Après les marchands de canon, voici le baron Seillère

lundi 15 novembre 2004
popularité : 4%

Suite à la gigantesque et brutale déconfiture de l’ex-Vivendi Universal dirigé à l’époque par Messier, la branche édition, Vivendi Universal Publishing (VUP) a été mise en vente. C’est Lagardère qui se proposa de l’acheter. Cette acquisition comprenait Editis. Elle signifiait une main mise quasi totale de Lagardère-Matra- Hachette sur l’essentiel de l’édition de livres, de dictionnaires, d’ouvrages scolaires, sans oublier les réseaux de diffusion de la presse et ceux des livres. La Commission de Bruxelles avait exigé qu’au moins 60% d’Editis soient vendus.

Après de longs mois de tractations et de manœuvres, Lagardère se décidait d’obtempérer et lançait les enchères. C’est finalement la société financière familiale, vieille de 300 ans, Wendel Investissements dirigée par le patron du Medef, le baron Seillière, qui a remporté la vente. Le chiffre de la transaction est de 660 millions d’euros, un affaire doublement rentable pour Lagardère. En effet, outre le prix élevé qu’il retire de cette vente, il consolide en fait sa position. En effet, plutôt que de vendre les 60% d’Editis à un concurrent, comme le groupe Gallimard, il a choisi un repreneur extérieur au secteur de l’édition.

Wendel Investissement est une société peu connue du grand public. Elle gère les finances de la famille Wendel, une ancienne et puissante famille de l’oligarchie financière qui a accumulé sa richesse en exploitant les ouvriers sidérurgistes, jusqu’à l’effondrement de cette branche en 1978. Elle a profité des nationalisations mitterrandiennes pour empocher, malgré la faillite, des indemnisations. Wendel investissement est un confortable porte feuille d’actions dont le seul but est de grossir, au fil des acquisitions et des ventes. Elle avait fait parler d’elle au moment des péripéties d’Air Liberté pour laquelle elle a refusé de verser le moindre centime.

Cette nouvelle acquisition ne devrait rien lui coûter, car c’est la société rachetée qui devra payer son propre rachat.

L’Association des professeurs des sciences économiques et sociales s’est inquiété de voir le champion du libéralisme prendre les commandes des maisons d’édition scolaires, car "depuis deux ans, il mène une campagne calomnieuse à l’encontre des manuels de sciences économiques".


Agenda

<<

2020

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2829301234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Lubrizol : 1 an après on oublie pas ! Réunion publique le 25 septembre, manifestation le 26 septembre

mardi 8 septembre

Réunion publique d’information sous chapiteau Vendredi 25 septembre 2020 de 18 à 20h A la Friche Lucien, place Carnot, ROUEN
Jeudi MANIFESTATION Samedi 26 septembre 13h30 Rendez-vous devant : LUBRIZOL (quai de France)

Télécharger et diffuser :

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.