Réfugiés de Syrie et d’ailleurs, Soyez les bienvenus !

lundi 28 septembre 2015
popularité : 2%

texte adapté à partir d’un tract de la Cgt Saint-Gobain

Des barbelés à perte de vue, des patrouilles de soldats parés au combat… pour refouler sans ménagement hommes, femmes et enfants, des familles entières au bord de l’épuisement qui fuient la guerre et la misère, les canaliser et faire le tri entre les bons et les mauvais migrants, entre ceux qui vont pourvoir aux besoins des économies européennes et rentrer dans les quotas pays par pays et ceux qui sont jugés inutiles et présentés comme des profiteurs, des parasites pour nos systèmes de protection sociale.

Voilà ce que les média nous donnent à voir en boucle quand dans le même temps gouvernements et patronats font leur course et tentent de redorer leur blason en désignant les migrants dont ils ne veulent pas comme responsables des problèmes. C’est insupportable, et ce d’autant que ça a de l’écho comme on le constate dans les discussions autour de nous.
Sur la question du travail et du logement en particulier, beaucoup s’interrogent, celles et ceux qui sont frappés par la crise, qui enchaînent les boulots précaires pour un salaire de misère, subissant travail de nuit ou à la chaîne, contraints d’aller habiter toujours plus loin, submergés par les difficultés de la vie.

A celles et ceux qui disent : « On ne peut pas accueillir tout le monde » La réalité, c’est…

… que pour faire face à la crise actuelle, l’engagement de la France est bien maigre, accueillir 24 000 réfugiés sur 2 ans ! A cela, rien de bien surprenant car en matière d’asile d’une façon générale, si la France est le 4ème pays le plus demandé en Europe, après l’Allemagne, la Suède et l’Italie, c’est elle qui a la politique la plus répressive puisqu’elle ne répond positivement qu’à 30% des demandes d’asile qu’elle examine. C’est bien moins que l’Allemagne -49% de réponses positives- et loin derrière l’Italie -59%- et la Suède -83%-. Le mythe d’une France « terre d’accueil » est entretenue à dessein ; il sert dans la période à justifier le regain dans la chasse aux Sans-Papiers, à poursuivre le harcèlement des populations Rroms et à intensifier l’expulsion des migrants déjà présents en France comme encore la semaine passée à Paris avec l’évacuation de deux campements où vivaient environ 800 personnes, devant la mairie du 18ème arrondissement et dans le quartier de la gare d’Austerlitz, ou encore à Saint-Ouen en Seine Saint Denis où une trentaine de réfugiés syriens, dont une dizaine d’enfants, ont été violemment évacués par la police du square qu’ils occupaient.

La réalité, ce sont les déclarations de Valls qui veut rétablir les frontières, ce sont les déclarations de Hollande qui appelle à la création de camps en périphérie de l’Europe où les réfugiés syriens seraient parqués puis renvoyés chez eux dès que la situation en Syrie serait apaisée. Quel cynisme ! Comment imaginer qu’un conflit qui dure depuis 4ans1/2 et a déjà fait plus de 300 000 morts et 4 millions de réfugiés –pour l’essentiel au Liban- prenne fin dans un avenir proche.

A celles et ceux qui croient que : « Des réfugiés en plus, c’est du travail en moins alors que le chômage fait déjà des ravages » La réalité, c’est…

… qu’il n’y a pas de lien entre le nombre d’immigrés en France et le nombre des travailleurs privés d’emploi. Les immigrés représentent aujourd’hui environ 7% de la population résidant en France et ce chiffre est stable depuis le début des années 30, alors que la situation de l’emploi au cours de cette période a, elle, radicalement changé. En fait les immigrés dans leur grande majorité ont toujours été les travailleurs dont l’industrie française a eu besoin.
Les mécanismes du chômage sont tout autres. Ce qui engendre destructions d’emplois et licenciements, ce sont les crises qui secouent régulièrement l’économie, c’est la concurrence féroce que se font entre eux les groupes industriels qui les pousse à la recherche incessante de gain de productivité et entraîne restructuration et fermeture de boîtes.
Les travailleurs immigrés qu’on trouve en masse sur des postes peu ou pas qualifiés en sont les principales victimes. Que l’on soit immigré ou français d’origine ne change rien à l’affaire : pour faire face aux menaces sur l’emploi, il n’y a qu’une solution, la lutte déterminée ! Et pour se donner toutes les chances, il faut lutter tous ensemble sur la base de nos intérêts communs, contre ceux qui exploitent notre travail pour leur propres intérêts.

