Parcours d’une famille « sans-papiers » : Les Erdene à Maromme.

vendredi 28 avril 2017
par  Luc De Chivré
popularité : 2%

Les Erdene sont arrivés de Mongolie 2010. Après un court passage dans la région parisienne, ils sont arrivés en Normandie. Mal conseillés par les passeurs et craignant d’être renvoyés dans leur pays d’origine, ils sont arrivés sous une fausse identité. Les parents sont tous les deux couturiers et ont décidé de fuir leur pays d’origine à cause de la misère qui y régnait. Ils sont partis avec leur fille ainée, Nana et la maman enceinte de presque 9 mois. Elle a accouché de Hulan, leur deuxième fille, peu après leur arrivée à Rouen.
Ils ont déposé une première demande d’asile et ont été hébergés dans un logement CADA (Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile) de France Terre d’Asile à Maromme et leur fille aînée a été scolarisée à l’école Delbos de Maromme.
Leur demande d’asile a été refusée mais ils ont pu déposer une deuxième demande pour cause de vice de procédure et les parents ont ainsi été deux fois déboutés du droit d’asile. A partir du moment où ils ont été déboutés du droit d’asile, FTA a commencé les démarches pour leur demander de quitter leur logement comme stipulé dans le contrat de logement de FTA (les familles s’engagent sans aucune autre solution de logement de quitter l’hébergement s’ils sont déboutés du droit d’asile). La famille est restée dans l’appartement à Maromme et deux autres enfants sont nés, Telmuun et Telmuleen. La sœur de M. Erdene, sans-papiers elle aussi, les a rejoints.
En juin 2016, un comité de soutien s’est créé autour d’enseignants du collège Alain à l’initiative de militants de la CGT Educ’action du collège. La famille a aussi pris contact avec le RESF Agglo de Rouen et avec leur aide a pu constituer un dossier de demande de titre de séjour pour vie privée et familiale. Pour cela, il leur a été conseillé d’être en règle avec l’Etat Civil. Les démarches pour rectifier les papiers des parents et de Nana ont été entamées, plus facile puisqu’il suffisait de demander des actes de naissance en Mongolie. Cela a été plus ardu pour les trois petits nés en France car le changement d’Etat Civil est cher et le comité de soutien a collecté les fonds nécessaire pour cela.
Entre temps, France Terre d’Asile (FTA) poursuivait ses demandes d’expulsion du logement que la famille occupait indûment depuis qu’elle avait été déboutée du droit d’asile (sans aucune solution de relogement, rappelons-le). Par deux fois, le Tribunal Administratif a empêché FTA d’expulser la famille mais à sa troisième tentative, FTA a obtenu gain de cause.
Voilà comment le 30 mars 2017, à un jour de la fin de la trêve hivernale (les logements CADA n’y sont pas soumis), alors que les parents étaient à leur cours de Français, que les enfants étaient à l’école ou au collège et que la tante était au CHU (enceinte du dernier mois et atteinte d’une hépatite), un huissier, mandaté par FTA, à la demande de la Préfecture et accompagné de la Police Nationale, a procédé au changement des serrures. Tous leurs effets personnels ont été déménagés dans un box à Dieppedalle. Lorsque M. et Mme Erdene sont rentrés chez eux, ils ont trouvé une affiche placardée sur ce qui avait été leur porte d’entrée. Elle leur signifiait qu’ils étaient sous le coup d’une expulsion de logement. Ils se sont retrouvés dehors avec pour toute consolation 4 nuits d’hôtel payées grassement par la Préfecture à … Rouen, rue d’Amiens. Ils se sont retrouvés à la rue - avec ce qu’ils portaient sur eux.
Le comité de soutien qui s’était étoffé depuis la rentrée 2016 de du collège Alain, de l’école Delbos, de la FCPE, du Secours Catholique et du soutien de la mairie de Maromme, a soutenu la famille, dans l’urgence, comme il a pu. Une aide logistique a été mise en place : covoiturage de l’hôtel à Maromme pour que les enfants puissent poursuivre leur scolarité, dons de nourriture, habits (pour le premier soir), du nécessaire de toilette, etc.
Une fois les quatre nuits payées par la Préfecture passées, le comité de soutien a réuni les fonds nécessaires pour 7 nuits supplémentaires. La mairie, le Secours Catholique, la Maraude de Rouen ont proposé des bons alimentaires et de quoi manger. Deux rassemblements ont été organisés, un devant la mairie de Maromme et l’autre devant les locaux de France Terre d’Asile à Rouen. A chaque fois la presse a été conviée et des articles ont été écrits médiatisant la situation précaire dans laquelle se trouve la famille. Le comité est aujourd’hui toujours aussi motivé et mobilisé pour soutenir la famille.
La prochaine étape est de demander une audience à Madame la Préfète, principale responsable de cette situation. La famille va se retrouver sans toit à partir de jeudi 13 avril après une mise à l’abri de 3 jours (assurée par Carrefour des Solidarités : renouvelables toutes les 2 à 3 semaines, ce qui montre à quel point on manque d’hébergement d’urgence sur l’agglomération de Rouen. Les Erdene devront faire le 115 pour espérer avoir un abri, mais cette solution est au jour le jour avec aucun moyen d’être hébergé pendant la journée. Pourtant, ce sont les vacances scolaires, pas de cantine, pas d’école, avec 4 enfants dont le plus jeune n’a que 4 ans et un bébé (la tante ayant accouché depuis d’une petite fille).
Cette situation est celle des Erdene à Maromme. C’est aussi celle plusieurs autres familles sur toute l’agglomération de Rouen. Des enfants (nos élèves) se retrouvent à la rue avec des parents dont la seule faute consiste à être maintenus en situation irrégulière par la Préfecture qui s’assoit sur le droit à un logement convenable. Le Comité des droits de l’enfant de l’ONU a mis l’accent sur le caractère universel du droit à un logement convenable, en insistant sur le fait que ce droit s’applique à tous les enfants sans distinction ni restriction d’aucune sorte (voir Convention relative aux droits de l’enfant, articles 16-1 et 27) et interdit qu’un enfant mineur soit sans toit. La Préfecture, elle, ne fait rien pour trouver des solutions de logement aux familles qu’elle expulse. En effet, selon l’Etat, une personne déboutée du droit d’asile n’a rien à faire en France. Si elle reste malgré tout, la politique de la Préfecture de Rouen consiste à l’empêcher de mener une vie décente et à l’inciter à partir.
Notre société ne fait pas de quartier.
Une société qui accepte qu’un garçon de 4 ans se retrouve, du jour au lendemain, sans la sécurité de ce qu’il croyait être sa maison. Une société où une élève de 3ème s’apprête à passer le Brevet des Collèges en passant chaque soir d’un foyer à un autre, d’une mise à l’abri à une autre. Une société qui met les familles dehors en leur accordant généreusement 4nuits d’hôtel pour toute situation d’avenir. Une société, où malgré tout, la solidarité existe encore, où l’entraide fait chaud au cœur, où l’on essaie malgré tout de croire qu’un monde plus solidaire est possible.
La CGT Educ’action, là où elle est présente, est prête à participer aux Comités de Soutien qui se forment. Elle est prête à leur apporter son aide et ses conseils avec le RESF et le DAL de l’agglomération de Rouen. La CGT Educ’action milite pour la régularisation des parents d’élèves et des lycéens majeurs sans papiers.
Avec le comité de soutien, la CGT Educ’action revendique :
Un logement stable pour la famille Erdenne.
Un titre de séjour vie privée et familiale pour les parents.


