Réfugiés de Syrie et d’ailleurs, Soyez les bienvenus !

lundi 28 septembre 2015
popularité : 6%

texte adapté à partir d’un tract de la Cgt Saint-Gobain

Des barbelés à perte de vue, des patrouilles de soldats parés au combat… pour refouler sans ménagement hommes, femmes et enfants, des familles entières au bord de l’épuisement qui fuient la guerre et la misère, les canaliser et faire le tri entre les bons et les mauvais migrants, entre ceux qui vont pourvoir aux besoins des économies européennes et rentrer dans les quotas pays par pays et ceux qui sont jugés inutiles et présentés comme des profiteurs, des parasites pour nos systèmes de protection sociale.

Voilà ce que les média nous donnent à voir en boucle quand dans le même temps gouvernements et patronats font leur course et tentent de redorer leur blason en désignant les migrants dont ils ne veulent pas comme responsables des problèmes. C’est insupportable, et ce d’autant que ça a de l’écho comme on le constate dans les discussions autour de nous.
Sur la question du travail et du logement en particulier, beaucoup s’interrogent, celles et ceux qui sont frappés par la crise, qui enchaînent les boulots précaires pour un salaire de misère, subissant travail de nuit ou à la chaîne, contraints d’aller habiter toujours plus loin, submergés par les difficultés de la vie.

A celles et ceux qui disent : « On ne peut pas accueillir tout le monde » La réalité, c’est…

… que pour faire face à la crise actuelle, l’engagement de la France est bien maigre, accueillir 24 000 réfugiés sur 2 ans ! A cela, rien de bien surprenant car en matière d’asile d’une façon générale, si la France est le 4ème pays le plus demandé en Europe, après l’Allemagne, la Suède et l’Italie, c’est elle qui a la politique la plus répressive puisqu’elle ne répond positivement qu’à 30% des demandes d’asile qu’elle examine. C’est bien moins que l’Allemagne -49% de réponses positives- et loin derrière l’Italie -59%- et la Suède -83%-. Le mythe d’une France « terre d’accueil » est entretenue à dessein ; il sert dans la période à justifier le regain dans la chasse aux Sans-Papiers, à poursuivre le harcèlement des populations Rroms et à intensifier l’expulsion des migrants déjà présents en France comme encore la semaine passée à Paris avec l’évacuation de deux campements où vivaient environ 800 personnes, devant la mairie du 18ème arrondissement et dans le quartier de la gare d’Austerlitz, ou encore à Saint-Ouen en Seine Saint Denis où une trentaine de réfugiés syriens, dont une dizaine d’enfants, ont été violemment évacués par la police du square qu’ils occupaient.

La réalité, ce sont les déclarations de Valls qui veut rétablir les frontières, ce sont les déclarations de Hollande qui appelle à la création de camps en périphérie de l’Europe où les réfugiés syriens seraient parqués puis renvoyés chez eux dès que la situation en Syrie serait apaisée. Quel cynisme ! Comment imaginer qu’un conflit qui dure depuis 4ans1/2 et a déjà fait plus de 300 000 morts et 4 millions de réfugiés –pour l’essentiel au Liban- prenne fin dans un avenir proche.

A celles et ceux qui croient que : « Des réfugiés en plus, c’est du travail en moins alors que le chômage fait déjà des ravages » La réalité, c’est…

… qu’il n’y a pas de lien entre le nombre d’immigrés en France et le nombre des travailleurs privés d’emploi. Les immigrés représentent aujourd’hui environ 7% de la population résidant en France et ce chiffre est stable depuis le début des années 30, alors que la situation de l’emploi au cours de cette période a, elle, radicalement changé. En fait les immigrés dans leur grande majorité ont toujours été les travailleurs dont l’industrie française a eu besoin.
Les mécanismes du chômage sont tout autres. Ce qui engendre destructions d’emplois et licenciements, ce sont les crises qui secouent régulièrement l’économie, c’est la concurrence féroce que se font entre eux les groupes industriels qui les pousse à la recherche incessante de gain de productivité et entraîne restructuration et fermeture de boîtes.
Les travailleurs immigrés qu’on trouve en masse sur des postes peu ou pas qualifiés en sont les principales victimes. Que l’on soit immigré ou français d’origine ne change rien à l’affaire : pour faire face aux menaces sur l’emploi, il n’y a qu’une solution, la lutte déterminée ! Et pour se donner toutes les chances, il faut lutter tous ensemble sur la base de nos intérêts communs, contre ceux qui exploitent notre travail pour leur propres intérêts.

