fermeture de sites, de mobilité forcée des agents, de suppression d’emplois, de flexibilité accrue... Lorsque l’on connaît le peu de cas que font les services académiques du travail des CHSCT, on ne peut que craindre que toutes ces réorganisations soient effectuées avec l’opacité habituelle.
De plus, nous pouvons être très inquiets pour l’enseignement professionnel. Même si les annonces gouvernementales prétendent que « L’objectif n’est pas la régionalisation de l’enseignement », le MEDEF dont les idées sont souvent reprises par le gouvernement a déjà proposé la régionalisation des professeurs de l’enseignement professionnel. La nouvelle étape de la décentralisation en fournira peut être l’occasion.
La politique du Ministère contre le collège unique confirme le fait que nous ne pouvons pas avoir confiance dans les « engagements » des uns et des autres. La Ministre a répondu par le mépris aux fortes mobilisations du 19 mai et du 11 juin, en utilisant les méthodes de « passage en force » qu’ils condamnaient hier.
Nous demandons l’abrogation du décret « réforme du collège ». L’atout séduction des 4000 ETP ne prend pas. Si, et seulement si ces ETP sont créés, ce dont nous pouvons douter, (Rappelons que 39 postes ont été supprimés dans les collèges de l’académie pour la prochaine rentrée), ce chiffre ne ferait au final qu’une moyenne de 10h00 par établissement. Et cette réforme ne s’attaque pas au problème des effectifs par classe qui qui est une des principales sources de la difficulté scolaire. La CGT éduc’action revendique, à tous les niveaux de la scolarité, des maximas de 15 élèves par classe en éducation prioritaire et de 20 hors éducation prioritaire.
L’AP, les enseignements pluridisciplinaires vont mettre en concurrence les disciplines entre elles vont aggraver l’échec scolaire en multipliant des structures sans cadre, inefficaces et qui ne correspondront pas à des enseignements disciplinaires. Et les heures de « marges » vont accroître fortement l’autonomie des établissements. Une partie des enseignements sera « à la carte » et permettra une sélection encore plus forte des enfants. Cette réforme va augmenter les inégalités, à l’image de l’enseignement des langues anciennes et régionales qui en disparaissant en tant qu’option, est voué à l’extinction dans des collèges dont on peut craindre que ce seront majoritairement ceux des quartiers les plus populaires. C’est tirer une fois de plus à boulet rouge sur la volonté d’offrir à tous les enfants une éducation ambitieuse. Quant aux classes euros et bi-langues, si le ministère se souciait réellement de combattre l’élitisme, il suffisait d’en implanter dans chaque collège et de les ouvrir à tous les élèves qui en font la demande. Et le ministère ne semble pas avoir pris en considération les conséquences pour les enseignants de langue et de lettres classiques.
Pour les personnels, la note va être salée, mais c’est là aussi le but recherché : continuer les attaques sur notre statut et nos conditions de travail. Les enseignements interdisciplinaires, la fusion des horaires de sciences en 6° permettent d’avancer à nouveau sur la bivalence des enseignants à laquelle nous sommes opposés. De même, la création d’une marge de 20% des enseignements au choix d’un établissement est une manière détournée de rendre un peu plus flexible encre les enseignants, en plus de les mettre en concurrence.
Enfin, les problèmes ne se limitent pas au seul niveau collège. Tous les secteurs de l’éducation sont attaqués sous de nombreux aspects depuis plusieurs années : réforme des rythmes scolaires, précarité, CCF, fermetures de filières en lycées professionnels, réforme du lycée, dégradation des conditions d’enseignement, IMP, multiplication des missions obligatoires, menaces sur les SEGPA, réforme de l’éducation prioritaire etc....
C’est également le cas des services de vie scolaire. Plusieurs lycées subissent des suppressions d’emplois d’Aed. La politique de redéploiement va se traduire par des licenciements (hypocritement appelés « non renouvellement ») ou par des baisses de salaires (conséquence d’une réduction des quotités horaires pour rendre un ETP).
Pour toutes ces raisons, nous nous mobiliserons dès la rentrée pour un mouvement de grève de tous les personnels de l’Education Nationale, afin d’obtenir l’abrogation du décret « réforme du collège », mais aussi un véritable plan de recrutement 80 000 personnels titulaires et l’abrogation des réformes qui s’attaquent aux statuts et aux conditions de travail des salariés et mettent à mal le système éducatif.


Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.

Mac Do Neufchâtel en Bray veut licencier une militante syndicale CGT !

vendredi 6 juillet 2018

Suite à un entretien disciplinaire une syndiquée CGT depuis un mois au McDonald’s de Neufchatel en Bray a été mise à pieds à titre conservatoire avant que ne soit décidé un licenciement. Les vrais motifs de cette mise à pied : la distribution de tracts dans les restaurants de cette franchise (Dieppe, Yvetot et Neufchâtel en bray) mentionnant les acquis obtenus au restaurant d’Elbeuf (13e mois, prime trimestrielles, congés enfants malades, arbre de Noël ...), et la crainte que les salariés reprennent eux aussi ces revendications !
Rassemblement Dimanche 8 juillet 18h45 devant le Mac Donald de Neufchâtel en Bray.

Grève à l’hôpital psychiatrique Janet au Havre !

mercredi 20 juin 2018

A l’image des salariés de l’hôpital psychiatrique du Rouvray, les personnels grévistes de l’hôpital psychiatrique Janet du Havre ne lâchent pas le morceau. Ils exigent la venue de Mme Gardel, directrice de l’Agence régionale de santé, l’ouverture d’une nouvelle unité pour que les patients ne soient plus dans des lits supplémentaires avec la création de 50 postes pluridisciplinaires pour la faire fonctionner, la stagiarisation de tous les contractuels-les, l’arrêt de la polyvalence, l’embauche de médecins psychiatres titulaires. Rendez vous jeudi 21 à 8h45 à l’hôpital Flaubert pour une haie de déshonneur pour les administrateurs de l’hôpital, et le samedi 23 à 17h45 sur le parvis du printemps.
Soutenez les revendications en écrivant à Mme Gardel