A celles et ceux qui pensent que : « Tous ces réfugiés, il va bien falloir les loger, et nous ça fait déjà tellement longtemps qu’on attend un logement » La réalité, c’est …

… que des logements il y en a. Les statistiques officielles en dénombrent jusqu’à 2 millions d’inoccupés et qui le restent malgré des lois de réquisition votées mais que les pouvoirs publics ne semblent pas disposés à faire appliquer. Le problème, ce n’est pas la venue d’immigrés supplémentaires.
Le problème, c’est la politique du logement et la façon dont on le considère. Pour nous, le logement, c’est un élément essentiel de notre vie, un logement décent où on se sente un minimum en sécurité, pour y élever nos enfants, s’y reposer, avec un loyer qu’on puisse assumer sans devoir sacrifier tout le reste.
Mais dans une société marchande, la politique du logement ne répond pas à ce besoin social, elle est au contraire soumise à la loi du marché, avec ses impératifs de rentabilité, de retour sur investissement. De l’Etat aux municipalités, des investisseurs publics aux privés, tous font de même : faire du logement locatif l’investissement le plus lucratif qui soit. Et tant pis pour tous ceux qui dorment à la rue, les victimes des marchands de sommeil, les familles populaires, contraintes à aller vivre toujours plus loin en banlieue, les jeunes contraints à être logés par la famille.
Pour le logement aussi, les immigrés sont les premières victimes des politiques antisociales et se voient refuser plus qu’aux Français l’accès au logement social quand bien même ils disposent de ressources suffisantes.

Contre tous ceux qui nous font la misère au quotidien, affirmons notre solidarité envers les réfugiés, souhaitons-leur la bienvenue.

Une solidarité sur la base de nos aspirations communes, à vivre en paix, dignement, avec un travail qui permettent de subvenir à nos besoins, à ceux de nos enfants, leur éducation, tout ça quoi ! Tout ce qui nous rapproche de ces hommes et de ces femmes poussés sur les routes de l’exil et nous renforce contre ceux qui nous imposent leur choix, nous soumettent à leur volonté, par la force dès qu’il le faut, nous exploitent.


Agenda

<<

2018

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Mac Do Neufchâtel en Bray veut licencier une militante syndicale CGT !

vendredi 6 juillet

Suite à un entretien disciplinaire une syndiquée CGT depuis un mois au McDonald’s de Neufchatel en Bray a été mise à pieds à titre conservatoire avant que ne soit décidé un licenciement. Les vrais motifs de cette mise à pied : la distribution de tracts dans les restaurants de cette franchise (Dieppe, Yvetot et Neufchâtel en bray) mentionnant les acquis obtenus au restaurant d’Elbeuf (13e mois, prime trimestrielles, congés enfants malades, arbre de Noël ...), et la crainte que les salariés reprennent eux aussi ces revendications !
Rassemblement Dimanche 8 juillet 18h45 devant le Mac Donald de Neufchâtel en Bray.

Grève à l’hôpital psychiatrique Janet au Havre !

mercredi 20 juin

A l’image des salariés de l’hôpital psychiatrique du Rouvray, les personnels grévistes de l’hôpital psychiatrique Janet du Havre ne lâchent pas le morceau. Ils exigent la venue de Mme Gardel, directrice de l’Agence régionale de santé, l’ouverture d’une nouvelle unité pour que les patients ne soient plus dans des lits supplémentaires avec la création de 50 postes pluridisciplinaires pour la faire fonctionner, la stagiarisation de tous les contractuels-les, l’arrêt de la polyvalence, l’embauche de médecins psychiatres titulaires. Rendez vous jeudi 21 à 8h45 à l’hôpital Flaubert pour une haie de déshonneur pour les administrateurs de l’hôpital, et le samedi 23 à 17h45 sur le parvis du printemps.
Soutenez les revendications en écrivant à Mme Gardel

RESF : une bonne nouvelle qui se concrétise enfin !

mardi 12 juin

Mme Erdene, dont les enfants sont scolarisés au lycée de Déville-lès-Rouen et dans des écoles de Maromme, a reçu enfin son titre de séjour ; celui de son mari attend à la Préfecture, sauf imprévu.
Les bonnes nouvelles sur ce front sont si rares qu’il fallait en parler d’autant plus que pour d’autres familles, l’étau se resserre.
Mme Balogun - originaire du Nigéria et qui a une enfant scolarisée au collège de Maromme - s’est vu confirmer son OQTF par le Tribunal Administratif et France Terre d’Asile cherche à récupérer leur logement CADA en essayant de les en expulser.
La CGT Educ’action revendique la régularisation des lycéens majeurs et des parents d’élèves sans papiers.

