Tuerie du 13 novembre : Macron accuse les travailleurs !

mardi 24 novembre 2015
popularité : 12%

L’humeur de Gérard Le Puill - Mardi 24 novembre 2015 - humanite.fr
http://www.humanite.fr/les-responsables-de-la-tuerie-du-13-novembre-selon-macron-590589

Devant les Gracques, le 21 novembre, le ministre de l’Economie a suggéré que les travailleurs qui défendent leurs conditions de vie et leur emploi avaient une part de responsabilité dans la radicalisation des auteurs de la tuerie du 13 novembre.

Grâce à Emmanuel Macron , nous savons désormais qui a armé mentalement les tueurs de la soirée du 13 novembre à Paris. Devant une assemblée des Gracques -ces sociaux démocrates plus libéraux que les sarkosystes en économie- il a suggéré le 21 novembre que les hommes et les femmes qui se battent pour travailler dans des conditions dignes de l’époque dans laquelle nous vivons empêchaient certains jeunes de trouver leur place dans une société où l’emploi devient chaque jour plus rare et plus précaire du fait des politiques gouvernementales de soumission au libéralisme.

Parlant des assassins, il a donc déclaré : « Nous avons une part de responsabilité, parce que ce totalitarisme se nourrit de la défiance. Il se nourrit de cette lèpre insidieuse qui divise les esprits, et, si demain nous n’y prenons garde, il les divisera encore ». Et le ministre dont la politique économique crée un peu plus de chômage chaque mois de plaider pour « changer cette société en l’ouvrant ». Comment ? « Je pense, a-t-il dit, que ce sont des fermetures dans notre économie, dans notre société, les pertes d’opportunités, les plafonds de verre qui sont mis, les corporatismes qui se sont construits qui à la fois nourrissent de la frustration sur le plan individuel et créent de l’inefficacité sur le plan économique ».

Décoder le langage d’Emmanuel Macron est relativement facile en dépit de l’ambiguïté du propos. On peut raisonnablement penser qu’il ne visait pas un homme comme Philippe Varin qui a supprimé 11.000 emplois chez PSA Peugeot-Citroën , fermé l’usine d’Aulnay en 2012, jeté son personnel dehors et fermé toute perspective d’embauche à bien des jeunes du 9-3 sur ce site où travaillaient parfois leurs parents avant d’être licenciés. Non. Varin a été reclassé comme président du conseil d’administration d’Areva en janvier 2005. Il a aussi été récompensé par les actionnaires, avec la caution de Macron et des autres membres du gouvernement, pour avoir supprimé ces 11.000 emplois dans l’industrie automobile. Il bénéficie à ce titre, d’une retraite chapeau d’un montant annuel brut de 299.000€ jusqu’à la fin de sa vie. Il a suffit pour cela, que son successeur, Carlos Tavares , lui bricole un CDD de quelques mois afin qu’il puisse justifier de 5 ans à la tête de Citroën, condition d’ancienneté permettant d’accéder à ce cadeau auquel il disait avoir renoncé en 2012.

Mais ce n’est pas ce « plafond de verre » que Macron visait devant les Gracques. En revanche, à supposer qu’un ouvrier d’Aulnay , licencié en 2012 ait utilisé ses indemnités de licenciement et contracté un emprunt pour acheter une licence de taxis , on peut penser que, s’il a fait grève en 2015 pour tenter de préserver son métier contre la dérégulation engagée par Uber avec ses travailleurs précaires, ce chauffeur de taxis a, aux yeux de Macron, défendu « les corporatismes » qui « à la fois nourrissent de la frustration sur le plan individuel et créent de l’inefficacité sur le plan économique ».

Ainsi donc , le ministre le plus protégé de François Hollande , l’homme dont des journalistes de l’Express du Monde et de quelques autres titres ont dressés ces derniers jours des portrait ridiculement élogieux, se conduit de plus en plus comme un esclavagiste dont l’obsession permanente est le nivellement par les bas de toutes les conquêtes sociales du siècle passé avec la volonté de les faire disparaître dès le début du siècle en cours.
Faut-il s’en étonner ? Non dans la mesure où cet homme a été le rédacteur final du rapport Attali remis au président Sarkozy en 2009 par Attali lui-même. Au point que Sarkozy, qui a plus de flair politique que Macron, n’osa point à l’époque reprendre à son compte les propositions les plus libérales du tandem Attali-Macron.

Voilà la réalité. A supposer qu’il subsiste encore des doutes sur les intentions actuelles de ce ministre, il est possible de l’interroger sur ses propos du 21 novembre demain à l’Assemblée nationale, lors de question au gouvernement.


