Dans les écoles, les collèges et les lycées, c’est le même refrain : austérité, management et précarité. Toutes et tous en grève le 26 janvier

mercredi 13 janvier 2016
popularité : 6%

60 000 postes promis mais seulement 11 819 créés …
… depuis le début du quinquennat, dans les premier et second degrés. Ce ne sera pas suffisant pour retrouver le nombre de postes existant en 2007 ni pour compenser l’arrivée de 300 000 élèves en plus. Quel que soit le niveau d’enseignement, cela ne sera pas suffisant pour ouvrir de nouvelles classes et en baisser les effectifs, ni pour créer des postes de remplaçants et réduire les inégalités territoriales (aggravées par la réforme des rythmes scolaires dans le premier degré et l’autonomie des établissements dans le second degré).
Les classes restent donc surchargées, les postes de personnels remplaçants, de RASED, d’AESH, entre autres, font cruellement défaut et l’Ecole se porte mal. Quelle que soit la pédagogie employée, l’Education nationale n’a tout simplement pas les moyens de fonctionner correctement, et ne peut surtout pas permettre à tous les jeunes de réussir.

Toujours plus de déréglementation et de management.
Austérité oblige, le gouvernement cherche à nous faire travailler plus sous couvert de travailler ou d’enseigner « autrement ». Dans le 1er comme dans le 2nd degré, la hiérarchie a pour mission d’exiger des personnels toujours plus d’investissement dans leur travail (multiplication des réunions, formations obligatoires, management par le projet…). Cette dérive est facilitée par l’introduction récente de la référence aux 1607 heures annualisées dans le secondaire, et par les projets éducatifs territoriaux (PET) ou la liaison école- collège dans le premier degré.
Le même mécanisme de territorialisation et d’autonomie est à l’œuvre, aussi bien dans la réforme du collège que dans celle de la réforme des rythmes scolaires ou dans la modification statutaire du second degré : casse des statuts, aggravation des inégalités territoriales, augmentation de la charge de travail, division des personnels, multiplication des pouvoirs hiérarchiques.
Ces « réformes » n’ont en réalité qu’un seul but : augmenter la productivité des enseignants. Ce n’est pas un hasard si la « réforme » du collège s’inspire directement d’un rapport de l’inspection générale des finances de 2006.

Toujours plus de précarité.
Comme bien d’autres employeurs, le ministère de l’Education nationale est un gros pourvoyeur d’emplois précaires. La situation est souvent pire que dans le secteur privé puisque des milliers d’enseignants ou d’administratifs sont recrutés en CDD, parfois pendant de nombreuses années, sans jamais être titularisés.
Concernant les personnels qui accompagnent les élèves en situation de handicap ou qui occupent un emploi d’aide administrative dans les écoles, la situation est scandaleuse : salaires systématiquement en- dessous de SMIC, contrat de 20 heures par semaine pour les CUI, CDIsation très difficile, absence de statut pour les AESH.
En outre, pour tous les personnels, les salaires sont gelés dans la fonction publique depuis 2010. Pourtant, il y aurait urgence à revaloriser les salaires, tant la perte de pouvoir d’achat est avérée. Par exemple, d’après le magazine Alternatives économiques, le métier de professeur des écoles fait partie des 10 professions les plus mal payées.

C’est seulement par la lutte « tous ensemble » que nous pourrons gagner sur ces revendications. La grève massive et unissant tous les secteurs professionnels reste ainsi la meilleure arme des salariés. C’est pourquoi, dans le cadre d’une journée de mobilisation de toute la fonction publique, nous appelons tous les personnels de l’éducation à être en grève le 26 janvier afin de construire le rapport de force qui nous permettra de faire reculer le gouvernement.


La CGT Educ’action revendique :

  • L’abrogation de la réforme du collège
  • Un plan de recrutement massif de personnels (enseignants, vie scolaire, administratifs, personnels techniques, de santé…) dans l’Education nationale.
  • Une forte baisse du nombre d’élèves par classe (20 par classe maximum)
  • Une augmentation de 400 euros pour tous
  • La titularisation de tous les personnels précaires

Agenda

<<

2020

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Tracts pour la grève du 10 novembre 2020 :...

vendredi 6 novembre

Tracts pour la grève du 10 novembre 2020 :
TRACT ROUEN
TRACT LE HAVRE
TRACT DIEPPE
TRACT EVREUX

Lubrizol : 1 an après on oublie pas ! Réunion publique le 25 septembre, manifestation le 26 septembre

mardi 8 septembre

Réunion publique d’information sous chapiteau Vendredi 25 septembre 2020 de 18 à 20h A la Friche Lucien, place Carnot, ROUEN
Jeudi MANIFESTATION Samedi 26 septembre 13h30 Rendez-vous devant : LUBRIZOL (quai de France)

Télécharger et diffuser :

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.