Parcoursup : comment les portes de l’université vont se refermer pour les « bacs pro » issus des classes populaires

samedi 17 mars 2018
popularité : 6%

Nous reproduisons cet article du site d’informations indépendant Bastamag.

Les lycéens titulaires d’un bac professionnel, principalement issus des milieux populaires, devront-ils définitivement renoncer à toute possibilité d’accès à l’université ? La loi dite « orientation et réussite des étudiants », votée par le Parlement le 15 février, institue un obstacle supplémentaire pour entrer dans l’enseignement supérieur. Les pré-requis et nouvelles procédures exigés par la plateforme internet Parcoursup pour les vœux formulés par les bacheliers affectera particulièrement les élèves d’origine modeste. Entre augmenter les moyens dévolus aux universités, ou restreindre encore un peu plus leur accès, le gouvernement a fait son choix.

Dans le système éducatif français, le baccalauréat est considéré comme le premier grade universitaire. Il sanctionne la fin du cycle secondaire et ouvre l’accès à l’enseignement supérieur. En principe. En réalité, les études supérieures se répartissent entre des filières sélectives et non sélectives. Pour les titulaires d’un baccalauréat professionnel ou technologique, soit près d’un bachelier sur deux [1], les sections techniques supérieures préparant au BTS (brevet de technicien supérieur) ou aux IUT (Institut universitaire de technologie) sont conditionnées à une sélection sur dossier. L’inscription à l’université restant, elle, ouverte de droit, comme pour les autres bacheliers.

Mais le texte adopté par le Parlement ce 15 février met en place un nouveau mode d’admission dans les filières universitaires. Les élèves de terminale doivent formuler dix vœux maximum d’ici le 13 mars, sur une nouvelle plateforme internet : Parcoursup. Ils ont jusqu’au 31 mars pour les confirmer, saisir un texte précisant leur motivation pour les différentes formations, et fournir les pièces demandées par chaque filière – par exemple leur bulletin de notes, ou encore un CV. Une inflation de démarches qui a déjà eu pour effet de booster les entreprises privées de conseil en orientation. L’une d’entre elles, Eureka study, qui propose un accompagnement Parcoursup pour 420 euros, a vu son chiffre d’affaires doubler en six mois, selon le supplément étudiant du Figaro du 26 janvier 2018.

« De toute façon, vous n’irez pas à l’université »

En plus de cette complexité, qui affecte plus fortement les lycéens d’origine modeste et leurs familles, souvent moins à l’aise avec ces démarches, les nouveaux bacheliers devront franchir deux nouvelles barrières. Celle de l’avis du conseil de classe, transmis aux universités. Puis celle d’une réponse positive de la faculté. Pour la première difficulté, dans certains lycées professionnels, la messe est dite. Dans un des plus grands établissements de la région Occitanie, le proviseur a été très clair : « De toute façon, vous n’irez pas à l’université. Ceux d’entre vous qui demandent la fac ne seront pas validés par le conseil de classe », rapporte Souria, professeur de français-histoire dans ce lycée.

Un cas extrême ? Peut-être. Mais l’idée selon laquelle envoyer ces élèves à l’université les conduit droit dans le mur est largement répandue chez les enseignants. Une opinion s’appuyant sur un taux d’échec en première année de licence quatre à cinq fois supérieur à celui des étudiants venant des filières générales. En 2017, seulement 8,3 % des 176 104 bacheliers des filières professionnelles ont choisi de fréquenter les bancs de l’université. Soit un peu plus de 14 000 personnes, sur les 1 623 500 étudiants inscrits cette année. Les bacheliers « pro » ont donc, d’eux-même, tendance à s’auto-éliminer des filières supérieures.

« Les attendus créent une autocensure des élèves »

Combien seront-ils l’année prochaine ? Probablement encore moins, du fait de ces nouveaux filtres. Chaque université pourra de plus refuser des candidats si la filière est en tension, où conditionner l’entrée dans le cursus à une remise à niveau. Des attendus nationaux par licence, et locaux par établissement, serviront au tri des candidats. Ici, le grec et le latin, là les compétences du Brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur (le célèbre Bafa), ailleurs l’engagement associatif ou les séjours à l’étranger s’ajoutent à des exigences plus générales comme la curiosité intellectuelle ou la capacité à travailler de manière autonome.

« Les attendus ont un effet dissuasif. Ils créent une autocensure des élèves du professionnel et du technologique », confirme Marie Buisson, la secrétaire générale de la fédération de l’éducation de la CGT. Enseignante en lettre-histoire en lycée professionnel, elle considère que ce changement dans l’accès à l’enseignement supérieur a pour seul objectif de répondre à un manque de place, et de moyens alloués, à l’université.

Une image de « sous bacheliers »

À défaut d’espérer une place en faculté, les élèves de terminale professionnelle voulant poursuivre leurs études sont poussés vers les BTS. Un nombre de places plus important leur est réservé. Ils deviennent même prioritaires sur les autres bacheliers. En 2017, 27,8 % des bacheliers des lycées professionnels poursuivaient leurs études dans ces filières sélectives. Ce chiffre devrait augmenter à la rentrée prochaine, avec quelques créations de nouvelles sections techniques supérieures annoncées par le ministère. Mais cela ne devrait pas répondre à l’ensemble des demandes. Déjà, les BTS sport, promis par le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, pour désengorger la filière universitaire Staps, souvent demandée par les bacs pro, attendront la rentrée 2019 pour voir le jour.

