PPCR, l’arnaque. N’attendons plus pour agir ensemble pour nos salaires

vendredi 8 décembre 2017
popularité : 3%

-* Télécharger le tract de la CGT Educ’action.

Les mesures et annonces gouvernementales se succèdent concernant nos salaires. Elles ne font que confirmer les motivations qui avaient conduit la CGT, au contraire d’autres organisations syndicales, à refuser de signer le PPCR.

Report des mesures 2018
Dès le début, la CGT dénonçait le non-financement des maigres mesures positives contenues dans le PPCR.
En effet, les légères augmentations indiciaires étalées jusqu’en 2020 n’étaient, par exemple, pas financées
.
En terme de revalorisation salariale de nos métiers, ce n’étaient que des promesses gouvernementales qui n’engageaient que celles et ceux qui voulaient y croire.
Élections et rentrée passées, le gouvernement s’est empressé d’annoncer le report de toutes les mesures d’augmentation d’indice prévues pour 2018. Il faudra attendre au mieux l’année 2019 pour en voir un début de concrétisation (si pas de nouveau report).

Pour les contractuels : triple peine !
Déjà mal payé·es pour le même travail, l’ensemble des non-titulaires ont été exclu·es de toute mesure salariale lors des maigres évolutions PPCR de l’année
passée. En cette rentrée, les quelques collègues contractuel·les qui ont obtenu leur concours sont souvent confronté·es à des reclassements plus défavorables du fait des nouvelles grilles.

N’acceptons pas le recul de nos salaires
Avec le retour du gel du point d’indice dès 2018, après un bien léger dégel en 2017, avec la nouvelle augmentation prévue de la retenue pour pension civile, sans compter le rétablissement du jour de carence, c’est une véritable attaque contre nos salaires que mène le gouvernement.
Ainsi, la majorité des personnels verront leur salaire net baissé en janvier 2018.
La hausse de 1,7 point de la CSG est également scandaleuse.
D’une part, elle sape les fondements de notre sécurité sociale en transférant une part des cotisations salariales vers l’impôt.
D’autre part, si cette hausse sera intégralement compensée en janvier, ce sera sous forme indemnitaire (non prise en compte pour le calcul des
pensions de retraite).
De plus, cette indemnité compensatoire ne sera pas revalorisée lors des hausses salariales (avancement ou revalorisation indiciaire). C’est donc une perte sèche sur la carrière des agents publics.
La CGT Éduc’action revendique pour tous les personnels :
 Un doublement minimum du traitement entre le début et la fin de carrière ;
 Un déroulement de carrière de 35 ans maximum avec un seul grade ou classe par corps réparti sur 20 échelons maximum ;
 Une accélération en début de carrière sur les deux premières années ;
 Une intégration de l’ensemble des primes et indemnités dans le traitement indiciaire ;
 Une augmentation immédiate pour tous les personnels de 400 € ;
 L’indexation de la valeur du point d’indice au minimum sur l’indice des prix à la consommation.
Après la journée de grève réussie du 10 octobre et la mobilisation du 16 novembre dans la Fonction publique, il serait temps dans l’unité, de se mobiliser toutes et
tous ensemble pour nos salaires.

Hors classe pour tou.te.s : une promesse qui n’engage que celles et ceux qui
l’écoutent

Le ministère s’est engagé à ce que l’ensemble des personnels enseignants et d’éducation puisse atteindre la hors-classe pour une carrière complète.
Pourtant, il n’apporte aucune garantie réglementaire permettant, lors des commissions paritaires, de s’assurer de la réalité de cette promesse.
Cependant si le ministère tient à ce que chaque collègue puisse atteindre les indices correspondant à ce grade, il suffirait, comme le revendique la CGT
Éduc’action, de supprimer la hors-classe et d’y substituer 3 échelons supplémentaires pour la classe normale, accessibles par tou.te.s au même rythme.

Classe exceptionnelle : l’arbitraire au centre
Une des raisons qui avaient amené la CGT a refuser de signer le PPCR, résidait dans les modalités d’accès à la nouvelle classe exceptionnelle qui était conçue
comme un grade d’accès fonctionnel excluant, dès le départ, la majorité des personnels.
En effet, ce grade ne concerne que 10% des personnels des corps concernés. 80% des heureux élu·es auront dû exercer des missions particulières au
cours de leur carrière (direction d’école, 8 années en éducation prioritaire...)
D’autres organisations, favorables au PPCR, préféraient, pourtant, y voir une possibilité de revalorisation.
Les critères retenus par le ministère placent bien l’arbitraire au centre, puisque c’est l’avis du recteur ou de la rectrice qui primera dans tous les cas pour
l’accès à cette classe exceptionnelle. Résultat : loin d’être une revalorisation du métier,
cette classe exceptionnelle risque d’introduire encore plus d’arbitraire et de pratiques individualistes et clientélistes dans nos métiers.
La CGT Éduc’action exige l’abandon de ce grade injuste qui remet en cause la Fonction publique de carrière au profit d’une Fonction publique d’emploi.

