ACTUALITÉ DES LUTTES : grèves lycéennes en Guyane, mobilisations pour les contrats aidés au collège Claude Bernard et en Seine-St-Denis...

mercredi 11 octobre 2017
popularité : 27%

11 octobre – Des lycéens de Guyane en lutte pour des conditions d’enseignement dignes
Depuis la rentrée, des élèves de plusieurs lycée de Guyane s’organisent pour protester contre des conditions d’accueil inacceptables : rentrée désorganisée et retardée au lycée Felix Eboué de Cayenne, taille des classes excessive, problèmes de sécurité, moyens informatiques indignes, horaires réglementaires non respectés… Le mouvement semble s’étend ces derniers jours à d’autres lycées, avec une marche vers le rectorat le 10 octobre (lieu où a officié l’actuel ministre), des blocages d’établissements et des grèves. L’éducation civique, c’est encore mieux quand on la met en pratique.

4 octobre - lettre ouverte intersyndicale au préfet de Seine-Saint-Denis contre les suppressions de contrats aidés
Une large intersyndicale interpelle le préfet du 93 dans une lettre ouverte pour dénoncer les dégâts provoqués par les suppressions de contrats aidés dans le département. Les syndicats signataires (dont la CGT évidemment) et la FCPE appellent à un rassemblement le 10 octobre devant la préfecture et demandent à être reçus.
http://93.cgteduccreteil.org/Lettre-ouverte-au-Prefet-de-Seine%E2%80%90Saint%E2%80%90Denis-Le

27 septembre - La télé, ça ne rend pas forcément c…… , ça peut même provoquer des grèves !
Une cinquantaine de salariés d’un entrepôt de Lidl, dans les Bouches du Rhône, se sont mis en grève au lendemain de la diffusion de l’émission Cash investigation sur les pratiques managériales chez Lidl (et Free). Il faut dire que les méthodes du géant de la distribution à très bas prix (et à très bas salaires) sont dévoilées de manière très crue par l’équipe d’Elise Lucet. A la CGT, on aime bien quand la télévision publique fait vraiment son boulot : informer pour révolter. Ou « instruire pour révolter », comme le clamait Fernand Pelloutier, l’un des fondateurs de la CGT !

25 septembre – la grève au collège Claude Bernard permet d’arracher un demi-poste d’AED
Dans un courrier daté du 22 septembre, le DRH du rectorat annonce l’attribution d’un demi-poste d’Assistant d’éducation pour le collège Claude Bernard (Le Grand Quevilly). Cette avancée est le fruit de plusieurs journées de grève des personnels (une caisse de grève a permis de récolter 1000 euros) et du soutien très actif des parents. Mais cela ne compense pas les suppressions des 3 contrats aidés, sachant que le rectorat envisage en plus le recrutement de services civiques en lieu et place d’emplois salariés. La mobilisation continue donc, avec d’autres actions et un pique-nique revendicatif dès mercredi 27/09 à 12h30 devant le collège.

24 septembre – les routiers entrent en action !
Les blocages de dépôt de carburant, notamment sur l’agglomération rouennaise, commencent la nuit prochaine à l’initiative des routiers et des fédérations CGT et FO. Que ces blocages et ces grèves fassent des petits et incitent des milliers de salariés à faire de même, nous, on n’attend que ça !

20 septembre – grève gagnante dans un collège francilien contre le management autoritaire
La grève de plusieurs jours menée depuis la rentrée par les enseignants du collège du Haut-Mesnil, à Montrouge (Hauts-de Seine), a pris fin sur une victoire : la chef d’établissement, qui cristallisait les motifs de souffrance au travail et de colère, a été mutée dans un autre établissement comme adjointe. Le climat de travail y était devenu « invivable » et les enseignants, qui subissaient « beaucoup de violences verbales », vont pouvoir reprendre le travail dans un climat plus serein.

18 septembre - les enseignants et les parents du collège Claude Bernard font monter la pression
Vendredi 15 septembre, le collège Claude Bernard semblait bien vide grâce à l’opération « collège mort » organisée par les parents et à la grève d’une partie des enseignants. Ce lundi, ils remettent ça en vue de l’audience qui a lieu à 17H30 à la DSDEN. Ils appellent en même temps à un rassemblement devant le lieu de l’entrevue. Si rien n’est fait par rapport aux contrats aidés, les personnels se préparent à une grève totale pour le 19. Bien déterminés à ne rien lâcher !

14 septembre – si, si, la mobilisation du 12 était réussie
N’en déplaise à une partie de la presse (« la CGT piétine », pour Le Figaro), la journée du 12 a bien été réussie. Il y a eu autant de manifestants que lors de la première journée contre la loi El Khomri, le 9 mars 2016, mais à deux différences près : Macron a reçu l’onction du suffrage universel pour appliquer son programme, ce qui peut (provisoirement) mettre mal à l’aise une partie des travailleurs (il n’y a pourtant vraiment pas de quoi, vu la politique de classe qu’il entend mener !) ; d’autre part, la CGT est la seule grande confédération à avoir organisé cette journée. La colère est là, les militants sont nombreux sur le pied de guerre, alors maintenant, on fonce !

