L’école ne fait peut être pas son travail, mais le patronat le fait bien, sur le dos des élèves, leurs futurs salariés !

samedi 23 septembre 2017
par  Luc De Chivré
popularité : 3%

L’école telle quelle a été « réformée » n’est pas idéale vu qu’elle ne permet plus au plus grand nombre de sortir des inégalités sociales dans lesquelles les personnes sont engluées dues à leur zone géographique, leur place dans la société ou leur profession, mais au moins elle a l’avantage de former des citoyens qui pensent.

Or, le patronat ne veut que des personnes corvéables à merci et qui ne pensent pas mais font ce que l’on leur dit. Jusqu’à présent, c’était fortement sous entendu maintenant le MEDEF le dit clairement.
L’école ne fait pas son travail : c’est à dire ne rend pas ces élèves employables ( corvéables).

De plus, l’attaque contre les lycées professionnels est à peine cachée quand nous cliquons sur le lien pour arriver sur le site eduquerformer.fr. L’apologie de l’apprentissage est superbement bien faite mais le démantèlement de la voie professionnelle est clairement réalisée aussi. Les lycées professionnels n’ont que 25% de leurs élèves qui trouvent un travail à la sortie et en plus ils échouent dans leurs études supérieurs, alors que par l’alternance les chiffres s’inversent. Sauf que l’alternance choisit son public dans le supérieur et souvent se sert dans le vivier des bacheliers professionnels sortant de lycée professionnel. Le MEDEF au lieu de faire comme notre ministère l’éloge de la mixité des parcours et des publics (même si elle n’est pas bonne en soi) dit clairement que seul l’apprentissage peut former correctement pour aller sur le marché de l’emploi et réussir sa vie.

Notre ministre a demandé à ce que ce tweet soit retiré : chose faite mais le mal est fait. Ce n’est pas le mini tweet avec la consternation de notre ministre qui peut arranger les choses. Encore heureux qu’il soit consterné mais s’il avait vraiment été opposé à cette idée il aurait été plus véhément, or il soutient cette idée du tout apprentissage et a juste fait le minimum pour voir si les professeurs réagissent. Comme dit un proverbe le ver est dans le fruit, le soldat Gattaz a lancé la première grenade, le caporal Blanquer a répliqué mais petitement pour ne pas trop blesser, et le général Macron attend de voir les dégâts faits et les forces en présence avant de porter le coup fatal à la voie professionnelle.

Les réformes faites jusqu’à présent ont déstabilisé l’école et l’ont libéralisé. Maintenant, le MEDEF veut aller au bout des choses et le gouvernement aussi veut que l’école ne soit plus un bien commun, en commençant par la voie professionnelle. Ils veulent que l’éducation soit privatisée et que les entreprises entrent de plus en plus dans l’école quelque soit le niveau. Ils veulent que les apprentissages des élèves ne servent que l’intérêt des entreprises et l’intérêt des élèves et donc des salariés. Savoir lire écrire compter, oui, mais pour une entreprise pas pour la vie de tous les jours, pour vendre un objet mais pas pour lire sa fiche de paye etc...

Merci Monsieur Gattaz pour ces éclaircissements.

NON MERCI Monsieur Blanquer pour votre consternation à peine esquissée.


Agenda

<<

2020

 

<<

Mars

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2425262728291
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Ecoles Delaunay en action le 22 janvier 2020 pour revenir en REP+

jeudi 23 janvier

Lors de l’animation pédagogique du mercredi 22 janvier 2020 sur « les élèves à besoins particuliers », les enseignants ont rappelé leur exigence de classer les écoles maternelle Delaunay-Laurencin et élémentaire Sonia Delaunay de Dieppe (Val Druel) en REP+. En effet, elles sont sorties de l’Éducation Prioritaire en 2014 et ont été exclues des dispositifs REP et REP+ alors qu’elles répondent à tous les critères pour être classées en REP+. Son rang (64ème) au niveau académique la situe au même niveau que les écoles de REP+ du Havre ou de Rouen Nord.

Tous les enseignant·e·s des deux écoles sont venu·e·s avec un tee-shirt rappelant leur exigence et ont pris la parole en début d’animation. À l’issue de l’animation, l’urne était disponible pour pouvoir faire voter au référendum d’initiative populaire.

La CGT Éduc’action 76 soutient les collègues dans leurs actions.

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre 2019

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre 2019

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre 2019

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.

Mac Do Neufchâtel en Bray veut licencier une militante syndicale CGT !

vendredi 6 juillet 2018

Suite à un entretien disciplinaire une syndiquée CGT depuis un mois au McDonald’s de Neufchatel en Bray a été mise à pieds à titre conservatoire avant que ne soit décidé un licenciement. Les vrais motifs de cette mise à pied : la distribution de tracts dans les restaurants de cette franchise (Dieppe, Yvetot et Neufchâtel en bray) mentionnant les acquis obtenus au restaurant d’Elbeuf (13e mois, prime trimestrielles, congés enfants malades, arbre de Noël ...), et la crainte que les salariés reprennent eux aussi ces revendications !
Rassemblement Dimanche 8 juillet 18h45 devant le Mac Donald de Neufchâtel en Bray.