Echos des luttes / été 2006

vendredi 27 octobre 2006
popularité : 8%

  • 25/8/2006 - Les 12 grévistes du magasin de frusques Fabio Lucci d’Alès (Gard) qui occupaient les locaux, demandant principalement salaires et conditions de travail et le départ d’un directeur sont sommés par jugement d’évacuer sous peine de 1.000 euros d’astreinte par jour.
  • 29/6/2006 - Les trois magasins parisiens Habitat ( ameublement) sont en grève, à l’avant-garde d’un mouvement des 24 magasins nationaux du 1er juillet, pour les salaires mais aussi contre un système de faux clients qui testent et notent les travailleurs.
  • 2/8/2006 - 50 travailleurs du groupe de confection Manoukian à Mercurol (Drôme) rachetée par un groupe américain, en grève pour les salaires. Un blessé dans un incident avec le piquet de grève. Reprise du traval après 48 h de grève avec 6% d’augmentation.
  • 28/7/2006 6 La loi du 12/7/1990 n’autorise le recours à l’intérim que pratiquement seulement dans deux cas : le remplacement d’un absent et pour un accroissement temporaire d’activité. Dans les faits, les patrons usent et abusent de ces “ facilités ” pour oeuvrer avec une force de travail à flux tendus. Souvent en toute impunité, le travailleur étant le plus souvent “ content ” de garder un boulot même précaire. PSA s’est fait pourtant épingler à plusieurs reprises devant les tribunaux. En avril dernier 4.400 travailleurs de l’automobile sur 100.000 étaient ainsi en “ précarité ”.
  • 6/6/2006 - Pour compléter les différentes pièces du puzzle organisant la précarité, comme pendant du CNE ( contrat nouvelle embauche) un contrat temporaire pour les vieux immédiatement baptisé CDE (contrat dernière embauche) permet aux patrons d’embaucher les vieux mis sur la touche avec des contrats temporaires à tarif réduit. Pour faciliter l’opération, le texte supprime la taxe spéciale sur les licenciements après 50 ans. Pour ceux qui à 57 ans seraient encore dans la galère du chômage, les patrons pourront offrir un contrat à durée déterminée de 18 mois renouvelable une fois ( comme par hasard ces 36 mois possibles correspondant à la durée limite d’indemnisation du chômage - 3 ans-. Pour inciter les vieux à se remettre au boulot le même texte prévoit des incitations pour les appâter avec des majorations de retraite et obtenir d’eux qu’ils prolongent leur”vie active” d’exploitation au-delà de 60 et 65 ans.
  • 4/8/2006 - Profitant d’une panne de chaudière en septembre 2005, le trust italien pétrochimique ENI ferme l’usine Polimeri près de Grenoble (Isère) : 240 travailleurs occupent l’usine depuis le 13 juillet dans l’espoir qu’un repreneur voudra bien les exploiter. Un jugement a ordonné de libérer les accès de l’usine mais pas l’évacuation. L’usine avec 800 tonnes d’un produit dangereux est “ mieux gardée par les salariés que par des maîtres chiens ” a déclaré le juge. Mais en fait c’est la CGT qui contrôle bien le site pour éviter une action style Cellatex qui dans l’environnement d’usines chimiques serait autrement plus percutante.
  • 10/8/2006 - Quand les capitalistes se battent, ce sont les travailleurs qui prennent les coups. La Métallerie Moderne (cadres de portes et fenêtres métalliques) est prise dans un imbroglio juridique sur une histoire de propriété alors que le carnet de commandes est bien garni. Moralité, 52 travailleurs trouvent porte close et pas de travail. Même situation pour 40 travailleurs de Malora Simeuble (ameublement) à Saulxure-les-Nancy ( Meurthe-et-Moselle), en liquidation judiciaire qui se battent pour en empêcher la fermeture.
  • 30/9/2006 - Montbéliard (Doubs), Hypermarché Leclerc.. 60 travailleurs ont été requis par la direction pour faire l’inventaire dans la nuit du 29 au 30 septembre. Survient un contrôle inopiné de l’inspection du travail. Alors que certains dirigeants paniqués retiennent les enquêteurs d’autres poussent tous les travailleurs présents, sous la menace, dans une réserve où ils sont enfermés dans le noir pendant plusieurs heures avec interdiction de parler et de téléphoner par portable. Les inspecteurs, au bout d’une demi-heure repartent bredouilles, mais méfiants s’installent à l’extérieur appuyés par un contingent de flics. Les travailleurs finissent par sortir par petits groupes, dûment catéchisés par les cadres. Certains mentent, d’autres craquent : infractions constatées sur les horaires de travail et les salaires. Mais la direction réplique en supprimant la prime d’intéressement tant que les “mouchards” auprès de l’inspection du travail ne se sont pas dénoncés. La petite guerre se poursuit ; des faits antérieurs sont exhumés comme plus de 150 licenciements abusifs en quatre ans et le harassement constant de ceux dont on veut se débarrasser .
  • 30/7/2006 - Pratiques courantes du capital - Faurecia, équipementier filiale de PSA ( 10.000 travailleurs sur 28 sites en Allemagne) est pris dans une histoire de pots de vin perçus ou versés par ses dirigeants pour avoir des contrats notamment avec Volkswagen.