14 septembre – les routiers sont sympas
Les fédérations syndicales des transports annoncent des mobilisations contre les ordonnances XXL : le 18 septembre pour la CFDT et la CFTC, le 25 pour la CGT et FO avec des « actions fortes » : barrages, blocages de dépôts de carburant… Si tout cela peut contribuer à amplifier grèves et blocages, en entraînant d’autres secteurs dans les luttes, alors les routiers seront vraiment très sympas !

12 septembre - « la CGT réussit sa mobilisation ! » (Mediapart)
Très bon début pour le mouvement en construction contre les ordonnances travail, avec des cortèges très fournis en Seine-Maritime : 10000 manifestants au Havre, 6000 à Rouen, 2000 à Dieppe, 150 à Fécamp. Nouvelle journée de lutte le 21 septembre. D’ici là, mettons toute notre énergie pour étendre les grèves, notre seule arme collective.

11 septembre - grève particulièrement suivie à l’EREA Françoise Dolto
100% des personnels de l’EREA Dolto, à Sotteville-lès-Rouen, étaient en grève ce lundi. C’est dire l’exaspération à l’égard des postes manquants, dans un contexte de travail difficile. Les collègues réclament d’être reçus en urgence par le rectorat pour obtenir enfin les moyens leur permettant de mieux travailler. Et ils ne comptent pas s’arrêter là puisque bon nombre d’entre eux seront à nouveau grévistes mardi, jour de grève nationale, et la semaine prochaine si rien ne bouge.
http://www.paris-normandie.fr/region/sotteville-les-rouen--greve-a-l-erea-francoise-dolto-CK10838486

11 septembre - le collège Claude Bernard en lutte contre la suppression des contrats aidés
Les personnels du collège Claude Bernard, à Grand-Quevilly, sont solidaires de leurs collègues victimes de la suppression de plusieurs contrats aidés par le gouvernement Philippe. Ils ont exprimé leur colère ce matin devant les grilles du collège et ont distribué des tracts à destination des usagers. Mais ce n’est que le tout début puisque l’action va s’amplifier dans les jours qui viennent : un préavis de grève a été déposé pour la période du 13 au 15 septembre avec montée en puissance pour le 14, où les personnels, très remontés, mettront la pression sur le rectorat pour faire gagner leurs revendications.
https://actu.fr/normandie/grand-quevilly_76322/trois-emplois-aides-supprimes-rentree-college-se-mobilise-pres-rouen_11818147.html

7 septembre – on achève bien l’EREA Françoise Dolto
Comme dans la plupart des établissements du secondaire, tous les postes ne sont pas pourvus dès cette rentrée. A l’EREA Françoise Dolto, à Sotteville-lès-Rouen, les personnels réunis en AG ont décidé hier de construire la grève lundi 11 septembre. Ne sont pas pourvus les postes suivants : 1 demi-poste PLP Habitat, 1 poste PLP Mathématiques / sciences, 1 poste de Professeur des Ecoles à l’internat et 1 demi-poste de CPE. Considérable pour un établissement spécialisé de petite taille. D’autant que les personnels et les élèves pâtissent depuis plusieurs années d’une gestion défaillante, ce qui a conduit le CHSCT départemental à réaliser une visite en décembre 2015 et à exiger des mesures pour protéger la santé des agents, notamment suite à l’agression physique dont avait été victime un collègue PLP et aux brimades subies par un personnel administratif.


Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Moins de fonctionnaires et un statut attaqué :

vendredi 26 mai

120 000 fonctionnaires en moins mais un service public renforcé. Comme depuis 10 ans, le but est donc de faire mieux avec moins, ce qui impliquera, dans les faits, une baisse des services rendus aux usagers et une détérioration des conditions de travail des personnels. Pour cela, la recette managériale habituelle : autonomie des chef-fes de services, individualisation des carrières et des salaires. Bref, la concurrence entre les personnels et la division

CEPIC, AVEC LA CGT, ILS et ELLES ONT GAGNÉ !

mardi 18 avril

Au bout de 2 semaines de grève totale et de blocage du site, les salariés de CEPIC ont arraché vendredi 14 avril un très bon accord :

  • une augmentation de salaire avec un talon de 30 €
  • une prime exceptionnelle équivalent à un mois de salaire
  • une prime de chiffre d’affaires mensuelle

De fait, ces mesures salariales amènent les salariés de CEPIC au niveau des minima conventionnels, que l’employeur refuse depuis des années. La grève menée par les militants CGT de CEPIC, épaulés par la présence permanente de l’UL Sotteville St Etienne a rassemblé du premier au dernier jour 90 % des salariés.
L’UD 76 et la fédération Chimie ont organisé la solidarité sur le piquet : des dizaines de syndicats cgt sont venus régulièrement soutenir. La victoire des CEPIC, après la victoire des Legrand est une victoire pour toute la CGT. C’est la victoire de l’unité et de la solidarité.

