EDUCATION NATIONALE, LES BREVES DU BATEAU IVRE

mercredi 11 octobre 2017
popularité : 3%

10 octobre – Dans un lycée privé du Nord, un management pas très catholique déchire les personnels
Situation assez terrible au lycée privé Saint-Michel, à Solesmes (Hauts-de-France). Mardi 10 octobre, une cinquantaine de personnels, soutenus par la CGT, FO et le SUNDEP-Solidaires manifestent devant la direction diocésaine de Cambrai où une délégation était reçue. Dénonçant « un mal-être au travail, la réduction du budget au niveau des options artistiques et sportives, un interventionnisme dans la pédagogie des professeurs et l’accumulation des arrêts de travail avec des conséquences sur les emplois du temps », ces personnels réclament la démission de la directrice. Mais en face, d’autres personnels, soutenus par la CFTC, sont venus défendre leur cheffe, clamant qu’ils sont « heureux à Saint-Michel » !? Comme on le voit, les personnels sont donc particulièrement divisés, conséquence du management pathogène pratiqué dans cet établissement. Hélas ! Les personnels et les situations de ce récit n’étant nullement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existant ou ayant existé dans des établissements scolaires publics ne saurait être fortuite...

4 octobre - Bonne nouvelle pour le gang des tableaux noirs
Après l’annonce de l’arrêt de la procédure disciplinaire engagée par le Rectorat de Toulouse à l’encontre des professeurs « décrocheurs de tableaux », nous apprenons que le procureur de la République d’Albi a classé l’affaire sans suite. Nous nous réjouissons de cette double décision. Néanmoins, les dangereux activistes restent vigilants et mobilisés car :

  • les dossiers de carrière des professeurs incriminés restent entachés par la référence à cette affaire, et ils demandent légitimement le retrait des pièces relatives à cette affaire de leurs dossiers administratifs.
  • la plainte de Mme la Principale, jetant le discrédit sur l’action et sur les enseignants, n’est pas acceptable ; nous demandons le retrait de ses accusations mensongères et des propos préjudiciables du Département.
  • nous ne savons toujours pas ce que l’administration a fait de ces tableaux noirs ; nous demandons que les professeurs souhaitant en disposer puissent en jouir dans le cadre de leur liberté pédagogique. Mais leur mobilisation et les nombreux soutiens qu’ils ont reçus a déjà payé ! Pour leur écrire et les soutenir : lanoirceurdutableau@gmail.com https://tableauxnoirsblog.wordpress.com/

2 octobre – lutte de clans à la tête de l’éducation nationale. Et alors ?
Le microcosme des têtes dirigeantes de l’éducation nationale s’agite fort en ce moment et règle ses comptes suite à la démission de Michel Lussault, ex-président du conseil supérieur des programmes (CSP). Le narcissique ministre Blanquer semble vouloir rallumer la querelle républicains/pédagogistes à des fins politiciennes. Mais cette guéguerre ne doit pas masquer le fait que ces messieurs-dames sont à peu près d’accord entre eux sur les restrictions budgétaires ou l’emprise croissante du management sous couvert d’autonomie des établissements. Le véritable enjeu, c’est la lutte des classes, pas leur lutte de clans.

19 septembre – première victoire pour le « gang des tableaux noirs »
Le Canard Enchainé s’en faisait l’écho dans son édition du 13 septembre. En juin dernier, plusieurs enseignants du collège Camus, à Gaillac (Tarn), se sont fait arrêter dans leur collège par une douzaine de gendarmes munis de gilets par balles, puis ont subi dépositions, photos de face, de profil, de trois quarts, empreintes digitales, et tout et tout. Leur crime : avoir mis en sécurité des tableaux noirs que le conseil départemental voulait retirer des salles de classe. Stupéfiant, grotesque, et pourtant authentique ! Mais grâce à leur mobilisation (pétitions, comité de soutien), ils ont obligé la rectrice à suspendre les poursuites disciplinaires à leur encontre. Tout n’est pas encore réglé, mais ils savourent cette première victoire face à une hiérarchie et à des forces de l’ordre qui se sont totalement ridiculisées dans cette histoire. A lire sur le blog des dangereux délinquants : https://tableauxnoirsblog.wordpress.com/