Agenda

<<

2017

 

<<

Février

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272812345
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

La loi travail se met en place, les attaques aussi !

mercredi 8 février

La loi travail organise aussi la régression de la médecine du travail et la visite médicale d’embauche, la visite tous les deux ans, la visite tous les 6 mois pour les travailleurs de nuit sont supprimées sauf si votre poste est classé à risques.
De plus, la loi crée la possibilité d’inscrire au règlement intérieur de l’entreprise le devoir de neutralité, ce qui peut va viser l’engagement syndical. Et tout ça vient s’ajouter à l’inversion de la hiérarchie des normes, au référendum qui vise à monter les salariés contre les syndicats, au passage de 350 à 200 branches, au licenciement possible du salarié qui refuse de se plier à un nouvel accord sans bénéficier du CSP pendant un an (75% du salaire brut), à l’aménagement du temps de travail sur 3 ans...

Encore des suppressions de postes administratifs !

samedi 14 janvier

3, c’est le nombre de suppressions de postes d’administratifs prévue dans l’académie. C’est inadmissile et ça fait suite à d’autres suppressions antérieures. Quand la CGT éduc’action condamne cette saignée, le Ministère répond que l’académie de Rouen est surdotée. En clair, si on en croit le Ministère, les administratifs de Rouen ne sont pas assez occupés et doivent sans doute multiplier les pauses café pour ne pas s’ennuyer. Pas sûr que Mme Vallaud Belkacem ait le cran de venir le leur dire de vive voix. Une chose est sûre, elle n’a pas dû souvent mettre les pieds dans des secrétariats d’établissement ou dans les services académiques où elle aurait pu constater tout le travail abattu par les personnels.

La CGT est le premier syndicat de la région Normandie !

lundi 19 décembre 2016

Avec 49,25 % DES VOIX LA CGT EST LA PREMIERE ORGANISATION SYNDICALE
DE LA NOUVELLE REGION NORMANDIE. Elle obtient 20 sièges sur les 43 à pourvoir. C’est la grande gagnante de ces premières élections professionnelles et montre une confiance porteuse d’espoir et de signaux forts. Ces résultats confortent les revendications portées par toute la CGT. Cette nette manifestation du vote CGT, c’est aussi l’affirmation renforcée du refus des reculs sociaux qu’ils soient nationaux ou régionaux. Tous les résultats

Chiffres du chômage en juillet 2015 : toutes les raisons de changer de politique

jeudi 27 août 2015

La période d’été est toujours propice aux réflexions, aux débats et à l’approfondissement des politiques. Le MEDEF peut dormir sur ses deux oreilles car Manuel Valls a annoncé, à la veille des universités d’été du PS et du MEDEF, vouloir poursuivre ses réformes, et maintenir l’ampleur du soutien aux entreprises à travers le pacte de responsabilité.
Cette politique menée depuis des années a montré son inefficacité, notamment concernant le chômage. Depuis 2012, ce sont 630 000 demandeurs d’emploi supplémentaires qui sont venus grandir les rangs de Pôle emploi.

Lire la suite sur le site de la Confédération CGT

Un syndicat Unsa condamné pour sa trop grande proximité avec le patronat

mardi 7 juillet 2015

Le journal Le Monde révèle dans son édition du 1er juillet qu’un syndicat affilié à l’UNSA vient de perdre sa représentativité.
Lire la suite

La CGT s’inquiète de l’abandon de l’égalité F/H par le gouvernement

dimanche 5 juillet 2015

Le jeudi 25 juin, le Conseil Supérieur à l’Egalité Professionnelle examinait le bilan de l’action du gouvernement depuis 2 ans en matière d’égalité en présence des Ministres, Mmes Touraine et Boistard. Si la démarche intégrée de l’égalité a permis de nombreuses avancées, et notamment la loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes, la CGT considère que le gouvernement tourne aujourd’hui le dos à cette priorité politique.
En effet, la suppression du ministère, de plein exercice, s’accompagne aujourd’hui de la suppression, dans le projet de loi Rebsamen, de la négociation dédiée à l’égalité professionnelle. (lire la suite)

A propos de l’ouvrage de Robert Badinter et Antoine Lyon-Caen « Le travail et la loi »

dimanche 5 juillet 2015

La parution de l’ouvrage de Robert Badinter et Antoine Lyon-Caen « Le travail et la loi » a suscité de nombreuses réactions, en particulier celle de Pierre Gattaz, Président du Medef qui a largement salué l’initiative. La CGT porte un regard critique sur le contenu de ce livre. Il souffre d’une entrée dans le sujet du droit du travail qui est non fondée et maladroite au regard du contexte... (lire la suite)