ACTUALITE DES ECOLES EN LUTTE : mobilisations à Dieppe, Fécamp, Envermeu, grève très suivie à Dieppe/Sonia Delaunay...

jeudi 6 juillet 2017
popularité : 3%

Des mobilisations se construisent dans de nombreuses écoles de l’académie.

Ecole Michelet/Dieppe : les parents font entendre leur mécontentement contre l’injustice que représente la sortie de l’école du dispositif éducation prioritaire. Pourtant, les caractéristiques sociologiques de l’école justifieraient pleinement que l’école soit dotée correctement en termes d’emplois et de taille des classes.

Ecole maternelle Germaine Coty, Fécamp  : mobilisation importante des parents qui occupent le bureau de la direction et ont manifesté mercredi 28 juin contre la suppression d’une classe.

Ecole d’Envermeu  : les parents ont décidé, en mesure de protestation contre une fermeture de classe, de continuer à bloquer l’école mardi 27 et mercredi 28 juin et de ne pas y envoyer les enfants jeudi. Ils ont aussi recueilli plus de 200 signatures en soutien.

Ourville-en-Caux : les parents bloquaient l’école le 19 juin pour protester contre la fermeture d’une classe.

Grève suivie par 100% des enseignants à l’école Sonia Delaunay/Dieppe : les personnels se sont fortement mobilisés mardi 20 juin et ont adressé au ministère une lettre ouverte pour dénoncer la sortie de l’école du réseau d’éducation prioritaire et la suppression à la rentrée prochaine du dispositif Plus de Maîtres que de Classes.
http://www.paris-normandie.fr/region/a-dieppe-les-enseignants-de-l-ecole-delaunay-en-greve-EJ10087571

Le Havre : les école Molière et Renaissance étaient respectivement en grève à 60% et 75% sur la question du dédoublement des CP en REP+ et surtout des conséquences de l’application de cette mesure par rapport aux effectifs dans les autres secteurs. L’AG qui s’est tenue le soir à l’initiative de la CGT a été constructive et prometteuse pour les luttes à venir.

Grand-Couronne, école maternelle Brossolette : rassemblement dans la bonne ambiance le 21 juin de parents, enfants, élus, représentants FCPE et CGT éduc’action pour revendiquer l’ouverture d’une classe et dire non aux classes surchargées.
http://www.paris-normandie.fr/actualites/societe/education/a-grand-couronne-les-parents-d-eleves-de-l-ecole-brossolette-en-colere-PI10096393

Ourville-en-Caux : blocage de l’école lundi 19 juin par les parents d’élèves pour contester la fermeture d’une classe et des effectifs trop élevés (32 élèves en petite te moyenne section, notamment).
http://www.paris-normandie.fr/region/les-parents-d-eleves-ont-bloque-l-ecole-d-ourville-en-caux-PJ10088520

Anquetierville ! les parents appelaient mardi 13 juin à une opération école morte pour lutter contre la disparition de la seule classe, et donc de l’école, de cette commune. Ils continuent à interpeler la DASEN, les élus et font signer des pétitions.

Ecole maternelle Auguste Rodin, à Yvetot : les parents sont vent debout contre une fermeture de classe en maternelle, ce qui aurait comme conséquence de déplacer une douzaine d’enfants vers une autre école. Les élus de la ville semblent peu apprécier la juste colère des parents, tant pis pour eux.

St Philibert-sur-Risle :, les parents font bloc pour réclamer l’ouverture d’une 5ème classe, soutenus par le maire du village.

Sur le secteur de Dieppe, un collectif de parents et d’enseignants des écoles qui ont subi une fermeture s’est monté, soutenu par la CGT Educ’action, le SNUipp et SUD Education depuis le 19 mai. Plusieurs actions ont été menées dont des occupations d’écoles, blocages, opérations classe vide et/ou chaises vides. Les écoles mobilisées sont :