15 septembre - lycée de Lillebonne : une rentrée chaotique
Une délégation d’enseignants et de parents a été reçue ce vendredi au rectorat. En cause, une grosse désorganisation depuis la rentrée avec notamment des emplois du temps toujours très problématiques et inachevés ainsi qu’une communication avec la direction défaillante. Les collègues et les parents FCPE et PEEP ont exprimé leurs revendications de manière très directe et déterminée face aux représentants du rectorat qui ont reconnu les dysfonctionnements pointés. Des moyens humains vont être affectés pour aider la direction à finaliser les emplois du temps afin qu’ils soient mis en place pour le 25 septembre ! C’est pas trop tôt... Les collègues et les parents maintiennent la pression et menacent de bloquer le lycée si la situation ne s’arrange pas : ce serait alors « une grosse bombe » (sic), ont-ils menacé. C’est chaud bouillant au lycée Lillebonne, et ils ont bien raison !

12 septembre – intrusion d’un parent d’élève dangereux dans un collège de l’Eure
Vendredi 8 septembre, suite à un différend entre un enseignant et une élève, au collège Pierre et Marie Curie à Pont-Audemer, le père de cette dernière s’est introduit sans autorisation dans l’établissement et en salle des professeurs afin de « le défoncer » (sic). L’homme avait déjà été condamné pour des faits de violence sur un personnel de l’établissement dans des conditions similaires : intrusion non autorisée dans l’établissement et violence sur un personnel, devant élèves et adultes, ayant entraîné une ITT. Les enseignants se sont alors solidarisés avec leur collègue menacé et ont obligé le chef d’établissement à porter plainte malgré ses réticences. Le collègue a également déposé plainte à la gendarmerie et demandé la protection fonctionnelle au rectorat. Un élu CGT au conseil d’administration a ensuite consigné les faits dans le registre de danger grave et imminent.
La CGT apporte son soutien à l’enseignant menacé ainsi qu’à l’ensemble des personnels dont la sécurité n’est pas assurée et elle salue la réaction de solidarité des personnels.

6 septembre – Allais : les bleus qui se prennent pour des acteurs de séries américaines
L’exercice attentats qui a eu lieu le jour de la pré-rentrée des enseignants au collège Alphonse Allais, de Val de Rueil, fait les gros titres de la presse locale en ce jour. Il faut dire que les policiers municipaux (qui n’avaient d’ailleurs même pas mis au courant le maire de la ville !) ont visiblement trop regardé de séries télé : ils ont tellement bien interprété leur rôle qu’ils ont semé la panique parmi nos collègues du collège et provoqué un sacré émoi. Et le buzz. C’est malin, surtout que l’exercice, voulu par la cheffe d’établissement, visait à favoriser la cohésion de groupe. Un hommage involontaire de la principale et de la police à Alphonse Allais (1854-1905), l’écrivain qui a donné son nom à l’établissement, connu pour son humour teinté d’absurde ? De très mauvais goût, en tous les cas.
http://www.paris-normandie.fr/louviers/a-val-de-reuil-l-exercice-attentat-au-college-fait-polemique-AP10791067


Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Moins de fonctionnaires et un statut attaqué :

vendredi 26 mai

120 000 fonctionnaires en moins mais un service public renforcé. Comme depuis 10 ans, le but est donc de faire mieux avec moins, ce qui impliquera, dans les faits, une baisse des services rendus aux usagers et une détérioration des conditions de travail des personnels. Pour cela, la recette managériale habituelle : autonomie des chef-fes de services, individualisation des carrières et des salaires. Bref, la concurrence entre les personnels et la division

CEPIC, AVEC LA CGT, ILS et ELLES ONT GAGNÉ !

mardi 18 avril

Au bout de 2 semaines de grève totale et de blocage du site, les salariés de CEPIC ont arraché vendredi 14 avril un très bon accord :

  • une augmentation de salaire avec un talon de 30 €
  • une prime exceptionnelle équivalent à un mois de salaire
  • une prime de chiffre d’affaires mensuelle

De fait, ces mesures salariales amènent les salariés de CEPIC au niveau des minima conventionnels, que l’employeur refuse depuis des années. La grève menée par les militants CGT de CEPIC, épaulés par la présence permanente de l’UL Sotteville St Etienne a rassemblé du premier au dernier jour 90 % des salariés.
L’UD 76 et la fédération Chimie ont organisé la solidarité sur le piquet : des dizaines de syndicats cgt sont venus régulièrement soutenir. La victoire des CEPIC, après la victoire des Legrand est une victoire pour toute la CGT. C’est la victoire de l’unité et de la solidarité.

