Toutes et tous en grève le 26 janvier ! Pour une grève jusqu’à l’abrogation de la réforme du collège !

Luttons pour des moyens à la hauteur des besoins !
mercredi 13 janvier 2016
popularité : 6%

Selon le gouvernement la réforme du collège est bien actée et il suffirait juste que tous les enseignants anticipent et appliquent sagement cette réforme dès maintenant. Mais c’est toujours non ! On n’en veut toujours pas de cette réforme bidon et on va continuer à la combattre !

Malgré la propagande massive du gouvernement et la pression de certains chefs d’établissement, nous sommes toujours très majoritaires à refuser cette réforme qui va dégrader nos conditions de travail et accentuer les inégalités sociales, cette école à deux vitesses.

Dans beaucoup de collèges, les enseignants ont fait de la résistance locale ces derniers mois en refusant la préparation des EPI, en boycottant les réunions avec la direction à ce sujet. Les formations-formatages ont commencé dans notre académie et de nombreux collègues en sortent dégoûtés et en colère. Ceux qui ne s’étaient pas encore vraiment penchés sur la question, découvrent l’ampleur du désastre et l’absence de réponses des formateurs et des IPR.

Mais il s’agit bien d’une méthode de management du gouvernement pour faire passer sa réforme. Et elle n’est pas sans séquelles. Le syndrome « France Telecom » touche de plus en plus d’entre nous. Il faut dire stop ! Plus que jamais l’appel de l’intersyndicale nationale du 2nd degré à une grève massive nationale le 26 janvier avec un seul mot d’ordre est nécessaire pour l’abrogation de la réforme du collège !

Politique d’austérité = suppression de postes = plus de management inhumain = Réforme du collège

Derrière la pseudo-pédagogie (cours interdisciplinaire avec un seul enseignant et en classe entière !) et les mensonges visant à dire que cette réforme réduit les inégalités sociales, se cache, en réalité, la casse organisée du service public de l’éducation en profondeur.

  • Concurrence accrue entre les enseignants à cause de la répartition des 2h45 de marges de profs par classe - cette fameuse « autonomie » des chefs d’établissements qui leur donne plus de pouvoir.
  • Concurrence entre les disciplines, entre les différents collèges
  • casse du cadre national des heures d’enseignement avec les EPI et l’AP qui amènent un enseignement arbitraire et inégalitaire
  • disparition des classes bilangues, mort programmée du latin ? et transfert partiel vers le privé
  • aucun moyen supplémentaire pour réduire les effectifs des classes surchargées, inclusion forcée des élèves de SEGPA et sans moyens ni formations supplémentaires...

Cette politique du ministère et du gouvernement est consciente. Et si on ne les arrête pas, elle va entrainer la suppression de classes, d’heures d’enseignement, de postes et une explosion des compléments de service désagrégeant les équipes. (Inverser la construction de la phrase) Plus la mise en place de cette réforme se précise, plus la liste des conséquences graves s’allonge. Pour notre secteur, la combinaison entre les conséquences concrètes de la réforme et les DHG (toujours largement insuffisantes) achève le travail du gouvernement. Nous connaissons la même politique d’austérité du gouvernement Valls-Hollande menée dans les autres services publics, par exemple l’hôpital public.

Pour une grève massive le 26 janvier !

Luttons pour l’abrogation de cette réforme et pour des moyens pour l’école !

Il n’est plus à l’ordre de jour d’écouter et de subir le bla bla pseudo-pédagogique et la propagande mensongère du gouvernement et de nos hiérarchies lors des réunions bidons, à la limite du mépris (plutôt que limite méprisantes). Il est temps que notre refus, notre colère se transforme à nouveau en action. Il est temps d’y aller, tous ensemble ! Il est temps de dégager cette réforme une fois pour toutes ! Il faut dès maintenant mobiliser pour que la grève du 26 janvier soit la plus massive possible. Et il faut qu’on discute dans nos établissements et à l’AG de grévistes le jour de la grève quelles suites on veut donner à notre mouvement. Le gouvernement ne lâche rien, nous non plus, nous ne devons rien lâcher ! Il faut qu’on dégage cette réforme, mais il faut aussi qu’on se batte pour une réduction massive des effectifs de classes. Mais pour cela il faut taper plus fort et une grève tous les deux mois n’est pas suffisante. Le 26 janvier on doit discuter collectivement comment on poursuit la grève car le gouvernement n’a pas l’intention de reculer (plutôt que : si le gouvernement ne recule pas- ce qui est probable).

Construisons une grève jusqu’à l’abrogation de la réforme et luttons pour des moyens à la hauteur des besoins !


Agenda

<<

2020

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.

Mac Do Neufchâtel en Bray veut licencier une militante syndicale CGT !

vendredi 6 juillet 2018

Suite à un entretien disciplinaire une syndiquée CGT depuis un mois au McDonald’s de Neufchatel en Bray a été mise à pieds à titre conservatoire avant que ne soit décidé un licenciement. Les vrais motifs de cette mise à pied : la distribution de tracts dans les restaurants de cette franchise (Dieppe, Yvetot et Neufchâtel en bray) mentionnant les acquis obtenus au restaurant d’Elbeuf (13e mois, prime trimestrielles, congés enfants malades, arbre de Noël ...), et la crainte que les salariés reprennent eux aussi ces revendications !
Rassemblement Dimanche 8 juillet 18h45 devant le Mac Donald de Neufchâtel en Bray.