Agenda

<<

2019

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois

Sites favoris


7 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Motion de soutien aux salariés de la Chapelle d’Arblay

mercredi 18 septembre

Les camarades de la CGT Educ’action Haute-Normandie réunis en Assemblée générale de rentrée le 16 septembre 2019 à Maromme expriment leur soutien aux salariés de la Chapelle Darblay, menacés de licenciement.
Dans le secteur privé, les fermetures de site et les plans de licenciement se multiplient. Dans les services publics, ce sont les suppressions de postes massives et la dégradation des conditions de travail.
De plus, la réforme des retraites est une attaque contre l’ensemble des salariés.

  • Zéro licenciement !
  • Non à la fermeture des sites !
  • Non à la casse des services publics !
  • Non à la réforme des retraites ! Luttons tous ensemble !

Motion adoptée à l’unanimité par l’AG des syndiqué-e-s CGT éduc’action Rouen

Fusion des académies : j’habite à Evreux, pourra-t-on me nommer à Cherbourg ?

vendredi 13 septembre

La lettre de cadrage pour la fusion des académies de Caen et Rouen certifiait que la gestion des personnels enseignants ne serait pas impacté jusqu’en 2022 (Mais en 2018 on nous jurait que la fusion n’était pas encore décidée). A en croire M. le Ministre, jusqu’à cette ce cas de figure n’existera pas. Mais après 2022 ça devient tout à fait possible pour les personnels du second degré. Le Rectorat a tout intérêt à ce que la souplesse et la mobilité des personnels soient maximales. Et avec l’affaiblissement du rôle des CAPA il sera encore plus compliqué d’influer sur les choix des services académiques, sans oublier que pour les contractuels ce « contrôle » est inexistant.

Une fusion des académies pour fermer des sections !

vendredi 13 septembre

Le Rectorat et la Région Normandie lancent la réflexion pour une nouvelle carte de formation à la rentrée de septembre 2020. Ca ne sent pas bon du tout ! L’académie et la région de Normandie auront, si nous ne faisons pas reculer le Ministère, le même périmètre au 1° janvier. Les filières de formation, frontalières pour le moment, ou seulement identiques, seront à la prochaine rentrée dans la même académie. Ce sera une très bonne excuse pour fusionner et fermer par ci par là et pour récupérer les postes.

Mac Do Neufchâtel en Bray veut licencier une militante syndicale CGT !

vendredi 6 juillet 2018

Suite à un entretien disciplinaire une syndiquée CGT depuis un mois au McDonald’s de Neufchatel en Bray a été mise à pieds à titre conservatoire avant que ne soit décidé un licenciement. Les vrais motifs de cette mise à pied : la distribution de tracts dans les restaurants de cette franchise (Dieppe, Yvetot et Neufchâtel en bray) mentionnant les acquis obtenus au restaurant d’Elbeuf (13e mois, prime trimestrielles, congés enfants malades, arbre de Noël ...), et la crainte que les salariés reprennent eux aussi ces revendications !
Rassemblement Dimanche 8 juillet 18h45 devant le Mac Donald de Neufchâtel en Bray.

Grève à l’hôpital psychiatrique Janet au Havre !

mercredi 20 juin 2018

A l’image des salariés de l’hôpital psychiatrique du Rouvray, les personnels grévistes de l’hôpital psychiatrique Janet du Havre ne lâchent pas le morceau. Ils exigent la venue de Mme Gardel, directrice de l’Agence régionale de santé, l’ouverture d’une nouvelle unité pour que les patients ne soient plus dans des lits supplémentaires avec la création de 50 postes pluridisciplinaires pour la faire fonctionner, la stagiarisation de tous les contractuels-les, l’arrêt de la polyvalence, l’embauche de médecins psychiatres titulaires. Rendez vous jeudi 21 à 8h45 à l’hôpital Flaubert pour une haie de déshonneur pour les administrateurs de l’hôpital, et le samedi 23 à 17h45 sur le parvis du printemps.
Soutenez les revendications en écrivant à Mme Gardel

RESF : une bonne nouvelle qui se concrétise enfin !

mardi 12 juin 2018

Mme Erdene, dont les enfants sont scolarisés au lycée de Déville-lès-Rouen et dans des écoles de Maromme, a reçu enfin son titre de séjour ; celui de son mari attend à la Préfecture, sauf imprévu.
Les bonnes nouvelles sur ce front sont si rares qu’il fallait en parler d’autant plus que pour d’autres familles, l’étau se resserre.
Mme Balogun - originaire du Nigéria et qui a une enfant scolarisée au collège de Maromme - s’est vu confirmer son OQTF par le Tribunal Administratif et France Terre d’Asile cherche à récupérer leur logement CADA en essayant de les en expulser.
La CGT Educ’action revendique la régularisation des lycéens majeurs et des parents d’élèves sans papiers.