Lutte gagnante : victoire pour les travailleurs sans papiers du Marché de Rungis

mercredi 12 avril

Après trois semaines de grève et d’occupation de la Tour Semmaris, les pressions sur les entreprises pour l’établissement des CERFA, les parties (Préfecture, Min de Rungis, CGT) se sont mis d’accord sur les points suivants :

  • établissement par les services préfectoraux de récépissés avec autorisation de travail pour l’ensemble des grévistes ;
  • dépôt des dossiers des 128 travailleurs sans papiers en préfecture du Val-de-Marne.

En conséquence, l’occupation de la Tour Semmaris a pris fin dimanche 9 avril 2017.

Cette victoire est incontestablement à mettre au crédit de la lutte, de la détermination des travailleurs sans papiers, des militants de la CGT et des nombreux et divers soutiens qui auront pu s’exprimer.

On bosse ici, on vit ici, on reste ici !

Montreuil, le 10 avril 2017

Les salariés de l’usine Legrand ont gagné !

mardi 28 mars

Cet après-midi, après 9 jours de grève et de blocage , la direction de l’usine Legrand de Malaunay a cédé devant la délégation CGT et FO, et face à la détermination des salariés qui ont gagné 41,61 euros d’augmentation par mois.
La solidarité a joué un rôle déterminant. Le patron, énervé par la détermination des grévistes qui tenaient bon a lâché : « oui je le sais, vous avez une cagnotte », en faisant référence au soutien financier des autres syndicats CGT et d’autres salariés présents le jeudi 23 Mars devant l’usine. La CGT éduc’action de l’académie de Rouen était porteuse ce jour là d’un message de soutien. BRAVO aux LEGRAND !

Déclarations CGT éduc’action de mars 2017

samedi 25 mars

Lutte gagnante chez SIDEL, près du Havre :

mardi 21 mars

Après des propositions au rabais suite aux négociations salariales annuelles, les salariés de Sidel (métallurgie) ont décidé de se mobiliser pour les salaires alors que les résultats de l’entreprise sont au beau fixe. Après 2 jours de débrayages, la direction a été obligée de revoir sa copie à la hausse. Ainsi, l’augmentation générale pour les non cadres est passée de 0,4% à 1%, Pour les cadres, c’est 1,6% d’augmentation individuelle. La prime de transport est améliorée de 3%, et la prime de vacances de 1000 euros est reconduite. 5000 euros de primes vont être versés aux salariés ainsi qu’un bonus. Le mercredi 8 mars l’assemblée générale a accepté le contenu des négociations et a repris le travail .

Mutations 2° degré : le rectorat ne veut pas communiquer les postes vacants !

samedi 18 mars

Les collègues qui participent au mouvement intra du second degré l’ont déjà remarqué : le rectorat ne communiquera pas les postes vacants, hors postes spécifiques. La raison invoquée d’un problème de calendrier ne tient pas la route. En effet, le CTA qui entérine les suppressions de postes a lieu le 24 Mars, et à la demande légitime des organisations syndicales, il est important que la période de saisie des voeux ne se fasse pas pendant les vacances. Mais cette excuse soulève pas mal de questions : pourquoi refuser de diffuser les postes vacants au moins pour quelques jours, après le 24 Mars ? Pourquoi ne pas avoir fixé les CTA et les groupes de travail préparatoires plus tôt ? Pourquoi ne pas laisser le serveur SIAM ouvert jusqu’au 7 avril ? Cette décision ressemble plus à un refus de communiquer les postes vacants, qu’à un simple problème de calendrier !

Non, tout ne va pas bien dans l’éducation !

jeudi 9 mars

Contrairement à ce que le gouvernement déclare la rentrée 2016 n’est pas bonne, et celle qui se prépare va être encore pire. Les effectifs de classe vont encore augmenter. En Seine-Maritime, en collège, 40 classes vont fermer pour 31 ouvertures. Et les ouvertures ne se font que quand les classes sont déjà pleines à craquer ! Les collèges sortant de l’éducation prioritaire figurent dans le top 5. La fermeture du collège Guy Môquet au Havre est en cours. Dans les lycées les effectifs de classe dépassent de plus en plus fréquemment la barrière déjà inadmissible de 35 élèves par classe. Dans le 1° degré, en Seine-Maritime, 97 classes vont fermer pour seulement 37 ouvertures. Et dans l’Eure, avec des fermetures plus nombreuses que les ouvertures il y aura 6 classes de moins.