« Les élèves pensent que la fac n’est pas pour eux. Est-il pour autant nécessaire de leur dire : « la fac n’est pas sélective, mais vous ne pouvez pas y aller » ? », s’agace Souria. Pour l’enseignante, les terminales intègrent en fait le discours de l’institution, et vivent mal « l’interdiction » tacite qui leur est faite, les renvoyant à une image de « sous bacheliers ».

« Certains élèves reprennent confiance en eux à la fac »

« Aujourd’hui, l’orientation en bac pro se fait à 14 ans. Ensuite, on est dans un tuyau duquel il y a peu de chance de sortir », explique Marie Buisson de la CGT éducation. Avec cette réforme, elle estime que les possibilités de passerelles entre le professionnel et l’université, pour lesquelles elle milite, se tarissent. « Les choses sont différentes quand on pense à l’échelle des individus. Certains élèves reprennent confiance en eux à la fac, évoluent, et y réussissent. »

Du coup, les lycéens s’adaptent. Les demandes vers des formations supérieures privées augmentent. Les exigences scolaires y sont moins importantes, mais leurs coûts s’élèvent à plusieurs milliers d’euros par an. Pour les autres, la grande majorité, ce sera la recherche d’un emploi, ou l’alternance entre chômage et petits boulots. Chez les jeunes seulement titulaires d’un Bac ou d’un diplôme équivalent, le taux de chômage avoisine les 25% pendant les quatre ans qui suivent l’obtention de leur diplôme (contre 11% pour les titulaires d’un Bac+2 ou plus). Un discours domine : « On leur dit : « Si vous avez choisi le lycée pro, c’est pour aller au travail très vite, pas pour faire des études supérieures » », rappelle Souria. Pour celles et ceux qui ne veulent pas se conformer à cette injonction, c’est un parcours semé d’embûches qui les attend avant d’accéder aux études supérieures.

Un seul enfant d’ouvriers pour trois enfants de cadres

La sélection dans les universités n’est pas apparue en 2018, même si elle a pris auparavant des formes subtiles. Les amphithéâtres surchargés, les étudiants prenants des notes assis par terre dans les couloirs, les travaux dirigés bondés transformés en cours magistraux, étaient fréquents dès les années 90 dans les facultés de sciences humaines. Une sélection par le découragement qui touchait déjà en premier lieu les étudiants issus des classes populaires : on ne compte qu’un seul enfant d’ouvriers pour trois enfants de cadres à l’université.

À la fin des années 2000, les universités ont acquis leur autonomie, notamment concernant leur budget et la gestion des « ressources humaines ». Au tournant de l’année 2012, nombre d’entre-elles ont adopté le tirage au sort pour limiter le nombre d’inscrit dans certains cursus surchargés. Une pratique décriée par les étudiants et les enseignants, mais institutionnalisée en 2017 par une circulaire de la ministre de l’Éducation, Najat Vallaud-Belkacem.

Sélectionner, plutôt que donner des moyens aux universités

Avec le Plan étudiant voté par l’Assemblée nationale, au revoir le tirage au sort, bonjour les attendus. L’objectif reste le même : réduire, par la sélection, le nombre d’étudiants dans les filières surchargées. Depuis 2012, le nombre d’inscrits à l’université augmente de 30 000 à 40 000 chaque année. À titre de comparaison, cette croissance était d’à peine plus de 4000 entre 2000 et 2010. Mais les moyens dévolus aux universités ne suivent pas. L’autonomie, inscrite dans la loi LRU de 2007, s’étant plutôt traduite par un désengagement de l’État, dénoncé par quasi-totalité de la communauté éducative.

À tel point qu’aujourd’hui, une quinzaine d’universités sont dans une situation financière « dégradée » voire « très dégradée » selon le rapport de la Cour des comptes du 31 mai 2017. Avec l’instauration, dans la plupart des facultés, d’une situation de gestion de la pénurie, passant par des réductions de l’offre de formation, le gel ou la suppression de postes d’enseignants-chercheurs et de personnels administratifs. Et bien sûr, un manque cruel de place. D’où la sélection dont les bacheliers issus des classes populaires, particulièrement ceux venant des filières professionnelles, vont désormais faire les frais.

Stéphane Ortéga


Agenda

<<

2018

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

La pédagogie Nutella ou le collège 2016... vu à la TV !

lundi 20 avril 2015

La réforme du collège 2016 agite le Landerneau enseignant depuis quelques semaines. Elle inquiète aussi à juste titre les parents qui se demandent bien ce que ledit collège réformé fera avec leur progéniture.

Pour rassurer tout le monde, la télévision publique nous montre à quoi ressemblera le collège 2016, dans deux reportages successifs. En effet, le collège réformé s’inspire de dispositifs innovants qui existent déjà dans quelques établissements expérimentaux.

