Fusion d’académies : où en est-on ?

mardi 30 juin 2015
par  Luc De Chivré
popularité : 6%

Fin mai, Najat Vallaud Belkacem a annoncé qu’il y aurait au maximum 5 fusions d’académie qui accompagneraient la loi de territorialisation. Les académies de Rouen et de Caen font partie des académies qui devraient fusionner.

Le comité technique académique de Rouen, et une réunion entre les deux recteurs et les organisations syndicales des deux académies, ont permis d’en savoir un peu plus, et surtout d’avoir confirmation que la fusion était déjà bien engagé, et que les deux recteurs y avaient déjà bien réfléchi.
Lors du CTA du 22 juin, Mme le Recteur n’a pas voulu annoncer que la fusion des deux académies était en cours, et nous a renvoyé à la feuille de route du ministère qui sera dévoilé en juillet. Tout juste s’est elle bornée à nous dire que la fusion était « plausible ».
Pourtant, le rythme des réunions entre les Recteurs de Caen et de Rouen, la nomination officielle d’un Recteur coordonnateur qui serait celui de Caen, la création d’un site commun aux deux académies et l’organisation déjà bien avancée du fonctionnement des services académiques nous font penser que la décision est prise et que les académies de Caen et de Rouen ne seront plus qu’une seule académie à l’horizon 2018.
Le rectorat de Rouen a déjà annoncé que le scénario « plausible » serait celui de services académiques avec deux bi-sites spécialisés en pôles de compétences. En clair, les deux rectorats seraient conservés et chacun se spécialiserait. En mars, le rectorat donnait comme exemple deux pôles de compétences précis : gestion des personnels et organisation des examens. Et rapidement, Mme la Recteur, tout comme Mme la Ministre, nous assure qu’aucune mobilité ne sera forcée, et que la mobilité fonctionnelle sera accompagnée de la formation nécessaire. Mais dès qu’on va un peu plus loin et que se pose la question des personnels à qui on va forcément demander de suivre le pôle de compétences pour lequel ils ont acquis de l’expertise au fil des années, et de la proposition qui leur sera naturellement faite de changer de site, la réponse est bien plus évasive quant aux possibilités de refuser ce poste. Au lieu d’une réelle confirmation que le refus serait possible et sans conséquence, il a fallu se contenter d’une phrase énigmatique : « le pire n’est pas toujours à craindre »
La question de la carte des formations en lycée est elle aussi bien avancée, et cela même si les académies ne fusionnent pas, nous a-t-on précisé. Dès la rentré 2016, elle sera révisée de manière à éviter les incohérences, à savoir les « doublons » dans les formations. On voit poindre ici le risque évident de fermetures de filière, notamment dans les lycées professionnels des zones « frontalières » entre la Haute et la Basse Normandie. Devant cette annonce, le ministère devrait avoir du mal à tenir son engagement de préservation d’emplois, mais c’était une évidence, alors que la politique d’austérité adoptée par le gouvernement impose toujours plus de fermetures de filières, de sections, de classes. Nous sommes d’ailleurs très inquiets pour l’enseignement professionnel, le MEDEF dont les idées sont souvent reprises par le gouvernement ayant déjà proposé la régionalisation des professeurs de l’enseignement professionnel. La nouvelle étape de la décentralisation en fournira peut être l’occasion.
Enfin, une dernière annonce présentée comme certaine. Pour les personnels enseignants et administratifs, l’ensemble des procédures de mutations, de recrutement, seront maintenues dans l’état actuel pendant 3 ans. Un petit bémol cependant pour les TZR, puisqu’à la même réunion nous avons appris que le cadrage national n’était pas finalisé. Et puis que se passera-t-il au bout des trois ans ?
Nous rappelons notre totale opposition à la réforme de la territorialisation et donc à la fusion des académies. Celle-ci s’opère principalement pour des raisons budgétaires qu’impose l’austérité. Le but est de « rentabiliser » les moyens en liquidant ou en dégradant les missions remplies mais aussi de faire des « économies » sur le dos des personnels de l’éducation. C’est une évidence qu’à plus ou moins long terme il y aura de nombreuses conséquences négatives en terme de fusion de services et de fermeture de sites, de mobilité forcée des agents, de suppression d’emplois, de flexibilité accrue...et que toutes ces réorganisations se feront avec l’opacité habituelle.


Agenda

<<

2020

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.

Mac Do Neufchâtel en Bray veut licencier une militante syndicale CGT !

vendredi 6 juillet 2018

Suite à un entretien disciplinaire une syndiquée CGT depuis un mois au McDonald’s de Neufchatel en Bray a été mise à pieds à titre conservatoire avant que ne soit décidé un licenciement. Les vrais motifs de cette mise à pied : la distribution de tracts dans les restaurants de cette franchise (Dieppe, Yvetot et Neufchâtel en bray) mentionnant les acquis obtenus au restaurant d’Elbeuf (13e mois, prime trimestrielles, congés enfants malades, arbre de Noël ...), et la crainte que les salariés reprennent eux aussi ces revendications !
Rassemblement Dimanche 8 juillet 18h45 devant le Mac Donald de Neufchâtel en Bray.