Agenda

<<

2019

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.

Mac Do Neufchâtel en Bray veut licencier une militante syndicale CGT !

vendredi 6 juillet 2018

Suite à un entretien disciplinaire une syndiquée CGT depuis un mois au McDonald’s de Neufchatel en Bray a été mise à pieds à titre conservatoire avant que ne soit décidé un licenciement. Les vrais motifs de cette mise à pied : la distribution de tracts dans les restaurants de cette franchise (Dieppe, Yvetot et Neufchâtel en bray) mentionnant les acquis obtenus au restaurant d’Elbeuf (13e mois, prime trimestrielles, congés enfants malades, arbre de Noël ...), et la crainte que les salariés reprennent eux aussi ces revendications !
Rassemblement Dimanche 8 juillet 18h45 devant le Mac Donald de Neufchâtel en Bray.

Grève à l’hôpital psychiatrique Janet au Havre !

mercredi 20 juin 2018

A l’image des salariés de l’hôpital psychiatrique du Rouvray, les personnels grévistes de l’hôpital psychiatrique Janet du Havre ne lâchent pas le morceau. Ils exigent la venue de Mme Gardel, directrice de l’Agence régionale de santé, l’ouverture d’une nouvelle unité pour que les patients ne soient plus dans des lits supplémentaires avec la création de 50 postes pluridisciplinaires pour la faire fonctionner, la stagiarisation de tous les contractuels-les, l’arrêt de la polyvalence, l’embauche de médecins psychiatres titulaires. Rendez vous jeudi 21 à 8h45 à l’hôpital Flaubert pour une haie de déshonneur pour les administrateurs de l’hôpital, et le samedi 23 à 17h45 sur le parvis du printemps.
Soutenez les revendications en écrivant à Mme Gardel

RESF : une bonne nouvelle qui se concrétise enfin !

mardi 12 juin 2018

Mme Erdene, dont les enfants sont scolarisés au lycée de Déville-lès-Rouen et dans des écoles de Maromme, a reçu enfin son titre de séjour ; celui de son mari attend à la Préfecture, sauf imprévu.
Les bonnes nouvelles sur ce front sont si rares qu’il fallait en parler d’autant plus que pour d’autres familles, l’étau se resserre.
Mme Balogun - originaire du Nigéria et qui a une enfant scolarisée au collège de Maromme - s’est vu confirmer son OQTF par le Tribunal Administratif et France Terre d’Asile cherche à récupérer leur logement CADA en essayant de les en expulser.
La CGT Educ’action revendique la régularisation des lycéens majeurs et des parents d’élèves sans papiers.