Santé/conditions de travail : pour ne pas perdre sa vie à la gagner !

samedi 7 juillet 2018
par  Stéphane Legardinier
popularité : 3%

Texte lu en séance du CHSCT départemental 76 le 5 juillet 2018.

Au moment où nous faisons lecture de cette déclaration préalable, nous constatons à nouveau l’absence de madame la présidente du CHSCT, ce qui est systématiquement le cas depuis maintenant plusieurs années.
Mauvaise nouvelle également pour les droits des personnels, l’inspectrice du travail qui avait été saisie par le CHSCT et avait réalisé une enquête précise et circonstanciée sur notre instance n’a de nouveau pas non plus été conviée à cette séance, malgré nos demandes insistantes et les manquements à la réglementation qu’elle avait soulevés. Nous sommes convaincus que son expertise aurait pourtant permis d’éclairer madame la présidente et les membres du CHSCT sur le fonctionnement de cette instance. Le rectorat de Rouen ferait-il le choix délibéré de laisser persister les dysfonctionnements ?

Revenons à l’ordre du jour de la présente séance.
En préambule, il nous semble indispensable de rappeler que les travaux du CHSCT au cours de cette séance ne devront pas se terminer vers 21 heures, comme la dernière fois. C’est non seulement illégal au regard du Code du travail mais également fort peu efficace.
Dans l’ordre du jour, nous aurons à étudier des situations de travail liées à des écoles et établissements que nous avons déjà eu l’occasion d’aborder. Nous attendons que l’Administration apporte enfin des réponses adaptées et présente des mesures efficaces en faveur de la santé et des conditions de travail des personnels concernés, afin par exemple : de restaurer un climat scolaire sain et sécurisé aux lycées des Bruyères et de la Vallée du Cailly ; de mettre un place un management plus humain au lycée Corneille pour restaurer la confiance avec les enseignants et permettre à l’enseignante en congé maladie à cause de ces pratiques managériales de reprendre le travail ; de construire une organisation du travail permettant aux personnels des écoles Condorcet, Molière et de l’EREA Dolto de préserver leur santé, de faire leur travail correctement et de ne plus subir des situations de souffrance au travail.

Concernant les visites du CHSCT et leur suivi, outre l’absence à plusieurs reprises de membres de l’Administration lors de récentes visites, nous déplorons l’insuffisance notoire des réponses apportées aux préconisations du CHSCT. En l’état actuel, la DSDEN se contente de procéder aux trois visites annuelles obligatoires mais sans se donner les moyens pour résoudre les situations de travail dégradées et sans prendre les mesures nécessaires en faveur de la santé et de la sécurité des personnels. Même l’avis du CHSCT demandant une journée supplémentaire pour effectuer ce travail a été refusé. Ce sont pourtant les seuls membres CGT, FO et FSU qui effectuent le travail délicat de compte-rendu, sans disposer du temps nécessaire et en constatant que ce travail collectif reste trop souvent lettre morte.

Sur la pollution des sols et de l’air des écoles et établissements seino-marins, en particulier à Petit-Quevilly, le CHSCT n’a pas connaissance des mesures qui ont été prises pour protéger la santé des personnels et des enfants depuis les révélations de l’association Robin des bois et du magazine Envoyé spécial. Les membres du CHSCTD n’ont reçu aucune information en amont de la séance et l’avis voté en séance du 22 février s’est traduit par une fin de non-recevoir, comme pour quasiment tous les avis votés par cette instance. Face à cette culture de l’opacité, où les personnels et leurs représentants sont volontairement tenus à l’écart des informations, un collectif de parents s’est fort opportunément constitué. Ils ont été reçus par la municipalité du Petit-Quevilly et l’Agence Régionale de Santé. Mais leur demande d’audience auprès du rectorat n’a reçu aucune réponse.

Concernant les rapports de la médecine de prévention et celui faisant le bilan de la situation générale de la santé, de la sécurité et des CDT, nous sommes toujours en attente de véritables documents faisant un état des lieux précis et complet de la santé de nos collègues. Notre Administration devrait s’inspirer de ce qui se fait en la matière dans la plupart des CHSCT, y compris du privé. La santé doit cesser de constituer la parent pauvre du ministère de l’EN.

Nous terminerons par les conséquences de la politique actuelle sur les conditions de travail des personnels. Conséquences par exemple sur la santé et le moral des AVS/AESH dont le contrat va s’achever pour des raisons budgétaires. Conséquences sur tous ceux/celles, très nombreux, confrontés à la souffrance d’enfants à besoins particuliers livrés à eux-mêmes et pour tout dire maltraités par l’institution en l’absence de moyens permettant leur prise en charge, comme c’est le cas pour un enfant de l’école Ferry-Jaurès (St Etienne du Rouvray). Et tant d’autres situations encore ! Conséquences sur les travailleurs des lycées GT et pro avec les plans sociaux qui s’annoncent et la dérégulation programmée du cadre de travail et du sens même de leur travail. Conséquences également pour les fonctionnaires et salarié.e.s des services publics, hommes et femmes ayant choisi de servir la population en répondant aux besoins en termes d’éducation, de santé, de culture, de transports, de services sociaux, etc. Lesquels voient avec anxiété la précarité matérielle se développer avec le recours massif aux personnels contractuels et la continuation de l’austérité salariale, mais aussi la précarité mentale engendrée par une nouvelle culture d’entreprise introduite dans l’EN : New public management, individualisation, reporting, rémunération au mérite, évaluation permanente, etc.

