Les salariés poursuivis d’Air France prennent la parole

vendredi 16 octobre 2015
popularité : 4%

Le Point, 15 octobre 2015

Dix jours après le comité central d’entreprise d’Air France interrompu par une manifestation, quatre d’entre eux ont rencontré un journaliste de l’AFP. Seuls deux ont parlé, lors de cet entretien qui sera « le premier et le dernier » accordé aux médias, prévient Mehdi Kemoune de la CGT, présent à leurs côtés. « Traumatisés » d’avoir été « traités comme des bandits », ils s’estiment désignés « coupables avant d’être jugés », par le gouvernement et la compagnie, qui a voulu selon eux « faire un exemple » pour éteindre la révolte.

« Je ne regrette pas »

Visages fermés, traits tirés, aucun ne souhaite s’étendre sur son rôle dans la manifestation du 5 octobre au siège d’Air France, contre les 2 900 suppressions de postes envisagées, qui a dégénéré. Sous la double menace d’une condamnation pénale et d’un licenciement, les salariés incriminés l’affirment : « on n’a rien fait », d’ailleurs la police n’a « pas assez de preuves ». Deux dirigeants d’Air France avaient alors été molestés et obligés de s’enfuir, leurs chemises déchirées, en escaladant des grilles. Quatorze plaintes ont été déposées après ces violences : neuf émanant de vigiles et cinq de cadres de l’entreprise. « Je ne regrette pas d’avoir participé à une manifestation pour sauver mon boulot », lâche simplement David (prénom modifié). « On est venu là pour nos emplois, pas pour casser. » Le nouveau plan de restructuration, « c’est une catastrophe sociale », dit Mickaël (prénom modifié). « C’est des divorces, des pertes de maison, de vie… c’est injustifié », soupire-t-il.

« J’avais l’impression d’être un terroriste »

Tous gardent en mémoire la date du « 12 octobre », jour de leur interpellation, à l’aube et devant leurs familles. Après une nuit de travail, Mickaël trouve trois policiers devant son domicile, peu après 6 heures du matin. « Ils ont fouillé chez moi, j’avais l’impression d’être un terroriste. » « Le pire, c’est pour les enfants », qui s’interrogent selon lui : « Il a disparu papa, qu’est-ce qu’il a fait ? » Direction la police aux frontières (PAF) à Roissy, chargée de l’enquête, pour être interrogés. David se dit personnellement « traumatisé par la garde à vue ». « Nous aussi on s’est fait violenter », alors qu’une simple convocation suffisait selon eux. Depuis sa sortie, mardi soir, il affirme voir un psychiatre. « Je ne dors pas vraiment, je ne mange plus », dit-il dans un souffle. « Je n’ai jamais eu de problème avec la justice, c’est vraiment dur psychologiquement d’être traité comme un bandit », poursuit Mickaël.

« On sert de bouc émissaire »

À plusieurs reprises, ils affirment que leur « présomption d’innocence » a été balayée dans le flot de réactions qui ont suivi le 5 octobre. « Des voyous », avait notamment tonné le Premier ministre Manuel Valls. « Nous sommes coupables avant d’être jugés, même par les médias et par Valls », se plaint Mickaël. S’il est innocenté, espère-t-il un « soutien » du gouvernement ? « Si un jour on a des excuses, c’est déjà bien, on a été mis plus bas que terre. » « Le plus dur à vivre, c’est pour la famille, ça passe très mal », ajoute David. Le chef du gouvernement a assuré jeudi au Sénat qu’il « ne peut pas y avoir d’impunité (…), à l’égard d’actes qui méritent une sanction judiciaire et des sanctions dans l’entreprise ».

Les cinq salariés, âgés de 35 à 48 ans, seront jugés le 2 décembre devant le tribunal correctionnel de Bobigny pour des « faits de violences en réunion ». Ils ont également été mis à pied jeudi à titre conservatoire, sans solde. « Une double peine », pénale et disciplinaire, tranche David. Mickaël va plus loin. « On sert de boucs émissaires, Air France a voulu faire un exemple en disant si vous vous rebellez, vous aurez le même traitement ». En suspendant leurs salaires, la direction de la compagnie « nous prend ce qui nous fait vivre ». « Ce qu’on demande, ajoute-t-il, c’est de pouvoir continuer à travailler » pour Air France, « une société que j’aime ».


Agenda

<<

2020

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Tracts pour la grève du 10 novembre 2020 :...

vendredi 6 novembre

Tracts pour la grève du 10 novembre 2020 :
TRACT ROUEN
TRACT LE HAVRE
TRACT DIEPPE
TRACT EVREUX

Lubrizol : 1 an après on oublie pas ! Réunion publique le 25 septembre, manifestation le 26 septembre

mardi 8 septembre

Réunion publique d’information sous chapiteau Vendredi 25 septembre 2020 de 18 à 20h A la Friche Lucien, place Carnot, ROUEN
Jeudi MANIFESTATION Samedi 26 septembre 13h30 Rendez-vous devant : LUBRIZOL (quai de France)

Télécharger et diffuser :

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.