Macron président : Loi Travail, Ordonnances, poursuite de l’Etat d’urgence… DEFENDONS NOS DROITS SOCIAUX ET NOS LIBERTES ! RESISTANCE !

appel du congrès de l’Union Nationale de la CGT éduc’action
samedi 3 juin 2017
par  Luc De Chivré
popularité : 3%

La CGT Educ’action a tenu son congrès du 29 mai au 2 juin 2017. Ce congrès s’est tenu quelques semaines après l’élection présidentielle et quelques jours avant les élections législatives. Emmanuel Macron, après une campagne soutenue par les plus grands médias, a été élu Président de la République.
Il n’est pas inutile de rappeler qu’avec 24% des voix au 1er tour, soit 18% des inscrits, un taux record d’abstention et de bulletins blancs ou nuls au second tour, et un vote massif contre l’extrême-droite, cette élection n’est pas un plébiscite à un programme.
La nomination rue de Grenelle de Jean-Michel Blanquer, proche d’Alain Juppé, de l’Institut Montaigne et des directions de l’enseignement catholique, qui dirigeait ces dernières années l’ESSEC, l’une des plus prestigieuses écoles de commerce, annonce clairement la volonté d’appliquer à l’Education nationale les recettes libérales : « autonomie » des établissements scolaires pour les programmes, les horaires et l’embauche, leur mise en concurrence à tous les niveaux, annualisation du temps de travail des enseignants.es et menaces pour nos statuts, techniques de gestion inspirées du management entrepreneurial, des menaces sur la voie professionnelle… Elle annonce aussi une offensive idéologique plébiscitant les neurosciences au service des officines pédagogiques ultra réactionnaires comme « agir pour l’école » avec pour symbole Céline Alvarez.
La nomination comme Premier Ministre d’un fondateur de l’UMP, ancien directeur de la communication d’Areva, de même que la nomination à Bercy d’un cacique de la droite, Bruno Le Maire, et le directeur de campagne de Sarkozy à la primaire de la droite, Gérald Darmanin, comme des représentant-e-s de la soi-disant « gauche » sociale libérale, ne laissent plus aucun doute sur l’orientation du gouvernement. La pseudo modernité affichée aboutit au pouvoir renforcé du monarque affichant son intention d’utiliser le parlement comme chambre d’enregistrement pour gouverner par ordonnances dès cet été afin de poursuivre la casse du Code du Travail et de la protection sociale. La nomination au ministère du Travail d’une technocrate proche du MEDEF en dit long sur les objectifs programmés.
Poursuivre une politique de casse de conquis des travailleurs et des travailleuses, conquis obtenus notamment au moment du CNR par la grève en 1936 et 1968 détruira encore plus les conditions de travail de toutes et tous et ne pourra qu’aggraver le bilan du quinquennat Hollande-Valls-Macron qui a vu le développement du chômage, de la précarité, l’explosion des inégalités sociales, et favoriser la montée de l’extrême droite. Notre refus de la loi « Travail » est toujours aussi déterminé. Macron et son équipe veulent aller encore plus loin pour assurer la flexibilité totale des salarié.es en réduisant leurs droits au maximum.
A cela s’ajoute la poursuite de l’Etat d’urgence et des politiques migratoires à l’encontre des réfugié.es.
Poursuivre encore la politique d’augmentation des dépenses militaires, en particulier par le non-respect du TNP (Traité de Non-Prolifération des armes nucléaires) met en jeu la responsabilité de la France dans le développement des conflits mondiaux. Elle prive notre pays de finances pour ses besoins fondamentaux et pour la coopération internationale.
Contre les conséquences de ces politiques libérales et d’austérité, des travailleurs d’entreprise comme GMS, Tati, Ford, sont en grèves et en luttes, des syndicats appellent à des journées de grève.
Les semaines qui viennent vont être décisives et notre mobilisation la plus unitaire devra être au rendez-vous et à la hauteur de l’enjeu.
La CGT Educ’action s’engage à travailler à construire un rapport de force national et nous prendrons des initiatives en ce sens.
Macron a son calendrier de contre réformes, dès maintenant préparons la résistance et imposons notre calendrier ! Rien n’est inéluctable. La CGT Educ’action a adressé un appel à la confédération pour une date de grève nationale interprofessionnelle fin juin, point de départ d’un calendrier de luttes.



Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.

Mac Do Neufchâtel en Bray veut licencier une militante syndicale CGT !

vendredi 6 juillet 2018

Suite à un entretien disciplinaire une syndiquée CGT depuis un mois au McDonald’s de Neufchatel en Bray a été mise à pieds à titre conservatoire avant que ne soit décidé un licenciement. Les vrais motifs de cette mise à pied : la distribution de tracts dans les restaurants de cette franchise (Dieppe, Yvetot et Neufchâtel en bray) mentionnant les acquis obtenus au restaurant d’Elbeuf (13e mois, prime trimestrielles, congés enfants malades, arbre de Noël ...), et la crainte que les salariés reprennent eux aussi ces revendications !
Rassemblement Dimanche 8 juillet 18h45 devant le Mac Donald de Neufchâtel en Bray.

Grève à l’hôpital psychiatrique Janet au Havre !

mercredi 20 juin 2018

A l’image des salariés de l’hôpital psychiatrique du Rouvray, les personnels grévistes de l’hôpital psychiatrique Janet du Havre ne lâchent pas le morceau. Ils exigent la venue de Mme Gardel, directrice de l’Agence régionale de santé, l’ouverture d’une nouvelle unité pour que les patients ne soient plus dans des lits supplémentaires avec la création de 50 postes pluridisciplinaires pour la faire fonctionner, la stagiarisation de tous les contractuels-les, l’arrêt de la polyvalence, l’embauche de médecins psychiatres titulaires. Rendez vous jeudi 21 à 8h45 à l’hôpital Flaubert pour une haie de déshonneur pour les administrateurs de l’hôpital, et le samedi 23 à 17h45 sur le parvis du printemps.
Soutenez les revendications en écrivant à Mme Gardel