RASSEMBLEMENT POUR LES ENFANTS EN DANGER DANS NOS RUES : compte rendu des événements intolérables qui se sont déroulés jeudi 29 juin

jeudi 29 juin 2017
popularité : 4%

Diverses associations qui se battent pour que les mineurs isolés soient pris en charge par l’ASE (Médecins du Monde, RESF Rouen et Eure, Ahseti du havre, cimade, collectif des sans papiers, ligue des droits de l’Homme, Réseau solidarité migrants, Welcome, les Amigrants, la FCPE, La pastorale des migrants, le collectif 76 des travailleurs sociaux) appelaient à un rassemblement au Palais de justice de Rouen jeudi 29 à 11h. Les militant-e-s de Médecins du monde ont apporté un zodiac qu’ils ont posé devant le palais de justice ; les mineurs se sont installés dedans avec un gilet blanc de Médecins du monde en brandissant des pancartes qu’ils avaient écrites. Derrière, deux banderoles réalisées par les jeunes : « le Conseil Départemental et l’État en accusation », « des jeunes en danger dans nos rues ». Les gens ont répondu à l’appel, assez nombreux, les médias étaient là. Les militants présents ont alerté le C.D. et l’A.S.E. (Aide sociale à l’enfance) qu’ils resteraient jusqu’à ce qu’une mise à l’abri de ces jeunes soit trouvée. Ce en quoi ils ne demandent que l’application de la loi. Le temps passe, pique nique, ambiance bon enfant. Réponse évasive du CD, on va vous rappeler, on va prévenir le président du département, etc. Début d’après-midi, les manifestants se rendent à l’A.S.E. Le bateau suit le mouvement.

16h : Au C.D. une délégation, MdM, LDH, RESF, RSM. rencontre le directeur de cabinet de la préfète, le directeur de cabinet du C.D., une responsable du CD, s’occupant de l’accueil des mineurs isolés par l’ASE et une chef de service du CD. Résultat : 0, pas une seule chambre d’hôtel n’est proposée. Le prétexte invoqué est qu’il n’y a pas de place mais tous les présents savent que c’est faux. On peut toujours trouver des places dans des hôtels. C’est clairement politique, comme cela a été dit durant l’entrevue : « ce n’est pas parce que vous ferez des coups de force que l’on va céder ». Durcissement du ton par rapport à la dernière action de novembre où l’action avait permis d’obtenir la mise à l’abri de 12 jeunes.

Retour à l’ASE où les jeunes attendaient ainsi qu’une quarantaine de personnes restées patiemment à attendre la délégation. Les cars de police étaient nombreux dans la rue et des policiers ont investi les locaux. Tous sont restés là un bon moment jusqu’à ce que la police fasse évacuer brutalement. Des personnes sont tombées et un des mineurs a été embarqué dans un fourgon sous le prétexte totalement mensonger qu’il avait bousculé un policier ; ce jeune a 15 ans. Pas question de partir. Il faut obtenir que le jeune soit relâché. De longues parlementations ont abouti enfin à sa libération. Puis, vers 20h tout le monde se rend à la mairie de Rouen où avait lieu une vente aux enchères de tableaux en faveur des réfugiés. Le maire et des adjoints sont saisis du problème et une solution d’hébergement à l’hôtel est trouvée pour … 4 nuits ! C’est un bref répit qui est laissé pour réfléchir à la suite du combat pour obtenir que le CD, l’ASE et la préfecture respectent les lois qui les obligent à prendre en charge les mineurs, les héberger, les accompagner pour la subsistance, les soins, la scolarisation, assurer un véritable accompagnement socio-éducatif. La mobilisation continue, tous les soutiens sont les bienvenus.

Ci-dessous, le texte qui appelait au rassemblement :

Rassemblement jeudi 29 juin à 11h, palais de justice, à l’appel de Médecins du Monde, Réseau Education Sans Frontières Eure et Rouen , ASHETI Le Havre , Réseau solidarité migrants, Welcome, Amigrants, Itinérance Dieppe, Ligue des Droits de l’Homme....

Après des mois d’errance, rescapés, ils ont débarqué ici ! En guise d’accueil, ces enfants sans famille sont rejetés, soupçonnés de mentir, abandonnés à la rue, comme ces onze jeunes à Rouen et onze autres au Havre. Pourtant, mineurs ils ont des droits : en premier celui de la protection de l’Etat qui a, depuis longtemps renvoyé cette responsabilité au département qui, à son tour invoque le manque de moyens pour s’en débarrasser.