Report de la « pseudo catégorie A » des travailleureuses sociaux·ales : le mépris du gouvernement
Après la promesse d’une catégorie A au rabais, puis celle d’une mise en œuvre début 2018, les travailleurs·euses sociaux·ales subissent un affront de plus avec l’annonce du report d’un an de son application.
Au « rendez-vous salarial » du 17 octobre 2017, Gérald Darmanin a annoncé le
report d’un an de la mise en œuvre du PPCR et donc du passage en fausse catégorie A des travailleurs·euses sociaux·ales.
Pour la filière sociale, si certaines organisations syndicales, à coup d’audiences et de pétitions, se sont félicitées d’avoir obtenu le passage en
« catégorie A » au 1er juillet 2018 - en réalité un ersatz de A, inférieur à celui des infirmier·ères – la situation est revenue au point de départ avec un report
courant 2019 !
La CGT a rejeté le protocole PPCR en raison notamment de son insuffisance à valoriser véritablement les carrières. Pour arriver à ses fins, le
gouvernement n’avait pourtant pas hésité à utiliser le chantage d’un passage en catégorie A des assistant·es sociaux·ales...
Les organisations syndicales signataires du PPCR avaient alors accepté de remettre en cause les spécificités de ces métiers contre une promesse de passage en catégorie A au rabais. Elles s‘insurgent désormais d’avoir été
trompées !
Pour la CGT Éduc’action il est inacceptable que le gouvernement cherche une fois de plus à faire des économies sur le dos des agent·es.
Elle revendique l’accès à la catégorie A type (attaché·es) avec le reclassement des AS sur le 1er grade de catégorie A-type et des CTSS sur le 2ème
grade du A-type.


Documents joints

PDF - 737 ko
PDF - 737 ko

Agenda

<<

2018

 

<<

Janvier

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

Justice - La taxe de 35 euros enfin supprimée

dimanche 4 août 2013

L’instauration d’un timbre fiscal de 35 €, décidée par le Gouvernement en 2011 et applicable depuis octobre 2011, pour toutes instances introduites devant les juridictions civiles, sociales, administratives et prud’homales, remet en cause l’accès au juge pour des milliers de salariés.

Comme nous l’avions prévu, cette taxe a entraîné une baisse conséquente des contentieux judiciaires, nombreux justiciables ayant renoncé à leur droit.

12 organisations, à l’initiative de la CGT se sont prononcées contre cette taxe. Après des mois de lutte nous avons enfin été entendus.

Christiane Taubira, Garde des sceaux, Ministre de la Justice, a annoncé, le 23 juillet 2013, la suppression, dans le projet de loi de finances pour 2014, de cette taxe.

Nous nous félicitons de cette décision obtenue grâce aux multiples manifestations dont une pétition nationale.

Montreuil, le 29 juillet 2013

Motion de la CGT Renault Cléon à propos de la défense des retraites

mardi 25 juin 2013

Texte de la motion votée à l’unanimité par la Commission exécutive du Syndicat CGT Renault Cléon à propos de la mobilisation contre la prochaine réforme des retraites.
Dès la fin septembre – début octobre, le gouvernement soumettra au parlement un projet de loi modifiant les conditions de départ à la retraite et abaissant le niveau des pensions des retraités, aggravant les effets de la réforme imposée par le gouvernement Sarkozy en 2010.
Ce qui laisse très peu de temps pour construire un rapport de force suffisant pour imposer l’abandon de ce projet de réforme.
Réuni en Commission exécutive, ce vendredi 21 juin, le syndicat CGT Renault Cléon appelle le bureau confédéral de la CGT :

  • à proposer dès le début juillet une première date de mobilisation nationale pour les premiers jours de septembre
  • à inscrire très clairement cette première date de mobilisation dans la perspective d’un blocage de l’économie, à la différence de la stratégie qui a conduit à l’échec de la mobilisation pour les retraites de 2010.

Voté à l’unanimité des 28 membres présents de la Commission exécutive

Projet de loi sur l’égalité femmes/hommes Pour la CGT le compte n’y est pas

mercredi 12 juin 2013

La Ministre des droits des femmes a présenté ce lundi en conseil supérieur pour l’égalité professionnelle le projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes. La CGT considère que ce projet de loi doit être un levier historique pour enfin atteindre l’égalité réelle entre les femmes et les hommes et sera particulièrement exigeante quant à son contenu.
Lire la suite du communiqué de la Confédératio}

Garantie Individuelle de Pouvoir d’Achat (GIPA) 2013

mercredi 8 mai 2013

Consultez, ci-contre, la fiche de calcul de la GIPA versée en 2013 réalisée par la CGT Fonction Publique. Cette fiche permet à tou
un chacun de savoir s’il a droit à la GIPA et, si oui, quel en sera le montant. La fiche permet aussi decalculer la perte réelle hors GVT (« glissement vieillesse-technicité ») subie par tout agent de la Fonction Publique.

Les inégalités se creusent entre retraités

mercredi 24 avril 2013

Le niveau de vie des seniors est proche de celui des actifs. Les pensions des jeunes retraités progressent plus vite. Les revenus du patrimoine accentuent les écarts.
Lire la suite sur le site des Echos

Notre fiche de paie finance la Protection Sociale

jeudi 12 juillet 2012

Sur mon salaire brut on me prélève différents pourcentages, à mon employeur aussi : C’est le financement de « Notre protection sociale ». Toutes ces cotisations assises sur mon salaire vont dans le « pot commun » et quand j’ai un problème, je bénéficie de droits. C’est le salaire Socialisé. Les cotisations permettent d’assurer la protection sociale de TOUS car nous sommes tous des assurés sociaux ! C’est la solidarité
Lire le tract de la CGT Organismes sociaux

L’enseignement agricole veut « crever l’abcès » de la précarité

mardi 3 juillet 2012

A la veille d’une rencontre avec le nouveau ministre de l’agriculture, six syndicats de l’enseignement agricole font démarche commune pour obtenir un plan de titularisation des contractuels correspondant aux besoins et sortir des agents de la grande pauvreté liée à des statuts parfois illégaux.
Lire la suite sur le Café pédagogique

NouveVidéo : M. et Mme Pognon ne payent pas beaucoup de taxe d’habitation.lle brève

jeudi 29 décembre 2011

Retrouver M. et Mme Pognon avec le paiement de leur taxe d’habitation. Comme toujours, ils trouvent cela bien trop cher, et pourtant...
Voir la vidéo sur le site de la CGT Finances