Lutte gagnante : victoire pour les travailleurs sans papiers du Marché de Rungis

mercredi 12 avril

Après trois semaines de grève et d’occupation de la Tour Semmaris, les pressions sur les entreprises pour l’établissement des CERFA, les parties (Préfecture, Min de Rungis, CGT) se sont mis d’accord sur les points suivants :

  • établissement par les services préfectoraux de récépissés avec autorisation de travail pour l’ensemble des grévistes ;
  • dépôt des dossiers des 128 travailleurs sans papiers en préfecture du Val-de-Marne.

En conséquence, l’occupation de la Tour Semmaris a pris fin dimanche 9 avril 2017.

Cette victoire est incontestablement à mettre au crédit de la lutte, de la détermination des travailleurs sans papiers, des militants de la CGT et des nombreux et divers soutiens qui auront pu s’exprimer.

On bosse ici, on vit ici, on reste ici !

Montreuil, le 10 avril 2017

Les salariés de l’usine Legrand ont gagné !

mardi 28 mars

Cet après-midi, après 9 jours de grève et de blocage , la direction de l’usine Legrand de Malaunay a cédé devant la délégation CGT et FO, et face à la détermination des salariés qui ont gagné 41,61 euros d’augmentation par mois.
La solidarité a joué un rôle déterminant. Le patron, énervé par la détermination des grévistes qui tenaient bon a lâché : « oui je le sais, vous avez une cagnotte », en faisant référence au soutien financier des autres syndicats CGT et d’autres salariés présents le jeudi 23 Mars devant l’usine. La CGT éduc’action de l’académie de Rouen était porteuse ce jour là d’un message de soutien. BRAVO aux LEGRAND !

Déclarations CGT éduc’action de mars 2017

samedi 25 mars

Lutte gagnante chez SIDEL, près du Havre :

mardi 21 mars

Après des propositions au rabais suite aux négociations salariales annuelles, les salariés de Sidel (métallurgie) ont décidé de se mobiliser pour les salaires alors que les résultats de l’entreprise sont au beau fixe. Après 2 jours de débrayages, la direction a été obligée de revoir sa copie à la hausse. Ainsi, l’augmentation générale pour les non cadres est passée de 0,4% à 1%, Pour les cadres, c’est 1,6% d’augmentation individuelle. La prime de transport est améliorée de 3%, et la prime de vacances de 1000 euros est reconduite. 5000 euros de primes vont être versés aux salariés ainsi qu’un bonus. Le mercredi 8 mars l’assemblée générale a accepté le contenu des négociations et a repris le travail .

Mutations 2° degré : le rectorat ne veut pas communiquer les postes vacants !

samedi 18 mars

Les collègues qui participent au mouvement intra du second degré l’ont déjà remarqué : le rectorat ne communiquera pas les postes vacants, hors postes spécifiques. La raison invoquée d’un problème de calendrier ne tient pas la route. En effet, le CTA qui entérine les suppressions de postes a lieu le 24 Mars, et à la demande légitime des organisations syndicales, il est important que la période de saisie des voeux ne se fasse pas pendant les vacances. Mais cette excuse soulève pas mal de questions : pourquoi refuser de diffuser les postes vacants au moins pour quelques jours, après le 24 Mars ? Pourquoi ne pas avoir fixé les CTA et les groupes de travail préparatoires plus tôt ? Pourquoi ne pas laisser le serveur SIAM ouvert jusqu’au 7 avril ? Cette décision ressemble plus à un refus de communiquer les postes vacants, qu’à un simple problème de calendrier !

Non, tout ne va pas bien dans l’éducation !

jeudi 9 mars

Contrairement à ce que le gouvernement déclare la rentrée 2016 n’est pas bonne, et celle qui se prépare va être encore pire. Les effectifs de classe vont encore augmenter. En Seine-Maritime, en collège, 40 classes vont fermer pour 31 ouvertures. Et les ouvertures ne se font que quand les classes sont déjà pleines à craquer ! Les collèges sortant de l’éducation prioritaire figurent dans le top 5. La fermeture du collège Guy Môquet au Havre est en cours. Dans les lycées les effectifs de classe dépassent de plus en plus fréquemment la barrière déjà inadmissible de 35 élèves par classe. Dans le 1° degré, en Seine-Maritime, 97 classes vont fermer pour seulement 37 ouvertures. Et dans l’Eure, avec des fermetures plus nombreuses que les ouvertures il y aura 6 classes de moins.