QUEL PROGRAMME MACRON POUR L’ÉDUCATION ?

mercredi 17 mai 2017
par  Luc De Chivré
popularité : 13%

Depuis plus de 15 ans, ne soyons pas naïf.ves, quelles que soit les majorités, ce sont toujours les mêmes marottes : autonomie des établissements, mutualisation des services et des moyens, développement de l’apprentissage.
Macron reste dans la droite ligne de ses prédécesseurs et va encore accentuer ces attaques !

Macron veut plus d’autonomie des établissements et enfoncer le clou : celle-ci ne saura déboucher que sur une mise en concurrence accrue entre les établissements, les personnels et sur une aggravation des inégalités entre les élèves. Cela ne fera que renforcer les pouvoirs des chef.fes d’établissement, dont le recrutement, la formation et le comportement, dans beaucoup de cas, posent déjà problème.

Mettre le paquet sur le primaire et concentrer les efforts sur l’éducation prioritaire mais les annonces sont vagues voire démagogiques. 12 000 postes supplémentaires devraient être pourvus à la rentrée (les 6000 à 10 000 réaffectés sous le quinquennat Hollande, + 4000 à 5000 créations). Nous ne pouvons qu’être dubitatifs devant de telles annonces : d’une part, les gouvernements successifs sous Hollande n’ont pas créé les 60 000 postes initialement prévus et d’autre part, cette annonce de création sera loin de régler la question des conditions de travail dans les écoles, collèges, lycées, GRETA et dans les services (Rectorats/DSDEN). Cela ne fera pas diminuer les effectifs par classe partout sur le territoire que la CGT Éduc’action revendique par la création massive de postes dans l’Éducation nationale.

Assouplir la réforme des rythmes scolaires, laisserait les municipalités libres de revenir à la semaine de 4 jours et libérer ainsi le mercredi dès la rentrée. Pour la CGT Educ’action qui a toujours exigé l’abrogation de cette réforme, tout comme celle qui a réduit le nombre d’heures d’enseignement pour les élèves, cela doit se faire dans un cadre national pour ne pas accentuer la municipalisation de l’école. Elle revendique une déconnexion du temps de service des enseignants à 18h de celui d’enseignement des élèves.

Un effort massif pour l’apprentissage « afin de lutter contre le chômage endémique qui frappe les moins de 25 ans ». Au contraire, la CGT Éduc’action continue d’exiger l’arrêt de cette promotion de l’apprentissage uniquement pour répondre aux besoins du patronat. Elle continue de penser qu’une formation professionnelle initiale de qualité doit d’abord se faire sous statut scolaire. Non pas par sectarisme idéologique mais bien parce que cette formation est plus efficace, plus démocratique et porte l’idée de l’émancipation en particulier pour les jeunes issu.es des milieux les plus défavorisés. Cela passe par une remise à plat totale de la réforme du bac pro 3 ans et des moyens financiers et humains supplémentaires, notamment à travers les DGH.
Il ne doit pas y avoir de trêve sociale pour Macron.

Si chaque agent a conscience que ce sont son dévouement et son sens du service public qui font encore tenir la machine au quotidien, il y a bien également un sentiment d’écœure­ment, de colère ou de fatalisme qui s’exprime régulièrement.
La CGT Educ’Action Rouen doit dès maintenant mobiliser les personnels de l’Éducation Nationale pour porter leurs revendications et exiger un véritable service public d’Éducation Nationale, Laïc et Gratuit de 3 à 18 ans.
La CGT Educ‘Action Rouen sera auprès des travailleur.euses du public comme du privé pour lutter contre la destruction du Code du travail et la remise en cause de notre système de protection sociale, dont le système de retraite par répartition.


Agenda

<<

2017

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Brèves

Matériel syndical récent

samedi 1er février 2020

Téléchargez
Le dernier panneau syndical du 20 juin 2017
Le dernier tract collège en date du 19 juin
Le tract CP/CE1 pour le 76
La pétition contre les fermetures de classe dans le secteur dieppois et la pétition du collectif AVS/EVS 76 AESH: Pour un véritable emploi stat...
L’infoluttes n° 17de l’Union départementale 76