TOUS EN GREVE ET EN MANIF LE 28 AVRIL !

Pour stopper la politique du gouvernement PS-MEDEF !
jeudi 5 mai 2016
par  Luc De Chivré
popularité : 3%

ROUEN : 10h30 Cours Clémenceau
EVREUX : 18h00 Bel Ebat
LE HAVRE : 10h30 CCI
DIEPPE :10h00 Gare
EU : 10h00 Gare d’eu
LILLEBONNE : 14h15 théâtre romain
FECAMP : 14h30 ancien hôpital

Depuis le 9 mars, des centaines de milliers de travailleurs et de jeunes se sont mobilisés contre la loi El Khomri. Cette mobilisation s’est transformée en véritable mouvement contre le gouvernement PS-MEDEF.
Un gouvernement au service du patronat !
Plusieurs journées de mobilisation se sont succédées, et le mouvement de contestation « nuit debout » prend de l’ampleur. A chaque fois les médias et le gouvernement ont déclaré que la mobilisation s’essoufflait et tenté de dénigrer les actions et les discussions en AG qui se tiennent chaque soir dans plusieurs villes de France, comme à Paris, mais aussi à Rouen, tous les soirs à 18h00 place de l’hôtel de ville. Et la seule réponse du gouvernement est une répression policière violente contre tous ceux qui osent résister, et en particulier contre les jeunes, très mobilisés depuis le début.
Le gouvernement PS qui sert les intérêts des capitalistes ira jusqu’au bout sur la loi travail parce que leur but est de faire passer des lois toujours plus violentes dans les entreprises du privé, comme dans le secteur public et contre les chômeurs, les jeunes et les retraités, pour maintenir les profits des grands groupes du CAC 40. Les derniers mois le prouvent : pacte de responsabilité, loi Macron, austérité dans les services publics, licenciements de masse,….. La loi El Khomri veut maintenant garantir au patronat le droit à la surexploitation et marque un retour en arrière d’un siècle.
Si la loi travail passe, ce serait une catastrophe pour l’ensemble des salariés et pour tous les jeunes, soumis à la précarité à vie ! La fonction publique sera attaquée dans la foulée !
Le projet de loi déontologie a montré clairement les pistes qui seront suivies par le gouvernement : délai de carences en cas d’arrêt maladie, augmentation du temps de travail, sanctions accrues, droit de réserve et de dignité... avant de revenir sur les mesures les plus dures fin mars pour calmer le jeu. L’objectif dans le public et le privé est le même : revenir sur les conquis sociaux pour déréglementer au maximum et casser les emplois stables. Le mécanisme en jeu pour la réforme du collège, et les dernières réformes de l’éducation est le même : casser le cadre national en renforçant l’autonomie des établissements, des communes pour justifier les suppressions de postes qui suivent les réformes. Pour la seule Seine Maritime, la réforme du collège va se solder par une perte de 47 postes, avec 11 suppressions en allemand, 11 en technologie, et 9 en lettres classiques. C’est du jamais vu ! Nous ne pouvons laisser passer cette attaque contre le système éducatif, contre nos conditions de travail et les conditions d’apprentissage de nos élèves. Nous avons fait quatre journées de grève et de multiples actions contre la réforme du collège depuis mai 2015 et le ministère nous méprise toujours. Il faut qu’on passe à la vitesse supérieure !
Construisons tous ensemble une grève générale !
Seule une véritable grève générale peut balayer la loi Travail, et permettre à chaque secteur de réclamer son dû, de gagner sur ses propres revendications. Le premier objectif reste le retrait de la loi El Khomri, objectif partagé par des centaines de milliers de personnes.
A nous d’être aussi dans la rue, au côté des autres travailleurs et des jeunes, pour la satisfaction de nos propres revendications. C’est le moment d’y aller !
C’est avec ce mouvement de grève générale, avec ce mouvement de « Tous ensemble » que nous pouvons aussi obtenir le retrait de la réforme du collège, un véritable plan d’embauche dans l’éducation, la titularisation sans condition des contractuels, le retrait de la réforme des rythmes scolaires, de la réforme des lycées, la fin de la déréglementation des lycées pros. Les revendications non satisfaites ne manquent pas dans notre secteur. Les luttes dans l’éducation n’ont pas abouti depuis longtemps parce qu’il manquait justement ce mouvement « Tous ensemble » face à la dureté de ce gouvernement de combat.
Nous avons assez subi cette politique d’austérité dans les services publics ! Nous ne pouvons pas accepter cette précarité à vie pour nos élèves ! Il est temps que nous défendions nos intérêts par une lutte déterminée pour gagner une Éducation de qualité pour tous !
Télécharger le tract


Agenda

<<

2018

>>

<<

Juillet

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.

Mac Do Neufchâtel en Bray veut licencier une militante syndicale CGT !

vendredi 6 juillet 2018

Suite à un entretien disciplinaire une syndiquée CGT depuis un mois au McDonald’s de Neufchatel en Bray a été mise à pieds à titre conservatoire avant que ne soit décidé un licenciement. Les vrais motifs de cette mise à pied : la distribution de tracts dans les restaurants de cette franchise (Dieppe, Yvetot et Neufchâtel en bray) mentionnant les acquis obtenus au restaurant d’Elbeuf (13e mois, prime trimestrielles, congés enfants malades, arbre de Noël ...), et la crainte que les salariés reprennent eux aussi ces revendications !
Rassemblement Dimanche 8 juillet 18h45 devant le Mac Donald de Neufchâtel en Bray.

Grève à l’hôpital psychiatrique Janet au Havre !

mercredi 20 juin 2018

A l’image des salariés de l’hôpital psychiatrique du Rouvray, les personnels grévistes de l’hôpital psychiatrique Janet du Havre ne lâchent pas le morceau. Ils exigent la venue de Mme Gardel, directrice de l’Agence régionale de santé, l’ouverture d’une nouvelle unité pour que les patients ne soient plus dans des lits supplémentaires avec la création de 50 postes pluridisciplinaires pour la faire fonctionner, la stagiarisation de tous les contractuels-les, l’arrêt de la polyvalence, l’embauche de médecins psychiatres titulaires. Rendez vous jeudi 21 à 8h45 à l’hôpital Flaubert pour une haie de déshonneur pour les administrateurs de l’hôpital, et le samedi 23 à 17h45 sur le parvis du printemps.
Soutenez les revendications en écrivant à Mme Gardel