  • École Maternelle Blainville à Dieppe : Fermeture d’une classe alors qu’il y aura 78 élèves à la rentrée dont 32 PS
  • Ecole maternelle Valentin Feldmann à Dieppe : Fermeture d’une classe dans une école REP qui accueille un dispositif moins de 3 ans. 40 élèves sont d’ores et déjà inscrit en PS (31 cette année)
  • Ecole maternelle à Tourville sur Arques : fermeture d’une classe maternelle ce qui portera la moyenne à 36 élèves dans l’unique classe restante
  • Ecole maternelle de Tôtes : Fermeture d’une classe de maternelle ce qui porte la moyenne à 31 élèves par classe
  • RPI Ouville la rivière/Ambrumesnil : fermeture de l’école d’Ambrumesnil ce qui entrainera une classe avec triple niveau en maternelle et à 5 niveaux du CP au CM2 avec des effectifs chargés
  • Le Catelier/Ste Foy : Fermeture de l’école de Le Catelier, les élèves sont accueillis à Ste Foy mais avec des effectifs chargés
  • RPI St Aubin sur Scie/Sauqueville : fermeture de l’école de Sauqueville, l’accueil des CP se fera à St Aubin sur Scie avec des effectifs en maternelle à plus de 30 élèves
  • Ecole élementaire Eloi Pruvot à Offranville : Demande d’ouverture de classe pour tenir compte de la hausse des effectifs prévus à la rentrée
  • Ecole primaire Georges Brassens à St Martin en Campagne : Fusion des écoles maternelle et élémentaire et fermeture de classe en maternelle qui entraine des effectifs à 32 par classe sur double niveaux en maternelle.
  • Ecole Sonia Delaunay à Dieppe : Suppression du dispositif « Plus de Maitres que de Classes » dans une école qui relève de REP+ mais est sortie de l’éducation prioritaire en 2015. blocage mardi matin par une 50aine de parents.


Un rassemblement réussi a eu lieu le samedi 17 juin à Dieppe à l’initiative des parents, enseignants des écoles concernées par une mesure de carte scolaire. Ces initiatives sont relayées par CGT Educ’action, SNUipp et SUD Education.

La CGT Educ’action 76 apporte tout son soutien à ces mobilisations et appelle les personnels à se mobiliser par la grève, comme ce fut le cas à Dieppe (Sonia Delaunay) le mardi 20 juin.


Agenda

<<

2019

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.

Mac Do Neufchâtel en Bray veut licencier une militante syndicale CGT !

vendredi 6 juillet 2018

Suite à un entretien disciplinaire une syndiquée CGT depuis un mois au McDonald’s de Neufchatel en Bray a été mise à pieds à titre conservatoire avant que ne soit décidé un licenciement. Les vrais motifs de cette mise à pied : la distribution de tracts dans les restaurants de cette franchise (Dieppe, Yvetot et Neufchâtel en bray) mentionnant les acquis obtenus au restaurant d’Elbeuf (13e mois, prime trimestrielles, congés enfants malades, arbre de Noël ...), et la crainte que les salariés reprennent eux aussi ces revendications !
Rassemblement Dimanche 8 juillet 18h45 devant le Mac Donald de Neufchâtel en Bray.

Grève à l’hôpital psychiatrique Janet au Havre !

mercredi 20 juin 2018

A l’image des salariés de l’hôpital psychiatrique du Rouvray, les personnels grévistes de l’hôpital psychiatrique Janet du Havre ne lâchent pas le morceau. Ils exigent la venue de Mme Gardel, directrice de l’Agence régionale de santé, l’ouverture d’une nouvelle unité pour que les patients ne soient plus dans des lits supplémentaires avec la création de 50 postes pluridisciplinaires pour la faire fonctionner, la stagiarisation de tous les contractuels-les, l’arrêt de la polyvalence, l’embauche de médecins psychiatres titulaires. Rendez vous jeudi 21 à 8h45 à l’hôpital Flaubert pour une haie de déshonneur pour les administrateurs de l’hôpital, et le samedi 23 à 17h45 sur le parvis du printemps.
Soutenez les revendications en écrivant à Mme Gardel

RESF : une bonne nouvelle qui se concrétise enfin !

mardi 12 juin 2018

Mme Erdene, dont les enfants sont scolarisés au lycée de Déville-lès-Rouen et dans des écoles de Maromme, a reçu enfin son titre de séjour ; celui de son mari attend à la Préfecture, sauf imprévu.
Les bonnes nouvelles sur ce front sont si rares qu’il fallait en parler d’autant plus que pour d’autres familles, l’étau se resserre.
Mme Balogun - originaire du Nigéria et qui a une enfant scolarisée au collège de Maromme - s’est vu confirmer son OQTF par le Tribunal Administratif et France Terre d’Asile cherche à récupérer leur logement CADA en essayant de les en expulser.
La CGT Educ’action revendique la régularisation des lycéens majeurs et des parents d’élèves sans papiers.