A celles et ceux qui pensent que : « Tous ces réfugiés, il va bien falloir les loger, et nous ça fait déjà tellement longtemps qu’on attend un logement » La réalité, c’est …

… que des logements il y en a. Les statistiques officielles en dénombrent jusqu’à 2 millions d’inoccupés et qui le restent malgré des lois de réquisition votées mais que les pouvoirs publics ne semblent pas disposés à faire appliquer. Le problème, ce n’est pas la venue d’immigrés supplémentaires.
Le problème, c’est la politique du logement et la façon dont on le considère. Pour nous, le logement, c’est un élément essentiel de notre vie, un logement décent où on se sente un minimum en sécurité, pour y élever nos enfants, s’y reposer, avec un loyer qu’on puisse assumer sans devoir sacrifier tout le reste.
Mais dans une société marchande, la politique du logement ne répond pas à ce besoin social, elle est au contraire soumise à la loi du marché, avec ses impératifs de rentabilité, de retour sur investissement. De l’Etat aux municipalités, des investisseurs publics aux privés, tous font de même : faire du logement locatif l’investissement le plus lucratif qui soit. Et tant pis pour tous ceux qui dorment à la rue, les victimes des marchands de sommeil, les familles populaires, contraintes à aller vivre toujours plus loin en banlieue, les jeunes contraints à être logés par la famille.
Pour le logement aussi, les immigrés sont les premières victimes des politiques antisociales et se voient refuser plus qu’aux Français l’accès au logement social quand bien même ils disposent de ressources suffisantes.

Contre tous ceux qui nous font la misère au quotidien, affirmons notre solidarité envers les réfugiés, souhaitons-leur la bienvenue.

Une solidarité sur la base de nos aspirations communes, à vivre en paix, dignement, avec un travail qui permettent de subvenir à nos besoins, à ceux de nos enfants, leur éducation, tout ça quoi ! Tout ce qui nous rapproche de ces hommes et de ces femmes poussés sur les routes de l’exil et nous renforce contre ceux qui nous imposent leur choix, nous soumettent à leur volonté, par la force dès qu’il le faut, nous exploitent.


Agenda

<<

2017

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Moins de fonctionnaires et un statut attaqué :

vendredi 26 mai

120 000 fonctionnaires en moins mais un service public renforcé. Comme depuis 10 ans, le but est donc de faire mieux avec moins, ce qui impliquera, dans les faits, une baisse des services rendus aux usagers et une détérioration des conditions de travail des personnels. Pour cela, la recette managériale habituelle : autonomie des chef-fes de services, individualisation des carrières et des salaires. Bref, la concurrence entre les personnels et la division

CEPIC, AVEC LA CGT, ILS et ELLES ONT GAGNÉ !

mardi 18 avril

Au bout de 2 semaines de grève totale et de blocage du site, les salariés de CEPIC ont arraché vendredi 14 avril un très bon accord :

  • une augmentation de salaire avec un talon de 30 €
  • une prime exceptionnelle équivalent à un mois de salaire
  • une prime de chiffre d’affaires mensuelle

De fait, ces mesures salariales amènent les salariés de CEPIC au niveau des minima conventionnels, que l’employeur refuse depuis des années. La grève menée par les militants CGT de CEPIC, épaulés par la présence permanente de l’UL Sotteville St Etienne a rassemblé du premier au dernier jour 90 % des salariés.
L’UD 76 et la fédération Chimie ont organisé la solidarité sur le piquet : des dizaines de syndicats cgt sont venus régulièrement soutenir. La victoire des CEPIC, après la victoire des Legrand est une victoire pour toute la CGT. C’est la victoire de l’unité et de la solidarité.

