Lycées professionnels : interrogations et tensions à propos du suivi des élèves en stage

mardi 22 novembre 2016
par  Luc De Chivré
popularité : 12%

L’une des principales nouveautés de cette rentrée dans les LP concerne les PFMP (Périodes de Formation en Milieu Professionnel). Ces annonces suscitent des interrogations mais aussi des tensions dans un certain nombre de LP de l’académie, en particulier sur la fonction du « professeur référent ». Pour vous faire votre propre idée, nous vous recommandons la lecture de la circulaire du 31 mars 2016

« Professeur référent », une nouvelle fonction qui sème le trouble
La circulaire stipule que la recherche du lieu de stage revient à chaque professeur-référent. Qui serait professeur-référent ? Chacun de nous potentiellement, pas seulement les collègues de la spécialité professionnelle ou le professeur principal : « chaque enseignant(e) est ainsi désigné(e) comme enseignant(e) référent(e) pour l’encadrement d’une partie des élèves de la division. » Comment les collègues d’enseignement général, dont ce n’est pas la spécialité, pourraient-ils trouver des lieux de stage pour leurs élèves, sachant qu’ils ne bénéficient d’aucun moyen en amont des périodes de départ en stage ? Mystère.
De plus, le travail de préparation des conventions de stage incomberait également aux professeurs-référents : « la préparation de la convention est le moment d’élaboration d’un cadre individualisé de l’alternance sous statut scolaire. Un membre de l’équipe pédagogique, de préférence le/la professeur(e) référent(e) fixe avec le tuteur/la tutrice, les activités ou les tâches qui seront confiées à l’élève ». Pour des enseignants qui ont peu d’expérience en la matière, ça va être un casse-tête. Et une surcharge de travail.
Par ailleurs, la circulaire indique que les professeurs-référents seront désignés. Désignés comment ? De manière autoritaire par le chef d’établissement ? Par le DDFPT (ex-chef des travaux) ? Par les enseignants eux-mêmes, avec le risque de tensions entre collègues ? La circulaire ne le précise pas.
Concernant le suivi pédagogique, celui-ci « est réalisé par l’enseignant(e) référent(e) de l’élève désigné(e) pour chaque période de formation en entreprise. » C’est déjà le cas puisque dans chaque classe, le suivi et les visites en entreprise sont répartis entre PLP en fonction du nombre d’heures de cours. Mais alors pourquoi ajouter de la bureaucratie en exigeant que les professeurs-référents signent les conventions des élèves qu’ils sont chargés de suivre ? « L’enseignant(e) référent(e) et le tuteur ou la tutrice en sont par conséquent signataires [de la convention]. La signature de l’enseignant(e) référent(e) ne l’engage que pour ce qui le concerne, c’est-à-dire les stipulations pédagogiques de la convention. » Cela, c’est la théorie, mais dans les faits, des pressions sont déjà exercées sur des collègues dont tous les élèves n’ont pas trouvé de lieu de stage. Même si le texte ne l’indique pas, il est à craindre que le référent soit rendu responsable d’un stage qui se passerait mal ou de l’absence d’une PFMP.
La CGT revendique que nul enseignant ne soit obligé de signer les conventions et elle incite les personnels à construire le rapport de forces pour imposer cela dans les LP. Dans certains LP de l’académie, comme au lycée du Golf à Dieppe, les personnels ont refusé d’être désignés professeurs-référents.

Travaux dangereux, secret professionnel… des dispositions négatives pour les élèves

Si la circulaire comporte des points positifs pour les élèves, par exemple sur les gratifications financières, l’accès aux restaurants d’entreprise ou la prise en charge des frais de transport, il existe un certain nombre d’aspects négatifs.
Concernant les travaux dangereux pour les élèves d’au moins 15 ans, l’article 10 de la convention-type n’oblige plus les entreprises à demander une dérogation à l’inspection du travail, une simple déclaration de l’entreprise suffit. Cette mesure constitue indéniablement un recul pour la sécurité de nos élèves, même si dans les faits, des entreprises trichent avec cette obligation ou refusent de prendre nos élèves en stage à cause de cela.
L’article 12 indique que c’est à l’entreprise de déclarer les accidents du travail et non à l’établissement. Le problème est qu’il y aura des entreprises qui ne le feront pas, car elles ne veulent pas encourir de sanctions et cela pénalisera certains élèves. C’est aussi cela la réalité de l’entreprise…
L’article 5 impose aux stagiaires le « secret professionnel ». Est-ce bien légal ? Le secret professionnel s’applique surtout pour les professions médicales, pour des raisons évidentes. Mais pourquoi imposer à nos élèves le secret en toutes circonstances ? Voilà bien une disposition digne de l’Education nationale et de sa culture du secret. Les élèves ont des droits, qu’on les respecte.
« Lorsque le stagiaire interrompt sa période de formation en milieu professionnel pour un motif lié à la maladie, à un accident, à la grossesse, à la paternité, à l’adoption ou, en accord avec l’établissement, en cas de non-respect des stipulations pédagogiques de la convention ou en cas de rupture de la convention à l’initiative de l’organisme d’accueil, l’établissement propose au stagiaire une modalité alternative de validation de sa formation. » De quelle « modalité alternative de validation de formation » s’agit-il ? La circulaire ne le précise pas, ce qui laisse la porte ouverte à de possibles dérives.
Enfin, cédant à la manie du tout-évaluation, facteur de souffrance au travail, « pour chaque période, l’élève évalue la qualité de l’accueil dont il/elle a bénéficié au sein de la structure, et transmet cette information à son établissement. » Quand donc cessera cette manie de vouloir tout chiffrer et tout faire rentrer dans des cases ?

