Réforme du lycée et du bac : Motion de la CE de l’Union Départementale 76

mardi 13 février 2018
par  Luc De Chivré
popularité : 3%

Avec sa « réforme du lycée » et du bac, le gouvernement entend casser la valeur nationale du bac : avec 40% du résultat final attribués par le contrôle continu, on s’oriente vers un diplôme maison qui ne sera plus reconnu sur l’ensemble du territoire et dans les différentes conventions collectives. Pour les salariés, c’est un recul majeur, qui accompagne les attaques contre toutes les formes de garanties collectives : la fin des diplômes nationaux accélèrerait la fin des conventions collectives nationales et des statuts nationaux.
Dès la rentrée 2018, le bac ne sera plus suffisant pour accéder à l’université puisque le gouvernement veut installer un tri sélectif des néo-bacheliers selon des capacités d’accueil et des pré-requis volontairement flous qui seront déclinés localement et qui instaureront une mise en concurrence des établissements. A terme, des filières vont disparaître et les frais d’inscription vont augmenter. Accéder à l’enseignement supérieur va devenir un luxe. Déjà, l’inscription à l’Institut de formation en masso-kinésithérapie de Rouen est passée de 184 à 4 700€.
A Rouen, les lycéens ont lancé la mobilisation contre la « réforme » du lycée et celle du baccalauréat et contre la sélection mise en œuvre par le gouvernement à l’entrée de l’université.
Le 31 janvier, à l’initiative de la FSU, CGT-FERC et l’UNEF, une première réunion d’une centaine d’enseignants et d’étudiants s’est tenue à la Maison de l’Université, à Mont Saint-Aignan.
Le 1er février, répondant à l’appel national (CGT-FERC, FSU, FO, SGL, Solidaires-Etudiants, SUD Education, UNEF, UNL La Voix Lycéenne, UNL Syndicale et Démocratique), à Rouen, près de 1 000 personnes ont manifesté jusqu’à la préfecture. Les lycéens étaient en force : près de 800, ils étaient rejoints par des personnels de l’Education nationale et de l’Université, et quelques étudiants. Après avoir manifesté jusqu’à la Préfecture ils se sont réunis en assemblée générale. A Neufchâtel-en-Bray aussi, ce 1er février, les lycéens ont manifesté pour l’abandon des projets ministériels.
Nous sommes tous concernés, soit en tant que parents d’élèves, soit en tant que personnels de l’Education nationale. Après la démolition du Code du Travail, les attaques continues contre les services publics, les cadeaux fiscaux aux plus riches, le Président Macron, en instaurant la sélection, veut écarter les jeunes de l’université plutôt que d’investir pour les accueillir. Sur les 11% d’enfants d’ouvriers actuellement à l’université, combien en restera-t-il ?
Et pourtant, de l’argent, il y en a : en 2017, en France, 57 milliard € ont été versés aux actionnaires.
C’est pourquoi l’Union Départementale CGT de Seine-Maritime soutient la mobilisation des lycéens, étudiants, parents d’élèves et personnels de l’Education nationale et de l’Université qui seront en grève le 6 février, et appelle ses militants à être présents dans les mobilisations, pour exiger avec eux :

  • le retrait de la « réforme » du lycée et l’abandon du rapport Mathiot.
  • le maintien du bac comme diplôme national reposant sur des épreuves nationales, terminales et anonymes et comme premier grade universitaire. Le bac doit garantir l’accès de tous les bacheliers, sur tout le territoire, aux filières de l’enseignement supérieur de leur choix. Son caractère national doit aussi garantir au baccalauréat sa reconnaissance dans toutes les branches professionnelles.
  • le refus de toute forme de sélection à l’entrée de l’université ainsi qu’un investissement massif pour en augmenter les capacités d’accueil tout en proposant des conditions d’accueil satisfaisantes.
  • l’arrêt des suppressions de postes.

Investir dans l’éducation coûte cher ? Essayez l’ignorance !


Agenda

<<

2019

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.

Mac Do Neufchâtel en Bray veut licencier une militante syndicale CGT !

vendredi 6 juillet 2018

Suite à un entretien disciplinaire une syndiquée CGT depuis un mois au McDonald’s de Neufchatel en Bray a été mise à pieds à titre conservatoire avant que ne soit décidé un licenciement. Les vrais motifs de cette mise à pied : la distribution de tracts dans les restaurants de cette franchise (Dieppe, Yvetot et Neufchâtel en bray) mentionnant les acquis obtenus au restaurant d’Elbeuf (13e mois, prime trimestrielles, congés enfants malades, arbre de Noël ...), et la crainte que les salariés reprennent eux aussi ces revendications !
Rassemblement Dimanche 8 juillet 18h45 devant le Mac Donald de Neufchâtel en Bray.

Grève à l’hôpital psychiatrique Janet au Havre !

mercredi 20 juin 2018

A l’image des salariés de l’hôpital psychiatrique du Rouvray, les personnels grévistes de l’hôpital psychiatrique Janet du Havre ne lâchent pas le morceau. Ils exigent la venue de Mme Gardel, directrice de l’Agence régionale de santé, l’ouverture d’une nouvelle unité pour que les patients ne soient plus dans des lits supplémentaires avec la création de 50 postes pluridisciplinaires pour la faire fonctionner, la stagiarisation de tous les contractuels-les, l’arrêt de la polyvalence, l’embauche de médecins psychiatres titulaires. Rendez vous jeudi 21 à 8h45 à l’hôpital Flaubert pour une haie de déshonneur pour les administrateurs de l’hôpital, et le samedi 23 à 17h45 sur le parvis du printemps.
Soutenez les revendications en écrivant à Mme Gardel

RESF : une bonne nouvelle qui se concrétise enfin !

mardi 12 juin 2018

Mme Erdene, dont les enfants sont scolarisés au lycée de Déville-lès-Rouen et dans des écoles de Maromme, a reçu enfin son titre de séjour ; celui de son mari attend à la Préfecture, sauf imprévu.
Les bonnes nouvelles sur ce front sont si rares qu’il fallait en parler d’autant plus que pour d’autres familles, l’étau se resserre.
Mme Balogun - originaire du Nigéria et qui a une enfant scolarisée au collège de Maromme - s’est vu confirmer son OQTF par le Tribunal Administratif et France Terre d’Asile cherche à récupérer leur logement CADA en essayant de les en expulser.
La CGT Educ’action revendique la régularisation des lycéens majeurs et des parents d’élèves sans papiers.