Lutte gagnante : victoire pour les travailleurs sans papiers du Marché de Rungis

mercredi 12 avril

Après trois semaines de grève et d’occupation de la Tour Semmaris, les pressions sur les entreprises pour l’établissement des CERFA, les parties (Préfecture, Min de Rungis, CGT) se sont mis d’accord sur les points suivants :

  • établissement par les services préfectoraux de récépissés avec autorisation de travail pour l’ensemble des grévistes ;
  • dépôt des dossiers des 128 travailleurs sans papiers en préfecture du Val-de-Marne.

En conséquence, l’occupation de la Tour Semmaris a pris fin dimanche 9 avril 2017.

Cette victoire est incontestablement à mettre au crédit de la lutte, de la détermination des travailleurs sans papiers, des militants de la CGT et des nombreux et divers soutiens qui auront pu s’exprimer.

On bosse ici, on vit ici, on reste ici !

Montreuil, le 10 avril 2017

Les salariés de l’usine Legrand ont gagné !

mardi 28 mars

Cet après-midi, après 9 jours de grève et de blocage , la direction de l’usine Legrand de Malaunay a cédé devant la délégation CGT et FO, et face à la détermination des salariés qui ont gagné 41,61 euros d’augmentation par mois.
La solidarité a joué un rôle déterminant. Le patron, énervé par la détermination des grévistes qui tenaient bon a lâché : « oui je le sais, vous avez une cagnotte », en faisant référence au soutien financier des autres syndicats CGT et d’autres salariés présents le jeudi 23 Mars devant l’usine. La CGT éduc’action de l’académie de Rouen était porteuse ce jour là d’un message de soutien. BRAVO aux LEGRAND !

Déclarations CGT éduc’action de mars 2017

samedi 25 mars

Lutte gagnante chez SIDEL, près du Havre :

mardi 21 mars

Après des propositions au rabais suite aux négociations salariales annuelles, les salariés de Sidel (métallurgie) ont décidé de se mobiliser pour les salaires alors que les résultats de l’entreprise sont au beau fixe. Après 2 jours de débrayages, la direction a été obligée de revoir sa copie à la hausse. Ainsi, l’augmentation générale pour les non cadres est passée de 0,4% à 1%, Pour les cadres, c’est 1,6% d’augmentation individuelle. La prime de transport est améliorée de 3%, et la prime de vacances de 1000 euros est reconduite. 5000 euros de primes vont être versés aux salariés ainsi qu’un bonus. Le mercredi 8 mars l’assemblée générale a accepté le contenu des négociations et a repris le travail .

Mutations 2° degré : le rectorat ne veut pas communiquer les postes vacants !

samedi 18 mars

Les collègues qui participent au mouvement intra du second degré l’ont déjà remarqué : le rectorat ne communiquera pas les postes vacants, hors postes spécifiques. La raison invoquée d’un problème de calendrier ne tient pas la route. En effet, le CTA qui entérine les suppressions de postes a lieu le 24 Mars, et à la demande légitime des organisations syndicales, il est important que la période de saisie des voeux ne se fasse pas pendant les vacances. Mais cette excuse soulève pas mal de questions : pourquoi refuser de diffuser les postes vacants au moins pour quelques jours, après le 24 Mars ? Pourquoi ne pas avoir fixé les CTA et les groupes de travail préparatoires plus tôt ? Pourquoi ne pas laisser le serveur SIAM ouvert jusqu’au 7 avril ? Cette décision ressemble plus à un refus de communiquer les postes vacants, qu’à un simple problème de calendrier !

Non, tout ne va pas bien dans l’éducation !

jeudi 9 mars

Contrairement à ce que le gouvernement déclare la rentrée 2016 n’est pas bonne, et celle qui se prépare va être encore pire. Les effectifs de classe vont encore augmenter. En Seine-Maritime, en collège, 40 classes vont fermer pour 31 ouvertures. Et les ouvertures ne se font que quand les classes sont déjà pleines à craquer ! Les collèges sortant de l’éducation prioritaire figurent dans le top 5. La fermeture du collège Guy Môquet au Havre est en cours. Dans les lycées les effectifs de classe dépassent de plus en plus fréquemment la barrière déjà inadmissible de 35 élèves par classe. Dans le 1° degré, en Seine-Maritime, 97 classes vont fermer pour seulement 37 ouvertures. Et dans l’Eure, avec des fermetures plus nombreuses que les ouvertures il y aura 6 classes de moins.