Face à cela, nous militant.e.s CGT dans l’éducation nationale continuerons à faire entendre une autre voix, celle de tous ceux qui refusent la régression sociale à la Thatcher qui se met en oeuvre actuellement dans notre société. Pour ne pas perdre sa vie à la gagner !


Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur

Brèves

Justice - La taxe de 35 euros enfin supprimée

dimanche 4 août 2013

L’instauration d’un timbre fiscal de 35 €, décidée par le Gouvernement en 2011 et applicable depuis octobre 2011, pour toutes instances introduites devant les juridictions civiles, sociales, administratives et prud’homales, remet en cause l’accès au juge pour des milliers de salariés.

Comme nous l’avions prévu, cette taxe a entraîné une baisse conséquente des contentieux judiciaires, nombreux justiciables ayant renoncé à leur droit.

12 organisations, à l’initiative de la CGT se sont prononcées contre cette taxe. Après des mois de lutte nous avons enfin été entendus.

Christiane Taubira, Garde des sceaux, Ministre de la Justice, a annoncé, le 23 juillet 2013, la suppression, dans le projet de loi de finances pour 2014, de cette taxe.

Nous nous félicitons de cette décision obtenue grâce aux multiples manifestations dont une pétition nationale.

Montreuil, le 29 juillet 2013

Motion de la CGT Renault Cléon à propos de la défense des retraites

mardi 25 juin 2013

Texte de la motion votée à l’unanimité par la Commission exécutive du Syndicat CGT Renault Cléon à propos de la mobilisation contre la prochaine réforme des retraites.
Dès la fin septembre – début octobre, le gouvernement soumettra au parlement un projet de loi modifiant les conditions de départ à la retraite et abaissant le niveau des pensions des retraités, aggravant les effets de la réforme imposée par le gouvernement Sarkozy en 2010.
Ce qui laisse très peu de temps pour construire un rapport de force suffisant pour imposer l’abandon de ce projet de réforme.
Réuni en Commission exécutive, ce vendredi 21 juin, le syndicat CGT Renault Cléon appelle le bureau confédéral de la CGT :

  • à proposer dès le début juillet une première date de mobilisation nationale pour les premiers jours de septembre
  • à inscrire très clairement cette première date de mobilisation dans la perspective d’un blocage de l’économie, à la différence de la stratégie qui a conduit à l’échec de la mobilisation pour les retraites de 2010.

Voté à l’unanimité des 28 membres présents de la Commission exécutive

Projet de loi sur l’égalité femmes/hommes Pour la CGT le compte n’y est pas

mercredi 12 juin 2013

La Ministre des droits des femmes a présenté ce lundi en conseil supérieur pour l’égalité professionnelle le projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes. La CGT considère que ce projet de loi doit être un levier historique pour enfin atteindre l’égalité réelle entre les femmes et les hommes et sera particulièrement exigeante quant à son contenu.
Lire la suite du communiqué de la Confédératio}

Garantie Individuelle de Pouvoir d’Achat (GIPA) 2013

mercredi 8 mai 2013

Consultez, ci-contre, la fiche de calcul de la GIPA versée en 2013 réalisée par la CGT Fonction Publique. Cette fiche permet à tou
un chacun de savoir s’il a droit à la GIPA et, si oui, quel en sera le montant. La fiche permet aussi decalculer la perte réelle hors GVT (« glissement vieillesse-technicité ») subie par tout agent de la Fonction Publique.

Les inégalités se creusent entre retraités

mercredi 24 avril 2013

Le niveau de vie des seniors est proche de celui des actifs. Les pensions des jeunes retraités progressent plus vite. Les revenus du patrimoine accentuent les écarts.
Lire la suite sur le site des Echos

Notre fiche de paie finance la Protection Sociale

jeudi 12 juillet 2012

Sur mon salaire brut on me prélève différents pourcentages, à mon employeur aussi : C’est le financement de « Notre protection sociale ». Toutes ces cotisations assises sur mon salaire vont dans le « pot commun » et quand j’ai un problème, je bénéficie de droits. C’est le salaire Socialisé. Les cotisations permettent d’assurer la protection sociale de TOUS car nous sommes tous des assurés sociaux ! C’est la solidarité
Lire le tract de la CGT Organismes sociaux

L’enseignement agricole veut « crever l’abcès » de la précarité

mardi 3 juillet 2012

A la veille d’une rencontre avec le nouveau ministre de l’agriculture, six syndicats de l’enseignement agricole font démarche commune pour obtenir un plan de titularisation des contractuels correspondant aux besoins et sortir des agents de la grande pauvreté liée à des statuts parfois illégaux.
Lire la suite sur le Café pédagogique

NouveVidéo : M. et Mme Pognon ne payent pas beaucoup de taxe d’habitation.lle brève

jeudi 29 décembre 2011

Retrouver M. et Mme Pognon avec le paiement de leur taxe d’habitation. Comme toujours, ils trouvent cela bien trop cher, et pourtant...
Voir la vidéo sur le site de la CGT Finances