Trop de stages !

Pour la CGT Educ’action, la circulaire ne règle pas du tout le problème concret auxquels se heurtent les personnels des LP : 22 semaines de stage sur les 3 années du bac pro, c’est trop. Cette durée réduit la quantité, et par conséquent la qualité, des enseignements dispensés à nos élèves. Pour traiter entièrement les programmes, organiser les CCF, assurer la continuité du travail avec nos classes, c’est la galère. Un nombre important d’élèves peinent à trouver des lieux de stage et ils doivent parfois rattraper les semaines non effectuées pendant que leurs camarades sont en classe. D’ailleurs, l’objectif affiché relève de la méthode Coué : « l’organisation pédagogique des périodes de formation en milieu professionnel a pour objectif de valoriser les effets positifs de l’alternance sous statut scolaire. »
Il y a deux ans, le ministère avait pourtant annoncé aux organisations syndicales vouloir passer à 18 semaines au lieu de 22… puis a enterré cette décision quelques mois après, provoquant la colère de notre syndicat.
A la CGT Educ’action de l’académie de Rouen, nous revendiquons une réduction des PFMP à 10 semaines sur les 3 années, à la fois pour les raisons invoquées ci-dessus mais aussi parce qu’il est illusoire de croire que les entreprises s’y prendraient mieux pour former nos élèves. Certes, l’immersion en milieu professionnel peut tout à fait être instructive, nos élèves se trouvant confrontés à la « réalité » du monde du travail. Mais de quelle réalité parlons-nous ? Ce que chaque PLP peut constater, c’est l’extrême hétérogénéité de la qualité du stage. Il arrive souvent que nos élèves n’apprennent pas grand-chose en stage voire qu’ils effectuent des tâches n’ayant aucun rapport avec leur spécialité, et pas seulement remplir les rayons de supermarchés… Et les équipes n’ont pas vraiment les moyens de peser sur ce que les entreprises font faire à nos élèves en stage : « vous n’êtes pas contents », nous rétorquera-t-on ? « Hé, bien ! On ne reprendra plus vos élèves. »
A la CGT Educ’action, nous défendons l’idée que le lieu privilégié pour apprendre un métier est le lycée professionnel. Il s’agit d’aider nos élèves à développer une culture technique et professionnelle et non d’en faire des exécutants dociles. Il s’agit de les armer intellectuellement pour comprendre ce qu’est la réalité du travail et de l’entreprise et non de les formater à l’idéologie entrepreneuriale, qui vise surtout à faire oublier le lien de subordination du salarié à l’égard de son employeur. Il s’agit d’instruire des citoyens capables de se défendre et de changer l’ordre social qui les relègue socialement.


Agenda

<<

2016

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2829301234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

La pédagogie Nutella ou le collège 2016... vu à la TV !

lundi 20 avril 2015

La réforme du collège 2016 agite le Landerneau enseignant depuis quelques semaines. Elle inquiète aussi à juste titre les parents qui se demandent bien ce que ledit collège réformé fera avec leur progéniture.

Pour rassurer tout le monde, la télévision publique nous montre à quoi ressemblera le collège 2016, dans deux reportages successifs. En effet, le collège réformé s’inspire de dispositifs innovants qui existent déjà dans quelques établissements expérimentaux.

Alors savourons cet avant-goût du collège nouveau...

Lire la suite sur le site La Vie Moderne

Chatel : « Certaines mesures vont dans le bon sens »

lundi 20 avril 2015

C’est le spécialiste des réformes destructrices Chatel qui ont mis à mal le lycée général et liquidé la voie STI qui nous le dit.
On constate facilement où Vallaud-Belkacem trouve son inspiration !