Fusion des académies : où en est on ?

mardi 12 juin

En janvier, Mr le Recteur des académies de Rouen et de Caen nous assurait que la fusion des deux académies n’était pas décidée et qu’elle dépendrait de l’évaluation qui serait rendue fin mars, début avril. Il était malgré tout resté bien silencieux lorsque nous lui avions dit qu’il était impossible d’évaluer un processus de fusion en 5 mois (l’expérimentation a officiellement début en novembre), et notamment les conséquences sur les conditions de travail des personnels et les conditions d’enseignement, et que nous étions convaincus que cette évaluation serait bidon et que la fusion était déjà actée officieusement. Depuis, aucune nouvelle de cette évaluation, ni de la décision du Ministère qui devait tomber à la suite de l’évaluation. Mais cela n’est pas vraiment plus rassurant. Les organisations syndicales et les personnels avaient déjà été mis devant le fait accompli en septembre en apprenant seulement à la rentrée qu’une expérimentation était menée sur les académies de Rouen et de Caen. Et le Ministère ne compte pas lâcher de sitôt son projet de fusionner des académies qui sera une véritable manne pour supprimer des postes d’administratifs en fusionnant des services et des formations.

Université : Blanquer manipule les chiffres !

mardi 12 juin

Pour justifier la sélection à l’entrée de l’université, Jean-Michel Blanquer affirme que seuls 40% des étudiants en L1 sont en L2 l’année suivante, sous entendant bien sûr que tous les jeunes ne peuvent pas réussir et qu’il faut en tenir compte. Si ce chiffre est exact, c’est oublier que beaucoup réussissent en redoublant, en se réorientant ou en obtenant un concours et qu’au final 80% des étudiants sortent de l’enseignement supérieur avec un diplôme, malgré des conditions d’étude déplorables dans de nombreuses filières.

Grève de la faim au centre hospitalier du Rouvray !

mardi 22 mai

Communiqué de presse des Grévistes de la faim
Résumé de la journée du jeudi 31mai. J10
Cette journée a été ouverte par de nouveaux témoignages culturels de soutien important ! Ensuite, s’est déroulée une Assemblée Générale où plus de 300 personnes sont venues soutenir le mouvement. A 15h, une centaine de salariés du Centre Hospitalier du Rouvray (Hôpital Psychiatrique Rouen, Normandie 76) ont investi les locaux de l’administration abandonnés et délaissés sur instruction de la direction.
Pendant que le personnel soignant assure la continuité des soins ! Toujours les mêmes qui bossent !
Cette action s’est déroulée de façon organisée et pacifique pour réclamer notamment 52 postes paramédicaux supplémentaires. Nous ne voulons que prendre en charge correctement la souffrance psychique de nos concitoyens ! Cette nuit, nos 7 collègues grévistes de la faim sont accompagnés par 52 professionnels du CHR. Il faut au moins ça, puisqu’après 10 jours de grève de la faim l’indifférence continue ! Pour seule réponse, toujours du mépris !
Et maintenant ? Action !

  • Aujourd’hui, Vendredi 01 juin à 14h15 : Assemblée Générale.
  • Samedi 02 juin à 14h00, Rassemblement de soutien sur le parvis de l’administration. NOUS VOUS ATTENDONS EN NOMBRE !
  • Samedi 02 juin à 17h30 une Tribune offerte par le maire de SER, à l’occasion de la journée festive nommée « AIRE DE FÊTE ». L’administration a été prise, maintenant à nous de l’occuper, vous êtes les bienvenus ! Apportez votre soutien financier Signez la pétition
Sur le Web : Télécharger le tract

VIDEO : CE QUE LES MEDIAS NE DISENT PAS SUR LA SNCF !

lundi 16 avril

A voir absolument l’excellente vidéo du Fil d’actu CE QUE LES MEDIAS NE DISENT PAS SUR LA SNCF !