ETAT et CONSEIL DEPARTEMENTAL EN ACCUSATION !
La loi du 14-03-2016 contraint les autorités publiques à une prise en charge des mineurs isolés dès leur arrivée par l’A.S.E. (Aide Sociale à l’Enfance). C’est pourtant un vrai parcours du combattant pour l’obtenir : – Les jeunes attendent des semaines voire des mois sans protection, sans hébergement, sans accès aux soins, sans scolarisation. – Puis reçus enfin par l’A.S.E, ils sont évalués avec des tests plus que subjectifs ou d’ignobles tests osseux refusant leur minorité. Exclu au faciès, sans tenir compte des extraits de naissance ou de sa parole, plus d’un jeune sur deux est déclaré majeur par l’ASE mais pas par l’Etat. Même pas droit à l’hébergement d’urgence ! A la rue !

– Si sa minorité est reconnue, le jeune est confié à l’ASE. Il se voit confisquer dès le premier jour ses papiers d’identité remis à la PAF (Police des airs et des frontières). Pour les plus jeunes, les plus chanceux c’est une place en foyer et à l’école. Pour les plus de 16 ans une mise à l’abri sommaire, sans accompagnement suffisant, parqués dans des hôtels. – 18 ans, le couperet tombe : MAJEUR ! Fin de la prise en charge par l’ASE, remise à la rue brutale !

UN ACCUEIL DIGNE, DANS LE RESPECT DE LA LOI

Nous ne pouvons accepter que les droits des enfants soient foulés au pied à notre porte. Quelle que soit l’origine d’un jeune, c’est sa situation de mineur qui ouvre droit à la prise en charge de l’ASE, étranger ou non. Aucune discrimination n’est tolérable.

Tous les enfants sans famille doivent bénéficier d’une prise en charge complète du département dans le respect de la loi (droit des personnes, code de l’action sociale et des familles, art. L 3121,1, 12è) et de l’arrêté du Conseil d’Etat du 30 Mars 2016.

UN TOIT, DES SOINS, UNE ECOLE, DES PAPIERS, UN ACCOMPAGNEMENT SOCIAL ET EDUCATIF. AIDEZ-NOUS A FAIRE RESPECTER CES DROITS FONDAMENTAUX !


Documents joints

PDF - 232.5 ko
PDF - 232.5 ko

Agenda

<<

2019

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.

Mac Do Neufchâtel en Bray veut licencier une militante syndicale CGT !

vendredi 6 juillet 2018

Suite à un entretien disciplinaire une syndiquée CGT depuis un mois au McDonald’s de Neufchatel en Bray a été mise à pieds à titre conservatoire avant que ne soit décidé un licenciement. Les vrais motifs de cette mise à pied : la distribution de tracts dans les restaurants de cette franchise (Dieppe, Yvetot et Neufchâtel en bray) mentionnant les acquis obtenus au restaurant d’Elbeuf (13e mois, prime trimestrielles, congés enfants malades, arbre de Noël ...), et la crainte que les salariés reprennent eux aussi ces revendications !
Rassemblement Dimanche 8 juillet 18h45 devant le Mac Donald de Neufchâtel en Bray.

Grève à l’hôpital psychiatrique Janet au Havre !

mercredi 20 juin 2018

A l’image des salariés de l’hôpital psychiatrique du Rouvray, les personnels grévistes de l’hôpital psychiatrique Janet du Havre ne lâchent pas le morceau. Ils exigent la venue de Mme Gardel, directrice de l’Agence régionale de santé, l’ouverture d’une nouvelle unité pour que les patients ne soient plus dans des lits supplémentaires avec la création de 50 postes pluridisciplinaires pour la faire fonctionner, la stagiarisation de tous les contractuels-les, l’arrêt de la polyvalence, l’embauche de médecins psychiatres titulaires. Rendez vous jeudi 21 à 8h45 à l’hôpital Flaubert pour une haie de déshonneur pour les administrateurs de l’hôpital, et le samedi 23 à 17h45 sur le parvis du printemps.
Soutenez les revendications en écrivant à Mme Gardel

RESF : une bonne nouvelle qui se concrétise enfin !

mardi 12 juin 2018

Mme Erdene, dont les enfants sont scolarisés au lycée de Déville-lès-Rouen et dans des écoles de Maromme, a reçu enfin son titre de séjour ; celui de son mari attend à la Préfecture, sauf imprévu.
Les bonnes nouvelles sur ce front sont si rares qu’il fallait en parler d’autant plus que pour d’autres familles, l’étau se resserre.
Mme Balogun - originaire du Nigéria et qui a une enfant scolarisée au collège de Maromme - s’est vu confirmer son OQTF par le Tribunal Administratif et France Terre d’Asile cherche à récupérer leur logement CADA en essayant de les en expulser.
La CGT Educ’action revendique la régularisation des lycéens majeurs et des parents d’élèves sans papiers.