« Que les conservateurs tombent les masques ! »

lundi 20 avril 2015

Voici le titre de l’interview de Vallaud-Belkacem au très réactionnaire journal Le Point.
Notre seule réponse à NVB : « Que les néo-libéraux tombent également le masque ! »

4 pages spécial Retraités de la FERC

samedi 31 août 2013

Au sommaire : Conférence de l’UFR... les retraités à l’offensive ! - Quelle UFR, quelle structure ? - Place des retraités dans la CGT - Continuité syndicale et renforcement - Impressions croisées
Télécharger le 4 pages

Au sujet des dépenses scolaires…

jeudi 22 août 2013

Chaque année, à l’approche de la rentrée, on retrouve dans les médias des articles plus ou moins bien renseignés sur les « dépenses de la rentrée des classes ». Je les parcours toujours avec un peu d’agacement quand ils mettent en avant les nouveaux cartables, les vêtements, les classeurs, les crayons et les compas, les garderies et les cantines.
Parler de ces frais là, c’est évoquer l’arbre pour cacher la forêt. Les cartables et les compas durent facilement plusieurs années et les vêtements ne me semblent pas être une dépense scolaire : mes filles iraient-elles nues si l’école n’existait pas ? Idem pour la cantine : il faut manger même en dehors de l’obligation scolaire. Admettons pour la garderie des petits. Ce qui m’interpelle, ce sont les frais dont on parle moins et qui pourtant jalonnent bien le parcours scolaire des jeunes.
Lire la suite sur le site de l’Ecole démocratique

Ecole élémentaire : en France, le nombre d’élèves par enseignant supérieur à la moyenne OCDE (Depp)

vendredi 16 août 2013

Selon la revue « L’Éducation natio­nale en chiffres » de la Depp, le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises se situe en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE.
Le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises est en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE, selon la revue « L’Éducation natio­nale en chiffres » éditée par la Depp et parue en juillet 2013.
Dans les pays de l’OCDE, le nombre moyen d’élèves par ensei­gnant était à ce niveau de 15,4, en 2011 contre 18,4 en moyenne en France.

Loire-Atlantique / Rythmes : lettre ouverte des UD CGT, FO, FSU et Solidaires au DASEN et aux 26 maires de Loire-Atlantique appliquant la réforme en 2013

samedi 29 juin 2013

Depuis plusieurs mois, nos organisations syndicales ne cessent de dénoncer la précipitation et les dangers contenus dans la réforme des rythmes scolaires. Si les appréciations de nos syndicats respectifs peuvent diverger sur l’analyse de la loi Peillon et de son volet sur les rythmes scolaires, cela ne nous empêche en rien de partager nombre de points de vue sur les effets néfastes de cette réforme. Les propos volontaristes des municipalités ayant décidé de s’engager dès septembre 2013 dans la mise en œuvre du pan de réforme sur les rythmes ne résistent pas à un l’examen pragmatique. Pour notre part cette réforme relève plus d’un projet politique portant sur la territorialisation de l’École que sur les effets bénéfiques pour les enfants et les familles.
L’intention gouvernementale affiche une volonté de servir la réussite scolaire des élèves. Nous pensons qu’il y a loin du discours à une réalité qui malmène aussi les personnels concourant aux rythmes éducatifs des enfants. Les campagnes de communication politiciennes ne peuvent dissimuler les malaises grandissant autour de la rentrée 2013 précipitée.
Lire la suite

Coaching patronal au collège, sous l’œil attendri de France 2

mercredi 26 juin 2013

Mardi 18 juin, dans le 20h de France 2, après les 9 min inaugurales sur les inondations en France, et parmi les quelques miettes distribuées aux autres sujets (3 min sur le mouvement social au Brésil, 2 sur l’accueil des touristes à Paris), on retiendra un reportage d’anthologie, intitulé (sur le site de France 2) « Éducation : du coaching en ZEP » : 4 min 20 consacrées à l’intervention d’une cadre dirigeante dans un collège de « ZEP », pour appliquer, selon ses propres dires, les « méthodes d’entreprise » à l’école. 4 min 20 pour un « gros plan » qui « traite » un sujet sans (se) poser la moindre question, sans rien en dire sinon célébrer les vertus d’une initiative qui, avec d’autres, relève d’un entrisme entrepreneurial dans l’institution scolaire, du reste fort à la mode. Une initiative présentée sans contrepoint ni distance : un tel éloge relève-t-il encore de l’information ?
Lire la suite sur le site d’ACRIMED