Menaces sur les Services publics du Conseil Départemental 76

Entretien avec Séverine Verdier, Secrétaire adjointe de la CGT du Conseil Départementale 76.
mardi 1er novembre 2016
par  François-Xavier Durand
popularité : 6%

En quoi le Conseil départemen­tal et ses services sont-ils menacés ?
SV : Aujourd’hui, sous couvert de réorganisation des services sociaux de proximité, le Pré­sident du Conseil départemen­tal annonce une « polyvalence géographique et fonction­nelle ». C’est-à-dire moins de personnel pour accueillir les usagers, et des agents moins spécialisés, donc une dégrada­tion de la réponse aux besoins. Par exemple, actuellement, pour les accueils des Personnes Âgées et Handicapées au titre de l’Autonomie, nous avons des secrétaires spécifiques qui connaissent parfaitement les dispositifs. Demain, ce seraient des secrétaires généralistes pour toutes les missions (PMI, demandes sociales classiques…)
Il y a aussi disparition de mis­sions. Ainsi, les psychologues s’occupant spécifiquement de la prévention et de la protec­tion de l’enfance disparaissent (au nom de « missions élar­gies »)
Entre juin 2013 et septembre 2016, douze Centres Médico-Sociaux ont été fermés, et nous avons des éléments indi­quant que de nouvelles ferme­tures de CMS se préparent : Des mairies ont été sollicitées par le Conseil départemental pour accueillir des « perma­nences » ; des documents de la Direction circulent…
Parallèlement, le Conseil dé­partemental engage les sup­pressions de postes que le syndicat chiffre à plusieurs di­zaines.

Comment le syndicat organise la résistance avec les salariés ?
SV : La première étape est d’obtenir les vraies infos, et de les transmettre aux collègues, en surmontant l’opacité voulue par la Direction.
Ensuite nous voulons faire pas­ser le message que tout le monde est concerné, aujour­d’hui ou demain. Donc nous sortons des tracts pour décryp­ter les projets de la Direction. Et nous allons à la rencontre des agents, avec des tournées et des réunions d’infos.
Il faut maintenant préparer la mobilisation du 16 novembre. Ce jour-là, il y a session du Conseil départemental pour voter les orientations budgé­taires. La CGT, avec FO, appel­lera à une journée de grève et à se rassembler à l’Hôtel du département.
Nous voulons que soient garan­tis :
- Le maintien de tous les postes, de toutes les missions, de tous les sites.
- L’abandon du projet de « po­lyvalence géographique et fonctionnelle ».

Un mot à ajouter ?
SV : Dans la volonté de réduire le budget, le projet du Conseil Départemental 76 est aussi de fermer des collèges (tels que Guy Moquet au Havre, ou Ca­mus à Dieppe), de poursuivre aussi les fermetures de Centres des routes.


Agenda

<<

2020

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.

Mac Do Neufchâtel en Bray veut licencier une militante syndicale CGT !

vendredi 6 juillet 2018

Suite à un entretien disciplinaire une syndiquée CGT depuis un mois au McDonald’s de Neufchatel en Bray a été mise à pieds à titre conservatoire avant que ne soit décidé un licenciement. Les vrais motifs de cette mise à pied : la distribution de tracts dans les restaurants de cette franchise (Dieppe, Yvetot et Neufchâtel en bray) mentionnant les acquis obtenus au restaurant d’Elbeuf (13e mois, prime trimestrielles, congés enfants malades, arbre de Noël ...), et la crainte que les salariés reprennent eux aussi ces revendications !
Rassemblement Dimanche 8 juillet 18h45 devant le Mac Donald de Neufchâtel en Bray.