Alors savourons cet avant-goût du collège nouveau...

Lire la suite sur le site La Vie Moderne

Chatel : « Certaines mesures vont dans le bon sens »

lundi 20 avril 2015

C’est le spécialiste des réformes destructrices Chatel qui ont mis à mal le lycée général et liquidé la voie STI qui nous le dit.
On constate facilement où Vallaud-Belkacem trouve son inspiration !

« Que les conservateurs tombent les masques ! »

lundi 20 avril 2015

Voici le titre de l’interview de Vallaud-Belkacem au très réactionnaire journal Le Point.
Notre seule réponse à NVB : « Que les néo-libéraux tombent également le masque ! »

4 pages spécial Retraités de la FERC

samedi 31 août 2013

Au sommaire : Conférence de l’UFR... les retraités à l’offensive ! - Quelle UFR, quelle structure ? - Place des retraités dans la CGT - Continuité syndicale et renforcement - Impressions croisées
Télécharger le 4 pages

Au sujet des dépenses scolaires…

jeudi 22 août 2013

Chaque année, à l’approche de la rentrée, on retrouve dans les médias des articles plus ou moins bien renseignés sur les « dépenses de la rentrée des classes ». Je les parcours toujours avec un peu d’agacement quand ils mettent en avant les nouveaux cartables, les vêtements, les classeurs, les crayons et les compas, les garderies et les cantines.
Parler de ces frais là, c’est évoquer l’arbre pour cacher la forêt. Les cartables et les compas durent facilement plusieurs années et les vêtements ne me semblent pas être une dépense scolaire : mes filles iraient-elles nues si l’école n’existait pas ? Idem pour la cantine : il faut manger même en dehors de l’obligation scolaire. Admettons pour la garderie des petits. Ce qui m’interpelle, ce sont les frais dont on parle moins et qui pourtant jalonnent bien le parcours scolaire des jeunes.
Lire la suite sur le site de l’Ecole démocratique

Ecole élémentaire : en France, le nombre d’élèves par enseignant supérieur à la moyenne OCDE (Depp)

vendredi 16 août 2013

Selon la revue « L’Éducation natio­nale en chiffres » de la Depp, le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises se situe en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE.
Le taux d’encadrement dans les écoles élémen­taires fran­çaises est en des­sous de la moyenne des pays de l’OCDE, selon la revue « L’Éducation natio­nale en chiffres » éditée par la Depp et parue en juillet 2013.
Dans les pays de l’OCDE, le nombre moyen d’élèves par ensei­gnant était à ce niveau de 15,4, en 2011 contre 18,4 en moyenne en France.

Loire-Atlantique / Rythmes : lettre ouverte des UD CGT, FO, FSU et Solidaires au DASEN et aux 26 maires de Loire-Atlantique appliquant la réforme en 2013

samedi 29 juin 2013

Depuis plusieurs mois, nos organisations syndicales ne cessent de dénoncer la précipitation et les dangers contenus dans la réforme des rythmes scolaires. Si les appréciations de nos syndicats respectifs peuvent diverger sur l’analyse de la loi Peillon et de son volet sur les rythmes scolaires, cela ne nous empêche en rien de partager nombre de points de vue sur les effets néfastes de cette réforme. Les propos volontaristes des municipalités ayant décidé de s’engager dès septembre 2013 dans la mise en œuvre du pan de réforme sur les rythmes ne résistent pas à un l’examen pragmatique. Pour notre part cette réforme relève plus d’un projet politique portant sur la territorialisation de l’École que sur les effets bénéfiques pour les enfants et les familles.
L’intention gouvernementale affiche une volonté de servir la réussite scolaire des élèves. Nous pensons qu’il y a loin du discours à une réalité qui malmène aussi les personnels concourant aux rythmes éducatifs des enfants. Les campagnes de communication politiciennes ne peuvent dissimuler les malaises grandissant autour de la rentrée 2013 précipitée.
Lire la suite

Coaching patronal au collège, sous l’œil attendri de France 2

mercredi 26 juin 2013

Mardi 18 juin, dans le 20h de France 2, après les 9 min inaugurales sur les inondations en France, et parmi les quelques miettes distribuées aux autres sujets (3 min sur le mouvement social au Brésil, 2 sur l’accueil des touristes à Paris), on retiendra un reportage d’anthologie, intitulé (sur le site de France 2) « Éducation : du coaching en ZEP » : 4 min 20 consacrées à l’intervention d’une cadre dirigeante dans un collège de « ZEP », pour appliquer, selon ses propres dires, les « méthodes d’entreprise » à l’école. 4 min 20 pour un « gros plan » qui « traite » un sujet sans (se) poser la moindre question, sans rien en dire sinon célébrer les vertus d’une initiative qui, avec d’autres, relève d’un entrisme entrepreneurial dans l’institution scolaire, du reste fort à la mode. Une initiative présentée sans contrepoint ni distance : un tel éloge relève-t-il encore de l’information ?
Lire la suite sur le site d’ACRIMED